Lucie – Ces échanges qui font la science

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Photo : cc Mélodie Faury

Lucie a choisi ses laboratoires de stages, puis de thèse, d’abord par affinité pour l’objet des recherches qui y était menées : « Non mais, ça a l’air con de le dire comme ça, mais j’ai toujours adoré les plantes, et même gamine, je sais pas pourquoi, c’était un truc qui me plaisait. Et en fait, alors après pourquoi ça m’est resté et… c’est vraiment une question de goût je veux dire, c’est ni un choix stratégique, ni je sais pas quoi, ça me plaisait… ».

Au moment de s’engager pour plusieurs années de doctorat, c’est la possibilité de relations humaines agréables avec l’équipe du laboratoire choisi qui paraît déterminante : « Et en fait, il y a deux choses qui me motivaient, déjà le sujet me plaisait beaucoup. […] Et aussi, il y avait aussi un facteur humain qui fait, qui faisait que je m’étais vraiment très très bien entendue avec Untel, et que, quitte à passer trois ans à bosser dur sur un sujet, je voulais aussi que ce soit dans des conditions, où ça se passe bien. Parce que je pense que… je pense que si ça se passe mal avec son encadrant de thèse… enfin je me connais, moi je prends les choses très à cœur, et j’aurais pas tenu le coup quoi. »

Pour Lucie, ce sont avant tout les connaissances de chacun, leurs potentialités, ainsi que les échanges interindividuels qui font l’intérêt de la recherche, entre les membres d’une équipe, composée de métiers différents et complémentaires, mais également lors de rencontres et évènements scientifiques à l’extérieur du laboratoire : « Intellectuellement parlant c’est… je trouve ça passionnant, clairement. […] On se rend pas compte de tout ce qu’on est capable de faire, les connaissances qu’on a. C’est cet aspect je pense connaissances qui me, qui me plaît vraiment. Et les échanges aussi… enfin je trouve ça, c’est un fonctionnement… On a cette idée un peu caricaturale […] du chercheur enfermé dans son labo, mais en fait, c’est pas ça et… et justement toutes ces réunions, toutes ces discussions, il y a beaucoup de discussions, tu vois on a un coin café l’air de rien, mais en fait, c’est génial quoi. Des fois tu… bon la plupart du temps on parle bouffe et autres bêtises [rires], mais il y a des jours où en fait, t’as des… et en fait c’est des échanges en continu, tu… les congrès… je… ça cette ambiance-là, ça ça me plaît. »

Photo : Pauline Krähenbül / © Tous droits réservés

Ces échanges correspondent à la fois à ce qui la motive dans le travail en collectif et à ce qui prédomine dans son expérience de la pratique de recherche, en tant que doctorante : « Je pense que s’il y a quelque chose qui devait me manquer du monde de la recherche, je pense que ce serait ce côté-là. Je pense qu’on partage quand même beaucoup… Bon après, on partage beaucoup, il y a aussi des concurrences, il faut pas croire que c’est tout beau… c’est, c’est pas non plus ça, clairement, il faut pas non plus trop idéaliser, mais… mais non, quand même, quotidiennement, je trouve qu’on est plus confronté à … enfin, confronté c’est pas le bon mot mais… on vit plus dans une idée de… voilà, d’échanges au moins avec les autres gens du laboratoire, au sein de l’équipe, voire en dehors, que dans une concurrence toujours… ». Et c’est aussi ce qu’elle cherche à montrer aux personnes auxquelles elle est amenée à expliquer en quoi consiste la recherche « Montrer que c’est tout un ensemble de gens… avec des niveaux d’étude différents, des compétences différentes, des buts différents. […] La science, que voilà c’est pas un chercheur qui pense tout seul dans son bureau, mais que c’est tout un ensemble de, de gens qui interagissent, et que c’est toutes ces interactions, qui justement, font la science quoi. »

Malgré cela, Lucie parle déjà de sa thèse au passé, bien que ne l’ayant pas encore soutenue. Elle la décrit comme une expérience enrichissante mais difficile : « Mais j’avoue, que c’est quand même un travail de longue haleine, là je commence à… à avoir envie que ça se termine [rires]. Mais après au niveau des résultats je veux dire, j’ai pas, j’ai rien d’exceptionnel, mais je suis pas non plus dans un cas de thèse désespéré, j’ai obtenu des choses donc… Je pense on va dire que c’est moyen, je pense dans la moyenne. J’ai eu des papiers, enfin… un en troisième auteur, un en premier, en co-premier auteur, donc j’ai de quoi soutenir une thèse, potentiellement. Donc je suis pas dans une situation de stress… tu vois à être pas bien parce que c’est la fin de la thèse et que j’ai rien. Je suis pas du tout… mais c’est vrai que j’avoue que je commence à trouver… enfin, c’est fatiguant… c’est… c’est, c’est quand même un investissement énorme, et… bon voilà, à côté de ça, quand ça marche, t’es vraiment super content [rires] ! »

Relativisant régulièrement l’importance de son travail de recherche pendant l’entretien, pour son côté non « exceptionnel », elle met finalement l’accent sur son attrait pour l’enseignement. Agrégée, elle choisira d’enseigner dans le secondaire l’année suivante : « Mais bon voilà, je veux dire, je regrette pas du tout d’avoir fait une thèse, loin de là. Je suis contente d’être là et… et puis voilà je suis quand même pas, je fais partie des thésards exceptionnels, ou qui ont eu quatre articles majeurs pendant leur thèse, je suis pas non plus… En fait, du coup je suis a… assez sereine tu vois. Après, je pense que je suis aussi dans une situation… sachant que l’année prochaine je sais que j’ai du boulot et… que voilà. […]  Clairement, non, non, je ne me vois pas ne pas enseigner. Si c’est dans le supérieur, ou dans le secondaire c’est dur à dire parce que voilà, non, ça me motive, ça c’est sûr.»

Photo: cc B Tal sur Flickr


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21 novembre 2011

    […] Lucie – Ces échanges qui font la science Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici. Source: infusoir.hypotheses.org […]