Quelques mots sur les sciences en société – « Sciences en société : dialogues et responsabilité scientifique »

Une citation issue d’un article disponible en ligne, paru dans Les Cahiers du M.U.R.S,  publiés par l’association « Mouvement Universel de la Responsabilité Scientifique« .

MURS n°60 – 2009, intervention de Danièle HERVIEU-LEGER

Deux points de vue de « Sciences en Société », HERVIEU-LEGER, Danièle, KLEIN, Etienne

Capture d’écran 2013-07-31 à 16.09.54« Cette science, qui a renoncé à l’horizon scientiste d’un réduction de toutes les grandes questions métaphysiques, cette science qui limite son propre propos, non pas dans le registre de la connaissance, mais en admettant simplement qu’il y a plusieurs entrées dans le réel humain, cette science se présente du même coup à la fois comme extraordinairement puissante, capable d’avancées extraordinaires, et en même temps comme très modeste, au sens où elle connaît et gère elle-même la limite de son propre propos. Cela ne veut pas dire du tout que les vérités que formule la science sont des vérités relatives : cela veut dire qu’elle sont situées dans un registre de savoir donné, qui n’épuise pas les possibilités humaines d’accès au réel. La science a atteint un niveau de développement extraordinaire, tel qu’elle peut se placer dans cette position de distance par rapport à elle-même, qui fait toute la différence avec certains rêves scientistes du siècle dernier. (…) Donc, elle nous établit tous dans une incertitude de fond, non réductible, quant à notre capacité d’apporter une réponse définitive et stable à tous les questionnements qui surgissent de notre expérience. Elle nous révèle l’incertitude même de notre condition.(…) Pour faire face à cette situation, il ne s’agit pas seulement de rendre la science attractive, accessible, séduisante. Le problème auquel nous sommes confrontés c’est, au fond, de nous éduquer, de nous socialiser, et de socialiser les jeunes générations, dans une condition qui est une condition d’incertitude, y compris dans les attentes que nous avons à l’égard de la science. Une condition d’incertitude qui implique de savoir par exemple, faire une place à la manière dont nos savoirs se construisent. Autrement dit, la question de l’éducation scientifique n’est pas seulement de montrer la science en train de se faire et de la rendre séduisante, c’est au moins autant d’intégrer l’histoire de nos savoirs dans la formation intellectuelle. Dans cette perspective, les musées et les fêtes de la science sont des choses importantes. Mais le vrai problème, selon moi, c’est d’arriver à intégrer le bon rapport à la science, en tant qu’elle est précisément à la fois capable de changer notre univers et nos vies, et en même temps de nous laisser devant nos incertitudes sans nous tenir par la main. »

Point de vue que je partage entièrement.