Manuscrit de thèse – Tout ce que je n’ai pas écrit finalement

Dans mon ordinateur, il y a un dossier intitulé « Tout ce que je n’ai pas écrit finalement ».

Je l’ouvre avec curiosité et réticence : si cela n’a pas été écrit, ou voire si cela a été extrait à l’époque de l’écriture du manuscrit, quelle place donner ou ne pas donner aux fichiers qu’il contient ?

Beaucoup de ce que j’y trouve ne donne pas à penser ou à raconter le processus d’écriture du manuscrit en tant que pratique de recherche.

Au détour d’un fichier cependant, je tombe sur cette phrase, en rouge :

« Pas besoin de penser la science pour la faire, sauf en cas de conflits de normes et de valeurs. »

Peut-être que je tiens là une des raisons qui m’amène encore à écrire de cette manière aujourd’hui, à décaler l’exercice du « livre issu de la thèse » en une démarche réflexive sur le processus d’écriture et tous ses invisibles dans le résultat final : je suis en conflit de normes et de valeurs avec l’idée même qu’il faudrait publier un livre issu de la thèse, qui serait une ré-écriture du manuscrit, pour ajouter un livre à la liste des publications qui seront évaluées par le jury lors de ma future-potentielle-candidature à un poste de recherche.

Que signifie ce « ré- » dans « ré-écriture » ?

Je suis en conflit, cognitivement pourrait-on dire, avec cette idée dès lors que ma thèse est déjà disponible en ligne sur les archives ouvertes, qu’elle a sa logique propre, qu’elle a été écrite il y a 6 ans et déjà à l’époque pour pouvoir être lue.

Dans ce processus de publication de l’ouvrage issu de la thèse, on néglige encore l’effet que peuvent avoir les sciences ouvertes. L’accessibilité d’un travail de recherche ne dépend plus de la publication papier.

Cette publication devient plutôt :

  • un enjeu de reconnaissance culturel, par l’objet livre chargé de sens et de poids, qui vaut plus que l’objet manuscrit, appartenant classiquement à la littérature grise ;

Et si les archives ouvertes faisaient sortir les manuscrit de thèse de la littérature grise ? Et si les doctorant.e.s écrivaient d’emblée en intégrant l’idée de l’accessibilité en open access de leur manuscrit, la frontière avec le livre numérique bougerait-elle ?

  • un enjeu de légitimation par le biais d’un éditeur et de son comité éditorial et/ou scientifique, alors même que la légitimité scientifique initiale est conférée par le jury et le rite de la soutenance de thèse. La publication papier en elle-même, selon les éditeurs qui parfois vendent l’ouvrage ensuite très cher, n’aide pas en elle-même à l’accessibilité, mais confère visiblement une image de « sérieux » supplémentaire à l’auteur.e.

Combien de fois ai-je entendu en formation open access que la thèse en papier serait meilleure, selon les croyances populaires de certains chercheurs, qu’une thèse numérique ? Quel rapport y a-t-il entre la forme numérique et la qualité scientifique ? Est-ce un aveu des chercheurs eux-mêmes face à leur incapacité à juger du statut et de la pertinence d’une source ? Ou le retour du fantasme apeuré par la perte de contrôle d’Internet-le-numérique-c’est-le-mal ?

Bref, quel est dès lors le sens de la publication d’une thèse ? Est-ce un travail de vulgarisation si ce n’est d’accessibilité ? Un travail de reformulation ? De complément ? D’éditorialisation ?

Et si je devais parler de tout (ou au moins d’une partie de) ce que je n’ai pas dis alors, dans le manuscrit, quel sens cela prend-t-il ?

J’y vois un nouvel enjeu de construction de savoir, épistémologique, sur les pratiques de thèse, les pratiques de publication, les pratiques d’écriture, et c’est passionnant. Autant que les écrits de doctorant.e.s que l’on trouve sur les carnets de thèse.

Pour le formuler autrement et pour boucler avec mon sujet de recherche doctoral lui-même ; j’y vois un intérêt pour partager de la connaissance nouvelle sur les pratiques de communication dans les pratiques de recherche, en particulier sur les pratiques de doctorant.e en sciences humaines. Et l’écriture même d’un livre sur ces pratiques permet d’interroger la place des pratiques de publication en lien avec les pratiques de construction de savoir.

Avec dans l’idée, me concernant, de rester ancrée le plus possible avec le sens premier de la publication comme unité de savoir, alimentant le circuit de crédibilité de la recherche et non comme unité comptable alimentant la turbine publish or perish (Gingras, vidéo 2014)

 

Source : Formation à distance « Nouvelles formes de communication et d’évaluation » : http://jalon.unice.fr/public/vws439 – https://www.youtube.com/watch?time_continue=100&v=iP2xdbJ6P0o

Source photo : Source : https://www.anibis.ch/fr/d-m%C3%A9nage-~-maison-d%C3%A9coration-sculptures-~-statues–1784/statue-africiaine-en-bois-homme-qui-pense-d%C3%A9coration–20319467.aspx


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *