Vitalité de la pensée – expérimentation épistémologique

Il y a des livres qui bouleversent profondément l’écriture, la pensée et la manière dont on pose ses questions de recherche. Tous ceux qui suivent en font partie.

Je voudrais alors tout à la fois pouvoir tracer la modification de mes cadres de réflexions et en sentir l’effet sur de nouveaux terrains de recherche. Ils ont un effet aussi tout simplement sur ce que l’on perçoit dans sa vie, au quotidien.

Je cite ici un sublime extrait long du livre de Vinciane Despret, dans le livre bouleversant Au bonheur des morts (merci Marie M. !), dont la justesse et la puissance épistémologique m’enthousiasment.

Je suis profondément en résonance et inspirée par cette démarche, qui embrasse pleinement la sérendipité et l’émergence, qui se prête volontiers à une mise en éveil aiguë à ce qui n’est pas encore intelligible mais qui déjà circule. Elle me portera pour les recherches à venir. Et comme je sors d’une ellipse de 5 années sans recherche, après une rupture nette suite à la soutenance, je vais commencer par mes rapports de thèse et les échanges récents que j’ai eu la chance de renouer. Cette dynamique laisse aussi la part belle aux échanges inter-personnels dans les échanges professionnels, ce qui en soit est déjà un beau sujet. C’est d’une certaine manière précisément le rôle que Twitter a joué pour moi tout au long de ma thèse. C’est d’une certaine manière la disponibilité que donne une chambre à soi et que j’ai perdue ces dernières années, qu’il est une conquête renouvelée de retrouver et de maintenir.

Les interruptions dans la disponibilité à d’autres élans vitaux

« Tout aussi remarquable, chaque personne avait au moins un conseil à donner. Tu devrais lire…, tu devrais voir…, tu devrais aller… Je n’ai jamais, pour aucune de mes recherches, reçu autant de conseils, des conseils pertinents. J’avais trouvé un lieu de très grande intelligence. Alors j’ai décidé de me soumettre à une contrainte. En septembre 2007, j’ai pris la décision que, pendant un an, jour pour jour, j’allais faire précisément tout ce que les gens me diraient de faire, sans qu’ils le sachent. (…) La seule condition restrictive que je me suis autorisée, c’est de ne pas suivre les conseils quand je savais que les gens n’avaient pas compris ce que je cherchais.

J’ai décidé de suivre tous les conseils, et je les ai tous consignés dans mon agenda, au jour le jour : quoi de mieux que d’inscrire dans un agenda qui à la fois remémore les évènements et prescrit les devoirs à faire.

J’ai obéi aux instructions sans poser de questions sur ce qui motivait telle ou telle personne à me conseiller telle série américaine, tel roman, tel film. Si elles ne sentaient pas le besoin de le justifier, ai-je rapidement découvert, c’est parce qu’elles étaient sûres que j’allais comprendre, qu’il n’y avait pas d’explication à donner. Mon monde s’est peuplé de promoteurs de recherche énigmatiques.

Chacun d’eux, en quelque sorte, se forgeait une image ou une idée de ce que ma recherche devrait être, et c’est cette constellation d’images et d’idées qui allait la former. Elle ne ressemblerait ni fidèlement à chacun des désirs individuels, ni à ce que moi-même aurais pi désirer si j’avais repris ce qu’on croit être le contrôle.

Cette certitude que « j’allais comprendre », et que je m’efforçais d’accepter, a eu des conséquences inattendues. Cela a donné un tour imprévisible à mon expérimentation. Parce qu’à dire vrai, je ne comprenais pas toujours, je ne comprenais même pas très souvent. Pour chaque conseil, livre, série, film, le lien n’apparaissait pas toujours, il restait obscur. Il me fallait le chercher. J’ai fini par réaliser : je devais attendre.

Je devais apprendre à faire confiance. Le parcours d’obéissance aux personnes est devenu un parcours d’obéissance aux liens et aux œuvres. Les œuvres elles-mêmes devaient produire ces liens, et je devais les laisser se connecter entre elles, en me fiant à leur puissance d’articulation et de friction. je devais me laisser travailler et instruire. je devenais moi-même l’objet de l’expérimentation : me rendre disponible à ce que les œuvres allaient créer entre elles de liens, de questions, de connivences, d’êtres nouveaux et de réponses que je devais apprendre à accueillir. j’avais enfin trouvé le moyen de rompre avec les explications.1

J’ai lu des romans que je n’aurais jamais lus, regardé des séries qui me seraient restées étrangères, vu des films qui n’auraient jamais attiré mon attention, fait des démarches que j’aurais imaginées infécondes. »Advienne que pourra », jamais formule n’a si bien traduit la confiance que je gagnais au fur et à mesure de cette trajectoire. Et je découvrais, dans cette aventure, que mes actes précédaient mes intentions, que mes intentions étaient le produit de mes actes. Chaque évènement devenait une puissance d’intention dans laquelle je me sentais capturée, appât pour des intentions que je faisais miennes. Sans doute est-ce bien plus souvent le cas que ce qu’on se l’imagine. Étrange inversion du vouloir, ne pas lâcher prise, en fait : donner prise. C’est tout différent.

Mais ce que je découvrais également, c’est que ma propre démarche formait écho avec ce que j’interrogeais, sans que je l’aie prémédité. Me laisser instruire, me laisser « faire », accepter de déléguer mes actes à d’autres, acquiescer au fait de ne pas comprendre et me rendre disponible à ce que quelque chose advienne à mon insu, à ce que des liens se tissent sans que j’intervienne trop activement (ce qui aurait à coup sûr empêché ces liens), me rendre sensible à un « ça pense » à travers moi : c’était en quelque sorte me laisser traverser par les « manières d’êtres » (…). Et sans doute aussi apprendre à cultiver des régimes de vitalité qui rendent possible cette disponibilité – ceux d’une intensité moindre, de la mise en retrait de la volonté (…).

Et enfin, garder, précieusement, par le cours même de mon trajet, un mémento – souviens-toi – comme un talisman, un nœud dans un mouchoir qui n’est d’ailleurs pas le mien : tu ne sais pas où tu vas, garde en mémoire d’où tu viens. »

Vinciane Despret, p.36-39

« tu ne sais pas où tu vas, garde en mémoire d’où tu viens »

  1. le passages surlignés sont surlignés par moi []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *