Réflexivité et dialogue interdisciplinaire : un retour sur soi selon l’autre

Texte écrit par Barthélemy Durrive (auteur principal), Julie Henry et moi-même, faisant office de pré-acte pour le Colloque international à Limoges, qui aura lieu les 1 et 2 décembre 2010 :

Réflexivité en contextes de diversité : un carrefour des sciences humaines ?

Ce texte présente l’atelier que nous animerons à cette occasion.

Barthelémy Durrive – Master 2 de Philosophie, ENS de Lyon, agrégé de Philosophie – barthelemy.durrive@ens-lyon.fr ;

Mélodie Faury – Doctorante, laboratoire C2So, ENS de Lyon – melodie.faury@gmail.com ;

Julie Henry – Doctorante CERPHI, ENS de Lyon – julie.henry@ens-lyon.fr ;

Les auteurs sont tous les trois membres du laboratoire Junior « Enquête sur l’homme vivant – philosophie, biologie, éthologie » de l’ENS de Lyon.

Mots clés : réflexivité, interdisciplinarité, altérité, familiarité, expérience vécue, pratique de recherche

Axes thématiques : Axe 2 – Altérité et diversité / Format de la proposition de communication : atelier

Objectifs de l’atelier – Résumé

Dans cet atelier, nous nous intéressons surtout aux conditions de mise en œuvre de la réflexivité et à ses modalités en contexte interdisciplinaire.

Tous les chercheurs ont l’habitude des deux démarches suivantes :

–         la démarche interdisciplinaire : se rencontrer autour d’un objet commun, partager des savoirs spécialisés

–         la démarche réflexive : individuellement dans nos pratiques de recherches, à l’occasion de réunions d’équipe, s’interroger sur nos propres démarches, méthodes, concepts…

La possibilité de croiser les deux démarches fait notamment l’objet de ce colloque : partager nos expériences réflexives pour construire des concepts transdisciplinaires communs.

Nous pourrions par suite envisager une approche complémentaire : il s’agirait de partir des conditions du dialogue interdisciplinaire (de ses exigences, de ses conditions de possibilité), sans apriori de méthode, afin de provoquer un retour réflexif quant à nos paradigmes disciplinaires respectifs – et, éventuellement, partager ce vécu avec d’autres.

C’est ce que propose cet atelier volontiers expérimental : mettre en place collectivement un contexte favorable à l’expérimentation personnelle de l’effort et des effets de la réflexivité, notamment via un dialogue entre les participants, à partir de concepts que les disciplines se sont appropriés distinctement.

Présentation d’une expérience précédemment menée

Le laboratoire Junior « Enquête sur l’Homme vivant »

L’atelier proposé a été imaginé à partir d’une expérience précédemment menée dans le cadre du Laboratoire junior « Enquête sur l’homme vivant ». Les membres issus de la philosophie, de la biologie, des pratiques artistiques, de l’histoire, de la géographie s’y rassemblent autour de questions communes, et notamment celle des conditions de possibilité de leur dialogue interdisciplinaire.

L’expérience d’une séance autour de la réflexivité

Notre objectif était de faire vivre à chacun des participants l’expérience de distanciation réflexive où je réalise que ma manière habituelle de construire mon sujet repose sur des présupposé sous-jacents. Le sens de l’expérimentation était donc de réunir les conditions d’un retour réflexif sur leurs pratiques de recherche, de manière à ce qu’ils y reconnaissent des aprioris non questionnés.

Notre démarche a procédé en deux temps :

1)      Réflexivité directe : profitant du cadre interdisciplinaire (sciences humaines et biologie), nous avons proposé une définition du concept de « fonction » tirée du dictionnaire, et nous en avons critiqué ensemble les présupposés finalistes. La question posée à chacun étant : « défini tel quel, utiliseriez-vous ce concept dans vos pratiques de recherches ? », chacun s’est référé à sa discipline (sociologie, histoire, biologie).

2)      Vers une démarche réflexive indirecte : passant ensuite à un outil conceptuel dont les présupposés sont moins évidents, nous avons ensuite proposé un modèle biologique (schéma explicatif présenté sans sa légende) et demandé à chacun de nous dire ce qu’il y lisait. L’interprétation des non-spécialistes ne parvenait pas à retrouver la cohérence globale du schéma – seules des conventions de représentation étaient mises en valeur (ramifications, flèches, etc.).  Un membre biologiste a pu finalement expliquer au reste du groupe qu’il s’agissait de la schématisation du développement cellulaire (à partir d’une cellule indifférenciée) de différents types de cellules de la rétine (photorécepteurs ou cellules amacrines). Or, l’exercice – pour ce spécialiste – a consisté à présenter tous les concepts qu’il mobilisait à partir de leurs enjeux (du problème qu’ils venaient résoudre) de manière à ce que des débutants puissent en comprendre la portée. Ce fut ainsi l’occasion pour ce chercheur de réinscrire toute la logique explicative du schéma (le mécanisme de différenciation cellulaire) dans son cadre paradigmatique (la théorie de l’ontogenèse) qui reste une théorie, comme il a eu lui-même l’occasion de le préciser.

Déroulement proposé et objectifs de l’atelier

Dans un premier temps, nous partagerons brièvement notre précédente expérience avec les participants, afin de préciser notre démarche, les objectifs de l’atelier et le type de réflexivité qu’il s’agit d’expérimenter.

Nous proposerons ensuite un thème comme point de départ à la discussion, par exemple le concept, transversal, de norme. Partant éventuellement d’une première définition, chacun serait alors amené à présenter le sens pris par ce concept dans le cadre de ses pratiques de recherches, au sein de sa discipline, et de manière à ce que tout le monde comprenne de quoi il s’agit. Nous nous positionnerons à cette étape comme médiateurs (« catalyseurs ») de la discussion, posant éventuellement l’une ou l’autre question pour aider à mettre en évidence certaines spécificités disciplinaires, de manière à ce que la personne ayant la parole puisse les présenter plus précisément, en ses propres termes, toujours dans l’effort d’être compris.

Nous finirions par un retour collectif, afin d’essayer ensemble de dégager un concept de réflexivité et d’interdisciplinarité qui puisse rendre compte de ce qu’il s’est passé. On ne part donc pas a priori de concepts déterminés, mais on aimerait y aboutir, c’est-à-dire essayer de tirer ces concepts de notre expérience – et ce de manière réflexive et interdisciplinaire.

Quelle réflexivité vise-t-on ici ?

L’expérience que nous proposons vise à favoriser la mise en œuvre individuelle et collective d’un retour réflexif sur nos pratiques de recherches, afin de :

– se rendre compte de tout ce qu’on mobilise (concepts, méthodes, opérations) du fait de notre formation disciplinaire, de manière à révéler des aprioris faussement évidents comme autant de biais qui déterminent et limitent notre façon de construire l’objet de recherche ;

– reconnaître vis-à-vis de soi-même les concepts qu’on utilise de façon opératoire sans pour autant toujours les comprendre (parce qu’on les mobilise dans le cadre d’un discours déjà préparé), de manière à ouvrir les « boîtes noires » – ces concepts que l’activité de recherche implique de fait parce que « on voit de quoi on parle », sans pour autant savoir en quoi ils consistent (le concept de gène, par exemple) ;

– faire apparaître la légitimité propre de notre approche disciplinaire – à la lumière de ses enjeux, certes, mais hors de son contexte consensuel, c’est-à-dire sans qu’on soit « conquis d’avance » par les principes de cette légitimité.

Spécificités du dialogue ainsi créé et de la réflexivité induite

– ce dialogue n’est pas un débat : on ne cherche pas à convaincre l’autre, ni à trouver un point commun d’entente entre disciplines ; par ailleurs, on ne cherche pas à « construire »  d’objet déterminé au cours de cet échange ;

– ce n’est pas une discussion « transitive », mais plutôt réfléchie, puisque le thème de la discussion (ici, la norme) n’est pas un objet qu’on viserait, mais plutôt un exemple servant d’occasion à un retour réflexif sur les différentes manières de l’envisager ;

– ce n’est pas un cours : chaque participant est à la fois ignorant hors de sa discipline et spécialiste à l’intérieur ; dès lors que l’on reconnaît cette légitimité de l’autre, on cherche spontanément – pour se faire comprendre – à partir de son point de vue (d’où il parle) comme d’un point de départ (d’où il part) ;

– reconnaître la consistance et la légitimité des perspectives disciplinaires de l’autre est une étape préparatoire : le travail proposé ici consiste plutôt à présenter sa démarche en la projetant dans les coordonnées théoriques et pratiques de l’autre, sans pourtant en trahir l’esprit (les partis pris constitutifs) ;

– il peut certes y avoir au cours de la discussion des accords ou des désaccords ponctuels (sur certains postulats, par exemple) mais l’essentiel est surtout ce que ces points de rencontre divergente ou convergente nous disent à nous-mêmes sur notre propre perspective ;

– les difficultés à se faire comprendre par l’autre (ses mésinterprétations, incompréhensions, perplexités) nous font faire l’expérience d’un inconfort : une sorte de double contrainte où la nécessité de faire appel à des présupposés paradigmatiques (qui faisaient consensus dans le cadre des discussion disciplinaires au point de passer inaperçu) est de fait interdite (faute de partager ce champ de références avec le public) ; c’est le vécu de cette gêne que nous aimerions provoquer.

La critique réflexive nous semble alors prendre une forme spécifique : ni objectivation unilatérale, ni argumentation ad hominem depuis l’extérieur, ni opposition disciplinaire (limitée, dans la mesure où les disciplines ne se placent pas sur le même plan, relevant de critères d’évaluation qui leurs sont propres) la mise au jour des biais propres à mes pratiques est plutôt vécue comme une crise symbolique, où je me mets moi-même en difficulté.

Vers quelle interdisciplinarité ?

Le croisement des démarches réflexives directe et indirecte tel que nous souhaitons l’expérimenter engage une certaine conception de l’interdisciplinarité : elle serait un dialogue plus qu’un terrain commun, chacun restant dans le cadre de sa discipline pour mieux en voir les délimitations internes – qui sont en même temps des limites. Ce travail sur soi de la part de chacun est peut-être la condition pour trouver, par la suite, un langage et un point de vue commun, parce qu’elle fonde cette recherche sur la reconnaissance de compétences disciplinaires.