Le jour du manuscrit – Regarder autour

Marquer les fins, les transitions, les passages et les limites, pour se sentir une fois pour toute… ailleurs.

Le jour où j’ai récupéré mon manuscrit papier de thèse, cette écriture formée, matérielle, à distance de soi, j’ai ressenti le besoin de regarder autour de moi.

Ce lieu privilégié de l’incubation d’un projet de recherche.

Un lieu vivant, mais parfois si coupé du monde autour.

Un monde en soi, duquel on se retrouve vite dehors, une fois l’incubation terminée.

La parenthèse se ferme, cela vaut la peine de la fermer, par les regards jetés ce jour-là, « le jour du manuscrit ».

Le jour même de ma soutenance, je découvre ce message sur le bureau que j’avais utilisé pendant 4 ans : les bureaux sont des denrées rare, thèse aussitôt soutenue, bureau aussitôt remplacé


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...