Pauline : une recherche engagée, inconcevable sans enseignement

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Initialement, les motivations de Pauline pour la science étaient liées à son expérience personnelle. Ses objectifs ont évolué au fil de sa formation et de la découverte de l’importance d’une certaine mise à distance vis à vis de ses objets de recherche : «  […] je pense qu’il faut vraiment se méfier quoi, de l’implication sentimentale… Autant faire des choses, faire avancer la recherche en biologie, se dire qu’effectivement on va aider des personnes malades etc., je pense  que du coup le fait d’avoir des personnes malades dans son entourage peut être une motivation, mais travailler vraiment sur ce que ces personnes-là ont, je pense que c’est pas forcément bon quoi, pour soi, pour les autres, enfin, que c’est, tu manques forcément de recul quand tu fais ça je pense. »

L’intérêt qu’elle porte pour la recherche en génétique au moment de sa thèse dépasse finalement les applications potentielles des résultats qu’elle pourrait trouver : « Comprendre, juste pour comprendre la vie, même pas avec un but médical, ou en tout cas, à ma paillasse tous les jours, le but médical il est pas présent dans ma tête clairement, alors que le but de connaissances scientifiques ouais, toujours. C’est vraiment, ouais, c’est vraiment ça qui me motive quoi. »

Source: http://www.coramh.org/pages.php?p=2

De l’encadrement de son master, puis de sa thèse aux relations inter-individuelles dans et entre les laboratoires, Pauline porte un regard critique et tranché sur la recherche : « par rapport à l’encadrement de ma thèse, bon c’est clair, c’est pas comme ça que je vois la relation entre un thésard et une directrice de thèse, et par exemple je trouve qu’on a pas du tout assez d’interactions, sur le plan scientifique et sur le plan technique, et que ma chef est pas quelqu’un d’extrêmement présent, et ça, ça me pèse vraiment. » Elle ajoute plus loin : « c’est vraiment de l’arrivisme toujours quoi, enfin, les gens font passer leur carrière avant, avant l’aspect humain, alors, il y a sûrement des raisons aussi, il faut dire que c’est très difficile de faire une carrière dans la recherche donc effectivement, si tu es pas un peu un loup tu as un peu de mal à y arriver, enfin, il faut aussi un peu écraser les autres parce que sinon, ça passe pas. Mais je trouve ça dommage quoi, je trouve ça dommage que la sélection elle se fasse comme ça. C’est pas les meilleurs scientifiques qui arrivent aux plus hauts postes, c’est ceux qui ont les dents les plus longues. » Proche des mouvements de syndicats, elle exprime à plusieurs reprises un fort intérêt pour les questions de gouvernance de la recherche et un mécontentement quant aux modes de fonctionnement de la recherche : « Enfin, les chercheurs en biologie, de manière général je les trouve très peu concernés par très peu de choses en fait, enfin le manque d’intérêt est flagrant […] en ce moment, on est dans un contexte un peu particulier parce qu’il y a la refonte de l’unité, donc toutes les équipes en gros, c’est remis à plat et c’est reconstruit on va dire, donc que ça leur prend énormément de temps, énormément d’attention, et donc finalement les questions plus générales […] ils s’en fichent complètement quoi vraiment c’est… »

L’encadrement des stagiaires et des thésards est au centre de ses préoccupations et de ce qu’elle déplore dans le mode de fonctionnement de son laboratoire : « quand elle prend par exemple un stagiaire de master, et donc c’était sûrement mon cas quand je suis arrivée, même si après j’avais pas forcément de recul, etc., c’est… c’est, elle prend de la main d’œuvre pour faire des publications, elle prend pas quelqu’un qu’elle a envie de former par exemple, et ça c’est, enfin, peut-être un petit peu, mais c’est clairement pas le but principal, quand elle prend un stagiaire de master, c’est pour faire du volume, elle le voit comme sa force de frappe, c’est son mot quoi je veux dire. » Plus généralement, c’est la relation pédagogique qui lui paraît indissociable de la pratique de recherche : « enfin, moi qui suis extrêmement attachée à l’aspect enseignement et l’aspect encadrement des thésards et des stagiaires etc, c’est quelque chose qui me révolte complètement, et c’est pas qu’elle, hein je veux dire, là en ce moment, tous les chercheurs du labo ont au moins trois, voire quatre stagiaires, ce que je considère comme complètement anormal. […] Moi ce qui me plaît dans ma thèse c’est la partie monitorat, c’est la partie enseignement, donc quelle que soit la suite de ma carrière ce sera forcément avec un partie importante d’enseignement. Soit enseignement dans le secondaire, soit enseignement dans le supérieur. »

Source : http://www.observatoiredessubventions.com/tag/enseignement/


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Stéphanie Messal dit :

    Mais super ! J’ai adoré cette lecture ! Tu acceptes tous les champs disciplinaires ?
    Du coup, je vais lire les autres témoignages : c’est excellent comme démarche. :^)