Reprendre le fil décousu

nouveau-depart
Nouveau départ, par Lucille Beuzelin

Il y a des fils conducteurs qui se distendent si on les laisse trop longtemps de côté. J’ai interrompu mes activités de recherche pendant déjà 10 mois. C’est beaucoup trop long si l’on considère à quel point les questions qui les sous-tendaient me tiennent à cœur et à raison.

Je vais donc, au sein de nouvelles activités professionnelles, tenter de reconnecter avec ses questionnements liés à nos rapports aux sciences et aux relations sciences-société, et parcourir mes « archives » que je vais ressortir des cartons après de multiples déménagements. Bref, je vais expérimenter le retour à des questionnements à distance et depuis un nouveau contexte, une nouvelle situation de parole. A un moment particulier de ma trajectoire professionnelle.

Je ne suis plus en situation de déplacement entre les sciences biologiques et les sciences humaines et sociales, même si cela constitue toujours mon expérience vécue.  Je suis en transition, une nouvelle fois, et je travaille à présent à l’interface entre trois mondes, développant chacun des rapports aux science bien différents : le monde de l’éducation nationale, celui de l’enseignement supérieur et de la recherche et celui enfin de la médiation scientifique.

Me voici donc sur le point de replonger dans mes archives de thèse, de papier et numériques, mes corpus, mes lectures, renouvelées ou nouvelles. Et d’articuler cette plongée avec les cours que je donnerai l’année prochaine : Science et société à l’Ens de lyon et « Ethique de la médiation scientifique » à l’université de Strasbourg.

Je ne sais pas encore quel temps je pourrai consacrer au blogging scientifique à la rentrée, mais je compte notamment sur les temps de déplacement en train pour venir élaborer ici de nouvelles pistes de recherche et prolonger celles de ma recherche doctorale. Sans contrôler à l’avance ce qui en émergera, ce qui constitue à mon sens tout le sel de l’entreprise.

C’est avec plaisir quoi qu’il en soit que je renouerais avec la pratique du carnet de recherche, qui a été une composante essentielle de mon travail de recherche, tout au long de mes années doctorales, notamment pour la dimension réflexive qu’elle m’a ouverte.

Crédit photographique : Nouveau départ, par Lucille Beuzelin