Activité de recherche et communication scientifique

A quels moments un chercheur est-il amené à communiquer au cours de son travail de recherche ?

La communication fait-elle partie intégrante de son activité ou est-ce une occupation annexe, secondaire, voire même négligeable ?

Recherche et communication : une relation étroite

Au début de son ouvrage intitulé « La communication scientifique – Logiques et méthodes »1, Bertrand Labasse indique que « la communication scientifique n’est pas une activité distincte de celle de la recherche ».

Il complète ainsi :

« […] divers travaux ont montré que même les comptes rendus de recherche les plus austères et les plus « neutres » étaient beaucoup plus rhétoriques que ne le soupçonnent probablement leurs auteurs, à tel point que l’on considère qu’entre ce type de textes et les documents de vulgarisation les plus débridés, en passant par la littérature technique et pédagogique, s’étend un « continuum linguistique » au sein duquel on ne peut fixer aucune démarcation indiscutable. »

Et en effet, les communications, orales ou écrites, sont omniprésentes et structurent le travail d’un chercheur :

Présentations de l’état des travaux au sein de l’équipe, voire même au de l’unité de recherche, face à des non-spécialistes du sujet, lors de séminaires et de colloques nationaux ou internationaux ;

Rédaction de publications, d’articles , de « review » de l’état des recherches sur un sujet donné ;

Construction d’un projet de recherche et constitution d’un dossier pour une thèse, un post-doctorat ou encore pour postuler sur un poste de maître de conférence ;

Passages en commissions, pour l’obtention d’un poste ou d’un financement ; etcetera.

A tel point que les pratiques de communication constituent une entrée privilégiée de la recherche en sciences de l’information et de la communication, afin de rendre compte de la pratique quotidienne en laboratoire de recherche2.

Les chercheurs communiquent donc en permanence, et surtout dans des situations extrêmement diverses. Celles-ci vont de la communication informelle avec les paires, autour de la machine à café, aux mails et coups de téléphone aux collaborateurs pour la mise en place d’un projet de recherche, sans oublier l’encadrement de stagiaires (master, licence) et de doctorants, ou même parfois de collégiens ou de lycéens souhaitant découvrir le travail de laboratoire.

Bertrand Labasse précise ainsi par exemple, pour ce qui concerne uniquement la communication par l’écrit des chercheurs :  « à elles seules les tâches de rédaction représenteraient environ le tiers de leur temps de travail. »

En note, il ajoute :

« En fonction du périmètre considéré, les estimations vont de 20 à 50% selon les auteurs. dans tous les cas, la complexité et le nombre de ces tâches s’accroissent avec les responsabilités. »

Recherche et communication : des logiques différentes

Très vite, Bertrand Labasse pointe à raison la différence de logiques inhérentes à l’activité de recherche et à la  communication scientifique, « l’une et l’autre ne doivent pas être confondues ».

Malgré l’association forte qui existe entre eux, il spécifie que « le principe scientifique et le principe communicationnel n’en sont pas moins deux choses différentes, qui s’opposent naturellement et qui doivent pourtant co-exister. D’un côté prime le respect du sujet, la précision ; de l’autre prévaut le respect du destinataire, de la pertinence. […] Ainsi, tout discours ou tout document requiert-il un arbitrage entre ce qu’il faudrait dire dans l’absolu et ce qu’on peut faire comprendre (et apprécier) dans les faits.« 

C’est cette différence de logiques, qui, à mon sens, rend si difficile l’acceptation des exigences de la communication par les chercheurs, fréquemment décrite comme une simplification, terme généralement utilisé péjorativement pour décrire une perte en qualité de la connaissance scientifique.  Cette acceptation est d’autant plus compliquée si l’intérêt de la communication n’est pas perçu :  pour le travail de recherche lui-même, pour soi, mais aussi pour la société au sein de laquelle cette activité s’exerce3

Si les futurs chercheurs et enseignants sont très bien formés à l’évaluation de  « ce qu’il faudrait dire », ceci se transforme souvent en « ce qu’il faut dire », sans prendre suffisamment en compte le contexte, les interlocuteurs ou lecteurs auxquels on s’adresse et les objectifs de la communication.

Que nous apprend la vulgarisation scientifique ?

Pourquoi paraît-il intéressant de s’intéresser à ce que nous apprend la vulgarisation scientifique dans le cadre de la formation de futurs chercheurs et enseignants4 ?

La communication en-dehors du laboratoire, vers le « grand public », même si elle fait partie depuis plus de 20 ans de leurs attributions, est encore considérée par les chercheurs comme n’étant pas dans leurs priorités, ou/et même de leur ressort. Parmi les actuels étudiants, l’activité de vulgarisation ou de médiation scientifique, y compris dans le cadre de leur pratique de recherche ou d’enseignement, ne concernera vraisemblablement qu’une minorité d’entre eux.

Malgré cela, le cas de la communication à destination des non-spécialistes présente un intérêt particulier : il exacerbe justement les logiques de la communication, déjà présentes lorsque l’on s’adresse à ses pairs, mais souvent peu visibles.

Si l’on sait communiquer avec le « grand public », c’est que l’on a développé une attitude, une attention particulière à ce qu’implique la communication. On n’aura par suite aucune difficulté à réinvestir cette expérience vis à vis des interlocuteurs que l’on rencontre dans sa pratique de chercheur (collègues, étudiants, financeurs, non-spécialistes, tec.) ou face aux élèves, en tant qu’enseignant.

La réciproque n’est par contre pas vrai : ce n’est pas parce que l’on sait communiquer avec des collègues du même domaine (ce qu’apprennent les étudiants dans leur cursus) que l’on sait se rendre intéressant et faire en sorte d’être compris par d’autres interlocuteurs.

1. La communication scientifique – Logiques et méthodes. Bertrand Labasse, 2001

2. Sur le sujet,  les travaux de recherche de Joëlle Le Marec peuvent consultés, notamment ceux menés notamment dans le cadre du Cluster 14.

3. Les intérêts à différents niveaux que présente la communication scientifique pourront faire l’objet d’un prochain billet.

4. Réflexions associées au cours « Sciences et Société : éthique et communication scientifiques » donné aux M1 Biosciences de l’ENS de Lyon.