Retour sur le manifeste Révoluscience – Les réactions – 1/2

Par Antoine Blanchard et Mélodie Faury pour le collectif Révoluscience

Billet publié simultanément sur Sciences et Démocratie et Knowtex Blog

Les « lieux » des réactions

Plusieurs dispositifs avaient été mis en place pour recueillir les réactions des lecteurs, d’abord sur le blog du manifeste où les commentaires étaient possibles sous chaque proposition, puis sur un site de travail collaboratif permettant d’en annoter le texte, paragraphe par paragraphe. On alliait ainsi critique d’un côté et co-construction de l’autre.

Sachant que les internautes ont parfois aussi réagi par courriel (repris ou non sur le blog), sur leur blog et sur les réseaux sociaux comme Knowtex ou Twitter, l’ensemble est vite devenu foisonnant.

Bienvenue sur le web !

Ce sur quoi portent les réactions :

Quelques ambiguïtés

Les réactions des lecteurs du manifeste ont d’abord contribué à en faire ressortir le manque de clarté — malgré toutes les informations « méta » dont nous avions rempli le site web. Venom note par exemple : « je ne suis pas certain de bien comprendre d’où vient le projet, sa nécessité ou ce qu’il espère accomplir. » Le biologiste OldCola et ses collègues à qui il a fait lire le manifeste constatent que « les signataires ne sont pas sur le document qui a circulé », « nous ne sommes que deux à avoir pris la peine de déchiffrer les logos en haut de la première page », « on se demande franchement à quoi rime ce « .eu » » alors que le texte n’est même pas disponible en anglais et concluent : « il semble que c’est l’ENS qui parle à l’ENS ». Sur son blog, Diderot en verres miroirs a la même réaction à la lecture de la version PDF : « il est bien dommage de ne pas voir les noms des rédacteurs et signataires apparaître dans le site, ce qui diminuerait l’impact supposé des groupes de vulgarisation qui le compose, Paris Montagne et Atomes crochus. Tel quel, on a l’impression qu’il s’agit d’un truc parisiano-parisien, qui a le besoin de faire un buzz, et d’ailleurs propose les liens pour tweeter le manifeste. Proposer une communication ouverte, c’est ne pas communiquer seul, ou tout du moins ne pas en donner l’impression. »

Quant aux publics de ce manifeste (et aux acteurs de la médiation auxquels il fait référence), ce n’était pas toujours très clair non plus. Venom met l’accent sur les journalistes scientifiques, qui sont « en train de dépérir, au profit des nouveaux médias (blogosphère, baladodiffusion, etc.) ». Un chercheur-blogueur, OldCola, ne s’est pas senti concerné en première lecture (« Je n’avais pas trouvé ça particulièrement mobilisateur et je m’étais contenté de leur souhaiter silencieusement bonne chance »). Diderot en verres miroirs est gêné par « l’absence du scientifique dans ce texte, ou plutôt sa présence négative » — c’est-à-dire le fait de présenter le chercheur comme « prosélyte, imbu de son savoir, qu’il s’inscrit forcément contre la vision peut être fausse mais plutôt sympa de son public » à l’opposé du médiateur scientifique, « le gars bien qui, en troisième homme, fait passer la pilule difficile, respecte le client, l’accompagne. » Comme l’écrit Malvina : « Il serait malvenu (enfin je trouve), pour les intermédiaires/facilitateurs/accompagnants (au choix) de définir ce que doit être une médiation scientifique de ‘chercheur’ à leur place. » Jeannine Milhaud met l’accent sur la responsabilité des chercheurs, médiateurs de connaissances nouvelles qui doivent « prendre position » parce qu’ils sont les seuls « à même de connaître les conséquences plus ou moins lointaines de ces connaissances » — que ce soit une position de lanceur d’alerte ou de juste modération (afin de ne pas survendre des technologies qui n’existent pas encore). Dans le même ordre d’idée, François Pecqueur considère que le point de départ de toute réflexion doit être la non-marchandisation de la science et son maintien de l’indépendance.

Diderot en verres miroirs introduit aussi une distinction entre les médiateurs (typiquement bac + 5), qui sont journalistes, chargés de comm’, vidéastes, producteurs de contenu… et les animateurs scientifiques. Dans cette lignée, OldCola regrette que « médiation scientifique » ne soit pas définie et ressent le manifeste comme « un dialogue interne entre gens déjà impliqués dans le business ». Il n’a pas compris non plus quel était le public supposé des actions de médiation :  les politiciens et décideurs ? le public concerné ? les opposants ? Et Diderot en verres miroirs d’y ajouter les pairs, envers qui le chercheur communique aussi en permanence.

Enfin, le nom révoluscience sous-entendait une révolution que certains attendent encore :

  • « je trouve le pamphlet intéressant, mais j’ai du mal à m’y reconnaître, même si a priori (suite à la lecture superficielle que j’en ai fait) je n’ai pas de désaccord majeur avec » (Venom)
  • « laissons les se demmerder avec, ce ne sont pas les premiers, les seuls ou les derniers à essayer de gagner leur croûte en agitant des étendards d’une révolution qui n’en sera pas une » (OldCola)
  • « je trouve cette révoluscience naviguer dans un verre à dents » (Diderot en verres miroirs)
  • « Regrette le titre du manifeste « Revoluscience » qui paraît plus bloquant que porteur. », dit ainsi un « signataire »

De l’importance d’un nom… A l’inverse, le titre prend parfois le pas sur le fond dans ce qui provoque l’adhésion :  » Révolution tout court !  » (remarque d’un « signataire »).

D’autres par prudence, se disent intéressés, mais nous écrivent pour dire leur refus de soutenir le manifeste : « Donc, je continue à vous observer, plutôt qu’ « adhérer » , simplement par réserve prudente : puis-je faire autrement, puisqu’il faut penser plutôt qu’adhérer ? ».

Autre soupçon, celui qu’il y ait quelque chose de caché dans ce mouvement « révolutionnaire »…

La connotation politique de l’intitulé du manifeste a ainsi entrainé nombre de réserves et critiques.

L’idée d’une médiation scientifique responsable a aussi fait quelques étincelles : « est-ce que « médiation scientifique responsable » se traduirait dans l’esprit des signataires du manifeste par Relations Publiques ? » (OldCola). Pour Laure Cassus, toute médiation est déjà raisonnée par le médiateur, « qui réfléchit spontanément à ces questions car sa responsabilité morale est en jeu ». Dès lors, les propositions du manifeste lui apparaissent idéalistes, car il n’existe pas de « juste synthèse » accessible aux médiateurs — à part dans le « monde des bisounours ». Et si le manifeste met justement en avant « le respect et la préservation des pensées, des discours, des choix et pour faire large des espèces », est-ce qu’il ne se contredit pas son présupposé qu’une transmission est plus juste qu’une autre ? Pour Laure la porte de sortie est « la possibilité de faire confiance et d’enrichir la formation initiale de l’esprit scientifique et critique de chaque personne à l’école » — ce qui apparaît comme une autre solution magique naïve.

D’autre part, pour certains, le manifeste semblait trop centré sur les mécanismes de la médiation et moins sur ses visées (sans doute parce qu’aucun consensus n’avait émergé lors de Pari d’Avenir 2008). Cela a manqué à des lecteurs comme Alain Berestetsky qui voit dans la médiation le moyen de développer une culture scientifique qui « favorise le débat entre experts et non experts permettant ainsi que dans chaque problème puisse être croisées et identifiées les questions savantes et citoyennes ».

Enfin, le terme même de médiation scientifique pose parfois problème. Ainsi Pauline Lachappelle préfèrerait que l’on parle de  » médiation culturelle des sciences  » pour clarifier  » le fait que les sciences font partie de la culture et que de ce fait il est tout à fait censé d’interroger leur place dans nos sociétés « . Bien plus, cela conditionnerait les relations et le positionnement de cette médiation dans « le champ professionnel de la culture « .

Sachant que d’autres ont jugé la forme du texte condescendante, on voit que le ton juste et le bon mariage entre la forme et le fond est difficile à trouver !


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. infusoir dit :

    « On fêtera le 20 mars prochain l’anniversaire du manifeste « Dogme95″, proclamé le 20 mars 1995 au Théâtre de l’Odéon à Paris. […] Ce mouvement « lancé en réaction aux superproductions anglo-saxonnes et à l’utilisation abusive d’artifices et d’effets spéciaux aboutissant à des produits formatés, jugés lénifiants et impersonnels » avait pour but « de revenir à une sobriété formelle plus expressive, plus originale et jugée plus apte à exprimer les enjeux artistiques contemporains » (d’après Wikipédia). […] En septembre 2010, le Medical Museion de Copenhague a accueilli la présentation publique d’un Dogme95 appliqué aux musées de science, à l’initiative de Thomas Söderqvist et Ken Arnolds. »
    La suite sur le blog ArtScienceFactory de Enro