Daniel – Vivre une expérience rédhibitoire, pris entre deux conceptions opposées de la recherche

 

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Daniel a éprouvé son intérêt pour un domaine spécifique[1] de la biologie au cours de précédents stages, ce qui l’amène à choisir un laboratoire avant tout pour son intérêt scientifique, mais aussi en partie pour la composition de l’équipe : « Ouais c’était dans ce truc-là que je voulais travailler quoi […]. Parce qu’en fait, tous les stages que j’ai fait c’était dans ce domaine là. […] Parce qu’en fait là j’ai choisi parce que ça m’intéressais bien, et parce que, voilà le sujet m’intéressait bien, et il y avait des gens qui m’intéressaient bien aussi, enfin je veux dire, je sentais qu’il pouvait y avoir des bonnes interactions avec Untel et Untel, mais ce que j’avais pas compris c’est que [rires], il allait y avoir un souci dans le trajet quoi. »

Pris en tenaille entre deux conceptions opposées de la recherche, notamment éprouvées lors de la collaboration avec d’autres équipes, Daniel s’est forgé une conception de la recherche incompatible avec celle en vigueur dans son laboratoire de thèse : « Bah en fait tu sais c’est juste, enfin c’est lié avec ici aussi c’est que on a pas le droit de discuter librement avec les collaborateurs, parce que bah voilà il y a une hiérarchie […] Et donc en fait, moi je donnais toutes les informations, enfin je veux dire, c’était une collaboration donc on échange librement, en fait, c’était ma vision à moi, que j’ai encore d’ailleurs, c’est la recherche c’est un espèce de partage, donc on avance dans la même direction quoi. Et donc quand on collabore, voilà, il faut pas donner toutes les informations aux concurrents etcetera, mais aux collaborateurs, on peut leur faire confiance quoi. Et donc bah voilà, moi j’étais entier je [rires], je faisais confiance et tout. Et puis on est venu me passer derrière, enfin ma chef est passé derrière en me disant que c’était intolérable, de discuter comme ça aussi librement avec les collaborateurs, qu’il fallait se méfier, etcetera, etcetera. »

Daniel interagit essentiellement avec les membres de l’équipe au sein du laboratoire, partageant les difficultés qu’il rencontre : « Donc c’est assez particulier, je sais pas si c’est, voilà dans notre labo c’est comme ça, donc voilà, on s’entend très bien, et puis… on dis…, on est assez solidaires quand on a un souci, ce qui est assez fréquent, on en discute et puis on essaye de voir comment on pourrait le résoudre quoi. Donc la moitié des soucis proviennent des manips, voilà il y a un truc qui foire, qu’est-ce qui a pas marché, voilà, et puis le reste des soucis vient des interactions avec la chef. »

Les interactions avec sa directrice de thèse sont vécues comme des contraintes et ont lieu seulement quand elles deviennent incontournables, du fait de la relation hiérarchique instaurée entre eux : « En fait je suis obligé de passer par elle, sinon voilà j’ai des problèmes [rires], c’est-à-dire en fait c’est un goulot d’étranglement, c’est une voie hiérarchique obligatoire quoi. […] On est obligé de le faire parce que sinon on a des bâtons dans les roues, mais on le fait, voilà. Donc à chaque fois qu’il y a une procédure vers l’extérieur, il faut que elle soit au courant. »

Enfermé dans un rôle qui lui est attribué mais qu’il ne le satisfait pas, Daniel souhaite voir sa thèse se terminer le plus rapidement possible pour avoir l’occasion de prendre du recul avec une expérience éprouvante qui l’empêche pour le moment de se projeter dans une carrière de chercheur : « Ouais, alors en fait… bah l’objectif… c’était de partir assez vite [rires], assez vite, finir le plus tôt possible, au moins, parce que je pense que je vais prendre mon poste en fait dans le secondaire en septembre […] c’est juste que là je voulais absolument être sûr que je sois parti en septembre quoi, que je reste pas plus longtemps […]Je vais faire, enfin, en gros je vais prendre mon poste, et puis ça me permettra de prendre du recul, parce qu’en fait là, je suis un peu dégouté de la recherche, parce que j’ai pas une expérience très positive avec le labo ici ».


[1] Non précisé pour préserver l’anonymat.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...