De la sociologie des sciences pour les scientifiques ?

Et plus largement une ouverture aux sciences humaines et sociales (première étape avant celle du dialogue, bilatéral donc par définition, avec les sciences humaines et sociales… une chose après l’autre, la première donnant déjà du fil à retordre…) ?

La question se pose depuis longtemps et les avis divergent. Une discussion sur le blog d’Enro, La science, la cité, sur la question de la réflexivité, me donne l’occasion de donner ici quelques idées supplémentaires concernant le débat à ce sujet.

D’un côté, on peut citer un auteur comme Bruno Latour, dans Le métier de chercheur – Regard d’un anthropologue (INRA éditions, 2001) qui se positionne de la façon suivante :

« Thomas Kuhn a montré qu’on ne pouvait pas former des scientifiques intelligemment : ce qu’il faut, c’est les pénétrer du paradigme de leur discipline, aux deux sens du terme ! Alors, l’idée d’introduire une pincée, voire davantage – de sociologie des sciences dans une école doctorale, il me semble que cela n’aurait guère de sens pour de futurs chercheurs. On peut former intelligemment des non-scientifiques à l’approche des sciences, parce qu’ils ne vont pas, eux devenir des scientifiques. Mais un scientifique, il faut accepter l’idée de le former bêtement ! Pour l’excellente raison que de toute manière, l’essentiel du « training », quoi que l’on fasse, restera répétitif et ennuyeux. Il faut acquérir des savoir-faire, des automatismes, une discipline quasi-physique, qui s’obtient quasiment comme la discipline du corps, uniquement par le travail, par l’exercice répété, inévitablement tatillon, fastidieux, stupide. Un scientifique qui serait formé intelligemment, ça ne serait jamais un bon scientifique : trop de fragilité, trop d’états d’âme et pas assez de réflexes… C’est comme dans le sport de haut niveau, ce n’est pas comme cela que l’on gagne ! C’est malheureux à dire, mais si Kuhn a raison sur ce point – et je pense qu’il a raison- alors il n’y a pas moyen d’éviter le caractère profondément fastidieux du training qui va permettre d’acquérir la discipline nécessaire pour devenir chercheur. », p.94.

Autrement dit, rien ne sert de « se regarder faire » si l’on souhaite être efficace, productif, bref, un « bon scientifique ».

Là où l’on peut donc déjà ne pas être d’accord c’est sur les caractéristiques du « bon scientifique », mais ce pourra être le sujet d’un autre billet.

N’est-il dès lors pas contradictoire que B. Latour accepte pour les scientifiques ce qu’il ne souhaite à personne :

« Le problème, c’est qu’on impose cette formation ennuyeuse à tout le monde ! C’est profondément absurde et injuste pour ceux qui ne se préparent pas à devenir des scientifiques. En gros, on réussit assez bien à produire des scientifiques, mais on dégoûte de la science le reste des gens, ce qui est idiot et dangereux. » p.95

Ce qui est étonnant c’est de ne pas s’inquiéter plus que cela de dégoûter les scientifiques eux-mêmes de la science ou encore d’induire une sorte de « sélection » d’un certain rapport à la science, de ne garder que ceux qui supportent ce « training » et en tout cas de réduire la diversité des acteurs de la recherche.

Lorsqu’il continue ainsi, on peut être perplexe :

« Non seulement on dégoûte de la science des millions et des millions de gens, mais en plus on leur en donne une idée complètement fausse, et on les dissuade de s’y intéresser en tant que citoyens, parce que la science est présentée comme une activité qui doit rester à l’écart de la société, ce qui entre parenthèses arrange bien certains. Il faudrait donc former bêtement ceux qui vont devenir des scientifiques, et former les autres intelligemment, en les intéressant à la science sans essayer de leur apprendre à en faire, puisque l’on sait très bien qu’ils n’en feront jamais ! Et c’est là que l’histoire des sciences, la sociologie des sciences, seraient utiles. » p. 95

Si on ne peut qu’être d’accord avec le décalage entre l’image de la recherche donnée au cours de la formation des étudiants en sciences, et même jusqu’à un niveau avancé, il est difficile d’admettre un traitement différent entre « citoyens » et « scientifiques », puisque les seconds font partie des premiers !

Comment concevoir que les scientifiques puissent rester dans une « mystification » de la science, coupée de la société, alors que les autres comprendraient ce qu’elle est « en réalité ? Au nom de quoi et des intérêts de qui laisserait-on les étudiants en science dans leur « idée complètement fausse de la science » ? Comment peut-on dire que nous avons besoin de personnes qui font de la science sans y réfléchir, « bêtement » ?

Plus étrange encore est de pouvoir soutenir cette position deux pages seulement après les mots suivants :

« La longue épreuve initiatique imposée aux jeunes scientifiques est absurde et cruelle. Elle consiste à passer de la maîtrise au doctorat, du doctorat au post-doc, et à découvrir par soi-même la réalité de la science qui se fait, comme on découvrait autrefois le sexe, dans l’horreur de la nuit de noces non préparée ! Mais pour la science, c’est encore pire, car on met longtemps à comprendre ! Et beaucoup de scientifiques vivent cela très mal, je l’ai dit, comme une déchéance. » p93

Encore une fois, une contradiction, puisqu’il continue ainsi cinq lignes plus bas :

« Le plus étonnant, c’est que durant tout leur parcours de formation, jamais personne ne leur aura parlé de tout cela. La recherche n’est pas au programme des formations scientifiques ! Il me semble pourtant qu’il serait important, à un moment ou à un autre, de former les chercheurs à leur métier, comme on le fait pour tous les métiers. » p93

Ce qui emporte ma totale adhésion. Mais, à la suite de Michel Morange, Baudouin Jurdant ou encore Dominique Vinck1, je gage que l’ouverture aux sciences humaines et sociales (qu’il s’agisse d’histoire des sciences, de sociologie, d’épistémologie, de sciences de l’information et de la communication, etc.)  est justement un mode d’accès unique à la science en tant non pas qu’ensemble de faits scientifiques mais que pratique, métier, discours,  démarche, activité sociale, etcetera.

En bref, je pense que l’insertion de modules de formation aux sciences humaines et sociales est une façon d’accéder à une certaine réflexivité, absolument fondamentale pour faire évoluer le sens que l’on donne à sa pratique au cours de la découverte de celle-ci par les stages, puis la thèse et le reste de la carrière de chercheur.

Il semble de plus nécessaire qu’elle ait lieu suffisamment tôt pour éviter que le dégoût ne soit suivi d’une désertion au moment de la thèse ou plus tard et pour assurer que des scientifiques ayant un recul certain sur leur pratique, ses acteurs et ses enjeux soient toujours au centre de l’activité de recherche, et ce dès le début de la carrière de chercheur.

Billet publié également sur le Pri(s)me de tête et sur sur le portail Science et Société, dans Points de vue
—-

1. Leurs positions sur ce sujet feront vraisemblablement l’objet d’un futur billet, tout comme les idées de P. Bourdieu sur la réflexivité en sciences sociales.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Benjamin Geer dit :

    Je crois que Latour a mal compris Kuhn, comme si ce que Kuhn appelle la « science normale », par opposition à la « science révolutionnaire », était la science toute entière. Je trouve que la sociologie de la science proposée par Bourdieu (y compris ses commentaires sur Kuhn) est effectivement beaucoup plus convaincante.

  2. infusoir dit :

    Bonjour Benjamin,
    Merci pour vos retours sur ce blog, que je lis avec intérêt même si mes réponses ne suivent pas toujours. J’espère arriver bientôt à plus de réactivité sur ce point !

  3. J’avais complètement oublié cette dimension de cette conférence et j’ai été un peu surpris à la lecture de ces propos qui peuvent surprendre.

    Les deux démarches – être d’une part un chercheur et chercher à produire des connaissances et d’autre part avoir un recul réflexif sur ses pratiques – ne sont pas sur le même plan. Quand un chercheur s’interroge sur ses pratiques, il ne produit pas de connaissance. Un bon médecin, c’est celui qui diagnostique et qui soigne, pas celui qui s’interroge sur les liens entre son savoir et les attentes de la société. Pire : ça peut être contre-productif (si on s’interroge sur notre manière de marcher, il y a de fortes chances que l’on tombe). Donc cette réflexion sur les usages de la science (nécessaire) doit se faire AILLEURS : je lis ce texte comme un propos militant pour constituer un champ autonome et légitime dont Latour est à l’origine, la sociologie des sciences. Si les chercheurs doivent s’intéresser à leurs pratiques, cela nécessite de sortir de leur discipline d’origine. C’est le cheminement que tu as suivi, et c’est celui que j’ai refusé (en restant parmi les géographes). La conférence a plus de 15 ans, et depuis le paysage scientifique a changé, et cette posture ne tient plus forcément.

    Cela conduit à relativiser la rupture entre le chercheur et les usages faits de ses travaux. Les travaux ultérieurs de Latour tendent (du moins en ai-je l’impression) à relativiser cette rupture, et donc à redéfinir le lieu où l’on peut effectuer ce retour réflexif. Des ouvrages comme « Nous n’avons jamais été modernes » (1997) ou « Politique de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie » (1999) permettent de repenser cette articulation en rompant définitivement avec l’idée d’un partage radical entre la science et la société (qu’on lit encore un peu dans le conférence que tu mobilises).

    • Antoine Blanchard dit :

      Yann, je ne suis pas d’accord quant tu écris que « quand un chercheur s’interroge sur ses pratiques, il ne produit pas de connaissance ». Les exemples de science féministe montre que l’un peut aller avec l’autre, et qu’un retour sur les circonstances ou les présupposés d’une connaissance peuvent aider à les transformer et faire avancer le front de recherche (les exemples les plus fameux sont en paléoanthropologie, primatologie et biologie du développement).

      • Merci Antoine : ta remarque tout à fait juste m’oblige à mieux préciser mon point de vue.

        Quand Bruno Latour parle du travail des scientifiques incapables de réfléchir à leurs pratiques, il se place dans l’horizon positiviste. Le but des chercheurs est d’atteindre l’objectivité – qui garantit la scientificité de cette démarche – donc ils n’ont pas besoin de s’interroger sur les conditions de production de leurs énoncés. C’est même contreproductif : il faut montrer que l’expérience est généralisable (donc reproductible) et on efface complètement le sujet.

        A l’inverse, les postures constructivistes (dont relèvent les approches féministes que tu évoques) nécessitent, elles, de clarifier les points de vue : la réflexivité est donc un préalable indispensable et ouvre un champ que Latour invite à explorer.

        La question est donc la place de ce champ : est-ce qu’il peut se développer au sein même de la discipline, ou ailleurs, dans un champ autonome, en l’occurrence la sociologie des sciences.