« Prendre la société de la connaissance au sérieux » – Quelques mots sur les sciences en société

Une citation issue d’un article disponible en ligne, paru dans Les Cahiers du M.U.R.S,  publiés par l’association “Mouvement Universel de la Responsabilité Scientifique“.

MURS n°60 – 2009, intervention d’Ulrike Felt, professeur en sociologie des sciences à l’Université de Vienne

Vidéo en ligne de l’intervention

« Prendre la société de la connaissance au sérieux », intervention d’Ulrike Felt à partir de travaux d’un groupe d’expert effectués pour la direction « Science, Economie et Société » de la Commission Européenne.

Rapport de 2007 disponible en ligne (en anglais), dont U. Felt est rapporteur et B. Wynne « chairman ».

version 2009

Capture d’écran 2013-08-01 à 17.16.17« (…) le défi posé au groupe était de repenser l’engagement de la société civile démocratique dans la gouvernance de la science en Europe. L’idée était de rassembler des connaissances acquises par des chercheurs dans le domaine STS (science, technologie, société) pour évaluer les défis actuels et débattre des stratégies futures concernant la science et sa gouvernance. (…)

Cependant le rapport ne devait pas aboutir à des recommandations de « best pratice » en ce qui concerne science et gouvernance. Il s’agissait plutôt de montrer les enchevêtrements complexes entre science et société et leur profond enracinement dans nos cultures. Le rapport visait donc plutôt à offrir des options pour repenser la situation. En conséquence, nous avons abordé la question de science et gouvernance à travers les notions-clés employées dans les discours des décideurs européens.

Nous avons identifié quatre notions à approfondir : l’innovation, son orientation, sa distribution ; le risque et la science, ainsi que sa dimension normative; l’éthique, la politique normative européenne et le rôle des experts ; et enfin les publics européens, leurs formations, performances et rencontres.

Dans le processus de discussion, deux thèmes transversaux ont émergé. Premièrement, la question se posait de savoir comment nous apprenions en tant que société et que signifiait l’apprentissage dans le contexte d’une société européenne de la connaissance. Deuxièmement, nous nous sommes rendu compte qu’il fallait prêter une grande attention à ce que nous avons appelé les « imaginaires » et les narratifs dominants car ils sont le cadre de tous nos futurs potentiels : ils sont des lieux d’articulation entre les idées plus générales de progrès et les développements technoscientifiques. Ainsi, le rapport s’est fixé comme but de contribuer à une conceptualisation différente et plus large des questions en jeu dans le domaine science et gouvernance en Europe, et d’offrir un point de départ pour la construction d’une société de la connaissance plus robuste, ouverte et durable. »

Rapport à lire donc.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...