Le Monopoly© de la recherche

J’ai assisté jeudi dernier aux oraux de l’UE « Sciences et Société : éthique et communication scientifiques« , comptant pour une partie de l’évaluation des étudiants, futurs chercheurs en biologie ou futurs enseignants en SVT1, sur ce cours de tronc commun qu’ils avaient suivi au cours du premier semestre de l’année universitaire.

Nous leur demandions d’abord de construire un dossier d’une dizaine de pages, visant à parcourir les grandes lignes d’une problématique science-société, mais aussi et peut-être surtout à comprendre les enjeux d’une parole située, référencée, et problématique, sur une question mettant en lien leur futur métier, ou la science de manière plus générale et la société  dans laquelle ils vivent en tant qu’individus. Il leur était ensuite demandé à l’oral de construire un projet dont il s’agissait, pour l’exercice, d’envisager de manière la plus précise possible la concrétisation. La réalité d’une mise en œuvre de ce projet par la suite n’entre pas dans l’évaluation.

L’oral consiste en une présentation, bien sûr, mais également en un temps de discussion, qui s’engage à partir des questions suscitées par leur rapide présentation.

Il m’a semblé que ce temps d’échange pouvait constituer un moment privilégié, pour revenir sur les fausses évidences maniées par les étudiants au cours de la présentation : « la vraie science », « la bonne vulgarisation », « l’objectif principal de la recherche », etc. Autant de jugements de valeur implicites que je leur demandais d’expliciter. Un moment potentiel de réflexivité donc, sur leurs postulats de départ sur lesquels j’avais déjà essayé d’attirer leur attention au moment de l’écriture des dossiers :

« Voici quelques questions auxquelles je vous demande de répondre afin de préciser le sujet que vous allez traiter dans le dossier, et donc avant de partir dans la rédaction :

« – […]

– Êtes-vous partis avec des postulats de départ que vous n’avez pas démontré ni observé, et si oui lesquels ?

– […] »

Par définition, il est difficile de prendre conscience des implicites depuis lesquels on part. Je m’imaginais plutôt leur laisser comprendre qu’il ne pouvait en être autrement : ils composeraient quoi qu’il arrive avec des fausses évidences. Le savoir et y être attentif pourrait peut-être aiguiser leur regard ?

Les oraux étaient très intéressants, variés et ont démontré l’imagination et la créativité des étudiants. Le recul critique, l »engagement et la motivation à se décentrer de certains2.

Cette année a vu notamment naître plusieurs jeux de société, basés parfois sur la compréhension, par les étudiants, des relations science-société telles qu’ils se les étaient formulés pour le dossier écrit.

Un de ces jeux, dont la présentation était au demeurant bien construite et la conceptualisation déjà assez poussée, m’a laissée perplexe. J’espère que s’il lit ce billet, l’étudiant à l’origine de ce projet m’excusera de saisir cette perplexité comme une occasion de réfléchir aux modes d’appropriation de normes et de valeurs de la recherche par la formation dont il est issu. Formation dont je viens également.

Appréhender le métier de chercheur en biologie

L’objectif de ce jeu de société imaginé est de permettre aux participants d’appréhender « la réalité du fonctionnement de la recherche ». Notons d’emblée qu’il s’agit en fait d’une réalité perçue par l’étudiant, et que c’est justement cela qui est intéressant : en Master, les étudiants n’ont encore que très peu éprouvé la pratique de recherche, lors d’un stage court de Licence (2 mois). Autre point notable : les joueurs incarnent des chefs d’équipe et non pas des étudiants en stage ou des doctorants, situation plus proche de l’actualité des étudiants concepteurs du jeu3 .

Prenez un plateau. Des préoccupations présidant au jeu : un budget et du temps à gérer. Et un objectif : « Avoir un H-index de 50 ou plus ».

Source : wikipédia

Le H-index en question est figuré par un logo, représentant la lettre « H » entouré d’un halo, laissant supposer que celle-ci brille, sur un fond de publications amassées les unes sur les autres : serait-ce le Saint Graal de la recherche ?

Ainsi, avant même d’avoir l’expérience vécue du laboratoire, dans la formation même, par les critères que les étudiants héritent de leurs enseignants et encadrants, eux-mêmes chercheurs, certains semblent s’être déjà totalement approprié des normes de publication et d’évaluation de la recherche, non seulement en tant que critères de reconnaissance par les paires des travaux de recherche menés, mais aussi comme critère de choix des laboratoires dans lesquels ils effectueront leurs stages. Si cette compréhension précoce des « règles du jeu » correspond effectivement à des enjeux de publication pour les stagiaires et plus particulièrement pour les doctorants, devant nécessairement publier en cours de thèse, le fait de constituer a priori un critère quantitatif comme le H-index en tant qu’objectif principal de la recherche, qui plus est de la « bonne » recherche », pose question…

Que signifie faire de la recherche ? Quels sont les objectifs de la recherche ?

Que le jeu imaginé par cet étudiant représente une certaine forme de réalité, soit. Il montre en particulier une compréhension notable du fonctionnement par projet de la recherche et de ses implications. Qu’il soit assez frappant de voir ainsi des valeurs de la recherche incorporées et relayées, vous en conviendrez (?). Mais là où je m’inquiète vraiment c’est au moment où interviennent les cartes « Évènements ». Je reformule sûrement un peu, mais la teneur en était à peu près la suivante :

« Vous tirez une carte « Congé maternité », qui vous pénalise, réduisant l’efficacité de l’équipe sur le projet. »

Et quelque part j’entendais « Allez en prison, ne passer pas par la case départ, ne recevez pas 20 000 francs ».

Je crois que je n’étais pas seulement perplexe. Je comprenais de nouveau, grâce à cet étudiant, à quel point il semble falloir accepter que la rentabilité, l’efficacité, la concurrence sur les projets soient au centre de certains (la plupart ?) modes actuels de recherche en biologie pour souhaiter encore la pratiquer. Sans compter les situations discriminantes et insupportables que ces valeurs (au sens de ce qui est prôné) font naître, comme, semble-t-il, dans tout système où la compétition et la production deviennent le centre des objectifs d’un projet commun.

Et vous, si vous aviez à imaginer un jeu simulant la pratique de la recherche, quel en serait le but ? Comment gagnerait-on ?

S’agirait-il d’un jeu de compétition ou de collaboration ?

Réaliste ou idéaliste ?

  1. Principaux métiers vers lesquels s’orientent les étudiants après le Master Biosciences qu’ils suivent. []
  2. Ce ne sont pas bien sûr les valeurs des étudiants qui sont évaluées, mais bien leur capacité à prendre un recul critique sur leurs idées, leurs opinions de départ. []
  3. Les étudiants préparent leur oral à deux, de la même manière qu’ils écrivent leur dossier en binôme, mais passent individuellement à l’oral. []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Christophe TUFFERY dit :

    Bonjour,
    Avant de jouer au « petit jeu » des relations entre recherche et argent, sujet déjà largement étudié, je me permets d’inviter à (re)lire les travaux de Michel Callon notamment l’ouvrage dont il a dirigé la publication « La Science et ses réseaux. Genèse et circulation des faits scientifiques » (Paris, La Découverte; Unesco; Strasbourg, Conseil de l’Europe, « Textes à l’appui. Anthropologie des sciences et des techniques », 1989).
    Dans l’article « La protohistoire d’un laboratoire », M. Callon et J. Law tentent de relier la production de connaissances issues de l’activité des chercheurs avec les contextes sociaux et économiques dans lesquels elles sont diffusées, en plaçant le laboratoire au cœur de leur analyse. Même si cet article date des années 80 et mériterait d’être actualisé, on peut penser que ce que ses auteurs affirmaient dans cet article reste largement valable. Les contextes sociaux et économiques ont (et ont probablement encore plus aujourd’hui) une influence sur les activités des chercheurs. Mais cette influence s’exerce de façon limitée et négociable, laissant des marges de manœuvre aux acteurs. Ces marges de manœuvre existent pour que les faits scientifiques, et leurs divers acteurs, adoptent l’un des scénarios possibles parmi d’autres, démontrant ainsi qu’il n’existe pas de déterminisme infranchissable. « Si des compromis sont toujours envisageables et toujours effectués, c’est en définitive parce que les déterminations qui s’exercent sur les connaissances et les artefacts sont multiples, différenciées et en partie contradictoires ». Ainsi, dans les relations entre marché et recherche, les acteurs scientifiques économiques choisissent non pas une seule direction pour le développement économique, mais ils en explorent plusieurs. « La science propose, les contextes disposent ».
    Aujourd’hui tous les chercheurs, quelque soit leur champ disciplinaire, ne peuvent que constater que le contexte dispose de plus en plus d’une façon prégnante, surtout du fait de l’application du fameux « mode projet »…
    Pour finir, je vous invite à cette interrogation à prendre avec l’humour nécessaire: les chercheurs sont-ils encore parmi les joueurs ou sont-ils, malgré eux, en train de devenir des pions sur le plateau ?

  2. DM dit :

    J’ai donné il y a quelques mois une petite conférence à Orsay sur les bouleversements qu’Internet a occasionnés dans la publication scientifique, évoquant notamment l’Open Access.
    http://www.centre-dalembert.u-psud.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=294

    Pendant les questions, une chercheuse en biologie m’a dit que j’étais naïf de croire que le but de la publication scientifique est d’informer les pairs, et que les archives ouvertes n’ont aucun intérêt parce que ce qui ne passe pas devant un comité de programme ne compte pas.

    Il est bien sûr difficile de comprendre le point de vue d’une personne pendant 30s d’échange, mais j’ai eu l’impression qu’elle avait totalement intégré la mentalité « publish or perish » et l’idée que rien n’a de valeur hors de l’optimisation du h-index et du facteur d’impact.

    La biologie a, il me semble, parmi les scientifiques des autres disciplines, la réputation d’un fonctionnement « le nez dans le guidon »… et, malheureusement, les mœurs de cette discipline, notamment en matière de bibliométrie, tendant à être imposées aux autres.