Publication de la thèse – S’il nous faut « dégraisser », qu’est-ce alors que le « gras » de la recherche ?

C’est une question épistémologique tout à fait sérieuse ; qu’est ce que nous « dégraissons » finalement dans nos réécritures de thèse, en vue d’une publication ?

Vos réponses m’intéressent !

 


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. S.CD : « C’est exactement ce que je suis en train de faire. mais j’avais plus le sentiment d’un grand nettoyage de printemps 🙂 »

  2. Stéphanie dit :

    Pour moi « dégraisser », ou plutôt faire le ménage revient à faire disparaître ce qui était trop scolaire, les petits passages un peu hors-sujet que je n’avais pas réussi à repérer et à ôter, à replacer ensemble deux réflexions qui étaient séparées, faire disparaître également ce qui était un peu bancal et dont je ne suis plus sûre en réaffirmant les résultats auxquels je crois toujours. Bref raccourcir, pour en venir l’essentiel, en resserrant mon argumentation.

    • dans ce que tu dis, le « trop scolaire » en particulier, j’entends enlever ce qui relève de l’enjeu du manuscrit, c’est-à-dire de l’exercice de la soutenance et du rituel d’entrée dans un champ de recherche ; et puis renforcer l’impact, l’efficacité des résultats de ton travail – c’est bien cela ?

      • Stéphanie Chapuis-Després dit :

        oui c’est cela. Pour mon cas personnel, je pensais également à supprimer certaines analyses de citations trop détaillées ainsi que des répétitions un peu trop lourdes pour affirmer mon idée une fois pour toutes.

  3. Stéphanie PH dit :

    Pour moi c’est retirer tous les éléments qui garantissent la validité scientifique mais qui ne sont pas indispensables à la compréhension de la démonstration, comme la liste exhaustive des sources utilisées ou la référence à un article aussi obscur qu’ancien dont tout le monde avait oublié l’existence.

    • En quelque sorte ce serait dire que si ces éléments existent par ailleurs, dans le manuscrit de thèse, ils suffisent, sans avoir besoin de figurer dans le livre ? Est-ce que d’une certaine manière c’est lié à l’idée d’élargir le public de lecteur du propos ?
      J’ai le sentiment au contraire que la liste des sources et la possibilité d’y accéder est essentiel pour nos pratiques de recherche. Du coup cela signifierait que l’on ne s’adresse plus aux collègues mais à un plus large « public » ?

  1. 19 février 2018

    […] nettoyer (la « dégraisser » entend-on parfois, ce qui pose la question de ce qui constitue le « gras de la recherche ») mais bien pour lui redonner cette dimension numérique dans laquelle elle s’est de toute façon […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *