Eleonore – Le plaisir des expériences et de la technique, dans un sujet à l’interface

Ce billet fait partie de la galerie de portaits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

En commençant sa formation dans le supérieur, Éléonore voulait initialement enseigner. Mais le plaisir des expériences en biologie (les « manips »), découvert au cours de ses études (« le L3 c’était aussi des manips, je me faisais plaisir sur les manips, et je me posais pas de question »), lui a donné goût à la recherche :  « […] la thèse, je trouve que c’est encore assez idéal comme statut, parce que finalement, tu ne prends pas part aux décisions politiques etc., on n’exige pas de toi une implication administrative ou politique, et tu te fais plaisir avec les manips. » Elle ajoute un plus tard : « Je suis très contente d’être en thèse et de toute façon, quoi qu’il en soit, ça aura été vraiment une super expérience au niveau, enfin relations humaines en tout cas. Je me serai vraiment fait plaisir sur les manips, donc voilà. ».

Les expériences qu’elle mène sont d’ailleurs au centre de l’entretien (« Une semaine normale en général j’ai des manips tous les jours ») et des interactions avec les autres membres de son équipe (récurrence de l’expression « discuter des manips »).

Particulièrement intéressée par certaines techniques de microscopie, et par le fait de développer une compétence sur celles-ci,  Éléonore oriente ses choix de stages puis de thèse  vers des laboratoires utilisant ces instruments pour étudier leurs objets de recherche : « […] moi ça me tentait vraiment bien, parce que c’était de la microscopie, c’était des cellules, c’est à un niveau plus intégré que de la bioch ou de la biomol, et j’en avais complètement marre de la biomol après tous les autres stages. »

Son approche de la recherche est ainsi essentiellement guidée par la technique et l’utilité des recherches qu’elle mène : « Donc du coup c’était à la fois de la viro qui m’intéressait, à la fois de la microscopie qui m’intéressait vraiment […] A vrai dire, la thématique, ça aurait pu être n’importe quoi, enfin. Mais il y a quand même un aspect qui me manquerait si je travaillais sur d’autres choses, parce que ce que j’aime vraiment en viro, c’est l’aspect médical et une justification médicale en fait, derrière. […] Et je crois, enfin moi j’ai besoin d’une justification, et c’est aussi ça qui m’a plu. Enfin, je pourrais pas travailler sur une protéine parce que c’est une protéine. »

En co-tutelle pour sa thèse, elle acquiert un savoir-faire technique et une connaissance spécifique de son sujet, qui la positionnent de façon intermédiaire entre sa directrice et sa co-directice de thèse : « Oui parce qu’en fait ce qui se passe, c’est qu’en fait ma directrice de thèse et ma codirectrice de thèse sont toutes les deux très compétentes, mais dans la moitié du sujet, parce que bon c’est sur la viro, c’est les cellules, ma codirectrice, elle travaille en biologie cellulaire, ma directrice en biologie, mais du coup moi je suis un peu à l’interface. »

Par ailleurs, ses relations complexes et parfois prudentes avec sa directrice de thèse l’amènent à chercher des interactions avec d’autres chercheurs de l’unité à laquelle elle appartient : « Et c’est pas la première fois qu’elle fait ce genre de choses. Du coup, c’est pour ça que maintenant il y a une méfiance un peu, méfiance c’est fort si tu veux, mais je prends vraiment du recul par rapport à tout ça. ». Elle expliquait déjà un peu plus tôt : « ça m’est arrivé plusieurs fois où, quand je savais pas trop comment gérer les choses avec ma chef, d’aller voir Untel, lui dire voilà je comprends pas, je sais pas comment faire et qu’il m’ait dit, ben tu peux essayer comment ça tu verras ce que ça donneras et… donc voilà. »

Heurtée dans sa conception de la recherche au cours de son expérience de thèse, Éléonore n’envisage plus de poursuivre dans cette voie : « Alors… il est clair pour moi, très clair maintenant dans ma tête, que je ne ferai pas de la recherche. Donc, pas moyen. […] Alors, déjà parce que je… refuse, enfin j’ai pas envie, j’ai pas été formée à être une gestionnaire en fait, et j’ai pas envie de passer 75% de mon temps à faire de la gestion. […] Il y a un autre point que j’ai un peu du mal à accepter aussi, c’est la qualité de ce que tu mets dans tes papiers. […] Sauf, que j’ai peur que, de plus en plus il y ait des pressions, une pression des résultats, enfin bon, on le sent déjà, et franchement, j’ai pas envie d’être sous pression toute ma vie quoi. »

Au moment de l’entretien, elle considère les alternatives possibles : « Bah disons, je pense que je me poserai des questions jusqu’au moment où je devrai signer quelque chose. […] tu sais j’en suis à me dire que ça coûte rien de remettre son CV à jour et de l’envoyer à des gens, enfin, j’ai des copines de prépa, qui sont plutôt dans l’industrie, ce genre de choses […] »