Les collect’penseurs – Inscrire, effacer, dialoguer

Billet publié en parallèle de celui de Stéphanie Messal sur la même expérience.

Je suis ressortie fascinée et perplexe d’une expérience d’écriture collective avec Stéphanie Messal (Misanthropologue) et Yann Calbérac (Dans le miroir d’Alice).

Ce fut imprévisible et étonnant.

Nous avions convenu de bloquer une heure de notre temps, au milieu de nos travaux, de nos journées individuelles et parallèles pour nous retrouver devant nos écrans respectifs, chacun se situant dans une salle différente et indéterminée, dans un lieu qu’aucun d’entre nous n’a pas précisé. Peu d’indices sur les contextes dans lesquels chacun était. Un seul peut-être : c’était l’heure du thé du côté de Yann.

Nous nous étions donnés rendez-vous quelques jours plus tôt. Comme une rencontre que l’on prévoit, mais par écrans interposés.

Nous ne savions pas trop où aller. Une seule envie commune justifie notre initiative : faire se croiser nos intérêts, nos préoccupations. Notre exercice à commencer par la mise en commun de thèmes, sous forme de mots-clés et d’associations d’idées, en amont, pour situer les points où l’on se rejoignait.

Photo : cc Maxime Faury

A partir d’une liste riche constituée au préalable, nous sommes partis de plusieurs mots-clés qui semblaient refléter la croisée de nos chemins :

Culture matérielle, imaginaire disciplinaire, passage,

et, subsidiairement, thé et miroir

A partir de là, notre lieu d’expression étant techniquement défini (Piratpad), l’écriture s’est naturellement installée, au fil des idées. Et c’est avec étonnement que nous avons vu nos réflexions s’inscrire simultanément et se développer devant nos yeux, chacune dans sa couleur. Il aurait peut-être fallu filmer notre écran pour en rendre compte.

Cette expérience donne l’impression d’être dans trois têtes en même temps : pas de parole qui circule entre nous, ce qui donne à chacun le loisir de réagir en décalé à ce qui vient tout juste d’être écrit, d’y revenir, de compléter. Nous nous « écoutons » malgré tout puisque nous pouvons nous lire et nous relire à loisir, revenir sur un terme qui nous interpelle, une piste esquissée et trop vite laissée pour une autre direction.

J’ai retrouvé une sensation similaire que ce j’ai pu expérimenter au début du mois de septembre, au cours de l’Université ouverte du Cléo, avec la pratique des live-tweets accompagnant les cours et ateliers : en même temps que se déroulait la conférence nous pouvions suivre sur Twitter les réactions en instantané de participants, présents ou non dans la salle au moment de l’intervention, toutes avec un point de vue particulier, une perspective, mais surtout une expérience professionnelle spécifique des problématiques abordées par l’intervenant donnant lieu à des compléments et des remarques, souvent très pertinentes, qui dialoguaient avec le point de vue du conférencier.

Notre échange n’est donc pas tout à fait comparable avec ce qui se passe à l’oral lorsque l’on discute. Il ne l’est pas non plus à un texte qu’on écrirait à six mains : il se structure au fur et à mesure, dans un processus qui s’invente sous nos yeux et dont il est difficile de témoigner : mélange de couleurs, insertions de remarques,… Des paragraphes initialement accolés s’éloignent parce qu’on y introduit de nouveaux éléments au fur à mesure, d’autres pensées. On ouvre des tiroirs. Le texte est mouvant.

« La vie est mouvement », mais la pensée aussi et il est intéressant de la voir se dérouler, se matérialiser sous forme de mots qui apparaissent, de retours en arrière, de corrections de termes, etc. Devant les hésitations des autres, on attend d’avoir la suite : plutôt que d’être est pendu à leurs lèvres, on se pend à leurs lignes. Et l’on a aussi des règles de vivre ensemble : on ne se coupe pas la parole, c’est-à-dire qu’on ne s’immisce pas dans les paragraphes des uns et des autres.

A partir d’un certain moment, il devient difficile de suivre la discussion : celle-ci part dans de multiples directions. Cela se matérialise concrètement par le fait que l’on soit obligé de chercher dans la page l’endroit d’où émergent les mots nouveaux.

De quoi parle-t-on à bâtons rompus, devant l’écran de nos ordinateurs ?

Notre discussion était assez inhabituelle : il s’agissait de parler à distance, pas nécessairement sur nos sujets de recherche, mais plutôt de nos expériences de la pratique de recherche, à partir de mots identifiés comme autant de lieux de convergences.

On parle de réflexivité

L’entrée par le miroir :

La réflexivité fut finalement notre premier sujet de discussion : « Est-ce que l’on peut en même temps travailler et se voir travailler ? ».

[…]

MF : « La question est-elle de pouvoir ou de ce que cela fait de le faire ? De l’expérimenter ?

YC : « Les deux : peut-on le faire ? Et qu’apporterait l’expérience ? »

MF : « Je me pose la question du « même temps ». Peut-on réellement faire deux choses en même temps ? Et si non comment alterner ? […] »

YC : « Est-ce que travailler et se regarder travailler ne procèdent pas de la même tâche ? C’est un même travail qui a deux aspects. »

MF: « C’est l’impression que j’ai aussi. Quand je travaille à mes recherches, je regarde en même temps ma pensée évoluer, se développer, les chemins qu’elle emprunte : est-ce que cette voie n’est pas guidée par un a priori ? Qu’est-ce qui m’amène à penser de cette façon, ne pourrais-je pas me décentrer, me décaler ? Prendre un autre passage que je ne voyais pas spontanément ? »

SM : « C’est une distanciation étrange car sur une photo effectivement plus il y a de profondeur de champs plus l’arrière plan devient flou ou l’avant… selon que l’on serait plus concentré à ce que l’on fait ou ce que l’on est. »

YC : « Cela pose la question de savoir si on peut prendre différents passages en effectuant une seule tâche, quel passage offre une tâche ? »

MF : « Est-ce celui que l’on croit emprunter ou que l’on construit en l’empruntant ? Est-ce que le passage que l’on prend n’est pas la combinaison de nombreux passages empruntés auparavant ? Je m’explique, quand je lis un livre, je ne lis pas ce livre seulement, je ne rencontre pas un seul auteur, il rencontre l’ensemble des textes et discussions que j’ai pu avoir auparavant, il résonne avec mes propres questionnements, ma propre expérience. »

YC : « Oui : c’est Montaigne dans ses Essais. On lit toujours à la lumière de ce qu’on a lu. On pense avec autant qu’on pense contre. »

[…]

Photo: cc stef_dit_patoc sur Flickr

On parle de l’exercice auquel l’on est en train de se prêter, de nos modes d’écriture, de parcours, de l’inscription

Très vite nous abordons la question de l’exercice-même auquel nous sommes en train de nous prêter : par l’écran, on se voit faire en quelque sorte, déjà à distance de l’écrit, le sien propre et celui des autres. Tout se passe comme si l’on retombait dans nos vieux travers de chercheurs, et notamment celui de tout aborder selon une perspective réflexive, qui finalement nous rapproche.

On finit ainsi par appliquer à ce à quoi on est en train de participer (une forme d’écriture collective), à ce type singulier d’écriture, en miroir, les questions que l’on se pose sur notre façon de travailler en tant que jeune chercheur.

Cela devient très vite passionnant dans la mesure où en commentant et en essayant de prendre de recul sur ce que l’on est en train de faire dans l’instant, on en vient à aborder de multiples  dimensions du travail de recherche et même des questions fondamentales liées à ce travail : la place de l’écriture dans la réflexion, dans la structuration de la pensée ; les moments de la réflexivité dans le travail de recherche ; la question du parcours du chercheur et de son influence sur l’élaboration et l’évolution de nos questions de recherche ; les questions identitaires qui se posent pendant une thèse (qu’est-ce qui donne au jeune chercheur sa densité, sa matière ?)

Nous abordons rapidement le rapport à l’écriture et à l’oral dans la recherche (voir à ce sujet les discussions passionnantes du séminaire Le Chaos des écritures).

  « Je tenterai de restituer comme je peux, mais forcément mal puisque j’en passerai par la nécessaire structuration propre au texte publié, le va et vient chuchotant incessant qui accompagne toute trajectoire de chercheur, chuchotement peuplé à la fois de situations de terrains remplies de dialogues interpersonnels (avec les enquêtés, les collaborateurs, les interlocuteurs de toutes sortes) et de textes animés de dialogues imaginaires avec les auteurs et les protagonistes des récits. » (Le Marec, HDR, 2002)


Avec @misanthropolog et @yann_c, nous n’avons encore jamais travaillé ensemble dans « la vraie vie », mais nous avons trouvé rapidement, via Twitter, des réflexions et des discussions au croisement de nos préoccupations respectives. Dans le cas de cet exercice d’écriture collective, pas d’objectif, pas d’enjeu à part celui « d’écrire ensemble » et « de se rencontrer sur nos questions ».

Il me semble que l’on a touché par cette expérience à ce qui fonde la convivialité et l’échange, qui ne touche pas seulement à notre façon de travailler collectivement mais plus généralement à une façon de concevoir la pratique de recherche : le collectif, le constructif et l’ouverture à d’autres perspectives, notamment disciplinaires. Ce qui commence avant tout par le fait de ne pas se prendre au sérieux : partir avec le moins d’aprioris possible, ne pas se restreindre sur ce qui pourrait être légitime de dire ou non dans ce cadre particulier d’écriture, assortie d’une certaine liberté de ton. Et voir avec curiosité où cela allait nous amener. Il s’agit finalement d’un réel lâcher-prise voire même d’une improvisation : on cherche à expérimenter ce qui va se produire lorsque l’on se rencontre autour d’un objet avec nos perspectives différentes, à voir ce qui va se passer (comme ce que nous souhaitons permettre dans les séances du Labo junior « Enquête sur l’homme vivant »).

En une heure, nous avons finalement abordé beaucoup de sujets dont certains me tiennent particulièrement à cœur dans mon travail de recherche, profondément liées à mon expérience de la recherche et de la thèse, sans que je prenne le temps ni la peine de les formuler exactement.

Je suis donc ressortie fascinée de cette expérience, mais aussi perplexe : pourquoi ne fait-on pas cela plus souvent ?


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Stéphanie Messal dit :

    Billet fort intéressant sur le retour de notre conversation dactylographiée !

    J’apprécie énormément l’idée des espaces inconnus : « chacun se situant dans une salle différente et indéterminée, dans un lieu qu’aucun d’entre nous n’a pas précisé. Peu d’indices sur les contextes dans lesquels chacun était. Un seul peut-être : c’était l’heure du thé du côté de Yann. » (d’ailleurs, c’était un Marco Polo). Nous étions virtuellement ensemble dans un espace écran bien que nos corps fussent réellement posés dans un espace matériel. Idée fort intéressante qui rejoint la notion du miroir. Je ne peux que penser à Alice franchissant le miroir et se projetant dans un autre monde. Le miroir comme une porte : un passage (décidément) !

    L’idée de filmer l’écran est à retenir : l’instantanéité de l’écran mouvant est à voir et à vivre ! Impossible de le retranscrire par les mots. D’où la nécessité d’un direct peut-être plus tard pour partager les changements de ce texte grandissant ou rapetissant, se colorant, se mélangeant (je pense aussi à Alice et à sa rencontre avec la chenille autour du champignon) avec quelques spectateurs curieux… quand on maîtrisera mieux l’outil.

    « plutôt que d’être est pendu à leurs lèvres, on se pend à leurs lignes. » > La phrase du jour, celle que je retiendrai de tout cet échange ! Complètement révélatrice de ce moment ! On attend avec impatience que la phrase se finisse que la ligne s’arrête pour en découvrir tout le sens et pouvoir interagir avec.

    Et je rejoins complètement ta conclusion : aucun a priori, mélange pluridisciplinaire, expérimentation, etc. = un enrichissement stimulant !

    A bientôt ! :^)

  2. infusoir dit :

    Merci beaucoup pour ton commentaire ! Beaucoup de passages engagés lors de cette première expérience mériteraient en effet d’être prolongés. On recommence quand 🙂 ?

  1. 11 octobre 2011

    […] Le reflet selon Mélodie…  Imprimer ce billet […]