Paroles de doctorante – 32 ans, tout début d’une thèse en histoire du droit

Si vous êtes en cours de thèse, quelle qu’en soit la discipline, ou que vous l’avez déjà soutenue, vous pouvez contribuer à cette galerie en racontant votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Photo : Pauline Krähenbül / © Tous droits réservés
Témoignage reçu par courrier électronique le 15 janvier 2011

« Je découvre ce blog par personne interposée, moi qui cherche d’une façon ou d’une autre à partager la recherche, l’envie de découverte de façon générale. Je me prête donc au témoignage !« 

Comment en êtes-vous arrivés à faire de la recherche ?

Par ennui. L’ennui du monde du travail d’aujourd’hui, celui que les jeunes trentenaires de la génération Y rejettent en nombre de plus en plus important. Par besoin de comprendre notre monde qui est certes complexe, mais surtout on veut nous faire croire qu’il est trop complexe pour le quidam et qu’il vaut mieux laisser les « experts » se charger de décider pour nous. Finalement, faire de la recherche a une valeur de responsabilité citoyenne. Analyser notre monde, être capable d’en saisir les complexités qui sont loin d’être inaccessibles, être capable de décrypter les évènements avec le recul historique, voilà l’enjeu pour moi de la recherche. Bien sûr l’idée de transmettre et de vulgariser est liée, même si je n’ai pas encore trouvé le média le plus commode.

Comment avez-vous connu et sur quels critères avez-vous choisi le laboratoire de votre thèse ?

Je ne connais toujours pas mon laboratoire de recherche…
Après avoir travaillé 6 ans dans le notariat par dépit et par hasard, après avoir été licenciée (vive la crise de 2008), après un voyage en Europe et des problèmes de santé (ça fait toujours réfléchir de réaliser ce que ça représente de perdre ses moyens physiques) j’ai décidé de faire un Master recherche en histoire du droit, veille idée que je n’avais jamais eu l’audace de réaliser. La thèse vient donc comme la suite logique, de la même façon qu’un Master II est la suite d’un Master I. Le travail de mon mémoire m’avait plu, mes capacités de réflexion m’avaient rassurée, le challenge de mener un projet vaste, et enfin la proposition de mon directeur de mémoire, devenu directeur de thèse.

Quel était votre statut, tel que vous l’avez vécu, dans le laboratoire (plutôt étudiant, plutôt chercheur ? autre ?) et comment cela s’exprimait-il par exemple ?

Mon statut est le pire et le meilleur : le pire car sans financement, on dit en général qu’il est difficile de mener une thèse sereinement. Pire du pire puisque je vais avoir un bébé dans 2 mois ! Je cumule donc toutes les difficultés statistiques. En même temps, en lisant quelques sites de doctorants, mon statut n’est pas si mal puisque je suis libre comme l’air. Ma liberté est totale : pas d’obligation de résultats, pas d’obligations de réserve vis-à-vis d’un financeur, ni de calcul de rentabilité de carrière. Je me sers de la thèse avant tout pour ma propre progression intellectuelle, je ne me sens donc plus étudiante (trop vieille! 😉 ), peut-être chercheur, mais au sens propre de « celui qui cherche ».

Avec qui interagissiez-vous le plus et quelles étaient vos activités principales et/ou quotidiennes ?

Mes activités quotidiennes se partagent avec quelques heures de cours dans un établissement supérieur en alternance et les TD à la fac de droit. Je n’ai pas beaucoup d’interactions, et je le regrette, d’où l’intérêt des galeries comme celle-ci! Je cherche également à interagir avec « la société civile » au sens large qui sera forcément en rapport même lointain avec mon sujet.

Comment diriez-vous que votre thèse s’est déroulée globalement et pourquoi ?

On verra.

Comment votre conception de la science et/ou de la recherche a-t-elle évolué au cours de votre thèse ?

On verra aussi.

Quels choix avez-vous fait après la thèse et pourquoi ?

Je transforme cette question en : « quel est votre projet professionnel en rapport avec la thèse ». En bien cette thèse n’est pas d’abord un projet professionnel, mais un besoin intellectuel de réflexion.  J’ai d’autres possibilités beaucoup plus rémunératrices et plus « valorisantes » socialement de gagner ma vie. Ce choix est plutôt marginalisant, un peu comme aller faire du fromage dans le Larzac (toutes proportions gardées). C’est un choix en soi signifiant. Pour l’avenir professionnel, je commence à donner des cours dans un établissement d’enseignement supérieur ce qui me convient bien pour le moment : bon rapport investissement temps/ rémunération, et relationnel avec les étudiants plus riche qu’un travail de bureau. Je n’exclus pas trouver une façon de faire du droit d’une façon ou d’une autre pour rester dans le circuit en partie.

Quelle est votre situation actuelle ?

Bonne, merci ! Pas de contrat fixe, incertitude financière, mais des projets et en mouvement, c’est l’essentiel !