Pour des médiateurs réflexifs – Du discours de médiation… à l’interrogation de l’acte même de « vulgariser » la science

Intégration de précédents billets, (1), (2) et de retours de formations  »Épistémologie de la médiation » (2013-2017)

« L’expression « vulgarisation de la science » apparaît au XIXe siècle pour désigner le fait de diffuser les connaissances savantes en les mettant à la portée du grand public. Le terme vulgaire, du latin vulgus, concernait jusque-là la foule, qualifiant ce qui est ordinaire, général et commun ; il prend sa tournure péjorative au fur et à mesure que s’affirment les valeurs bourgeoises, pour désigner en contrepoint les comportements populaires. » P. Rasse (2001)

« De nombreuses recherches, notamment en sciences de l’information et de la communication, dans le champ des études sociales de la science, en histoire des sciences, montrent que la communication des sciences et des techniques n’a jamais été initiée de façon « neutre ». Elle est motivée par des visions du monde, de la société, de la science, des publics et de leurs devoirs (Bensaude-Vincent, 1997 ; Felt, 1999 ; Jacobi, Schiele, 1988 ; Jeanneret, 1994 ; Jurdant, 1973 ; Shapin, 1994 ; Schaffer, 1997, et bien d’autres). Nous parlerons de paradigmes de communication : ils animent – telle est notre hypothèse – les espaces de « rencontre science-société », ils configurent ordonnent et orientent tacitement les rôles, des hiérarchies de valeurs et des interactions »  Philippe Chavot et Anne Masseran

Construire un discours de médiation scientifique : la formation des professionnel.le.s de la culture scientifique, technique et industrielle

Les enjeux de la médiation scientifique

Apprendre à faire de la médiation scientifique, à ‘’vulgariser’’ passe par la maîtrise de certaines pratiques de communication, impliquant une clarté, une justesse du propos, sa pertinence, sa lisibilité et son intelligibilité, une prise en compte d’un tiers, de ses facteurs d’intérêt, de l’effort cognitif versus de l’effet cognitif de l’acquisition d’une information, etc. : il s’agit en résumé de ‘’toujours se mettre à la place de ceux à qui l’on s’adresse’’, message clé de tout guide ou formation à la vulgarisation. [1]

Contrat de communication, en médiation scientifique notammentSource : Formation doctorale « Des idées au texte : l’expertise rédactionnelle »,. Bertrand Labasse, 2009, Université Lyon 1 ; La communication scientifique – Logiques et méthodes. Bertrand Labasse, 2001

La pertinence cognitive dans la médiation, facteur de qualitéSource : Formation doctorale « Des idées au texte : l’expertise rédactionnelle »,. Bertrand Labasse, 2009, Université Lyon 1 ; La communication scientifique – Logiques et méthodes. Bertrand Labasse, 2001

Les formations des professionnel.le.s de la médiation scientifique portent principalement sur les outils disponibles pour les médiateurs pour ‘’bien’’ transmettre le message dont il sont porteurs à un ‘’public’’ qui serait leur cible [2]. La question de l’adaptation d’un propos à un public est centrale dans les formations professionnels des animateurs, médiateurs ou encore journalistes scientifique et se traduit par l’acquisition de compétences : ‘’être capable d’identifier et d’utiliser les mécanismes de vulgarisation’’ ; être capable d’adapter son discours et sa posture en fonction de la situation de communication’’ ; ‘’être capable de mettre en place une action de médiation à destination d’un public spécifique’’ [3]. Il s’agirait donc en premier lieu de définir et de bien connaître la cible à laquelle on adresse un ‘’message’’ selon un ‘’canal’’ de communication qui correspondrait à l’animation, la médiation ou encore la ‘’situation de vulgarisation’’. Cette conception mobilise de façon assez brute et simpliste le modèle de communication de Shannon et Weaver.

« Le modèle de Claude Shannon et Weaver10 désigne un modèle linéaire simple de la communication : cette dernière y est réduite à sa plus simple expression, la transmission d’un message. On peut résumer ce modèle en : « Un émetteur, grâce à un codage, envoie un message à un récepteur qui effectue le décodage dans un contexte perturbé de bruit. » » Modèle linéaire, canonique, de communication, Shannon et Weaver.

Source : Wikipédia, http://fr.wikipedia.org/wiki/Communication#Mod.C3.A8le_de_Shannon_et_Weaver

Les modèles de la communication mobilisés par la médiation scientifique

Le modèle induit par le terme « vulgarisation »

L’idée et le terme de « vulgarisation » et les pratiques qu’on lui associe mobilisent une certaine conception du « public »1 et un certain rapport au savoir : on le désigne comme deficit model (Trench, 2008).

Or la communication scientifique ne répond pas à un seul type possible de modèle, c’est-à-dire un seul mode de construction, d’épistémologie, de valeurs sous-jacentes, de représentation du « public » et de rapport au savoir.

 

Fig. La diversité des modèles de communication scientifique, selon Trench, 2008, p. 131. – Cité par Urgelli http://benoit.urgelli.free.fr/Recherches/Articles/Urgelli-actes-colloque-sociologie-didactique-2013.pdf

L’idée de « vulgarisation » s’appuie sur le principe de la « simplification » ou de la « traduction » (vécue parfois par les experts comme « trahison ») du savoir pour un public « profane »2, extérieur à la communauté qui construit et détient les savoirs, et sur l’idée qu’il y aurait une « ignorance » à combler, pour une diversité d’enjeux explicités par les « vulgarisateurs ». L’idée d’alphabétisation n’est pas loin 3.

Par vulgarisation, on parle essentiellement de l’apport des sciences diffusées vers un public, pas de la circulation des sciences en société ou de la société dans la science. (voir tableau fig. – Trench)

Une approche de sciences de l’information de la communication permet de se détacher de ce modèle simpliste en caractérisant tout type de discours scientifique de la manière suivante :

–   Situé – à un moment (date), à un endroit (lieu) ;

–   Adressé – à des cibles ;

–  En relation – discours oral en particulier et possibilité de transformation / modulation / évolution du discours dans cette relation ;

Le médiateur, l’animateur, ou encore le journaliste fait donc partie lui-même de la situation de communication et est pris dans des enjeux qu’il ne peut identifier que par une prise de recul avec cette situation, qui dépasse la maîtrise des leviers ou outils techniques de la médiation scientifique, et qui dépasse les enjeux de premier plan, dits didactiques, culturels, ou linguistiques de la vulgarisation [4].

·      Définir précisément ses objectifs en tant que médiateur : transmettre des notions, un savoir-faire, montrer la science en train de se faire, parler des acteurs de la science et de leur diversité, etc ;
·      Être conscient des obstacles conceptuels ;
·      Se mettre à la place de son interlocuteur, ce qui nécessite de le connaître ;
·      Adapter son propos ou son outil de médiation à ce public ;
·      Adapter la forme (et le lieu de médiation) aux objectifs et au public.

Les enjeux de premier plan, ou le premier niveau d’exigence pour communiquer la science 

La définition des objectifs permet de préciser notamment de quelle science il s’agit de parler : de la science en tant que connaissances, en tant que démarches, en tant que métiers, en tant que collectifs, en tant qu’institutions [5], etc.

Les idéologies de la communication scientifique et les valeurs associées

L’idée même de rapport entre science et société s’appuie donc sur des conceptions orientées de l’apport réciproque ou unilatéral de deux parties, « science » et « société ». L’engagement dans les pratiques de communication scientifique n’est pas le même selon le modèle de communication que l’on y projette (deficit model, participative model) et l’épistémologie sous-jacente (Grand partage et deficit model ; paradigme de la continuité et continuum ; modèle de la production culturelle autonome).

« La métaphore si couramment utilisée d’espace de « rencontre – ou de dialogue – entre science et société » suggère que la communication dans le domaine des sciences et des technologies prend place en des lieux spécifiques. Ils sont aménagés à la frontière séparant deux mondes définis par des valeurs culturelles, « la science » – efficace, utile, garante des progrès sociaux et économiques – et « la société » – qui devrait prendre acte de ces valorisations (Gieryn, 1999).»

Si l’on revient à l’articulation entre modèle de communication, valeurs associées à la communication et intentions de cette communication, on peut distinguer plusieurs fonctions non exhaustives (et souvent non explicités par les acteurs) de la communication scientifique, que l’on pourrait articuler aux « bonnes raisons de vulgariser » explicitées par les acteurs :

« C’est le paradigme le plus traditionnel mais, paradoxalement, le plus « moderne » aussi, l’une des spécificités de la société de connaissance (Nowotny et al., 2001) étant de considérer la connaissance comme un « produit » potentiellement marchandisable sur le plan matériel et/ou symbolique. Une grande partie des structures de médiation (musées, fêtes de la science, exposciences, journaux et émissions de vulgarisation) est sous-tendue par ce paradigme : communiquer autour de thèmes scientifiques tout en s’assurant de pouvoir mesurer le « succès » de cette communication en termes d’audience ou d’attractivité. » Philippe Chavot et Anne Masseran

« Le raisonnement qui sous – tend le courant de l’alphabétisation scientifique est le suivant : connaitre la science c’est l’aimer et plus le public aimera la science, plus il aura une attitude favorable à son égard et plus il sera enclin à un fort soutien à la recherche (Miller 2001 ; Sturgis and Allum 2004). Il s’agit d’une visée commune à de nombreuses entreprises de vulgarisation des sciences. Comme le note Jurdant, « la pédagogie vulgarisatrice veut avant tout séduire, c’est à dire se faire aimer ou faire aimer la science à travers elle » (Jurdant 1973). » Marine Soichot (thèse p.22)

La réflexivité des acteurs de la médiation

Si les actrices et les acteurs de la médiation scientifique sont habitué.e.s et formé.e.s à la prise en compte du public, dans la situation de communication, ils s’oublient le plus souvent eux-mêmes comme partie prenante de la situation, ayant un effet direct sur la situation par leur intervention. L’analyse d’un discours de médiation scientifique prend en effet en compte celui / celle / ceux qui construisent le discours, les objectifs et le contexte de ce discours tout autant que le public auquel ce discours s’adresse. Ainsi on l’a vu, les intérêts, enjeux et idéologie du porteur de discours sont rarement interrogés par eux-mêmes, en complément des objectifs explicites de la médiation, alors qu’ils fondent le discours et plus encore la relation de la médiatrice et du médiateur à son public. La réintégration du sujet parlant[6], c’est-à-dire en dehors des points aveugles de la médiation et selon un processus de réflexivité, donne aux actrices et acteurs de la médiation l’occasion de réintégrer notamment les dimensions éthiques du partage des savoirs.

Analogie de la réflexivité : du cercle à la sphère

La réflexivité est présentée ici de manière simplifiée comme un mouvement, un pas de côté qui permet de constater que la perspective que l’on adopte en tant que sujet sur un objet, est une perspective parmi une diversité de perspectives, et que son adoption constitue un choix (pouvant être argumenté, justifié, notamment quant à la fiabilité, la robustesse que l’on accorde à cette perspective). Une conception du monde qui ne tient pas compte du cadre qu’elle pose sur le monde (et donc réduit la sphère au cercle) en se faisant passant pour une vérité absolue ou pour l’Objectivité, devient une idéologie.

***

[1] ‘’Communication scientifique : logiques et méthodes’’, Labasse, 2010 Editions Colbert : Lyon ;’’Où est l’autre ?’’ L’infusoir 7 août 2012- https://infusoir.hypotheses.org/3377

[2] Le programme ESTIM-Ecole de formation continue des médiateurs et animateurs scientifiques comporte les formations suivantes : ‘’gérer un projet de médiation’’, ‘’La conception universelle : s’adapter à tous les publics’’ ; ‘’Modèles d’apprentissage et médiation’’, ‘’Améliorer ses techniques d’animation en présentiel’’ ; Le métier de médiatrice, médiateur scientifique : enjeux et compétences’’ ; ‘’Situer ses pratiques dans le champ de la CST’’, etc.

[3] Objectifs de la formation transversale construite par le Jardin des sciences et la Maison pour la science en Alsace, à destination des doctorants de l’Université de Strasbourg.

[4] Ambiguïtés et enjeux de la vulgarisation – A partir d’une intervention de B. Jurdant, Infusoir 6 janvier 2011 ; Enjeux et paradoxes de la vulgarisation scientifique. Actes du colloque ‘’La promotion de la culture scientifique et technique : ses acteurs et leurs logiques., Paris : Université Paris 7 – Denis Diderot, p.201-209.

[5] Vinck, D. (2007). Sciences et sociétés – Sociologie du travail scientifique, Paris : Ed. Armand Colin.

[6] Jurdant, B. (2006b). Parler la science ? Alliage n°59. [en ligne], consulté le 20 avril 2012. URL : http://www.tribunes.com/tribune/alliage/59/page6/page6.html

***

Crédit photographique : Filter Forge, Colorful Abstract Twist and Swirl, 2017, Flickr, CC

***

Références

Jacqueline Authier, Langue Française, No. 53, la vulgarisation (février 1982), pp. 34-47, Published by: Armand Colin, Article Stable URL: http://www.jstor.org/stable/41558069

Bergeron, A. Représentations, cultures, imaginaires, médias, engagements, Cahiers du MURS, 2008

Bensaude-Vincent Bernadette, L’opinion publique et la science. A chacun son ignorance, Paris, Sanofi/Synthélabo, 2000.

Philippe Chavot et Anne Masseran, « Engagement et citoyenneté scientifique : quels enjeux avec quels dispositifs ? », Questions de communication [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 30 juin 2012, consulté le 09 mai 2015. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/374

Irwin Alan et Brian Wynne, Misunderstanding science? The public reconstruction of science and technology, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

Jacobi, Daniel. La communication scientifique. Discours, figures, modèles. Grenoble : PUG, 1999.

Jacobi D., Schiele B., dirs, Vulgariser la science. Le procès de l’ignorance, Seyssel, Champ Vallon.

Jeanneret Y., 1994, Écrire la science. Formes et enjeux de la vulgarisation, Paris, Presses universitaires de France.

Jeanneret Y., Penser la trivialité. Volume 1  : La vie triviale des êtres culturels Paris, Éd. Hermès-Lavoisier, coll. Communication, médiation et construits sociaux, 2008, 266 p.

Jurdant B., 1973, Les problèmes théoriques de la vulgarisation scientifique, Paris, Éd. des archives contemporaines, 2009.

Le Marec et Babou, Igor. La génétique au musée : figures et figurants du débat public. Recherches en communication (UCL – Louvain), 2004, N 20, Pagination non precisee. <halshs-00159178>

Le Marec Joëlle, Publics et musées, la confiance éprouvée, Paris, L’Harmattan, 2007.

Molinatti, G. et Girault, Y, (2012) Mobilisation de modèles épistémologiques pour penser les sciences et leurs communications dans la médiation muséale de thèmes sciences et sociétés Actes du colloque MuséoMuséum , 12 et 13 décembre 2012, Paris

Schiele B., Claessens M., Shi S. – Science Communication in the World: Practices, Theories and Trends, (Eds), Springer (2012).

Wynne, B. (1994). “Public Understanding of Science “. Handbook of science and technology studies. S. Jasanoff, J. C. Petersen and T. Pinch (dir.): Sage Publication.

Wynne Brian, « Public engagement as means of restoring trust in science? Hitting the notes but missing the music », Community Genetics,10 (5), p. 211-220, 2006.

et plus encore : voir les nombreux travaux de Joëlle Le Marec sur les publics de la science, sur les paradigmes de la « traduction » et de la « trahison » de la science, voir le travail à ce sujet d’Igor Babou, la thèse M. Soichot p.18

Et sur la réflexivité :

Faury, Mélodie (12 février 2012) “ Qu’est-ce que la réflexivité ?”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 15 octobre 2013.  http://reflexivites.hypotheses.org/703

Faury, Mélodie (1er mai 2013) “Revenir autrement – Mouvements, choix et perspectives dans nos manières de penser”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 15 octobre 2013.   http://reflexivites.hypotheses.org/4610

Faury, Mélodie (6 janvier 2011) Ambiguïtés et enjeux de la vulgarisation – A partir d’une intervention de B. Jurdant Consulté le 15 octobre 2013. http://infusoir.hypotheses.org/568

Jurdant, Baudouin (22 février 2012) “Communication scientifique et réflexivité”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 15 octobre 2013. http://reflexivites.hypotheses.org/695

Le Marec, J. (2009) «  Chercheur de science », avant propos à l’ouvrage de Baudouin Jurdant, Les problèmes théoriques de la vulgarisation scientifique, Paris : éditions des archives contemporaines.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *