L’expérience de l’après-thèse : et vous ?

Ce billet vise à croiser des expériences vécues ou à vivre de la suite de la recherche doctorale.

Illustration par Clémentine Robach
Illustration par Clémentine Robach

Voilà presque un an que j’ai soutenu ma thèse : moment intense, humainement et scientifiquement. Je ne savais pas trop si celui-ci marquerait la fin ou le début de quelque chose. Les deux en même temps certainement. Ce qui me frappe à présent c’est à quel point le basculement est grand une fois la thèse passée.Il faut en effet « passer à autre chose », c’est-à-dire laisser provisoirement ou définitivement le sujet de la thèse. Après des années passées à s’enfoncer dans les profondeurs, les rebondissements, les pics et les méandres de ce sujet. Ce qui ne signifie pas pour autant laisser ses interrogations, motrices du travail de recherche, mais les voir se transformer, évoluer, de façon plus ou moins radicale, selon le contexte professionnel dans lequel on se retrouve ensuite.

Selon que l’on cherche à poursuivre dans la recherche ou non, il y a un pas à faire, qui, si la thèse n’accompagne pas une activité professionnelle associée, passe souvent par le pôle emploi, pour un temps plus ou moins long. J’ai eu la chance d’avoir rapidement un poste, qui n’est cependant pas un poste de chercheuse.

En ce qui me concerne, voilà un an presque que j’ai mis un point final à mon manuscrit, mais j’étais loin de souhaiter mettre un point final aux recherches, à la dynamique, au processus de réflexion dans lequel il s’inscrivait. J’ai vécu cette année comme une parenthèse. Assez abrupte, et par conséquent difficile.

J’avais voulu ma thèse programmatique, posant les jalons d’un questionnement qui la dépasse largement, celui des rapports que nous entretenons aux sciences.  Peut-être mes difficultés avec la forme de rupture que constitue l’après-thèse viennent-elles de là.

L’espace précieux que constituait la thèse pour ces réflexions a momentanément disparu. Et je compte sur ce carnet pour m’aider à les réintégrer (garder toujours vive la réflexivité !) dans mon nouveau quotidien professionnel.

Et vous, comment comptez-vous gérer ou avez-vous géré l’après-thèse ?


3 réflexions au sujet de « L’expérience de l’après-thèse : et vous ? »

  1. J’ai soutenu ma thèse il y a deux ans et demi. J’ai été de nouveau salariée à temps plein et sur un rythme de vie « normal » un mois avant la soutenance (pas dans la recherche, avec une fonction dans mon secteur de prédilection qui me permettait de découvrir, de réapprendre, d’avoir de nouvelles responsabilités, mais pas un bon salaire au passage). Je ne voulais pas en revanche arrêter de pratiquer l’enseignement, même si c’était tentant quelque part. Je me suis retrouvée très vite dans ce bain là et ça n’a pas été si difficile de quitter l’université à laquelle forcément, on est très attachés quand on y reste jusqu’au titre de docteur(e). La seule grosse difficulté (angoisse) que je soulignerais, c’est l’impossibilité pour moi de relire mon travail, et le déni de tout un passage de la thèse que j’abhorre. Angoisse parce qu’une fois la publication rendue, elle est immuable. Bravo pour toute l’énergie que tu mets et transmets dans tes écrits, sur les réseaux sociaux,, je te lis avec admiration et vachement d’intérêt car j’aurais aimé m’en sentir capable!
    Amicalement,
    @edupsycha

    1. Bonjour Romane,
      Merci pour ton commentaire ! Je trouve intéressant cette idée de « vie normale »que tu mets toi-même entre guillements, car j’ai l’impression actuelle de vouloir forcer mon quotidien à ce que la vie « normale » soit celle où les interrogations de ma période de thèse gardent une place. Mais c’est loin d’être évident et je m’y épuise un peu. J’ai bon espoir pourtant tant les échanges que le partage de ces interrogations suscitent sont roboratifs ;-).
      Garder la pratique de l’enseignement : je trouve cela très important aussi, je ne trouve nul part ailleurs ce que le rapport aux élèves et étudiants apporte.
      Cette angoisse que tu soulignes je m’en suis affranchie (difficilement) par l’écriture numérique, éphémère qui m’a permis (un peu) de relativiser tous les écrits comme n’étant pas toujours à assumer quelques mois/ années plus tard car indexés en temps. Et comme la recherche est un processus et que l’on se construit soi-même en le mettant en œuvre… ceci dit, la thèse est un écrit très chargé symboliquement et c’est encore autre chose…
      En tout cas, ce que m’apporte les carnets et les réseaux sont cette démultiplication de l’énergie par la rencontre des interrogations, la lecture mutuelle et l’échange constructif : je crois que c’est une expérience partagée par plusieurs bloggueur.se.s / « carnetier.e.s »
      Au plaisir de te croiser donc, notamment sur Twitter

  2. Bonjour,

    Merci pour ce post et les 2 commentaires car ils correspondent à des interrogations, et parfois quelques moments d’appréhension plus délicate, que je traverse actuellement…
    Pour ma part, le manuscrit est déposé depuis 2 mois et ma soutenance se fera à la rentrée. J’ai cherché à anticiper autant que faire se peut l’après-thèse, en postulant dans de nombreuses universités (plus de 40 candidatures), pour des postes assez variés (ATER, MCF Contractuel en école d’ingénieur, post-doc…) mais je me suis confronté aux logiques institutionnelles, c’est à dire à cette tendance à ne recruter des impétrants uniquement en interne, ou lorsqu’ils sont soutenus par des mandarins. Dur à vivre car les compliments que l’on n’arrête pas de me faire (après audition, après intervention en colloque, après publi…), et les classements aux pieds du podium ne nourrissent pas son homme…

    Alors, pour le moment, j’escompte beaucoup sur mon petit CDD de 23 mois que m’offre le « Pote Emploi » (la mauvaise orthographe est volontaire) pour écrire, publier, renforcer mon CV et mon profil d’universitaire, afin d’espérer pouvoir l’an prochain retrouver un emploi en enseignement-recherche.
    Et en même temps, je m’interroge… lorsque l’on voit l’enfermement de nombre de chercheurs dans leur tour d’ivoire, au point d’être déconnecté de la réalité et d’oublier d’être humain, à quoi ça sert ? Quels sont les véritables retombées de nos recherches pour l’ensemble de la société et le bien commun ? (je suis sociologue) Lorsque l’on voit la piètre qualité des résultats de certains chercheurs (voire l’absence de résultats) tandis qu’ils occupent un poste immuable, on est en droit de s’interroger sur la plus-value de notre travail… Et ces financements de recherche qui diminuent d’année en année, l’étroitesse des appels à projet diffusés par le ministère, comment pouvons nous être innovant ? Et où se situe la liberté de recherche et de parole des universitaires alors qu’ils devraient – au moins en sociologie, pour ne parler que de ma discipline puisque je ne connais pas forcément les autres – apporter un regard critique sur notre société, son fonctionnement, etc.? J’ai eu des discussions avec des collègues, dans le cadre d’une ANR, où certains souhaitaient « arrondir les angles » pour ne pas se « griller » auprès du ministère… Je trouve cela assez symptomatique de l’inertie de la recherche, de sa mauvaise santé, qu’elle soit suscitée par les chercheurs eux mêmes, ou par les hautes sphères… Alors, à quoi bon continuer, tout au moins en université ?

    Et rajoutons aussi notre vie privée dans toutes ces interrogations… car oui, la thèse est une épreuve solitaire durant laquelle on met de côté sa propre vie. Pour ma part, la thèse a eu pour effet collatéral de mettre fin à mon couple et à tout un tas d’activités annexes, de loisirs, pour me concentrer sur mon travail.
    Et aujourd’hui, j’ai retrouvé quelqu’un, je décompresse enfin, je me remets à mes activités personnelles. Mais qui me dit que je ne serais pas envoyé à l’autre bout de la France (ou du monde) pour un poste. Et dans ce cas là, que faire puisque ma compagne ne peut déménager… devrais-je à nouveau mettre ma vie de côté pour privilégier ma vie professionnelle, ma passion pour al recherche et l’enseignement et sortir de Pôle Emploi? Ai-je le « droit »de refuser un emploi alors que les temps sont si difficiles et les places si chères? Mais n’ai-je pas justement déjà sacrifié ma vie personnelle pour réaliser cette thèse?

    Personnellement, je ne sais pas, je ne sais plus… alors en attendant, je laisse tout cela reposer dans un coin de ma tête et j’en discuterai le moment venu avec ma douce.
    Je réfléchis aussi de plus en plus à travailler dans le privé, en bureau d’études, peut-être aussi pour ne pas trop me déconnecter de la réalité du monde et faire en sorte que mes compétences et mes recherches servent à un spectre plus large que seulement la communauté scientifique.

    Mais les interrogations sont vives, parfois angoissantes car lorsque je fais le bilan, j’ai l’impression de ne savoir rien faire d’autre que de la recherche… alors, que pourrais-je faire d’autre, en termes de secteurs et de postes ?
    Bref, tantôt j’appréhende l’avenir, tantôt je me laisse porter sans me soucier, me contentant de vivre mon idylle personnelle…

    Bien à vous et au plaisir de vous lire,
    Kev’

Les commentaires sont fermés.