Florent – Le laboratoire comme lieu de vie sociale, où il s’agit de faire ses preuves

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Florent présente son attirance pour la biologie comme une vocation, née à la fois d’une certaine curiosité pour les sciences et l’apprentissage, mais aussi de jeux partagés enfant avec son grand-père : « Moi je savais grosso modo que je voulais faire de la recherche parce que la biologie ça m’intéressait, mais, c’est plus que la biologie m’intéressait plutôt que la recherche elle-même. J’ai jamais été le, tu vois j’aime bien regarder le monde autour de moi, j’aimais bien, j’étais toujours le premier à aller ramasser des insectes, des choses comme ça, mais j’étais pas le genre de gars à vouloir tester des choses, tu vois ? C’était plus apprendre des choses. ». Il ajoute plus loin : « En fait quand j’avais 5 ans, avec mon grand-père, on jouait aux globules blancs et aux microbes sur le canapé chez lui. Donc voilà, j’ai toujours aimé ce genre de choses. »

Le choix de la virologie comme domaine d’étude semble dès lors s’être effectué tout naturellement, à partir de ces affinités précoces, et est associé à des souvenirs précis : « Quand j’étais en 6ème on devait faire un exposé sur la reproduction, j’avais choisi la reproduction des virus. Ce qui m’avait valu une mauvaise note parce que la prof avait dit que c’était pas un être vivant. […] Donc j’ai toujours aimé la viro, ça m’a toujours intéressé, la viro et l’immuno, depuis tout petit, c’est la faute de « Il était une fois la vie » ça. »

L’arrivée dans le laboratoire où il effectue sa thèse fut guidée par des annonces affichées dans les locaux où il suivait sa formation ainsi que par des cours et des rencontres : « C’était quand j’étais en Telle Formation, j’avais vu un, une affiche « on cherche un M2 pour un labo », pour un labo de virologie […] Et donc voilà, on… dès que j’ai eu l’occasion de faire un stage de viro, j’ai sauté dessus. J’en ai un petit peu parlé d’abord avec Untel, qui était ma tutrice, qui m’a conseillé d’aller voir Untel [sa directrice de thèse]. Notamment d’aller assister à son cours qu’elle donnait déjà dans le cadre Tel Intitulé. Le cours m’a plu. Donc je suis venu pour mon premier stage chez eux, en disant que j’avais l’intention de faire une thèse.»

Les difficultés qu’il a rencontré pendant son apprentissage de la pratique de recherche ainsi que pendant les premiers temps de stages et de thèse, Florent est fier de les avoir surmontées, et ressent une progression nette dans sa légitimité de thésard : « Et puis donc au début je faisais encore beaucoup d’erreurs. […] Donc… là c’est bon, je fais des manips compliquées, sans problème, je fais vraiment très très peu d’erreurs. Et maintenant, en, dans, dans ma thèse actuellement, je maitrise relativement bien ma biblio, je pense. Mon thème particulier je le maitrise même parfois un peu mieux que ma, que la chef d’équipe… Entre, des deux thésards de l’équipe, c’est clairement moi qui fait les meilleures réunions biblio, pour lesquelles ça se passe mieux, où j’introduis mieux, où, j’ai un peu la réputation dans Tel Lieu, dans la classe, dans euh l’équipe, d’être un peu l’encyclopédie quoi. »

Il affirme ainsi être tout à fait à l’aise dans sa pratique actuelle de la recherche, dont il accepte pleinement les côtés négatifs : « Ouais il y a des jours où tu es plus motivé que d’autres, il y a des jours t’arrives au labo en trainant du pied et la chef te fais chier, il y a des jours où tu as des enseignements qui te pourrissent ta journée, il y a des jours où… les manips foirent et tu sais pas pourquoi, où t’es complètement crevé et t’as pas envie de lire cet article de 50 pages, mais il faut. Mais globalement, c’est quand même vraiment un métier qui te plaît. »

Au laboratoire, Florent vit une relation forte et parfois compliquée avec sa directrice de thèse, à qui il se sent lié par le devoir de l’aider sur ses projets : « Elle fait un effort de s’impliquer, elle nous encadre relativement bien. […] Donc après elle est pénible à vivre, elle veut nous apprendre de, elle nous donne des conseils qui ne relèvent absolument pas de la sphère professionnelle, et on l’envoie balad.., bouler, mais… globalement elle a des côtés très sympathiques derrière le côté énervant quoi. […] », il poursuit ensuite : « Je lui ai dis donc, comme j’aimerais mener à bien certains projets que j’ai pas encore fini, j’aimerais aussi fournir de la force de travail à ma chef d’équipe qui… a créé son équipe il y a cinq ans, quelque chose comme ça, en venant de Tel Endroit où elle était pas chef d’équipe. Elle a donc besoin pour décoller, de tout ce qu’elle peut en fait. Donc plus je reste longtemps, plus je peux l’aider à décoller. »

Au quotidien, Florent vit au milieu d’interactions intenses et régulières avec un groupe soudé de doctorants, pendant la semaine mais aussi les week-ends : « […] je suis plus intégré que l’autre thésarde au sein du gros groupe de thésards qui sortent beaucoup ensemble, et… et du coup, bah si tu veux je perds plus de temps à parler avec les gens dans les couloirs. Et donc je compense en venant le, en venant les week-ends. […] il y a des fois où je suis allé au week-end, au labo le week-end avec la ferme intention de travailler sur un truc à écrire, pas les manips, et finalement j’ai rien fait que prendre la pause avec les autres et discuter, c’était beaucoup mieux que rester chez moi. Donc ça, finalement, le labo le week-end, c’est aussi un lieu de rencontre social. ».

Cette vie collective lui donne le sentiment de vivre une période particulièrement excitante et unique de sa vie : « Clairement, maintenant, je, enfin, dans l’état actuel des choses, je suis dans mon élément dans la recherche, ça me plaît. Que ce soit, au niveau même des interactions sociales avec les gens, j’aime bien comme on… on est à fond [bâillement], pardon, on est à fond dans les manips, on est à fond dans notre projet, on en discute les uns avec les autres, on fait des choses ensemble. C’est probablement, la thèse, la période de ma vie où j’aurais été le plus… le plus vivant, et en même temps le plus fatigué aussi [sourire]. Courir dans tous les sens, le… je sais pas, tu as l’impression d’avoir beaucoup d’énergie, et en même temps, de, d’être crevé tout le temps. »

Cette émulation participe au plaisir qu’il ressent à mener son travail de thèse et influence même ses projets d’avenir : « Et sachant que c’est pas du tout une corvée pour moi, je suis bien à Telle Ville, je suis bien, ça me permettrait de voir plus longtemps mes copains de thèse qui devraient aussi rester l’an prochain. Donc ça me permet aussi tu vois de ne pas me séparer du bon groupe, bien unique qu’on a actuellement. »