Laurent : la thèse, une découverte du fonctionnement de la recherche

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Laurent s’est dirigé vers la recherche par intérêt pour la démarche expérimentale et les modes de raisonnement, tels qui les avait découverts en fin de lycée : « Ouais en Terminale, je pense que c’était… c’est de… la première année, non, c’était Première, Première où on a fait de la science expérimentale, ce qui s’appelait sciences expérimentales à l’époque, et… où je me suis beaucoup amusé à, ben justement faire les manips, et à faire, bah ce qu’on fait en fait au labo, en beaucoup plus encadré bien sûr, le raisonnement scientifique. Depuis le moment où tu poses l’hypothèse, où tu testes l’hypothèse, où t’obtiens le résultat et tu analyses le résultat et tu en tires les conclusions. Et… ce… ce mode de raisonnement m’a beaucoup plu et le travail à la paillasse, même s’il était très minime à l’époque m’a beaucoup plu aussi et… c’est ce qui fait que… après j’ai eu envie de passer dans la recherche, même si à l’époque je savais pas du tout en fait ce qu’était en réalité le monde de la recherche. »

Dans le choix de son laboratoire de thèse, la thématique a son importance, mais c’est avant tout l’ambiance dans l’équipe qui l’amène à accepter d’y passer ses années de doctorat : « C’était… en fait sur mes… initialement… je voulais faire de la neuro, entre guillemets. Et… […] et c’était ici que j’avais été le mieux accueilli par le chef d’équipe, que j’avais pu le plus discuté avec les gens de l’équipe, et du coup c’est là que j’avais fait mon stage de M1, et… ce stage s’était super bien passé parce que… parce que il y avait une très bonne ambiance de travail et ouais, c’était clairement l’ambiance de travail qui m’avait, qui m’avait attirée. Et après, du coup j’ai pas vraiment fait de la neuro [rires], mais… ça m’a pas dérangé plus que ça, parce que le sujet m’avait beaucoup intéressé aussi. […] Je préférais venir faire ma thèse dans une équipe où, où vraiment tu te sentais un peu plus libre, et beaucoup moins surveillé. »

Photo : cc Jaygooby sur Flickr

Dans sa conception de la pratique de recherche, les échanges entre collègues sont essentiels : « Et… et en plus un truc que j’ai découvert justement, et auquel je m’attendais pas, c’est justement la possibilité d’interactions… et de pouvoir discuter de ton projet, de tes soucis, avec d’autres personnes, même si a priori ils ont pas… ils sont pas… enfin… même si c’est pas des… des gens qui sont directement impliqués dans ton projet, le fait de pouvoir, de pouvoir interagir justement, et … et ne pas faire son petit projet tout seul dans son coin. Ce qui serait quand même beaucoup moins agréable [rires]. Ouais, on a, enfin c’est clairement un métier qui… qui m…, dans laquelle, dans laquelle les interactions, enfin, rien qu’au sein de l’équipe, sont vraiment super importantes. Et c’est d’ailleurs comme ça que tu choisis ton sujet, enfin clairement c’est comme ça que j’ai choisi par exemple mon labo de thèse. »

Et l’expérience de la pratique de recherche l’a amené à envisager le fonctionnement collectif d’un point de vue désenchanté par rapport à l’idée initiale qu’il s’en faisait : « le monde scientifique, la beauté de la recherche scientifique, tout le monde s’aide, c’est fini, hein ». Réaliste, il reste motivé par le métier de chercheur : « Donc finalement ça correspond assez bien [rires] à l’image que je m’en étais fait au début, même si voilà… j’ai perdu mes idéaux du tout le monde est beau et tout le monde s’aide sans espérer retenir, requérir quoi que ce soit en échange, mais… mais bon, malgré tout, tout ce qui, tout ce qui fait majoritairement le monde de la recherche me plaît et du coup je regrette pas du tout d’avoir choisi ça. C’est déjà pas mal [rires]. »

 Au centre de son intérêt, la démarche, le raisonnement scientifique et les expériences : « J’ai toujours le côté manip et… et, le fait de travailler par… par essai-erreur on va dire. Te poser une question au départ et te dire « bon alors voilà, qu’est-ce que je vais faire pour résoudre ça ? », et savoir que sur les dix trucs que tu vas tenter, il y en a un qui va marcher, et que c’est ce dixième-là qui fait que, même si t’as un moment de bonheur [rires] entre guillemets, qui arrive tous les deux mois, et bah tu sais que ça arrive de temps en temps et du coup ça te motive pour en faire. »

Du fait de son projet de thèse, il participe activement à des demandes de financements, en interaction avec sa directrice de thèse. Une occasion pour lui de réaliser certains enjeux de la pratique de recherche, en dehors de la réalisation des expériences à la paillasse : « Et donc… c’est là que… là aussi que c’est intéressant, enfin, parce que on se sent impliqué clairement dans la vie du labo, en disant «  pour fonctionner, on a besoin d’argent et… et voilà, pour faire une demande d’argent, il faut faire toutes ces démarches », et là tu, du coup, je crois que c’est la première fois que je vois la demande d’argent depuis, depuis le début, depuis vraiment le début. Parce qu’en fait, le fait que j’ai à en rédiger une moi, et ben tu te rends de ce que, de ce que ça représente. Et du coup, j’ai trouvé ça, j’ai trouvé ça pas mal [rires]. Justement de, de… ouais. Hum… De me rendre compte de ce que ça représentait. »

Photo : cc ReneS sur Flickr

Le modèle d’étude sur lequel travaille Laurent conditionne sa pratique mais aussi la durée de la thèse : « […] en trois ans [rires] c’était un peu juste… du fait que… le matériel de base, la souris, fait que… bah dès que tu fais une manip tu as… tu as deux semaines de manipulation sur l’animal et après le traitement de, enfin réalisation des extraits ou…. des coupes ça demande aussi au minimum trois semaines si tu vas jusqu’à l’analyse finale. […] Donc déjà le matériel de base fait que tu allonges ton… la durée de l’étude. Et en plus, il y a eu des… problèmes dans notre animalerie… […] il y a eu une contamination, dont ils ne connaissent pas l’origine donc la manière la plus simple pour résoudre une contamination, c’est : on tue toutes les souris. […] Donc ça c’était indépendant de ma volonté [rires] mais… et puis la dernière chose c’est que, bah c’est en fait récemment que le screening […] a été mis en route, et c’est ce qui apporterait une… un gros point fort à l’étude que je mène, et du coup ce serait… dommage de s’arrêter là […] ». Laurent envisage donc une quatrième année de doctorat : « Ouais, bah bien sûr en accord avec le directeur de thèse, mais… clairement en discutant, c’est vite apparu que c’était… ça pouvait être intéressant d’avoir une quatrième année, surtout que c’était dommage de devoir s’arrêter à ce niveau-là. […] Donc voilà, mais c’est oui, mais effectivement c’est assez courant, en tout cas dans notre équipe [rires] de faire des thèses en quatre ans. »


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...