La science avec les mains : et si on étudiait la peau de saucisson ?

C’est la saison des oraux blancs de TIPE (Travaux d’Intérêt Personnel Encadrés) pour les élèves en classe préparatoire Agro-Véto.  Cette année le thème de « surface » devait les inspirer pour imaginer un sujet d’étude et une problématique à traiter par la mise en œuvre de protocoles expérimentaux.

Un groupe d’élèves se penche sur la peau de saucisson, en tant qu’interface, avec en tête la question suivante : quelles sont les propriétés du boyau de porc qui justifient qu’on le choisisse ainsi pour la maturation et le conditionnement de nos chers compagnons de pique-nique ?

On amène le sujet, on pose la problématique, et on annonce le plan, puis on détaille les protocoles expérimentaux, les résultats et on discute de leur  interprétation. Pas de doute la recette « OHERIC » (Observation – Hypothèses – Expériences – Résultats – Interprétation – Conclusion) est intégrée et maîtrisée.

Mais après avoir comparé la diffusion de l’eau contenue dans le mélange de viande dont est constitué le saucisson à travers le boyau, en regard de la diffusion de l’eau de cette même viande à travers un collant (?), voici que ce groupe conclue en toute simplicité : « Le boyau est donc perméable à l’eau ».

Exit le questionnement initial, exit le potentiel de l’expérimentation.

Et me voilà projetée en sixième, je revis mon premier contact avec la biologie comme discipline…

Nous finissons notre premier chapitre de Sciences Nat’, après avoir noirci plusieurs pages de cahiers d’observations brutes, avec l’application scolaire héritée de la primaire, nous touchons au but… la conclusion !

Et quelle conclusion !

Cl chap1 : le poisson nage.

Second chapitre, seconde conclusion :

le criquet saute.

Est-il besoin de vous dire que je n’ai appris que beaucoup plus tard à aimer la biologie ?

Quand et comment apprend-on que problématiser donne toute sa dimension et son intérêt au raisonnement scientifique ? Quand et comment passe-t-on de la science comme recette descriptive à la science comme démarche efficace pour répondre à certaines de nos questions sur les phénomènes ?