Former de futurs chercheurs à la communication scientifique

Dans le cursus des futurs chercheurs en sciences expérimentales ou exactes, il y a peu de place pour la communication scientifique, et elle est même la plupart du temps complètement absente.

Pourtant, l’exigence de communication des résultats par les chercheurs est entrée officiellement dans leurs missions depuis une vingtaine d’années déjà .

Loi n° 82-610 du 15 juillet 1982 d’orientation et de programmation pour la recherche et le développement technologique de la France :

Art. 14. La recherche publique a pour objectifs :

• le développement et le progrès de la recherche dans tous les domaines de la connaissance ;

• la valorisation des résultats de la recherche ;

• la diffusion des connaissances scientifiques ;

• la formation à la recherche et par la recherche ;

Loi n° 84-52 du 26 janvier 1984 sur l’Enseignement Supérieur :

Art. 4. Les missions du service public de l’enseignement supérieur sont :

• la formation initiale et continue ;

• la recherche scientifique et technologique ainsi que la valorisation de ses résultats ;

• la diffusion de la culture et l’information scientifique et technique ;

• la coopération internationale.

Issu du livre de Bertrand Labasse, La Communication scientifique : logiques et méthodes, Ed. Colbert, 2001.

En janvier 1982, lors du colloque national « Recherche et Technologie », Jean-Pierre Chevènement, alors Ministre de la Recherche et de la Technologie, définissait en ces termes les enjeux de la politique de recherche :


– 1) La démocratie : prise en-compte de la « logique des besoins » ( ou « demande sociale » ) […] Nécessité d’un dialogue entre scientifiques et pouvoir politique.
– 2) Le progrès économique et social  […]
– 3) L’élaboration d’une nouvelle culture selon 4 axes : diffusion du savoir scientifique et technique ( futur Musée des sciences et des techniques de La Villette et centres régionaux de culture technique ) ; essor des sciences de l’homme et de la société ; le français comme langue scientifique ; recul des préjugés anti-science.

Ce n’est pourtant pas du fait de cette orientation institutionnelle qu’il me paraît fondamental d’initier les futurs chercheurs et les futurs enseignants aux questions posées par la communication des sciences.

Dans les huit heures de cours qui m’ont été offertes pour parler de communication scientifique à des étudiants en première année de Master Biosciences, il ne suffit pas à mon avis de leur donner simplement des outils pour apprendre à « mieux communiquer ». On ne forme pas des journalistes ou des communicants professionnels.

D’ailleurs, les journalistes scientifiques  n’apprennent pas simplement des recettes, loin de là.  Pour s’en convaincre, il suffit par exemple de jeter un œil au Master de journalisme scientifique proposé par l’université de Paris Diderot, qui articule des cours de concepts et méthodes de la diffusion des savoirs scientifiques, à l’appropriation par les étudiants de controverses scientifiques (par le théâtre par exemple) et plus largement aux problématiques sciences et société.

Ce type de cours, pour de futurs chercheurs comme de futurs journalistes, est l’occasion de donner à réfléchir aux étudiants, quant aux enjeux de la communication de et sur les sciences :

Communication des sciences quand il s’agit par exemple de diffuser les connaissances issues de la recherche dans les laboratoires ;

Communication sur les sciences quand on décide de parler des métiers scientifiques, de leurs dimensions économiques ou politiques, des questions, notamment éthiques que posent les résultats scientifiques, etc.

Il s’agit bel et bien de comprendre que vulgariser la science ou participer à des activités de médiation scientifique n’est jamais neutre1. Ainsi, plutôt que de parler de diffusion des savoirs, et des « techniques » pour être un bon vulgarisateur, il importe surtout de replacer la communication scientifique dans les relations entre science et société.

Pourquoi est-ce que je vais parler de science ? Pour dire quoi ?

A qui est-ce que je m’adresse ? Et dans quels objectifs ?

Ces questions sont plus que des guides incontournables pour construire et adapter un texte, une présentation, une animation ou encore une exposition. Elles permettent d’identifier d’où on parle et avec quelles intentions.

Elles  aiguisent par suite l’attention :

Dans un contexte matériel donné (par exemple un article de journal), et au milieu de tels enjeux politiques, économiques, sociaux, comment puis-je faire en sorte que ces intentions soient préservées ?

Si elles ne peuvent pas l’être, le projet vaut-il la peine d’être poursuivi, et pourquoi ?

Quelles sont les intérêts extérieurs qu’il peut servir ? Ai-je envie d’y participer en toute connaissance de cause ?

En d’autres termes, ces premières questions essentielles initient une démarche réflexive, nécessaire à l’exercice de la responsabilité de chacun.

—-

1. C’est notamment pour affirmer l’importance de la clarification des rôles joués par la médiation scientifique  que la première version du Manifeste pour une médiation émancipatrice, autocritique et responsable a été écrite et diffusée au mois de juillet 2010, par le collectif Révoluscience.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...