Quelques mots sur les sciences en société – “Communication et intégrité scientifique”

Voir aussi à ce sujet le site Retraction watch ou encore l’intiative Scientific Red Cards

Une citation issue d’un article disponible en ligne, paru dans Les Cahiers du M.U.R.S,  publiés par l’association “Mouvement Universel de la Responsabilité Scientifique“.

MURS n°60 – 2009, rapport de Franck Daninos, journaliste scientifique

Communication et intégrité scientifique

« Depuis une vingtaine d’années, les fraudes scientifiques sont devenues des sujets de préoccupation croissants, du point de vue de la communauté scientifique ainsi que du public. Ces fraudes ne sont plus considérées comme des épisodes anecdotiques, et isolés, imputables à une poignée de personnages peu scrupuleux, mais plutôt comme l’expression d’une tendance structurelle et pernicieuse minant, depuis l’intérieur, l’entreprise scientifique. Et les scandales suscités par le physicien allemand Henrick Schön, en 2002, ou le biologiste sud-coréen Hwang Woo-Suk, en 2006, n’en seraient que les manifestations les plus spectaculaires. Car, à côté du plagiat, de la falsification et de la fabrication pure et simple de données expérimentales, les « mauvaises conduites » dans la pratique de recherche peuvent prendre des formes multiples – telle une communication sensationnaliste et biaisée – et, bien qu’elles demeurent difficiles à mettre en évidence, seraient de plus en plus nombreuses. Au point que, en septembre 2007, a été organisée, à Lisbonne, la première Conférence mondiale sur l’intégrité scientifique, dont les principaux objectifs étaient de définir et de quantifier ces différentes formes de mauvaises conduites, et bien sûr, de chercher à les prévenir. »


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...