Suspendue… quelque part dans ma thèse

L’écriture n’a jamais été « là » avant.

Photographie : an untrained eye, certains droits réservés (creative commons)

Elle vient parfois.

Elle me laisse souvent.

Quand la main est un intermédiaire trop lent, trop imparfait, qui fige ce que l’esprit a déjà pensé et déjà dépassé.

J’écris mais je ne sais pas. « L’écriture ne peut rien »1. L’écriture ne dit rien de ce qui aurait pu être. De ce qui est passé avant d’être couché.

J’écris dans la banalité et je devrais effacer au fur et à mesure que le fil se déroule, car il m’est étranger, à mesure.

Écrit-on seulement ce qui a été déjà dit ? Ne fait-on qu’inscrire des mots ?

Me fais-je comprendre ? Cherche-je à le faire ou (é)cris-je au fil de ce (ceux) qui vien(nen)t ?

Pourquoi écrire ? Plutôt que dire.

Plutôt que de laisser filer.

Méritait-ce d’être écrit ?

Puis-je écrire sans penser avant ?

Si écrire c’est partager, alors ne doit-on pas peser ce qui doit l’être, ce qui peut l’être ?

Si écrire c’est penser, alors pourquoi faire lire et pourquoi se relire ? Pour se rappeler qu’on a pensé ainsi, un jour ?

Si écrire c’est vivre… alors pourquoi m’arrêter ?

Si je n’arrive plus à écrire, est-ce que je respire encore ?

Écrire, inscrire, laisser des traces, se prouver que l’on existe.

Pour drmlj, karinesperanto, mapav8 et misanthropologue, qui m’aident à m’autoriser…

  1. Delphine de Vigan, Rien ne s’oppose à la nuit []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Très très émouvant !
    ça rebondit en plein sur le billet que je suis en train d’écrire !

    Merci de partager cette absence si présente ! Merci de nous faire exister nous aussi, en nous rendant lectrices de ce beau texte.

    Merci, Mélodie.

  2. ALiCe__M dit :

    « On trouve toujours quelque chose, hein Didi, pour se donner l’impression d’exister  »

    En VO :

    “Estragon: We always find something, eh Didi, to give us the impression we exist?

    Vladimir: Yes, yes, we’re magicians.”
    ― Samuel Beckett, Waiting for Godot

  1. 5 avril 2012

    […] », Mike Oliveri, 2007 (CC-by-nc-sa) in Ghasarian, 2004, p-199-200 [↩]si ce n’est pour me rappeler quelle forme avait ma pensée ce jour. [↩]Source : Wiktionnaire [↩]Benoît Kermoal (Enklask), cité par Marie-Anne Paveau […]