« Enjeux de la présence sur internet et de la tenue d’un carnet », A. Barbaresi pour ENthèSe, Vases communicants de juin 2012

Pourquoi ce billet ?

Ce billet est rédigé dans le cadre d’un échange mensuel entre bloggeurs, nommé les vases communicants. En effet, Mélodie Faury publie de son côté un billet intitulé La vie réelle d’une doctorante 2.0 sur le (jeune) carnet dont je suis actuellement rédacteur en chef, créé en février sur la plateforme hypotheses.org.

Je précise que bien que nous soyons tous deux doctorants au sein de la même école (l’ENS Lyon), nous nous sommes connus par tweets et carnets interposés (ce qui est une bonne raison de participer aux vases communicants, car l’opération suppose que les participants disposent déjà d’un support et outil de publication). Cet exemple montre également que si l’on s’adresse au vaste monde en communiquant sur internet, c’est aussi (et surtout ?) l’occasion de créer ou de renforcer des liens à une échelle plus « locale ».

Introduction

Ce mode de publication et d’information était pour nous (le Bureau de l’association de doctorants ENthèSe) une expérience, or celle-ci est appelée à se prolonger : d’une part car le carnet semble avoir trouvé son public et d’autre part parce qu’il y a de nombreux sujets à aborder sur la recherche et la thèse, en particulier son déroulement et ses outils, de même que des volontaires pour le faire.

J’aimerais évoquer dans ce billet la démarche, ses enjeux et ses implications : le fonctionnement d’un carnet rédigé à plusieurs, les liens entre les activités d’une association et sa présence sur internet, et enfin l’apport des réseaux sociaux et d’une plateforme de blogs.

Tenir un carnet à plusieurs auteurs

Tout d’abord, le fait de tenir un carnet à plusieurs relève pour une part d’un travail collaboratif, même si les billets publiés n’ont qu’un seul auteur. Il faut se mettre d’accord sur des thématiques et un planning en raison de l’effet de vague immédiat lié à la publication sur un blog : publier trois articles en trois jours n’est en général pas souhaitable si l’on veut garantir une bonne durée de vie à chacun d’entre eux, tandis qu’à plus long terme cela n’a pas vraiment d’incidence. De plus, les deux premiers articles de ce cas de figure se font chasser de la une par le troisième, qui reste plus visible plus longtemps, et dont on peut attendre qu’il soit donc plus lu.

Il est également recommandé de fixer des tâches pour éviter de perdre du temps à plusieurs : la répétitivité des modifications liées à la mise en forme est plus facile à gérer si une seule personne s’en charge, cela garantit de surcroît une certaine standardisation de l’affichage.

Pour ce qui est de la rédaction des billets, nous sommes en train d’adopter une approche basée sur le volontariat. En effet, le nombre de visiteurs et de lecteurs potentiels est plus élevé qu’il ne pourrait l’être en principe dans le cas d’un blog « individuel », ce qui est un facteur de motivation.

Il s’agit alors de traiter des thématiques variées même si un noyau dur de quelques contributeurs réguliers se forme. Cela dit, même si ce n’est pas encore le cas, j’imagine qu’au fur et à mesure que le temps passera, un profil propre à chaque auteur se dégagera, avec qui plus est un autre paramètre : le succès (en termes de visites, de reprises et de retours) de telle personne ou de telle thématique.

Nous sommes déjà concernés par des choix éditoriaux pour trouver un équilibre entre la demande (supposée) et l’offre, entre d’une part ce qui attendu, ce qui semble marcher et d’autre part les sujets que les auteurs potentiels ont envie de traiter.

La présence sur internet

La présence sur internet est de nature à renforcer (parfois fortement) la visibilité d’une personne ou d’une association. Il semblerait que ce soit le cas concernant ce que l’on pourrait appeler la « nébuleuse ENthèSe », un ensemble de sites reliés les uns aux autres, si possible de manière sémantique par une relation d’identité en termes de microformats.

Démarcation d’un ensemble

Le but visé est qu’une machine comme un moteur de recherche puisse (en théorie) déterminer aisément quels sites sont définis comme faisant partie de la nébuleuse et quels autres en sont exclus. Les liens mutuels entre les différents sites peuvent également suffire, ils ont en tout cas pour effet de faire monter la nébuleuse comme un ballon dans la hiérarchie des résultats donnés par les moteurs de recherche (qui sont en bonne partie fonction de la quantité et de la qualité des liens dits « entrants »).

Nous sommes par exemple en concurrence avec le nom commun enthèse, utilisé en médecine. Dans ce cadre, cette démarche peut permettre d’être trouvés par les internautes qui nous cherchent et de descendre loin des premiers résultats pour les autres, en raison de l’homogénéité de la nébuleuse et du profilage croissant des moteurs de recherche qui s’adaptent aux habitudes et à ce qui voudrait s’approcher au plus près de la personnalité de l’utilisateur.

Relativité des résultats et liens locaux

Dans ce contexte, l’annonce des manifestations que nous organisons et leurs traces écrites sont encore un exemple de lien de proximité, au sens où il me semble par exemple qu’une recherche effectuée depuis l’ENS Lyon a de bonnes chances de nous voir monter dans les résultats de recherche.

L’intérêt « virtuel » et son impact sur l’association

L’importance d’un flux de « suiveurs » est relative dès lors qu’on sait qu’il s’agit souvent d’un survol : la plupart des visites effectuées sur internet ne dépasse pas trente secondes. Le nombre de lecteurs attentifs est donc difficile à déterminer, le principal intérêt d’exister sur internet est sans doute de pouvoir être trouvé ou découvert.

La visibilité est également liée au succès de la plateforme (en l’occurrence hypotheses.org), qui sait d’après ce que j’en ai vu jusque là générer du trafic et des liens humains (ce billet en est la preuve). La souplesse de ce mode de publication donne le droit à l’erreur, au sens où les billets peuvent être corrigés après publication, mis à jour, classés et reclassés en différentes catégories.

Quelques nuances pour conclure

On peut toutefois nuancer l’impact de la notoriété sur internet sur la vie de l’association. Tout d’abord, elle n’a pas (encore) conduit à de nouvelles adhésions, alors même que sous leur forme « numérique » (par exemple dans le cas des suiveurs sur Twitter) elles sont en augmentation. Si une bonne partie de l’information que nous avons à proposer est disponible librement et que les outils utilisés sont disponibles gratuitement, la légitimation d’une adhésion est relativement faible.

Enfin, à l’échelle du Bureau, les activités sur internet ne sont pas forcément représentatives de l’implication des responsables, au sens où des tâches gourmandes en temps comme la gestion des cotisations restent dans l’ombre : pour être nécessaires, elles offrent difficilement matière à récit ou à description.


Adrien Barbaresi

Doctorant et chargé de cours à l'ENS Lyon en linguistique informatique. Rédacteur en chef du carnet d'ENthèSe.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Mélodie Faury dit :

    Un petit commentaire matinal pour te remercier d’avoir joué le jeu des vases communicants et de partager ici ces réflexions sur les activités de votre association ! Merci d’avoir initié cet échange par carnets interposés et au plaisir de discussions IRL