Les biens communs de la connaissance, un moteur pour l’action

La colonne vertébrale en mouvement – Source : http://www.rythmeetdanse.com/custom/files/images/photo_la_danse_libre3/2.jpg

Ne pas concevoir l’action sans pensée, ni la pensée sans action, notamment une action qui s’assume dans sa dimension politique et engagée : voilà le fil de mon rapport entre science et société, entre recherche et formation, entre activité de recherche et fonction de direction d’une structure de formation tout au long de la vie. Les STS (science and technological studies) montrent combien le rapport aux sciences ne peut être neutre, dans les rapports à l’autorité, à la décision, à la légitimité et au pouvoir qu’il entretient. Les rapports science-société que l’on construit dans nos institutions sont donc fondamentalement politiques et portent en eux-même la question de la société que l’on souhaite, que l’on vise, ou que l’on construit parfois sans assez y penser.

Je reviens à l’écriture et à la réflexion par la recherche après un délaissement seulement en apparence.

Il m’a fallu cinq années pour comprendre enfin comment toute la recherche qui m’a imprégnée pendant mes années de thèse avait conduit mon engagement dans un collectif parlant des sciences et avec les sciences – pour l’éducation. Pour comprendre comment l’approche des sciences de l’information et de la communication avaient outillé mon regard pour situer les discours, entendre les paroles adressées et contextualisées, les articuler pour composer collective une vision du savoir en société.

 

« (…) rendre compte de l’originalité du commun tel qu’il est compris dans les pratiques, les luttes et les expérimentations contemporaines. L’enjeu actuel du commun n’est pas de réactiver la communauté closse fondée sur l’identité des semblables mais de penser ensemble la « mise en commun » des ressources de toute nature et la décision démocratique des règles d’usage. » Extrait du résumé de l’article de C. Laval « Commun » et « communauté » : un essai de clarification sociologique » 

Et je suis revenue aux biens communs de la connaissance, parce que leur puissance est profondément liée à ma conviction que les savoirs ouverts et partagés permettent de fonder une démocratie sans faire l’économie de regarder les rapports de domination qui régissent les relations entre ceux qui détiennent les savoirs, notamment scientifiques, et ceux que l’on considère souvent encore comme les récepteurs de ce savoirs, selon un deficit model que l’on a bien du mal à dépasser dans l’action, alors que la recherche en STS a depuis longtemps identifié ce qu’il produit et que les discours officiels sont à présent de plus en plus imprégnés de la notion de participation, de collaboration, de co-construction.

Et je reviens ici pour explorer plus loin ces dimensions. Car le carnet ouvert lui aussi, dans sa force réflexive et partagée, me paraît le lieu de l’élaboration d’une pensée ancrée dans l’action, en construction, en liens avec d’autres pensées qui se partagent.

Références

Christian Laval, « « Commun » et « communauté » : un essai de clarification sociologique », SociologieS [En ligne], Dossiers, Des communs au commun : un nouvel horizon sociologique ?, mis en ligne le 19 octobre 2016, consulté le 05 septembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/5677


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *