Circulation des savoirs à l’ère du numérique – 1er jour

cc Mélodie Faury

 

L’Université d’été du Cléo « Circulation des savoirs à l’ère du numérique » a débuté hier à Marseille et peut être suivie en direct sur twitter. (Toutes les conférences sont filmées et seront mises en ligne)

Après un très bon accueil, nous (re)parcourons le programme de la journée et de la semaine, bien chargé, mais surtout prometteur.

Conférences introductives

L’ouverture du président de l’Université de Provence, J.-P. Caverni donne le ton.

Morceaux choisis :

« Le privé fait main basse sur la connaissance, or elle est un bien public. La démarche de revue.org est d’intérêt public. »

« Dans un monde [la recherche] où parfois il faut payer pour lire ce qu’on a écrit. Ceux qui écrivent se posent des questions. »

« Il n’y a pas de pensée qui ne soit associée à une pratique. Les chercheurs savent tous cela, c’est leur quotidien. »

« Le partage comme règle d’une communauté universitaire : un refus de la concurrence »

Jean-luc Pinol, directeur du TGE-Adonis, enchaîne et insiste sur la « nécessaire cohérence des acteurs du numérique » pour l’accès aux publications scientifiques, notamment pour le bon fonctionnement du portail Isidore, regroupant des ressources en sciences humaines et sociales.

Marin Dacos, nous présente à son tour la démarche de cette seconde édition de l’Université d’été et nous rappelle les 10 commandements de l’édition électronique ouverte proposée par le Cléo, ou ses principes de bases :

Être lisible

Être manipulable

Être indexable

Être cherchable

Être copiable et collable

Être annotable et inscriptible

Être citable et identifiable

Être décrit avec métadonnées

Être interopérable

Être en libre accès

cc OpenEdition (sur Flickr)

cc OpenEdition (sur Flickr)

Pour M. Dacos, la mise en œuvre de ces principes demande la mise en place d’un modèle économique nouveau, différent du modèle auteur-payeur (voir L’édition électronique, de M. Dacos et P. Mounier).

Pierre Mounier se charge ensuite des aspects pratiques de la journée, et nous retenons en ce début de journée un état d’esprit :

 » Il ne s’agit pas d’asséner des vérités mais déclencher des conversations  (notamment sur twitter) « 

« Le projet Unlibrary : les auteurs amplifiés », Chris Meade

Premier cours du matin en parallèle de : « Sociale, la lecture ? » par H. GuillaudSupport du cours en ligne

En quelques mots :

Chris Meade, directeur du think and do tank If:Book, explorant le futur du livre, nous offre une promenade et des rencontres en Unlibrary (bibliothèque « buissonnière »). Pour C. Meade, il n’y a plus de lieux spécifiquement dédiés à la lecture, elle est partout dans tous les espaces (métro, rue, etc.) avec l’arrivée des smartphones et autres tablettes, il parle même de « retour du livre » sous une autre forme certes, mais il s’agit toujours de lecture. Une lecture « mobile ».

« Pourquoi passer tant de temps à promouvoir l’usage de la « page écrite » alors que ce sont les mots que l’on aime ? » C. Meade

« Le livre n’est pas un objet, c’est une expérience » C. Mead

 » Amplified author & creative reader : blogging, tweeting, publishing, learning, conversing, illuminating, etc. »

Tweets de la conférence de Chris Meade

Atelier – Utiliser Lodel pour l’édition électronique de livres et de revues 1/2

cc OpenEdition (sur Flickr)

Animé par I.  Secondat de Montesquieu et S. Roulet

Objectifs de cet atelier : voir quelles sont toutes les étapes pour la mise en ligne d’une revue sur Lodel (utilisé par Revues.org)

En parallèle de :

Construire une veille thématique (S. Mercier, L. Bester); Tweets de l’atelier « Construire une veille thématique »

Maîtriser XML TEI pour l’édition ( D. Roux, P-Y. Buard, J-F. Rivière) ; 

OpenEdition dans les outils pour les bibliothèques (J. -C. Peyssard, J.-B. Bertrand) ; Tweets associés à « OpenEdition dans les outils pour les bibliothèques »

Valoriser le patrimoine scientifique en ligne (R. Maurel-Segala, Th. Mansier) ; Tweets associés à « Valoriser le patrimoine scientifique en ligne »

De la lecture numérique, M. Roland-Guill

cc OpenEdition (sur Flickr)

 

Tweets de l’exposé « De la lecture numérique »

En quelques mots :

M. Roland-Guill nous propose une « causerie », non pas sur les conditions de fabrication et d’utilisation du livre électronique, mais en déplaçant la problématique du côté de la lecture numérique, des modes de lecture qu’elle induit.

Parcourant et discutant différentes théories des médias, en partant notamment de celles de Nicolas Carr (« the message is the media »), il nous amène à considérer le livre comme un révélateur d’un état de la société (approche historique), la lecture comme un processus qui ne dépend pas tant des supports sur lesquels elle s’effectue que des intentions qui la motivent (information versus formation).

 


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...