Pour qu’un carnet vive…

Il faut, pour qu’il vive, qu’un carnet de recherche, qu’il soit collectif ou individuel, ait un sens. Qu’il remplisse un besoin, ou des besoins.

Le mien a eu un sens, multiforme et mouvant pendant plusieurs mois, plusieurs années. Il a accompagné mon travail de thèse, en faisant vivre notamment des réflexions qui jalonnent la thèse, sans y apparaître directement.

J’ai été portée par deux intentions, suffisamment intriquées pour que je n’arrive pas toujours à les démêler, et qui, lorsque l’une prend trop le pas sur l’autre, empêchent l’écriture de se déployer : partager une réflexion en cours (intervention du regard du lecteur) et donner forme à des pensées volatiles (rôle personnel, parfois intime, de l’écriture), en les ancrant et les inscrivant dans un cadre et dans un format.

Aujourd’hui, il me semble que le carnet se décale, sans trop savoir à l’avance vers où.

J’aime l’idée qu’un carnet de recherche soit vivant et que son statut change.

Je ne conçoit pas mon carnet comme un lieu d’unique valorisation d’une réflexion déjà faite, mais bien comme le lieu de matérialisation, d’élaboration et de partage d’une pensée en cours.
De ce fait, je ne peux pas savoir encore ce qui s’y déploiera dans les semaines et les mois à venir, de la même manière que je ne peux prévoir à l’avance quelles seront les notes que je prends sur mes carnets papier, dans leur contenu ou leur forme.

L’Infusoir est en mutation. Celle-ci ne sera peut-être pas palpable de l’extérieur.  Il est question de la place de cet espace dans ma pratique de recherche et du sens que je donnerai au fait d’écrire ici.

Illustration : Clémentine Robach

Une réflexion au sujet de « Pour qu’un carnet vive… »

Les commentaires sont fermés.