Member Login
Lost your password?

Une mue pour une métamorphose

21 février 2013
Par

Mélodie Faury – Licence CC-BY

L’Infusoir a été mon carnet d’accompagnement de la thèse. Il n’a pas été le lieu d’écriture de la thèse, mais je ne l’aurais pas écrite de la même manière sans ce lieu d’écriture, de lecture et de discussion, qui a rempli des fonctions précieuses pour l’ancrage et l’élaboration de ma réflexion de recherche doctorale.

Je tourne autour d’une idée depuis quelques semaines, liée aux changements de place et d’activité professionnelle dans lesquels je me suis retrouvée prise : et si l’Infusoir n’était plus le « bon » lieu pour écrire, pour dire, depuis cette nouvelle perspective d’où je me situe à présent. Comme si ma parole avait du mal à se situer dans un lieu aussi marqué, aussi connoté par l’expérience de recherche qu’il a accompagné.

Lorsque nous nous étions retrouvés avec Benoît Kermoal, dans le séminaire doctoral organisé par Marie-Anne Paveau et Vincent Ferré à l’université Paris 13, invités tous les deux à parler de notre pratique du carnet de recherche, Benoît avait présenté son carnet comme un carnet qu’il pense clore une fois la thèse achevée et je n’arrivais pas à penser la même chose pour l’Infusoir.

Aujourd’hui je me retrouve face à deux principales options, que je tourne et retourne et qui trouveront bientôt un dénouement :

  • ouvrir un nouveau carnet de recherche pour accompagner la réflexion sur l’action professionnelle que je mène actuellement, mais également pour prolonger mes problématiques de thèse et être le lieu plus large du traçage de mes questionnements ;
  • réaménager de fond en comble l’Infusoir, pour garder toute l’épaisseur de l’archive, sans empêcher l’impression d’une nouvelle dynamique, de nouvelles directions, de nouvelles préoccupations – garder le lien avec l’ancien mais permettre le renouveau, la mue.

Ce qui passe peut-être par l’adoption d’un nouveau nom à ce lieu précieux de recherche en cours, et de rencontres humaines et scientifiques.

La suite dans peu de temps…


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

2 Responses to Une mue pour une métamorphose

  1. Zineddine Aboubekeur le 23 février 2013 à 14:00

    Merci Mélodie pour ce joli billet qui coïncide avec ma réflexion actuelle sur la différence entre le carnet de thèse (tenu par un doctorant)et le carnet de recherche (tenu par un chercheur confirmé ou un professionnel du monde de la recherche).

    Ton billet exprime éloquemment cette transition que je vais analyser de près puisque ton blog figure au top de la liste des blogs qui vont constituer mon corpus.

    • Mélodie Faury le 23 février 2013 à 18:26

      Et merci à toi pour ton commentaire qui accompagne cette transition ;-) - pas simple de changer de place et de perspective depuis laquelle on parle sans changer de lieu. D'autant plus lorsque finalement je cherche aussi de nouvelles adresses pour l'écriture de mes billets : si je ne parle plus du même lieu, suis-je toujours en train de parler aux mêmes personnes ?
      Et puis après tout il y a l'effet de ce qui émerge du carnet de recherche sans que l'on ait à le penser a priori. L'écriture, en tant qu'élaboration et que besoin d'abord (notamment de réflexivité) trouve son sen dans ce besoin et (donc ?) sa dimension dialogique dans la lecture silencieuse et les discussions en commentaires.
      En tout cas toujours très intéressée par ton passionnant travail de recherche et au plaisir de te lire sur metablog





Carnets de recherche