Échanges de savoirs sur le territoire – vers une réciprocité ouverte

Essai de pensée dans l’action, entre engagement, recherche et gestion de projet.

Dans ce billet, je souhaite partager quelques premières réflexions en cours sur les modes de circulation et d’échange des savoirs sur le territoire. Ces réflexions s’ancrent dans mon expérience de direction du projet de la Maison pour la science en Alsace, au service des professeurs, au sein de l’Université de Strasbourg et en partenariat avec le Rectorat et les acteurs de l’Éducation nationale sur le territoire de l’académie de Strasbourg.

Cette approche territoriale est portée à Strasbourg via la Vice-Présidence Culture, sciences en société de Mathieu Schneider. on retrouve cette dimension au niveau nationale dans les rapports STRANES – Pour une société apprenante – propositions pour une stratégie nationale de l’enseignement supérieur & Vers une société apprenante (Taddei, Becchetti-Bizot & Houzel). Cette approche territoriale est centrale également dans le programme Learning Cities de l’UNESCO.

Un certain rapport aux savoirs et à la connaissance

Il me semble que ces approches, par l’ancrage dans le territoire et par les liens qu’elles tissent avec les acteurs de la ville, du territoires, avec les collectivités territoriales, avec les associations, etc. développe un rapport au(x) savoir(x) qui s’inspire de l’approche anglo-saxonne.

Ainsi, elles permettent de considérer que la connaissance scientifique fait partie des savoirs en tant qu’ils sont construits, acquis voire possédés par des individus et des institutions. Cette connaissance scientifique, en tant qu’une forme des savoirs, peut être partagée et son acquisition n’induit pas de relation inégale en dignité ou en valeur entre celui qui possède ce savoir et celui qui ne le possède pas (encore) ou en est privé. Elle peut être partagée sans perdre sa valeur et sans priver un autre acteur de la possibilité de l’acquérir lui aussi : elle est un bien non rival [2] et je la considère avec beaucoup d’autres comme un bien commun. Rendre accessible et partager les savoirs contribue en ce sens aux Communs de la connaissance.

En tant que savoir, la connaissance scientifique a la particularité d’être construite selon des principes et des méthodes qui lui donne sa valeur, sa robustesse, sa capacité à prédire ou à expliciter les phénomènes. La connaissance scientifique est construite selon des méthodes qu’elle connaît et qu’elle peut expliciter, selon des principes de validation par les pairs et à partir des travaux de recherche qui l’on précédée. Elle ne peut en aucun cas être confondue avec une opinion, qui ne relève pas de la connaissance mais de l’idéologie ou de la croyance.

Former par la recherche, apprendre par la recherche et par l’échange entre les acteurs de l’université et de la société, contribue au partage social et citoyen de compétences et de savoirs que j’estime décisifs pour la société de demain et pour le développement d’une démocratie fondée sur l’accès et le partage des savoirs.

« La coopération et la notion de réseau est basé sur l’inverse du consumérisme ou de l’utilitarisme et revient à un échange d’égale dignité entre les personnes qui contribuent au réseau. Il n’y pas celui qui donne et celui qui reçoit. Il y a celui qui donne quelque chose et retire du réseau quelque chose d’une autre nature. » S. Houriez, Signes de sens

Le réseau territorial et les liens inter-individuels et inter-collectifs se créent alors, non pas sur la notion de compétences, mais sur la dynamique collective et partagée qui repose sur un statut individuel commun : être apprenant.

Le territoire apprenant et créatif

Fresque peinte durant le colloque UNESCO sur les Learning cities, Cork, Ireland, septembre 2017

 »Une articulation entre savoirs de l’expérience et savoirs formalisés peut se concevoir à travers la perspective d’un « lieu apprenant ». Dans cette enquête, les lieux sont pris dans les réseaux d’intérêts et d’expériences que déploient les sujets : les lieux se forment et « apprennent » à leur tour, autant que se forment et apprennent les sujets qui les pratiquent. Les individus transforment les lieux et ces transformations affectent ce qu’ils sont et ce qu’ils font. Un lieu, à travers le réseau d’actions qu’il favorise et qui le traversent, est « apprenant » parce qu’il permet de faire trace des relations traduisant l’action collective des acteurs. » Source : Jean-Jacques Schaller, « Un lieu apprenant : de l’habitus à l’historicité de l’action », L’orientation scolaire et professionnelle [En ligne], 36/1 | 2007, mis en ligne le 05 mars 2010, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://osp.revues.org/1317 ; DOI : 10.4000/osp.1317

 »Un  territoire est apprenant si les apprentissages des individus y facilitent ceux des autres et si cette facilitation elle même est apprenante au sens où les process mis en œuvre évoluent pour faciliter le partage, la reconnaissance, la documentation de la co construction des connaissances. », F. Taddéi, novembre 2016

Le territoire créatif

 »un territoire créatif est composé de trois niveaux.

  •  L’upperground concerne la partie visible de ce territoire, comme les organisations institutionnelles et les entreprises innovantes, réputées et reconnues.
  • Le middleground rassemble, quant à lui, les groupements d’organisations, les collectifs d’individus et les associations qui ont une intention claire de participer au développement du territoire sur le plan créatif, notamment à travers de projets comme des expositions d’œuvres d’art ou de prototypes, d’événements alternatifs dans des cafés ou des bars, ou des concours d’idées tels que des hackathons.
  • Enfin, l’underground regroupe tous les individus investis de manière informelle et confidentielle dans des activités créatives comme les arts manuels, le design, la mode ou le divertissement.

Notons que le territoire créatif influence indirectement la créativité des organisations, car il passe par l’intermédiaire de trois facteurs : l’engagement des individus dans les projets créatifs, le contexte de l’organisation, et la capacité de l’organisation à surmonter des crises et à se renouveler. »  Source : https://theconversation.com/comment-inciter-les-organisations-a-etre-plus-creatives-grace-au-territoire-67032 via F. Taddéi

 

« On réunira sous l’appellation « savoirs » ou « compétences » tout ce qui peut être acquis par une personne qu’il s’agisse de savoirs, de savoir-être ou de savoir-faire » [1], ou au sens plus large de « talent » sans hiérarchie de dignité.

« À noter qu’un savoir faire peut tout autant être la réalisation d’une opération mentale (savoir trier les informations par exemple, dans la logique des fonctions exécutives) que la réalisation d’une opération physique (savoir écrire, savoir planter un arbre, …). » S. Houriez, Signes de sens

Au sein de l’Université, et en particulier de la Maison pour la science, avec toute une équipe et de nombreux partenaires, nous avons ancré localement le cœur de mission qui nous a été confié (démarche d’investigation, sciences vivantes et co-construction éducation/recherche pour le développement professionnel des enseignants en science), hérité de La main à la pâte, sur cette culture de coopération, de réseau et de partage des savoirs, qui structurent des projets concrets et propose une expérimentation transversale en mobilisant des acteurs de l’enseignement, de la formation, de la recherche, de la diffusion des savoirs, des collectivités territoriales et de l’enseignement. Nous défendons l’idée que c’est en modifiant un écosystème de manière transversale (sans prétention de globalité) qu’émerge la possibilité de mettre en circulation les acteurs et les savoirs, dans un état d’esprit « apprenant », de respect réciproque et de coopération, et que nous modifions profondément l’environnement des élèves.

« On appellera « apprenant » toute personne confrontée à un besoin de développer un nouveau savoir, savoir-faire ou savoir-être sans distinction d’âge, de situation personnelle ou professionnel ou de caractérisation du besoin en lui-même qui peut tout autant être un besoin lié à un loisir ou une passion, qu’un besoin de résolution d’une problématique personnelle ou celui d’un développement de compétences dans un but professionnel. » S. Houriez, Signes de sens

Cette personne peut se tourner vers ses proches, ses pairs, d’autres professionnels, et vers l’Université : via des lieux et des modalités d’échange que nous souhaitons développer, au contact de ces besoins. L’Université constitue une source privilégiée de nombreuses ressources : données de la recherche, formation initiale et continue, compétences et savoirs, études et recherches, outils pédagogiques, espaces de rencontre et d’expérimentations, soutien à l’innovation, etc.  L’équipe de la Maison pour la science travaille, à l’interface entre recherche et enseignement, dans l’idée de la réciprocité ouverte, chère aux associations comme Troc savoirs, et réactualisée dans l’apprentissage, au sens de learning, qui permet l’émergence d’une communauté d’apprentissage, d’un développement professionnel réciproque et le partage de bien communs immatériels (essentiellement les savoirs et les outils et supports numériques).

« On appellera « apprentissage » le développement de savoirs par un apprenant. » S. Houriez, Signes de sens

Cette définition très ouverte, quant au mode de développement et à la nature des savoirs développés, nous permet de considérer différentes formes d’apprentissages, qui peuvent co-habiter, sans hiérarchisation lié aux statuts et fonction des personnes qui partagent leurs savoirs, ce qui contribuent à créer du lien social, de la solidarité, de la volonté de savoir et d’apprendre, une communauté d’apprentissage, à dépasser des formes de précarité et de dévalorisation, et surtout d’isolement personnel et professionnel.

[1] Terme emprunté au projet des Accorderies.

[2] Le fait de la partager ne réduit pas les possibilités de son usage.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *