D’une expérience vécue à un questionnement de recherche en sciences humaines

Mon expérience de la pratique de recherche correspond à des stages effectués dans le cadre d’un Master de biologie moléculaire et cellulaire comprenant au total 15 mois cumulés d’immersion en laboratoire (Dullin et al. Pf1a triggers GABAergic neuronal cell fates in the retina, BMC Dev Biol. 2007 Oct 2;7(1):110 Accessible en ligne), dans trois laboratoires distincts [1]. De celle-ci, associée à celle d’une formation très spécialisée en biologie, est venu le besoin de prendre du recul, de « prendre pour objet la science» à laquelle j’ai été formée.

La réflexion préliminaire pour se distancer de sa discipline d’origine consistait dans le fait d’essayer de comprendre ce qu’était finalement que la science, dans la mesure où elle m’apparaissait trop souvent, dans notre formation universitaire, comme un concept trop peu défini et en tout cas rarement ramené à une activité professionnelle, menée par des individus, au sein d’une société, et à ses enjeux.

Par l’expérience des stages en laboratoire et la rencontre de nombreux enseignants-chercheurs au cours de notre formation, mon rapport à la science est très vite devenu non neutre (Pestre, 2006). Si je me suis prise au jeu des expériences, de l’obtention de résultats, de la liberté d’organisation et d’initiative, et de l’excitation intellectuelle, le discours fréquemment tenu sur l’activité de recherche ne me « parlait pas ». En quelque sorte, je peux dire que je n’adhérais pas au discours fondant l’identité du chercheur en biologie, telle qu’elle nous était présentée. Ainsi est né le sentiment d’une profonde dissemblance avec un certain nombre de professionnels de la recherche en biologie (pas tous bien sûr), dans ses dimensions concurrentielles, de quête de l’efficacité et du rentable. Il provient aussi à mon sens notamment de l’absence de projection dans un idéal de dévouement total pour la recherche, incarné par certains chercheurs, de vie consacrée à un sujet très spécialisé, sans compter les heures passées au laboratoire, parfois au détriment de la vie personnelle ou d’une ouverture vers d’autres centres d’intérêt. Mais il est lié également à l’absence trop fréquente d’exercice concret d’une certaine responsabilité sociale (y compris en recherche fondamentale) et plus largement du manque d’articulation du travail effectué en laboratoire avec les problématiques de la société civile.

Photo: cc Darko Hristov sur Flickr

Dans l’expérience quotidienne de la pratique, certains vécus ont conforté cette distance à une identité professionnelle, qui devint petit à petit extérieure à l’identité personnelle que je me forgeais : l’isolement, ressenti comme tel, des chercheurs dans leur domaine de spécialisation et l’insuffisante communication entre les individus, entre les laboratoires, avec le grand public ; le travail collectif essentiellement fondé sur une structuration hiérarchique, à l’inverse d’un imaginaire préalable et idéaliste du travail en équipe ; l’expérience de la compétition entre les laboratoires, notamment pour la publication d’articles, opposée à l’idéal de la quête « noble » et commune de connaissance, encore une fois idéaliste et préalable à l’épreuve concrète de la pratique de recherche en laboratoire ; l’exercice de la critique comme moyen de dévalorisation de ses pairs et de conforter sa propre autorité dans le domaine, plutôt que comme outil constructif de travail collectif.

L’adoption d’une vision plus réaliste, mais désenchantée, s’est donc assortie d’un besoin prégnant de prise de recul. Il s’agissait pour cela de se détacher de l’expérience personnelle pour l’élargir à d’autres expériences individuelles : s’agissait-il déjà de la recherche d’espaces de construction d’une intersubjectivité (Le Marec, 2010) ?

Comment et à partir de quoi, et notamment de quels discours se structure notre imaginaire de la science ? En quoi celui-ci est-il modifié ou non par la pratique de recherche, et comment peut se construire un rapport identitaire et culturel aux sciences au sein du laboratoire ? En quoi la recherche scientifique, en tant qu’activité professionnelle, est-elle spécifique ou non quant à la mise à l’épreuve d’un idéal et à l’identité professionnelle qui s’y élabore ? Pourquoi part-on des sciences ou reste-t-on dans la pratique de recherche ? (voir mon sujet de thèse)

Les sciences humaines et en particulier le domaine des études de sciences, par l’approche des sciences de l’information et de la communication, m’ont semblé offrir assez naturellement un espace de réflexivité salvateur et un lieu de construction d’un questionnement scientifique, à partir de questions issues d’une expérience personnelle. Celles-ci ont bien sûr évolué et évoluent tout au long du travail de thèse, par les lectures et dans l’élaboration d’une problématique et d’un objet de recherche.

Photo: cc Pulpolux !!! sur Flickr

[1] Trois belles expériences sur le plan humain, associées à un travail de stagiaire en laboratoire de recherche très intéressant, mais qui comment à laisser entrevoir les enjeux de la recherche, au delà de l’équipe d’accueil, au-delà de son laboratoire.

Références :

Le Marec, Joëlle, Les études de sciences : pour une réflexivité institutionnelle, Paris : Editions des archives contemporaines, 2010.

Pestre D., Introduction aux Science Studies, Ed. La Découverte, Paris : 2006