Les valeurs de la science

Nombreux sont les doctorants qui projettent des valeurs dans leur pratique de la recherche, et qui en arrivent parfois, lors de discussions ou des entretiens que je mène dans le cadre de mon travail de thèse, à distinguer selon celles-ci le bon du mauvais chercheur.

Lors d’une discussion informelle avec un ami thésard en biologie moléculaire et cellulaire, voici que celui-ci m’indique associer très clairement des valeurs à sa pratique. S’il envisage que certains chercheurs puissent faire de la science de façon plus neutre, « comme n’importe quel autre métier », il ne conçoit pas à titre personnel de ne pas associer la recherche à des valeurs individuelles et collectives, ayant des répercussions dans la conception que l’on se fait du fonctionnement de la communauté scientifique :

 


[…]

Quelles sont pour vous les valeurs et les qualités associées à la science ?

A la recherche ?

Les retrouvez-vous dans votre quotidien ?


3 réflexions au sujet de « Les valeurs de la science »

  1. J’ajouterai le refus de l’argument d’autorité: ce n’est pas parce que quelqu’un est « le chef » que son argument a plus d’autorité. Cela permet de tendre vers l’objectivité et l’indépendance (je dis bien « tendre » parce que ce n’est jamais parfaitement le cas).

    Mais je suis intrigué de voir que toutes les valeurs citées dans le billet sont très « sociologiques ». A mon avis, la science possède en premier lieu quelque chose « de valeur »: la méthode scientifique. Ou pour paraphraser G. Lecointre: « scepticisme initial sur les faits et leurs interprétations, réalisme de principe, matérialisme méthodologique et rationalité ».

    On peut donc faire de la science « comme n’importe quel métier », mais on sera toujours lié de près ou de loin à la méthode scientifique. Et c’est cette démarche qui a pour conséquence de favoriser la franchise, la transparence, la ténacité, l’ouverture d’esprit… même si tous ces termes peuvent être associés à beaucoup d’autres choses que la seule activité scientifique.

  2. « distinguer le bon du mauvais chercheur » – vaste sujet, qui souvent se révèle être un voeu pieux. D’autant plus qu’une valeur n’est « bonne ou « mauvaise » qu’en fonction de son propre système de valeur…

    L’avis de Tim est intéressant. Ceci dit, tous les vocables utilisés ici ne sont pas tous des relatif à des valeurs morales ou sociologique.

    J’ajoute que pour moi un chercheur est « chercheur » parce qu’il a justement une subjectivité. La « recherche neutre »… laissons ça aux machines ! 😉

    Ce sujet est très intéressant, bien à toi de l’avoir abordé. Toutefois il mérite d’être beaucoup plus approfondit. Peut-être est-ce le but de ta thèse ??

    A ce moment là, c’est avec grand plaisir que je lirai ton manuscrit, ou que j’assisterai à ta soutenance… ! :o)

    GF

    1. Bonjour Tim et GF : Les termes indiqués sont ceux utilisés spontanément par un doctorant en biologie. Ils seraient effectivement intéressant de distinguer les différents types de valeurs associées à la science (valeurs en tant que manières d’être et d’agir que l’on considère souhaitables voire idéales dans un groupe, une communauté ; ce à quoi on attribue de la valeur dans cette même communauté, ce qui nous permet de hiérarchiser, d’organiser les objets, les comportements et qui recoupe le précédent aspect ; ce qui fait la valeur de ce qui est produit par ce groupe, au sens plutôt dans ce cas de ce qui confère la robustesse; etcetera.)

      Pour ce qui est de ma thèse, j’essaye de saisir le rapport identitaire et culturel que des scientifiques ayant une expérience de la pratique de recherche entretienne avec la science, à différents moments du parcours que constitue la carrière d’un chercheur. La question des valeurs devient rapidement centrale.

Les commentaires sont fermés.