Chère Caroline, chère Stéphanie – 31 janvier 2018

Strasbourg, le 31 janvier 2018

Chère Caroline, Chère Stéphanie,

C’est amusant de se lancer dans une conversation numérique sur les carnets, telle une correspondance à plusieurs voix et plusieurs adresses.

Je réfléchissais à ce qui bloque. C’est incroyable comme toujours il y a souvent ce complexe de l’imposture chez les doctorant.e.s alors même la soutenance passée, la thèse validée par le jury. Une espèce de rapport au savoir ou à la publication qui reste intimidant, qui serait finalement le signe de quoi ? Se cache-t-on, s’expose-t-on ou fait-on encore tout autre chose par la publication ? Je veux me focaliser d’abord sur ce que cela me fait à la pensée. Avant de penser à la réception, avant de réduire à la réception. M’en nourrir d’abord moi-même, comme turbine réflexive, pour que l’énergie nécessaire s’auto–régénère.

B. me disait récemment au sujet de ma thèse, comme l’une des raisons qui lui avait fait aimé la lecture : « à certains moments, on sentait que tu étais là ». C’est bien cela l’objectif alors : ne pas disparaître à l’écriture, garder les deux pieds, la tête et tous le reste dans l’écriture, être là dans les lignes, ne pas retomber dans l’évidence et l’automatisme de « l’exercice ». Est-ce seulement possible ?

J’essaye autant que possible de restée ancrée dans mes questions, dans ce qui m’intéresse, me porte, pour penser la publication non pas seulement comme une patte blanche ou la porte d’accès à un poste, mais avant tout comme une démarche qui fait sens. Alors quoi, pourquoi publier dès lors ?

Peut-on se vêtir à nouveau des mots d’il y a déjà plusieurs années ? Quand on a soutenu et que la vie ensuite s’est emballée, nous as mise à distance, parfois violemment, de la pensée d’alors, des mots d’alors, de la réflexion d’alors, des liens d’alors. Cette distance, que fait-elle ? Je crois que je comprends que je vais jongler avec le dedans-dehors, avec hier et aujourd’hui, et aussi demain. Que ces deux, ou bien plus nombreux niveaux, peuvent devenir l’enjeu et la richesse, tout à la fois de l’exercice comme processus, du contenu et de la forme.

Ma thèse est déjà sur les archives ouvertes. Quel travail amorcer pour que la publication soit un processus enrichissant et non seulement une fin en soi ? Comment partager ce processus ? C’est en effet intéressant, nous en parlions justement avec Marc Jajah, de considérer le processus d’édition et de publication d’un point de vue ethnographique et « auto-ethnographique », pour lui emprunter ses mots.

Alors allons-y, peut-être pour finalement faire tout autre chose, en tout cas pour voir ce qui adviendra. Stéphanie, tu dis « pour passer à autre chose ». J’ai tourné en rond autour de ce problème : dois-je ouvrir, clore, boucler, rebondir sur ce que j’ai déjà dis puisque c’est déjà écrit ? Qu’apporte de plus la publication de la thèse si ce n’est une re-dite ou une stratégie de publication ie une des nombreuses clés du sésame des postes-de-toute-façon-non-assurés ? Je crois que c’est bien de cela qu’il s’agit : re-prendre pour faire autre chose, pour aller ailleurs, autrement, d’abord pour une satisfaction personnelle et ensuite pour ouvrir l’horizon.

Alors je vous écrirai plus tard, pour raconter les démarches, les problèmes, les obstacles, le temps et tout ce que je ne prévois pas…

A bientôt,
Mélodie

CC-by Mélodie Faury


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Jahjah Marc dit :

    S’exposer, publier : nous avons en partie oublié l’enjeu de ces opérations éditoriales et sociales que nous retrouvons cependant par le truchement des affects, des doutes, voire de la gêne qui se manifeste parfois lorsque l’un de nos écrits circule. Au 16ème/17ème siècle, les auteurs accompagnaient leurs textes de marginalia imprimées pour encadrer leur interprétation et limiter ainsi les effets liés à leur circulation élargie. La publication n’est pas qu’un acte éditorial : elle engage bien des interactions, des émotions, voire de l’appréhension.

    C’est qu’elle a aussi trait à l’exposition. Dans la Rome antique, elle consistait à laisser, devant la porte d’un logis, l’enfant qui n’avait pas été reconnu par son père ; « le recueillera qui voudra. » (Paul Veyne) Nos productions scripturales, médiatiques, sont dans la même situation : seront-ils recueillis, lus ? Si oui, comment seront-ils traités ? C’est bien cet état d’indétermination qui fait des techno-signes (« laisser un commentaire », « valider ») des en-jeux : ce sont des paris que nous faisons sur nos écrits ; ils engagent une temporalité, une attente, une tension ; appuiera/ appuiera pas, existera/existera pas, angoissera/angoissera pas. Ce simple signe a le pouvoir de transformer un écrit, en le faisant passer d’un état à l’autre. Il engage alors un devenir sur lequel nous n’avons plus que relativement prise.

    En publiant, nous sortons de notre tranquillité, nous nous exposons, même hypothétiquement, à l’appréhension d’être recueilli ou non, d’être cité, réélaboré, transformé ; un énoncé est un événement. Le couple publication-exposition fonctionne avec la dialectique expansion-compression : où es-tu mon corps si tes manifestations (traces scripturales) circulent ? Comment gérer l’expansion, la circulation, qui est inévitable socialement ? Le recensement bibliographique répond en partie à ce problème : en rajoutant un terme dans une liste, nous réaffirmons notre maîtrise sur sa circulation, dans un espace réapproprié, dans un « coin à soi » (Bachelard) où le corps peut retrouver son unité et se recroqueviller.

  2. Merci Marc ! Faut-il seulement « gérer » ? J’ai lu chez Vinciane Despret l’expression « donner la prise » qui me plaît bien, et qui pourrait être parlante ici dès lors que la publication est pensée comme l’occasion d’un lien (interactions, émotions, …). Mais je crois que la publication peut être aussi considérée comme un processus, un geste, qui fait quelque chose à l’écriture, à la pensée et que l’aboutissement de la publication peut parfois être secondaire par rapport à l’effet du geste lui-même, du processus, de la transformation. C’est ce que j’ai souvent vécu par l’écriture sur ce carnet, et c’est ce que je vis pour d’autres écrits. Ce qui est étrange c’est le décalage temporel, car la publication-exposition reste dans la durée, entre le geste de déploiement de l’auteur.e et son besoin peut-être, à d’autres instants, de se « recroqueviller ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *