#Réflexivité « De retour chez moi suite à nos échanges » par Annabelle Kremer

Le 12 octobre 2017

En montant dans ma voiture je regrette presque de ne pas avoir à portée de main, là tout de suite, un dictaphone pour laisser ma pensée dérouler et expliquer ce qui s’est passé dans l’échange. Comment la réflexivité partagée, parce qu’elle nécessite de trouver les mots justes, précis pour être compris par l’autre contribue à me faire évoluer. A cette minute, j’ai la conscience aigüe que quelque chose est en train de changer. Un tout petit changement auquel je n’aurais pas prêté attention s’il n’avait pas été révélé par le dialogue réflexif. Et voilà que ça s’agite dans ma tête : il y a comme une urgence à garder la trace de ce micro changement pour ne pas perdre son origine, son histoire.

Ma voiture est arrêtée à un feu. Je cherche à la hâte de quoi écrire.Je tombe sur un bout de papier cartonné, bien trop petit, bien trop rempli déjà mais c’est mieux que rien. Juste la place pour griffonner quelques mots que je me promets de décortiquer plus tard : paysage composite, pensée inclusive, émotion de l’action.

Dans quelques instants, cet état de clairvoyance extrême va se refermer. J’aurais intégré les micro-changements. Ils feront partie de moi sans que je ne m’en aperçoive. J’en profite encore : vite vite, je me plais à imaginer une action future et à me dire que je sais d’où elle sera née. Je n’attends que de retrouver mes camarades de jeu pour me replonger dans cet état stimulant. Pour dessiner dans ma tête, avec davantage d’acuité perceptive, l’action passée, dans toutes ses dimensions. Un dessin comme boussole pour les actions futures.

Crédit photographique : maldoit, loop, 2005, Flickr, CC


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *