Pourquoi une UE « Sciences et Société » pour de futurs chercheurs ?

Le cursus suivi par les étudiants en Master recherche de biologie expérimentale, auxquels j’enseigne dans le cadre d’un cours intitulé « Sciences et Société : éthique et communication scientifiques », consiste essentiellement en l’apprentissage des savoirs, savoir-faire et savoir-être considérés comme déterminant pour devenir un « bon » chercheur.

Il vise ainsi :

– l’acquisition de connaissances de pointes en biologie, directement issues des laboratoires de recherche en interaction avec lesquels les enseignements sont construits (par l’intermédiaire des enseignants-chercheurs) ;

– la compréhension profonde du pourquoi et du comment de techniques expérimentales ;

– l’appropriation par les étudiants des modes de raisonnements scientifiques ;

– mais aussi de certaines normes de la pratique de recherche : normes de communication par exemple (« il faut que je sache faire un powerpoint » ; « il faut que je sache écrire une publication ») ainsi que normes d’évaluation (« il faudra que je publie régulièrement et de préférence dans telle ou telle revue »), qui permettront aux étudiants d’être rapidement compris et reconnus par leurs directeurs de stage et leurs futurs collègues.

Dans cette formation, un espace de réflexion et de prise de distance sur les enjeux de leur futur métier me paraît indispensable, au moins pour donner l’occasion aux étudiants de prendre le temps de s’interroger à quatre niveaux (ce qu’ils n’ont souvent pas vraiment eu l’occasion de faire jusque-là au cours de leurs études, exigeantes en temps, et que le rythme effréné d’une thèse en biologie expérimentale ne permettra pas toujours de faire non plus ensuite…) :

  • Pour quelles raisons (fondées sur quelles idées préalables à l’expérience du métier ?) ai-je choisi et envie de faire de la recherche ? Quel sens est-ce que je donne à cette pratique professionnelle ?
  • Comment sont construites et validées (individuellement et collectivement) les connaissances que l’on m’apprend ? Qu’est-ce qui leur donne leur statut de fait scientifique ?
  • Comment s’intègre l’activité de recherche et d’enseignement dans la société qui la rend possible (enjeux sociaux, économiques, politiques, etc.) ?

Et de manière plus transversale :

  • D’où viennent ces normes que l’on intègre en tant qu’étudiant ? Qu’est-ce qui les justifient et que disent-elles de la pratique de recherche (normes d’évaluation et de publication par exemple) ? Que rendent-elles possibles et qu’empêchent-elles ?

Références bibliographiques : quelques fondamentaux pour le cours

  • BENSAUDE-VINCENT Bernadette, « La science contre l’opinion, histoire d’un divorce, » Les empêcheurs de penser en rond, 2003 (1999 pour l’édition originale sous le titre L’opinion publique et la science. A chacun son ignorance).
  • BOURDIEU Pierre, Science de la science et réflexivité, Editions Raisons d’agir, 2001
  • BOURDIEU Pierre, « Les usages sociaux de la science – Pour une sociologie clinique du champ scientifique », Inra éditions, 2001
  • CHALMERS Alan, « Qu’est-ce que la science ? », Paris, La Découverte, 1987 (1976 pour l’édition originale en langue anglaise).
  • JURDANT Baudouin, « Les problèmes théoriques de la vulgarisation scientifique » (thèse de 3ème cycle soutenue en 1973), éditions des Archives Contemporaines, 2009.
  • LABASSE Bertrand, «La communication scientifique – Logiques et méthodes», Chassieu, 2001
  • LATOUR Bruno, WOOLGAR Steve, « La vie de Laboratoire. La production des faits scientifiques », La découverte, 1996
  • LATOUR Bruno, « Le métier de chercheur », Inra éditions, 2001.
  • MORANGE Michel, « Histoire de la biologie moléculaire » La Découverte, 1994
  • MORANGE Michel, « A quoi sert l’histoire des sciences ? », éditions Quae, 2008
  • PESTRE Dominique, «Sciences, argent et politique », Inra éditions, 2003.
  • STENGERS Isabelle, BENSAUDE-VINCENT Bernadette, « 100 mots pour commencer à penser les sciences »,  Les empêcheurs de penser en rond, 2003.
  • VINCK, Dominique, « Sciences et société. Sociologie du travail scientifique, Armand Colin, 2007u.

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...