Pour qu’un carnet vive… [2]

Merci de respecter les intentions de l’espace où vous entrez

Vous cherchez un lieu pour expliciter votre propre pensée, pour parler de vos recherches ? N’hésitez pas à ouvrir un carnet de recherche ou un blog.

Merci de bien vouloir respecter l’objectif de discussion de l’espace constitué par les commentaires et de ne pas l’occuper pour vos propres usages ou la maturation de vos propres idées indépendamment des perspectives développées par les billets publiés ici, ou plus généralement par ce carnet. Cet espace est public et j’ai choisi pour l’instant d’en faire un espace ouvert aux commentaires car je suis convaincue que les commentaires sont potentiellement des lieux de dialogue.  Mais les espaces numériques, précieux, comme tous les lieux potentiels d’échanges, sont aussi fragiles, en particulier s’ils tombent dans l’écueil des monologues juxtaposés.


2 réflexions au sujet de « Pour qu’un carnet vive… [2] »

  1. Apparemment une limite a été dépassée…

    Depuis les premiers blogs, la question d’une éthique des commentaires fait débat – on peut relever à ce titre qu’il est rarement question d’une éthique du modérateur…. Il est souvent question dans ces discussions de commentaires volontairement nuisibles ou d’attitudes trollesques clairement identifiées comme néfastes, dans ce cas la solution qui s’emble s’imposer naturellement au modérateur c’est de bloquer la publication du commentaire incriminé.

    Il serait intéressant de se questionner sur ce geste, sur ce pouvoir absolu du modérateur car derrière la formule c’est d’une censure dont il est question.
    Si on exclut ces cas « extrêmes », se pose la question de l’évaluation de la pertinence des commentaires, de la justesse de leurs propos. Quels critères ?
    Un des points qui me semble important dans ces échanges numériques (ce n’est pas le seul), c’est la relation au temps.
    Imposer aux commentaires un degré de pertinence et d’argumentation du même niveau que ce qui structure le billet d’origine, suppose de la part du lecteur de disposer de suffisamment de temps pour élaborer et formaliser une réponse juste.
    Il n’est pas certain que la temporalité à l’œuvre dans ces espaces soit adaptée au respect d’un haut critère de pertinence
    Il faut également se poser la question de la responsabilité de l’auteur du billet, est ce que son post mérite d’y consacrer du temps ? Est-ce que son sujet et son traitement est adapté à la temporalité à l’œuvre sur ce support ? Dans quelle mesure le ton et le sujet de son billet n’impose pas une tonalité particulières aux commentaires…

    Les aspects psychologiques, les affects en jeu dans ces échanges sont importants, il n’en reste pas moins que les commentaires sont contraint par le cadre imposé, celui d’un contenant, d’un contenu et d’une temporalité.
    Un commentaire est une réaction écrite immédiate à ce qui vient d’être lu.

    Certes nous ne sommes pas ici sur un blog, mais sur un « carnet de recherche », cette étiquette est supposée créer un contexte particulier propice aux dialogues réfléchis, mais il ne suffit pas de faire partie d’une communauté hébergée sur une plateforme dédiée, pour échapper aux mécanismes propres aux blogs (un petit tour sur les données administrateur concernant le temps passé par les visiteurs peut être instructive…)

    Dans ces conditions, ne faut-il pas accepter certaines lectures approximatives, tolérer certaines dérives solipsistes et autres formes de dérapages, en se disant que ce ne sont là, rien d’autre que reflets de ce qui se joue dans un jeu où ce sont les lecteurs qui imposent les règles.

    En conclusion, ne faut-il pas, plutôt que de chercher à imposer nos règles, essayer d’adapter nos discours et nos attentes pour tirer le meilleur parti d’un média qui a ces propres règles ?
    Cela suppose de définir une « ligne éditoriale », ainsi que des objectifs de niveaux d’exigence en cohérence avec ce média.

    Jean-Philippe

    Ps : Le carnet de Marie-Anne Paveau me semble un bon exemple d’une ligne éditoriale adaptée au média, mais peut être que la nature de ses recherches se prête mieux au format.

    1. Cet espace est un espace personnel.
      Cet espace est le lieu de mes problématiques de recherche.
      Il n’est pas dédié aux problématiques des lecteurs, toute digne d’intérêt qu’elles soient.
      On ne peut pas tout faire. Ce n’est pas l’enjeu de ce carnet.
      Les lecteurs n’imposeront pas de règles du jeu même s’ils croient pouvoir le décider.
      Je continuerai d’investir cet espace comme je l’entends. C’est le mien.
      Internet est grand, il y a de la place ailleurs.
      La manière dont j’investis cet espace ne regarde que moi. Elle prend sens dans le cadre de mon projet de recherche. Elle n’a pas pour objectif de convenir à tous et ne se laisse pas définir en–dehors de ce projet.
      Il s’agit de la cohérence d’un espace personnel et de sa protection.

      Lorsque je suis invitée à dîner je ne me sens pas autorisée à choisir le menu, ni à revendiquer le droit au choix.

Les commentaires sont fermés.