Paroles de doctorante – Premier bilan d’une toute jeune doctorante en latin

Si vous êtes en cours de thèse, quelle qu’en soit la discipline, ou que vous l’avez déjà soutenue, vous pouvez contribuer à cette galerie en racontant votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Témoignage reçu par courrier électronique le 12 décembre 2011

Ce témoignage était accompagné du message suivant :

« Je ne suis pas réellement concernée, puisque je viens de commencer ma thèse – en latin – au mois de septembre. Mais il m’a paru intéressant, pour moi-même, de répondre à votre questionnaire, me disant qu’il pourrait être utile de s’astreindre à le reprendre chaque année, pour voir comment je vais évoluer dans le monde de la recherche. Je vous adresse néanmoins ce premier bilan de ma pour l’instant courte vie de thésarde, pour contribuer à votre galerie de doctorant. »

Source : juliefrigeni.canalblog.com

Récit d’un début de thèse de Doctorat de latin

Comment en êtes-vous arrivés à faire de la recherche ?

Difficile à dire, je ne suis même pas sûre de le savoir moi-même ! Gentille fille douée à l’école, j’ai suivi les filières « d’excellence » par goût d’apprendre et de savoir, dans toutes les disciplines. Tout comme monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, moi je pratiquais en quelque sorte l’encyclopédisme. Du bac à la prépa, de la prépa à l’ENS, intégrée presque plus par défi personnel qu’autre chose, après un échec à la première tentative. Après un mémoire de M1 sur un manuscrit du XIIIème siècle accompagné d’avertissements « attention, le latin médiéval ne vous mènera à rien en thèse, faites quelque chose de plus conventionnel », de grosses incertitudes : à quoi ça sert de passer 3 ans de thèse sous le joug d’un sujet qui ne nous convient pas vraiment ? Pas pour moi, non merci ! Puis vient le temps de l’agrégation, elle aussi accompagnée de questions existentielles : que fais-je ici ? pourquoi suis-je là ? et surtout où vais-je ? Devant la dégradation constante des conditions de travail des professeurs dans le secondaire, une seule chose ne faisait aucun doute pour moi : hors de question de me retrouver devant 30 élèves de seconde qui savent à peine lire ! Aucune envie surtout d’enseigner la littérature française : je l’aime, mais je ne me sens pas de la professer. Si je dois être prof, ce sera prof de latin. De là se dessine l’idée d’enseigner en fac, et donc l’inévitable versant « recherche » qui s’y rattache. Mais là où j’étudie, je ne me trouve pas de mentor. Et par ailleurs je n’ai pas un sujet de prédilection absolue… Ce que je sais, c’est que je ne veux pas travailler sur du « grand latin classique ». J’aime les biais, les marges, et le plaisir de travailler sur une source directe, vraie, sur un objet concret. C’est mon côté scientifique qui ressort !

Comment avez-vous connu et sur quels critères avez-vous choisi le laboratoire de votre thèse ?

Comment j’ai connu mon laboratoire ? Attention, ma réponse n’aura aucune rigueur scientifique : via Google. Sur quels critère je l’ai choisi ? Encore moins de rigueur scientifique : pour me rapprocher de mon copain. Par provocation je peux réellement résumer les choses de la sorte. Dans les faits c’est un peu plus complexe et un peu plus motivé. Il est néanmoins vrai que je cherchais à me rapprocher de mon ami, et que devant le peu d’atome crochu que j’avais là où j’étais, je pouvais bien chercher ailleurs ce qui se faisait. Il se trouve que la chance était de mon côté, puisque je suis tombée, dans LA région que je souhaitais rejoindre sur LE labo proposant L’axe d’étude qui m’intéressait (à savoir la lecture des auteurs antiques par les humanistes, pour résumer). A partir de ce moment, aucune considération carriériste, ni stratégique. Conviée à une journée d’étude, j’y ai rencontré le MCF-HDR qui allait être mon directeur de mémoire de M2 pour l’année et qui est à présent mon directeur de thèse. A mieux découvrir aujourd’hui le fonctionnement du labo, j’aurais peut-être eu plus de réserve ; mais maintenant, c’est parti comme ça ! Et je m’entends très bien avec mon directeur et c’est l’essentiel.

Quel était votre statut, tel que vous l’avez vécu, dans le laboratoire (plutôt étudiant, plutôt chercheur ? autre ?) et comment cela s’exprimait-il par exemple ?

Je suis CRD (chargée de recherches documentaires), poste très rare, réservé aux anciens normaliens, qui me donne un statut de PRAG et des conditions de travail particulières : un service d’enseignement de 96h annuelles doublé de 400h annuelles dans une bibliothèque, sur un travail en relation avec mon sujet de thèse. De ce que j’ai pu constater à l’issu de ce premier semestre dans mon université, les doctorants sont considérés comme des collègues par les autres enseignants-chercheurs. Le mot d’ordre du labo est « apprendre la recherche par la recherche » et de nombreuses possibilités nous sont données de présenter nos travaux. Rien qu’en trois mois j’ai déjà pu le constater, et ma première prise de parole aura lieu en mars. Par ailleurs je suis pleinement intégrée dans les activités « communes » de recherche, au même titre que les MCF ou les PU. Je trouve pour l’instant que c’est grisant, et j’espère que cela va continuer.

Avec qui interagissiez-vous le plus et quelles étaient vos activités principales et/ou quotidiennes ?

Difficile de juger pour l’instant ! Ce d’autant que ce premier semestre a surtout été consacré à ne pas se laisser submerger par la tâche d’enseignement et mon travail en bibliothèque. Mais mon directeur est toujours présent – d’autant plus que nous partageons le même bureau. Mes collègues également, pour tout ce qui concerne les questions liées à la charge d’enseignement. Et puis il y a les étudiants aussi, à hauteur de 4h30/semaine sur ce premier semestre.

Comment diriez-vous que votre thèse s’est déroulée globalement et pourquoi ?

La réponse dans 4 ans.

Comment votre conception de la science et/ou de la recherche a-t-elle évolué au cours de votre thèse ?

Les projets auxquels je me retrouve associée (programme européen, édition intégrale avec traduction de la correspondance de BR) m’ont permis dès la mise en place de mon projet de thèse de comprendre que la recherche n’était pas qu’un acte solitaire. Et ça m’a fait le plus grand bien ! Mais cet avis risque de bien évoluer dans les années qui viennent.

Quels choix avez-vous fait après la thèse et pourquoi ?

La réponse dans 4 ans aussi.

Quelle est votre situation actuelle ?

Doctorante en latin dans le cadre d’un contrat de CRD depuis le 01/09/11.


6 réflexions au sujet de « Paroles de doctorante – Premier bilan d’une toute jeune doctorante en latin »

  1. quel curieux témoignage – il donne l’impression d’être déconnecté des réalités : la remarque sur les élèves qui ne savent pas lire est tellement caricaturale qu’elle en devient fantaisiste, fantastique même – cette jeune doctorante (je parle d’elle à la 3e personne puisque, anonyme, elle ne permet pas le dialogue selon moi) utilise le verbe « professer » pour « enseigner », mais « professer » n’a plus ce sens depuis au moins les années 1940 – et elle parle de son directeur de recherche comme d’un « mentor », ce qui me laisse perplexe – on est dans un ailleurs mythifié, nostalgique, dépassé et un peu ridicule, il faut le dire, de la recherche
    le monde réel n’a pas du tout ces couleurs-là, c’est une professeure des universités, qui dirige quelques thèses, qui encadre de près ses doctorants, qui s’occupe d’une école doctorale, qui se préoccupe de didactique, et qui a enseigné une dizaine d’années dans le secondaire, qui le professe !

  2. Madame,
    l’anonymat des témoignages est une condition posée par M.Faury qui tient ce carnet.

    Je sais bien que ma remarque sur les élèves qui ne savent pas lire est caricaturale, et elle ne se voulait nullement le reflet de la réalité « vraie et absolue ». Mais plusieurs de mes camarades de promo, reçus à l’agrégation en même temps que moi et qui enseignent dans le secondaire, sont confrontés en classe à des situations que je ne me sens ni l’envie ni la capacité d’affronter.
    Si j’ai parlé de mentor, c’était une façon raccourcie, abusive sans doute, pour signaler « un professeur dont le champ de recherche convienne à mes préférences d’étude et avec qui, par ailleurs, je m’entende sur un plan, disons, humain ».

    Enfin, je ne prétends nullement témoigner du « monde réel », mais de mon propre ressenti à l’heure actuelle. Et je ne remets aucunement en cause les façons de faire de qui que ce soit.

  3. Bonjour,
    J’ai eu l’occasion de lire par hasard les premières lignes de votre témoignage, ce matin. Depuis, je suis habitée d’une colère noire et d’un vrai chagrin à lire vos phrases, et surtout celle-ci : « devant 30 élèves de seconde qui savent à peine lire !  »
    Je suis professeur de Lettres classiques dans un lycée de banlieue, je suis très atteinte par votre phrase lapidaire et sans appel (vous qui êtes éminemment lettrée, vous savez la valeur de toute situation d’énonciation). Je pense à mes élèves qui, certes, ne lisent pas Proust tous les soirs (pas tous en tout cas), mais qui font ce qu’ils peuvent pour être là, quand même. Je vous ai répondu plus longuement sur mon blog (j’ai préféré cet espace car je parle beaucoup de moi dans ce billet, et ce n’était pas le lieu de polluer par ces considérations personnelles ce magnifique blog).
    Delphine Regnard

Les commentaires sont fermés.