Embarquez en Antarctique ! De l’expérience au livre

Une description rapide du projet – Entre note d’intention et synthèse

Source : http://maisons-pour-la-science.org/node/21139

Le voyage d’exploration scientifique en milieu extrême. À destination des enseignants de collège, immergez-vous avec vos élèves dans une mission en milieu extrême ! Ce projet complètement givré a vu le jour grâce aux Investissements d’Avenir, à l’Académie des sciences, dans le sillage de la Fondation la main à la pâte. Soutenue localement par le Rectorat de l’Académie de Strasbourg ainsi que par l’Université de Strasbourg, cette expérience pédagogique exceptionnelle est issue d’une collaboration nationale entre les Maisons pour la science Alsace & Bretagnel’Institut Polaire Paul-Émile Victor (IPEV) et le Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN)Vivre la science en direct et construire un projet pédagogique en suivant l’odyssée d’une enseignante, plongée au cœur des recherches scientifiques en Antarctique ! Une action pluridisciplinaire en deux temps :

  • Une première année au contact des scientifiques qui mènent leurs recherches en Antarctique (IPEVEOSTMNHN et IPHC) et des formateurs de la Maison pour la science en Alsace et de la Maison pour la science en Bretagne qui accompagnent à la construction d’un projet dans l’esprit des nouveaux programmes (EPI, sciences et société)
  • Une seconde année pour réaliser un projet d’établissement. Deux années riches en événements, dont l’un des temps forts organisé avec le Jardin des sciences, sera le suivi au quotidien d’une enseignante de Souffelwersheim embarquée avec les chercheurs direction la Terre Adélie à Dumont D’Urville

L’écriture collective après l’expérience – Des lignes de forces…

Nous écrivons à présent sur l’expérience collective. Nous projetons de publier un livre.De l’action à la réflexivité, de la réflexivité à l’action : penser (dans) l’action.

L’écriture de ce livre est un processus collectif, associant d’abord Elena Iuliani, Annabelle Kremer, Guillaume Lecointre et moi-même dans une première phase de ’’défrichage’’, dans une première boucle, puis l’ensemble des contributeurs, sous des formes diverses de témoignages.

Nous avons d’abord été confrontés à une question simple : comment pourrions-nous rendre compte du projet Embarquez en Antarctique ?

Raconter ce que chacun avait vécu était une première entrée qui nous a fait opter pour des entretiens transcrits, la récolte des témoignages écrits déjà récoltés (livre d’or, intervention d’enseignants, mails, dessins d’enfants, etc.)

Nous souhaitons pouvoir témoigner également, et c’était plus complexe, des raisons pour lesquelles un tel projet avait pu être réalisé. Quelles étaient les forces réunies pour que ‘’ça marche ‘’ ? Avec une question sous-jacente : est-il possible de partager le processus de construction de ce projet, mobilisant en fin de compte plus de 100 personnes, et 500 élèves ? Nous ne voulons pas dresser un Matériels & Méthodes ou écrire une recette. Nous avons plutôt besoin de comprendre, d’abord pour nous-mêmes, si nous souhaitons le partager clairement, ce qui apermis que des acteurs aussi différents que des enseignants, des chercheurs, des techniciens, des gestionnaires, des institutions, des administratifs, des techniciens, des cadres du rectorat, des médiateurs, etc. s’engagent et s’impliquent ensemble.

Nous souhaitons ainsi toucher aux sens et aux enjeux auxquels répond ce projet dans lequel des énergies ont été mobilisées pendant plus de deux ans (et se poursuivent encore aujourd’hui).

Nous sommes donc remontés à l’histoire de l’émergence du projet. Nous nous sommes raconté  à plusieurs voix et plusieurs fois les démarrages du projet. Nos histoires se nourrissent de dimensions nouvelles au fur et à mesure que nous les racontons, et au contact les unes des autres, ouvrant de nouvelles perspectives, de nouvelles mises en lien, de nouvelles compréhensions des articulations.

Puis nous avons essayé d’identifier les leviers, ou les ‘’lignes de forces’’ qui auraient pu expliquer que nous nous sommes lancés collectivement.

Nous avions initialement dans l’idée que ces lignes de forces de départ devaient être notre dénominateur commun, ce sur quoi nous nous étions retrouvés, explicitement ou implicitement.

… aux lignes de sens

Nous avons d’abord identifié quatre moteurs partagés : la volonté de changement, une certaine vision du travail, l’importance du collectif et la réflexivité comme ferment de l’action.

Pour partager l’expérience du projet Embarquez en Antarctique !, nous comprenons qu’il nous faut pouvoir la dire, à plusieurs voix mais aussi d’une seule voix. Sans l’affaiblir, sans la réduire, sans faire prédominer l’expérience et le sens de l’un.e sur celui des autres. Pour partager avec des lecteurs l’action menée et ses effets, dans leurs multiples dimensions et perspectives, nous devons la re-vivre en la nommant. Pour la rendre explicite, pour la ré-animer, pour la parcourir, la ré-explorer sans la figer ou la linéariser. Pour en montrer la complexité, la dynamique, avec le plus d’honnêteté et de réflexivité possible.

Cette façon de raconter ou de dire et re-dire l’action, c’est-à-dire le projet Embarquez en Antarctique !, n’est pas nécessaire à la gestion même du projet, au fait de mener l’action dans la multitudes d’activités qu’elle recouvre. Ce n’est pas un préalable, ce n’est pas une condition à la possibilité de l’action. Tout ne doit pas s’expliciter avant de se lancer dans l’action.

Mais quand il s’agit de partager l’expérience ? Si l’expérience est collective il faut pouvoir en avoir une représentation partagée, à la croisée des expériences vécues personnelles. Cette mise en commun passe pour nous par la mise en mots. Et nous re-vivons l’expérience, dans de nouvelles dimensions, pour en nourrir la représentation personnelle et collective que l’on s’en fait et que l’on peut partager.

Ainsi le projet ne pré-existe pas à l’action, contrairement à ce que le fonctionnement et la gestion par projets tend à vouloir nous faire croire. Le projet émerge de ce que chacun construit et projette comme représentation dans l’action qu’il mène au contact, direct ou indirect, des autres.

L’exercice réflexif auquel nous nous prêtons consiste en l’articulation progressive de différentes dimensions, différentes représentations, pour construire l’espace partagé par tout.e.s celles et ceux qui habitent ou ont habité ce projet.

Il n’existe pas au départ un projet qu’il s’agirait pour chacun.e de s’approprier. Nous construisons collectivement sur un espace commun.

L’image du projet se construit à partir de ce que les acteurs y mettent comme regards, comme enjeux, comme envies et comme talents. L’action définit par elle-même nos lignes de forces qui deviennent nos lignes de sens. Il n’y a pas de lignes de forces à nécessairement partager a priori et qui définiraient les conditions de réussite du projet, à part peut-être un désir, un élan nécessaire pour travailler avec d’autres perspectives et d’autres manières de faire que la sienne, qui crée la synergie et la raison d’être du travail collectif.

Nous nous proposons donc de construire, par l’écriture et l’échange qui nous permet de construire l’écriture, une image mentale évolutive, une re-présentation du projet Embarquez en Antarctique ! intégrant au fil de l’ouvrage de nouvelles perspectives, qui modifient progressivement le paysage ou la cartographie du projet, que nous essayons de parcours en tout sens. Nous cherchons à présenterainsi les multiples dimensions, non exhaustives, de cette expérience vécue individuellement et collectivement, et que nous n’aurons jamais fini de traverser et re-traverser. Nous l’explorons par de nombreuses facettes, nous la parcourons dans tous les sens, de long en large et en travers et dans toutes ses significations.

En parler et en reparler mille fois pour densifier le paysage.

L’exercice réflexif de re-signification auquel nous nous prêtons avec plaisir – puisqu’il nous permet de re-vivre des émotions, des élans – prend petit à petit une forme de cartographie qui vise rend encore plus intelligibles les valeurs et les modes relationnels qui ont construit l’action.

La formulation a posteriori donne du sens l’action, la fait exister encore plus fort, au-delà de l’aspect programmatique de la note d’intention initiale : elle intègre ce qui émerge et ce qui n’a pas encore été perçu dans les effets l’expérience. Pour partager l’action, il faut la nommer, la qualifier, la raconter, la dire et la re-dire. Les choses n’existent pas tant qu’elles n’ont pas été nommées.

Nous avons essayé de trouver un sens commun, par le tri, par le choix des mots partagés et sur lesquels chacun peut se retrouver. Est-ce que l’on arrive à nommer ensemble, avec les mêmes mots, des vécus différents ?

Avec la conscience que ces mots eux-mêmes pouvaient encore recouvrir des réalités et des vécus différents. Et qu’ils étaient choisis justement pour cela, pour leur ouverture.

Nous nous arrêterons dans la boucle réflexive au moment où les mots seront satisfaisants pour intégrer le sens que tous les acteurs ont trouvé dans l’expérience. Quand on aura suffisamment redonné vie à l’expérience par les mots. Sûrement pris d’abord par le temps avant la plénitude du sens.

Crédits : Maison pour la science en Alsace/IPEV/MNHN


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *