Ethique de l’Internet et pratique de recherche #1 : valeurs du web 2.0 et notion de bien commun

J’interviens le 10 février 2015 dans le cadre du Certificat de compétences numériques du CFDIP à Paris. (Programme2015-CCN-CFDIP)

J’aurais le plaisir d’échanger en table-ronde intitulée « Éthique, droit et économie de l’Internet » avec Francesca Musiani, chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du CNRS ( ISCC), responsable du réseau jeunes chercheurs de l’International Association for Media and Communication Research (IAMCR).

La demande qui m’a été adressée par Marie-Anne Paveau et Evelyne Jardin était de dérouler le fil de l’éthique dans cette table-ronde. Un fil conducteur arborescent et passionnant, qui dialogue avec le droit et l’économie.

Un grand merci pour l’invitation !

Ce billet est le premier d’une série sur « Internet, la recherche et l’éthique »

Je choisis ici d’aborder les questions d’éthique par deux principales entrées :

1/ L’éthique comme normes, comme droits, comme règles ;

2/ L’éthique comme valeurs de l’usage du web, qui se traduisent en pratiques partagées.

Ainsi, les normes s’articulent aux valeurs et fondent les pratiques, et plus précisément le référentiel construit pour définir les « bonnes pratiques » et les discriminer des « mauvaises pratiques ». Puisqu’il s’agit de s’adresser aux doctorants, je choisis de considérer les convergences entre les valeurs du web 2.0 et les valeurs de la pratique recherche, qui viennent donner aux acteurs le sens de leur pratique scientifique, le sens de leur engagement, en tout cas dans les discours si ce n’est dans les pratiques quotidiennes, où sont parfois ressentis de profond conflits de valeurs (Faury, 2012).

Il ne s’agit pas d’affirmer que tous les chercheurs partagent exactement ou nécessairement toutes les mêmes valeurs pour donner sens à leur métier, ni d’affirmer que les mêmes valeurs sont partagées par tous les usagers du web. La diversité des valeurs reste une nécessité démocratique et fondamentale à tout collectif. Mais ce sont malgré tout certaines valeurs qui permettent de construire les normes et les règles qui régissent un collectif. Et l’éthique en pratique consiste à respecter ces règles et normes. En se focalisant sur les règles et les normes « en vigueur », on peut ainsi remonter aux fondements en valeurs de la raison d’être d’un collectif, au contrat qui permet son fonctionnement, et comprendre dans quelles mesures certaines pratiques incompatibles, si elles n’étaient pas régulées par des normes et règles ou par l’auto-régulation du collectif, menaceraient sa pérennité. A l’inverse, on comprend aussi comment certaines règles instaurées en contradiction avec les valeurs du collectif suscitent de vives réactions, des désobéissances, des pratiques alternatives, etc.

Pour parler d’éthique et d’Internet en lien avec les pratiques de recherche, je choisis de considérer des valeurs qui me paraissent centrales et convergentes :

  • Les valeurs du web 2.0

Le web 2.0 est participatif, collaboratif. La création de valeur d’un objet, d’une information, d’une connaissance s’effectue par le partage de celle/celui-ci. Une connaissance, donc, a d’autant plus de valeur qu’elle est partagée, (donc accessible) réinscriptible et réinscrite, en circulation. Les questions posées par le Web 2.0 à la science (en société) et à la recherche sont immédiates : elles sont issues des pratiques collaboratives que la science peut potentiellement amplifier mais également des changements profonds de pratiques qui nécessitent de ré-expliciter les valeurs fondamentales de la recherche pour composer avec elles, réactualiser ses normes et règles, et construire une nouvelle déontologie intégrant ces potentialités.

« Le web 2.0 donne aux gens la possibilité de trouver, organiser, partager et créer de l’information d’une manière à la fois personnelle et globalement accessible. Il est alors entendu comme une “variation structurale dans l’écoulement de l’information”.

Pour Ian Davis, enfin, le web 2.0 est une attitude, une philosophie d’ouverture sociale dont le but est d’abandonner le contrôle individuel sur les choses au profit de la participation du plus grand nombre. » Hubert Guillaud, Qu’est-ce que le web 2.0 ? Internet Actu.net Septembre 2005.

« Les « nouveaux modèles » de structuration de l’information, popularisés sous le nom de « Web 2.0″, mettent en cause le modèle universitaire caractérisé par le tryptique auteur-éditeur-lecteur. En effet, ils en recomposent les figures et redessinent partiellement les frontières, notamment à travers les pratiques de « co-marquage », de validation a posteriori et d’« écritures collectives » (notamment de type Wiki, mais pas seulement). En rapprochant les univers du profane et du savant, ce processus enrichit la société mais embarrasse et, parfois, déstabilise l’identité des chercheurs et des institutions qui les structurent. » (Mounier, Pierre et Dacos, Marin, 2009)

Accessibilité, circulation, partage, réinscription

  • La notion de bien commun de la connaissance

« Un bien commun n’existe qu’à travers une communauté qui se fixe des règles et se donne les moyens de les appliquer. » Champs libres entretien avec Hervé Le Crosnier : les biens communs contre les nouvelles enclosures

« À la fin des années 1990, la théorie des Communs renouvelle la réflexion dans un autre champ que l’écologie, celui de la connaissance. Avec le développement d’internet, les connaissances, la culture, le réseau numérique lui-même peuvent être pensés comme des Communs, partagés par les usagers. On y retrouve l’idée centrale d’un accord entre le libre accès aux ressources communes et des règles de gestion communautaires pour assurer la permanence d’un travail coopératif. » Champs libres entretien avec Hervé Le Crosnier : les biens communs contre les nouvelles enclosures

Dans un processus collectif, et plus spécifiquement collaboratif, les pratiques individuelles peuvent venir déstabiliser la nature même du lien et des pratiques.

« La vulnérabilité des Communs de la connaissance tient également au risque dit du « passager clandestin » : il suffit que quelqu’un vienne et s’approprie ce bien commun engendré par le travail coopératif de milliers de personnes pour qu’elles en soient dépossédées au profit d’un monopole. » Champs libres entretien avec Hervé Le Crosnier : les biens communs contre les nouvelles enclosures

J’ai à l’esprit un exemple marquant de ce point de vue, celui du « pourrisseur du web »1, qui a démontré la manipulation d’outils numériques par un individu, indépendamment de l’intégration des valeurs sous-jacentes aux pratiques permises par ces outils. Faire « abstraction » des valeurs sous-jacentes au collectif, c’est agir de manière non éthique dans un contexte, celui du web 2.0, inscriptible et réinscriptible. D’où la nécessité de développer ses pratiques (en l’occurrence de recherche, pour le thème qui nous concerne ici) et de former son esprit avec le web, en intégrant le questionnement éthique. Je partage l’idée critique développée par Marie-Anne Paveau lors de « l’affaire du pourrisseur », qui vient nous plonger dans une nécessité éthique de l’usage du numérique, pour entretenir les conditions même de possibilité de nos pratiques numériques.

« le numérique fait intégralement partie de notre univers de pensée, d’apprentissage, d’information, de création », Marie-Anne Paveau

A la croisée du numérique et de la pratique de recherche, et à la suite de revues thématiques ayant porté sur cette question, il est intéressant de considérer l’éthique de l’Internet en tant qu’adaptation de principes éthiques déjà connus ou en tant que chan­ge­ment profond, avec cette spécificité fondamentale déjà rapidement évoqué de la construction par les collectifs des réseaux de leurs propres règles de gouvernance, de l’articulation avec les institutions de recherche et d’autres acteurs liés à la pratique de publication scientifique en ligne (éditeurs, reviewers, etc.) et de considérer les implications de la cohabitation et/ou des convergences de l’autorégulation (principalement issues des acteurs du web 2.0) et des règles institutionnelles.

« Le monde numérique comporte son lot de pratiques et de règles (…), comment faire en sorte que les diverses manifestations du numérique respectent l’éthique et, surtout, com­ment la penser ? » Georges Azzaria et Céline Castets-Renard, « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 14, n° 2 | 2012 « Dans l’univers numérique, le droit n’est pas nécessairement géné­rateur de certitude et le caractère mondial des réseaux limite d’ailleurs sa portée. Entre un droit autoritaire et l’autorégulation, impliquant un plura­lisme de normes, les possibilités sont nombreuses. Eu égard à l’accroisse­ment des acteurs et des enjeux, il est clair que le questionnement éthique sur les règles et pratiques est impérieux. » Georges Azzaria et Céline Castets-Renard, « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 14, n° 2 | 2012 « (…) éthique, droit et auto­régulation ne s’opposent pas en soi, mais leurs interstices sont parfois difficiles à nommer. » Georges Azzaria et Céline Castets-Renard, « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 14, n° 2 | 2012 « (…) l’éthique du numéri­que n’appartient pas à une seule branche du savoir et il faut souligner la diversité des provenances des textes, lesquels mettent parfaite­ment en lumière l’aspect interdisciplinaire des enjeux. » Georges Azzaria et Céline Castets-Renard, « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 14, n° 2 | 2012

Quelques ressources en ligne

André, Francis. Libre accès aux savoirs = Open access to knowledge. Bulletin des bibliothèques de France [en ligne], n° 1, 2006 [consulté le 25 janvier 2015]. Disponible sur le Web : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2006-01-0131-004>. ISSN 1292-8399.

Azzaria, Georges et Castets-Renard, Céline. « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 14, n° 2 | 2012, mis en ligne le 28 août 2013, consulté le 25 janvier 2015. URL : http://ethiquepublique.revues.org/987
Coutellec, Léo. De la démocratie dans les sciences. Epistémologie, éthique et pluralisme. Editions matériologiques : 2013.
Faury, Mélodie (1er juin 2012) « “La vie réelle d’une doctorante 2.0”, M. Faury pour l’Infusoir, Vases communicants de juin 2012″. En thèse [carnet de recherche]. Consulté le 8 février 2015. http://enthese.hypotheses.org/453
Latreille, Antoine. « L’appropriation des connaissances scientifiques à l’ère numérique », Éthique publique [En ligne], vol. 14, n° 2 | 2012, mis en ligne le 28 août 2013, consulté le 25 janvier 2015. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1008 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1008
Mounier, Pierre et Dacos, Marin. Sciences et societe en interaction sur Internet. Éléments pour une histoire de l’édition électronique en sciences humaines et sociales. Communication & langages, Nec Plus, 2009, pp.123-135. < sic 00439828>
Tétu, Martin. « Des vertus culturelles du piratage à l’ère numérique : ou comment le peer-to-peer peut contribuer à la circulation du patrimoine québécois et à la diversité culturelle », Éthique publique [En ligne], vol. 14, n° 2 | 2012, mis en ligne le 28 août 2013, consulté le 25 janvier 2015. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1015 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1015
Champs libres entretien avec Hervé Le Crosnier : les biens communs contre les nouvelles enclosures, entretien réalisé par Stany Grelet, Aude Lalande & Victoire Patouillard,Vacarme 50, hiver 2010, pp. 16-19.
Veille Scoop.it par Marie-Anne Paveau – L’affaire du « pourrisseur du web ». Points de vue critiques. http://www.scoop.it/t/l-affaire-du-pourrisseur-du-web-points-de-vue-critiques

Crédit photographique : spiralampe 2 par boris drenec, licence CC By NC SA

Pour citer ce billet :
Faury, Mélodie (8 février 2015) “Ethique de l’Internet et pratique de recherche : valeurs du web 2.0 et notion de bien commun”. Infuse ! [carnet de recherche]. Consulté le …. http://infusoir.hypotheses.org/
  1. http://www.scoop.it/t/l-affaire-du-pourrisseur-du-web-points-de-vue-critiques []