Epistémologie de la médiation scientifique Cours #1

15 octobre 2013
Par

Éléments de contexte

Je prépare aujourd’hui mon premier cours d’épistémologie de la médiation scientifique, auquel j’articule d’emblée des questions d’éthique de la médiation scientifique. Ce cours est construit à destination des étudiants en Master « Histoire, philosophie et médiation des sciences » de l’IRIST (Institut de Recherches Interdisciplinaires sur les Sciences et la Technologie).

 « Ce master s’adresse à tous les étudiants et les professionnels intéressés par le développement des sciences, des technologies, de la médecine et leur rôle dans la société. »

Je rencontre en particulier les étudiants des parcours « Culture, patrimoine et médiation des sciences » et « Enseignement – Histoire et philosophie des sciences ».

« Publics concernés par le master »

Le master s’adresse à différents publics d’étudiants avec l’ambition :

-         de former de futurs professionnels et de futurs chercheurs œuvrant à l’interface des domaines science/technologie/médecine et société ;

-         d’apporter une formation complémentaire à de futurs professionnels ou à des professionnels déjà en poste – scientifiques, médecins, pharmaciens, ingénieurs ou administrateurs de la recherche et de l’expertise, enseignants – qui souhaitent mettre en perspective leurs connaissances, approfondir la compréhension des enjeux sociaux des sciences, des technologies et de la médecine et acquérir un atout supplémentaire dans l’exercice de leur profession.

 Quels sont les autres cours que les étudiants des parcours 2 et 3 suivent ?

Parcours 2 :

-         Études des sciences : approche et méthodes

-         Sciences et société : théorie et pratiques

-         Politique de la culture et des publics

-         Musée et médiation en pratique

-         Méthodologie de la recherche et valorisation des compétences

Parcours 3 :

-         Études des sciences : approche et méthodes

-         Sciences et société : théorie et pratiques

-         Histoire et philosophie des disciplines scientifiques

Les questions posées dans ce cours

Les questions que je souhaite que nous nous posions pendant ce cours, en développant des formes de réflexivité individuelles et collectives, sont les suivantes :

Comment se construit un discours de médiation scientifique ?

Quelles sont les postures des acteurs et comment les comprendre ?

Quels sont les outils d’analyse de ces postures et de ces discours dont on dispose ?

Quelles sont les fonctions du discours de médiation scientifique ?

En quoi peut-on parler d’éthique de la médiation scientifique ?

Comment peut-on mettre en œuvre des formes de réflexivité sur les enjeux des discours de la médiation scientifique ?

Le lieu du premier cours

En quoi le lieu du cours est-il lié, par son histoire et par son actuelle fonction, aux questions que nous nous posons ?

Ce premier cours aura lieu dans un espace symboliquement fort, regroupant aujourd’hui des ressources en Épistémologie, Histoire des sciences, Philosophie des sciences, Didactique des sciences, Communication Scientifique ; et faisant partie hier des locaux du GERSULP ( Groupe d’Étude et de Recherche sur la Science - actuel IRIST).

Contenu initialement prévu du cours face à un déroulement souvent porté par l'improvisation, dans l'interaction avec les étudiants

Qu’est-ce que la médiation scientifique ?

- Définition en terme de discours : « parler de et sur la science »

Réf : JURDANT, B. (2006b). Parler la science ? Alliage n°59. [en ligne], consulté le 20 avril 2012. URL : http://www.tribunes. com/tribune/alliage/59/page6/page6. html

Comment peut-on caractériser un discours ? Approche en sciences de l’information et de la communication

-   Situé – moment, endroit ;

-   Adressé - cibles ;

-  En relation – discours oral en particulier et possibilité de transformation / modulation / évolution du discours dans cette relation ;

Comment peut-on caractériser plus particulièrement un discours de vulgarisation, de médiation scientifique ?

Pour le définir, considérer, dans un premier détour : comment travaillent les médiateurs scientifiques ?

Caractérisation possible, que nous utiliserons dans le cadre de ce cours :

-         qui construit ce discours ?

-         quel est le public cible ?

-         quels sont les objectifs de ce discours ?

-         quel est le contexte de ce discours ?

photo

Fête de la Science à l'Université de Strasbourg

Exercice collectif

Visite de laboratoire : fête de la science / Visite de laboratoire « Science académie » : quelles différences en terme de caractérisation des discours de médiation construits ?

  • Quels sont les objectifs possibles d’un discours de médiation scientifique ? Ou plutôt de quoi dépendent-ils ?

L'(les) intérêts du porteur de discours  : Peut-on le / les « repérer dans les discours » ?

Exercice collectif – Analyse d’accroches de B. Labasse

Doc - Exemples accroches

  • De l'analyse du discours des autres, à celle en retour de son propre discours sur la science : réflexivité par l'autre et par soi

Quels sont mes intérêts pour la science ? Pourquoi ai-je envie d’en parler ? Pourquoi est-ce que je m’intéresse aux sciences ?

Explicitation personnelle

1/ qu’est-ce que la science ?

2/ qu’est-ce qu’un discours de médiation scientifique ?

Exercice collectif

1/ analyse « qu’est-ce que la science ? » pour des M1 Biosciences

Doc - Qu'est-ce que la science

2/ pourquoi pourraient-ils avoir envie d'/ un intérêt à en parler dans une situation de médiation scientifique ?

Analyse de discours de médiation scientifique

Exercice collectif

Analyse des registres de vérité, de savoir de réalité dans un discours d'expertise à la télévision. Quelles questions peut-on se poser en écoutant ce discours / en le lisant ?

Discours expert_A analyser / Discours expert_analysé

Réflexivité et médiation scientifique

Discussion sur la relation entre médiation scientifique (l’oral, l'écrit, le collectif) et réflexivité (le chercheur réflexif, le médiateur réflexif) à partir des textes suivants :

1/ Faury, Mélodie (12 février 2012) “ Qu’est-ce que la réflexivité ?”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 15 octobre 2013.  http://reflexivites.hypotheses.org/703

2/ Faury, Mélodie (1er mai 2013) “Revenir autrement – Mouvements, choix et perspectives dans nos manières de penser”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 15 octobre 2013.   http://reflexivites.hypotheses.org/4610

3/ Jurdant, Baudouin (22 février 2012) “Communication scientifique et réflexivité”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 15 octobre 2013. http://reflexivites.hypotheses.org/695

4/Faury, Mélodie (6 janvier 2011) Ambiguïtés et enjeux de la vulgarisation – A partir d’une intervention de B. Jurdant Consulté le 15 octobre 2013. http://infusoir.hypotheses.org/568

5/Le Marec, J. (2009) «  Chercheur de science », avant propos à l’ouvrage de Baudouin Jurdant, Les problèmes théoriques de la vulgarisation scientifique, Paris : éditions des archives contemporaines.

Extraits

- la reconnaissance, par les scientifiques exactes et expérimentales de "certaines formes de curiosité à l’égard des sciences (celles auxquelles la vulgarisation répond), mais pas toutes".

- "si vous êtes surpris de l’intérêt que je vous porte, c’est que je ne m’intéresse pas aux sciences de la manière dont vous voudriez que je m’y intéresse."

- "Cette réflexivité qui entraîne irrésistiblement l’exigence d’un dialogue à propos de
l’intérêt pour les sciences se retrouve dans tous les travaux de Baudouin et non
seulement dans tous ses travaux, mais aussi dans tous ses modes d’intervention."

"Dans les articles récents de Baudouin Jurdant, la vulgarisation est elle-même posée à la fois, au plan historique et comme l’expression d’un refus de réflexivité (ce refus nécessaire à l’autonomisation du savoircollectif sur la nature) et comme l’opérateur d’une réflexivité nécessaire à la construction de l’intersubjectivité par laquelle cette autonomisation du savoir collectif se réalise. Or, pour Baudouin Jurdant, ce refus de réflexivité, et en contrepoint, cette ruse des sciences pour la récupérer malgré tout (puisqu’elle est nécessaire de toute façon à tout processus de signification, qui ne peut être que lié à des communications sociales) viennent d’un rapport des sciences à la langue : seul l’usage de la parole vivante implique immédiatement la présence de l’autre, et donc, par retour, un rapport réflexif à sa propre pensée."

"Daniel Jacobi et Bernard Schiele ont très tôt cherché à observer et différencier
empiriquement les formes sociales et culturelles de la vulgarisation comme élément
de l’espace scientifique, et ont développé des œuvres de recherche fondamentales,
qui éclairent le fonctionnement communicationnel des sciences et son évolution"

Points à discuter plus particulièrement :

- Fonctions de la médiation scientifique (enjeux didactiques, culturels, idéologiques, linguistiques) ;

-  Éthique de la médiation scientifique – alternatives du discours, objectivité et idéologie, « discours de l’évidence » (sans ancrages explicites) / Donner accès, par le discours que l’on construit, à la perspective depuis laquelle on parle : donner la possibilité de situer le discours : qui parle, depuis où et pourquoi.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Formations et enseignements, Formations et enseignements, Sciences et société

Un commentaire pour “ Epistémologie de la médiation scientifique Cours #1 ”

  1. Exemples de blog-cours | Pearltrees le 12 novembre 2013 à 7:50

    […] Epistémologie de la médiation scientifique Cours #1 | Infuse ! Nos rapports aux sciences […]

Les Espaces Réflexifs

cropped-Sans-titre-1.jpg

Penser (dans) l'action

Penser (dans) l'action

De "L'Infusoir" à "Infuse!"

Travail de thèse

IMG_3706

\"Parcours de chercheurs - De la pratique de recherche à un discours sur la science : quel rapport identitaire et culturel aux sciences ?\"
En ligne

Archives

Lire, lire et relire