Espaces physiques ou numériques : s’en servir ou les habiter

La magnifique phrase d’Hannah Arendt à propos de Walter Benjamin m’évoque les manières possibles (et donc les choix ?) d’investir les espaces numériques. Je la transpose donc à tous les lieux que l’on peut habiter, et je pense que les lieux numériques (par exemple les carnets de recherche ou Twitter) en font partie.

arendt benj« Et de même qu’on n’habite pas, qu’on ne transforme pas en son logis, un appartement du seul fait qu’on s’en sert – pour dormir, manger, travailler-, mais parce qu’on y séjourne, de même on habite une ville lorsqu’on se plaît à y flâner sans but ni dessein, les innombrables cafés qui flanquent les rues, et devant lesquels s’écoule la vie de la ville, le flot des passants, renforçant ce sentiment d’être chez soi. »
H. Arendt à propos de W. Benjamin


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. TUFFERY dit :

    Merci pour cette belle phrase de W. Benjamin. Elle me fait penser aux Guides psychogéographiques des situationnistes parmi lesquels ceux de Guy Debord (dont la superbe exposition en ce moment à la BnF est à voir). Ces guides furent le fruit des expériences de « dérives » des situationnistes, mélange d’errement et de pratique engagée de la liberté de mouvement dans des espaces urbains modernes, en profonde mutation dans les années 50-70. Les situationnistes revendiquaient leur part d’héritage de W. Benjamin, entre autres.
    A quoi pourrait ressembler une expérience de « dérive » et de psychogéographie des espaces numériques… ?