La science : un système de valeurs ?

Sur le site de l’émission « Recherche en cours », je vous invite à écouter l’enregistrement de l’entretien intitulé « Quand la science recolle les morceaux », réalisé auprès de Leïla Peirié  et Livio Riboli-Sasco, rondement mené par David Dumoulin et Jean-Marc Galan, ainsi qu’à lire les commentaires associés. Extrait…

Sur la page d’accueil du site de l’association Paris-Montagne

Livio et Leïla, qui m’excuseront je crois de discuter ici de leur intervention, comme point de départ à une discussion sur les relations entre sciences et valeurs, y présentent leurs travaux de recherche respectifs, ainsi que des initiatives de médiation scientifique engagées au sein de l’association Paris-Montagne. Sur le site, il est ainsi indiqué en guise de présentation : « L’arrière pensée est claire : derrière les contenus scientifiques faire passer les valeurs positives véhiculées par la science. »

Mais voilà que je ne peux m’empêcher de me demander : la science véhicule-t-elle des valeurs positives en elle-même ? Peut-on dire que la science est un « système de valeurs » ? En cela, je rejoindrais le commentaire de Ed, sur le fond non sur la forme, quand il se demande comment concilier réalité d’une pratique et un certain idéal de la science : ces valeurs que l’on projette sur la science, comment faire quand on ne les rencontre pas dans son quotidien ? Faut-il en prendre son parti ou peut-on se démener pour les y réinjecter ? S’agit-il d’un discours utopiste ? La science est-elle, peut-elle ou encore doit-elle[1] être le lieu d’existence de valeurs (pas nécessairement positives d’ailleurs…) ?

Que la science puisse être un lieu de projection de valeurs, voilà qui n’est pas nouveau, mais très intéressant. On peut effectivement penser la science et ce que la science devrait être dans l’idéal, en lien avec une certaine conception de la société, mais « science » rime-t-il par exemple avec « démocratie » dans les faits? Là encore entre idéal et réalité…

D’où nous vient alors cette idée que la science pourrait être porteuse de valeurs ? La question mérite d’être posée de la relation effective et souhaitable, toujours dans une certaine conception de la société, entre sciences et valeurs (voir par exemple les questions posées aux participants de Pari d’avenir 2008, et le  séminaire Sciences, Technologie et Valeurs coordonné par Bernadette Bensaude-Vincent d’octobre 2009 à janvier 2010).

Pour Ian Hacking, « ce qui donne aux sciences une valeur intrinsèque […] (est) le fait que nous assistons à ce qui nous rend proprement humains, ces talents ou facultés dont chacun est cultivé par un style de raisonnement scientifique distinct, durable, et en même temps entièrement historique. »[2]. Pourtant, dans la discussion qui nous occupe, ce n’est pas de cela qu’il s’agit mais bien de ce que chacun projette comme valeurs (extrinsèques ?) dans la science.

Il y aurait je pense une différence fondamentale à faire entre science et médiation scientifique. Il semble que nous ayons chacun notre propre définition de la science, parfois fédérée autour d’un idéal commun, souvent empreinte de nos valeurs, et en tout cas issue de notre histoire individuelle et collective, de notre culture, voire de notre posture dans le « champ scientifique »[3]. Ainsi pour Bourdieu « lorsqu’on est jeune, -c’est de la sociologie de la science élémentaire-, on a, toutes choses égales par ailleurs, moins de capital, et aussi moins de compétence, et on est donc incliné, presque par définition, à se poser en s’opposant aux plus anciens, donc à porter un regard critique sur leurs travaux. »[3]. Dans l’émission qui nous sert de point de départ, la pratique de la science comme « remise en cause permanente de ses paradigmes » est l’image de la possibilité et des effets concrets, dans la médiation scientifique, d’une projection d’un idéal « révolutionnaire » sur une science qui peut dans ce cadre se permettre de jouer le caméléon, changeant au gré de ceux qui se l’approprient.

Qu’en est-il dans la pratique de recherche ?


[1] L’idée de « non-empiètement des magistères » développée par S.J. Gould, dans son livre Et Dieu dit : « Que Darwin soit ! », pourrait ici nous être utile.

[2] Hacking I., « Vrai », les valeurs et les sciences, Actes de la recherche en sciences sociales 2002/2, 141, p.13-20.

[3] Bourdieu Pierre, 2001. Science de la science et réflexivité. Paris : Editions Raisons d’agir.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Infusoir dit :

    « […] Et si finalement la vulgarisation n’était qu’un prétexte à faire des activités, rencontrer du monde, échanger autour de questions et préoccupations communes — et finalement à créer du lien social ? […] »
    La suite sur le blog La science, la cité