Discuter l’idée « La science fait progresser l’humanité »

Ce billet est une version antérieure au chapitre finalement publié dans l’ouvrage « Les scientifiques jouent-ils aux dés ? ».

Ce livre paraîtra prochainement aux éditions du Cavalier Bleu, sous la direction de Bastien Lelu et Richard-Emmanuel Eastes, dans la collection « Idées reçues sur la science ».

Il s’agit d’un ouvrage collectif du groupe Traces, préfacé par Dominique Pestre.

Voir également : Discuter l’idée « La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques »

Ecrit par Antoine Blanchard : Les experts sont-ils formels ?

La science fait progresser l’humanité

« Depuis trois siècles, la connaissance scientifique ne fait que prouver ses vertus de vérification et de découverte par rapport à tous autres modes de connaissance. […] Et pourtant, cette science élucidante, enrichissante, conquérante, triomphante, nous pose de plus en plus de graves problèmes qui ont trait à la connaissance qu’elle produit, à l’action qu’elle détermine, à la société qu’elle transforme. »,

Edgar Morin, Science avec conscience, 1982.

« L’aventure scientifique, c’est fascinant ! Que de progrès techniques, quelle amélioration de notre niveau de vie ! La science, en augmentant les connaissances dont l’homme dispose, accroît sans cesse sa maîtrise sur son environnement, lui permettant d’utiliser son imagination pour améliorer sa condition, pour faciliter son quotidien. »

Pourquoi ce discours n’emporte-t-il pas une adhésion unanime et ne convainc-t-il pas toujours ? Oui, la science, immédiatement ou à long terme, ouvre la porte vers de nombreuses applications intéressantes, dont nous imaginerions difficilement nous passer une fois qu’elles sont advenues et qui sont donc, en un sens, facteur de progrès. Ainsi, les conditions de travail, la santé et l’hygiène, l’alimentation, etc. sont autant de domaines où les connaissances scientifiques peuvent permettre des améliorations de nos conditions de vie. Mais l’ensemble des populations humaines n’en profitent pas nécessairement, car s’y mêlent considérations et décisions économiques et politiques. Pour le concevoir, il suffit de penser aux pays du Tiers-Monde. Les maladies qui y subsistent, tel que le paludisme par exemple, feraient-elles encore longs feux si l’économiquement rentable ne venaient pas conditionner le scientifiquement faisable ? Dans quelle mesure pourrait-on alors parler de progrès pour l’humanité dans son ensemble ?

On se rend vite compte que définir ce qui constitue un progrès pour l’humanité revient à se demander ce qui est souhaitable pour l’homme, voire même à définir ce caractérise l’être humain. Vaste et difficile question que de nombreux philosophes se sont efforcés de traiter[1]et à laquelle nous ne prétendrons pas apporter une réponse. Que le progrès de l’humanité soit entendu comme l’amélioration des conditions de vie et de connaissance du plus grand nombre ou comme l’augmentation du confort personnel des individus, les atteintes à certains droits fondamentaux[2] l’excluent dans tous les cas. Nous ne chercherons donc pas à prescrire ce que devraient être les contributions de la science au progrès de l’humanité, mais bien à identifier si elles peuvent l’exclure dans certains cas.

Ainsi, dans le cas particulier des sociétés occidentales et européennes, de quoi parle-t-on plus particulièrement lorsque nous parlons de progrès scientifique ? Nous pouvons par exemple penser au progrès matériel, et en particulier à l’augmentation du bien-être de l’individu par une amélioration des possibilités techniques et industrielles. Nous avons aussi la possibilité de considérer le progrès des connaissances et le perfectionnement de la compréhension par l’homme de son environnement. Mais peut-on considérer l’un et l’autre séparément ?

Si l’on pense que la science est « une quête désintéressée de connaissances », alors rien ne s’oppose a priori à son développement, puisque les savoirs seraient des facteurs d’émancipation, de meilleure compréhension de l’environnement, qui nous permettrait par exemple de mieux nous protéger de ses aléas, ou de s’y adapter en les anticipant.

Cependant, la science entretient des relations étroites avec les aspects sociaux, politiques, économiques du fonctionnement de nos sociétés, qui dépassent généralement le seul intérêt scientifique de ses productions : on ne peut ainsi envisager l’activité scientifique en dehors du monde social qui la rend possible. Pour évaluer les types de progrès sociaux auxquels contribuent les sciences et les techniques, il est par conséquent impossible de considérer exclusivement les connaissances qu’elles produisent.

En remontant un peu dans l’histoire, nous comprenons que la confiance dans la science, comme facteur de progrès pour les hommes, fut à certaines périodes confortée, mais à d’autres confrontée à des moments de crises.

Au XVIIe siècle, une partie de la science se développe dans le contexte du mouvement philosophique des Lumières, où elle est considérée comme nécessairement bienfaitrice. La confiance qu’elle inspire alors est absolue, le savoir devant permettre de répondre à toutes les questions qui se posent à l’Homme. Bien plus, les mutations des modes de vie que les connaissances scientifiques entrainent sont considérées comme un bien en soi. Après les résultats de Newton, contemporain des Lumières, et dans les siècles qui suivent, les travaux du mathématicien Laplace, du physicien Maxwell, ou encore plus tard du biologiste Pasteur, pour ne citer qu’eux, répondent à des besoins parfois vitaux : se chauffer, se soigner, éclairer, voyager, communiquer, etc. Ainsi par exemple, à partir du XIXème siècle, la maîtrise de la thermodynamique, associée à la mécanique puis à l’électricité aboutie au développement des locomotives et des systèmes ferroviaires.

Pendant les Trente Glorieuses, des années 1940 à 1970, une foi totale dans le développement technique s’exprime, considéré comme l’application directe de l’activité scientifique et source de progrès industriel, économique et social[3]. On considère alors que les sciences et les techniques résoudront toutes les difficultés. Il s’agit d’une véritable fuite en avant : si les processus techniques posent à leur tour des problèmes, la technique elle-même sera mise à contribution pour les résoudre[4].

Pourtant, en-dehors – et même au sein – de ces moments particuliers de confiance immodérée, les prodigieux développements des sciences et des techniques et les perturbations de la sphère sociale qui s’exercent à leur suite ne se sont jamais déroulés sans heurts ni contestations. De l’éclairage de ville au gaz qui empoisonne la vie des bourgeois, qui sont chargés de l’entretien, à la généralisation de la pratique de l’inoculation puis de la vaccination de masse, qui rencontrèrent de vives oppositions, nombreux sont les épisodes dont l’analyse nous montre que la mise en place d’une technologie n’est jamais gagnée d’avance.

Malgré cela, les Trente Glorieuses sont une période particulière de confiance dans l’efficacité de la science, et dans sa capacité à concrétiser tout projet par le déploiement d’une approche pragmatique. Cette assurance provient en particulier de la mobilisation de la science lors de la seconde guerre mondiale. L’idée était alors la suivante : chaque objectif, en l’occurrence militaire, peut être efficacement atteint grâce à la mise en œuvre d’une démarche rationnelle, et par suite grâce au développement de la recherche scientifique.

En contrepartie, dans cette période de guerre, les résultats prédominent et justifient la plupart du temps les moyens déployés pour les atteindre [5]. Ainsi la recherche en physique nucléaire fut fortement soutenue à cette époque par les Etats-Unis, et dans le cadre du projet Manhattan, des scientifiques entreprirent de concevoir et de produire des bombes, au plutonium et à l’uranium, dont l’effroyable efficacité fut malheureusement prouvée lors des bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki en 1945. Cet épisode nous a violemment démontré les dérives possibles de l’utilisation de la science en situation de conflit et d’autres s’y ajoutent, comme les utilisations d’armes chimiques ou celles des chambres à gaz.

Bien que moins extrêmes, d’autres désillusions ont depuis lors renforcé la constatation suivante : les avancées scientifiques ne constituent pas nécessairement un progrès pour l’humanité. Y compris d’ailleurs dans des domaines habituellement emblématiques des apports de la science à notre qualité de vie, comme peuvent l’être l’alimentation ou l’énergie. En attestent les catastrophes de Tchernobyl et de Bhopal, les affaires du sang contaminé ou encore de la vache folle. La liste est longue et ici très incomplète.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Depuis deux ou trois décennies, la place de la science dans notre société a changé. Avec la mise en place d’ordres économiques et politiques nouveaux[6], son lien à l’Etat, ses modes de fonctionnement et de production des savoirs ont subi de nombreuses transformations. Pour n’en citer qu’une, on peut mentionner la possibilité récente d’accorder des droits de propriété sur des recherches fondamentales, comme par exemple sur des séquences d’ADN de la souris[7]. Ainsi, de nos jours, l’activité scientifique associe la compréhension du monde à une volonté d’agir sur les objets qu’elle étudie et d’en maîtriser l’évolution ; c’est même ce qui la caractérise depuis la révolution copernicienne qui est advenue quelque part entre le XVIe et le XVIIIe siècle[8]. Ce pouvoir de transformer le monde est nécessairement associé à des considérations sociales variées : la science se doit d’être utile et efficace, rentable même pourrait-on dire. En parallèle, les sciences et les techniques actuelles ouvrent des perspectives particulièrement difficiles à prévoir ou à encadrer comme c’est le cas des problèmes climatiques, du clonage, des xénogreffes, des nanotechnologies, de la manipulation du vivant, … Du reste, dans certains cas, les directions prises par certaines recherches et utilisations de résultats scientifiques ne s’accordent pas avec les choix que l’ensemble des citoyens souhaiteraient réaliser. Les controverses nées autour des OGM ou des nanotechnologies l’illustrent bien.

Ces derniers exemples posent des questions essentielles : comment le développement des connaissances et des productions scientifiques peut-il aujourd’hui s’associer aux vœux de la majorité des citoyens ? Dans la mesure où « la science est dans le social, la science a des comptes à rendre sur ce qu’elle fait qui est toujours déjà un choix politique »[9]. Étant donné les enjeux de ces choix, les scientifiques se doivent de se poser de telles questions. C’est ce qu’entreprend le domaine de la bioéthique, par exemple, en remettant au centre les valeurs humaines. Elle se développe depuis les années 1960, en particulier suite à la Seconde Guerre mondiale et aux dérives que l’on y a connues[10] et s’inscrit dans une demande générale de précaution. Celle-ci est associée au constat lucide et partagé que le progrès matériel, même s’il est souvent libérateur, est insuffisant en soi pour orienter des choix de société. Prenons le cas du clonage à titre d’exemple : s’il est techniquement possible, est-il pour autant souhaitable ?

Les citoyens, scientifiques inclus, jouent sur cette scène un rôle fondamental ; en s’emparant notamment des questions posées par la science ou par la société dans des arènes publiques, par exemple lors de débats participatifs. Ils leur suffit même parfois de faire entendre leur voix lors de débats entre experts. Les chercheurs sont alors amenés, et parfois forcés, à exercer leur responsabilité. Axel Kahn définit par exemple l’implication nécessaire des scientifiques à plusieurs niveaux[11] : devoir de s’assurer de la qualité scientifique de ce qui est produit, devoir de vigilance quant aux éventuelles conséquences néfastes pour la société, devoir individuel de s’intéresser aux potentielles utilisations pouvant être faites des connaissances produites, et enfin participation au processus collectif et démocratique de contrôle. Il ne s’agit pas de s’opposer par principe au développement des technosciences, mais bien d’en mesurer les risques, avérés ou probables, ainsi que toutes les implications, au cas par cas. La législation reste cependant nécessaire afin de partager des critères généraux pour décider de ce que l’on accepte ou non de développer, de produire, de commercialiser, mais aussi pour contrôler les avancées scientifiques et techniques. Le principe de précaution, mis en place en 1992, répond en partie à cette nécessité.[12] A la fin des années 1990 , l’OMS[13] l’a par exemple appliqué pour limiter les émissions de dioxines issues d’activités humaines, en définissant un niveau d’exposition acceptable. Plus récemment, en 2009, l’opérateur de téléphonie mobile Orange s’est fut refusé par le tribunal l’installation d’une antenne relais dans la ville de Créteil.[14]

Nous serions ainsi actuellement dans une « société du risque »[15], pour reprendre les mots d’Ulrich Beck, où l’on tente « de rendre prévisibles et contrôlables les effets imprévisibles de nos décisions sociétales »[16]. Par conséquent, au-delà de la prise de conscience, il s’agit se donner les moyens de maîtriser et encadrer, en amont et en aval, les potentialités offertes par les sciences et les techniques[17].

Dans ce contexte, les scientifiques, dont les moteurs intellectuels restent la compréhension et l’explication des phénomènes du monde qui les entoure ainsi que l’amélioration de notre quotidien, se trouvent confrontés à des responsabilités personnelles et collectives, qui émergent au fil des connaissances produites. Cette société du risque implique « une place nouvelle pour la responsabilité individuelle et collective, et vis-à-vis des générations futures, et une attention devenue vitale pour les questions environnementales et sanitaires »[17]. Les scientifiques se doivent de les endosser dès maintenant dans leur métier et de réinventer leur pratique pour que les résultats de leurs recherches puissent contribuer effectivement à un progrès de l’humanité.

« Le problème de la responsabilité du chercheur face à la société est donc celui d’une tragédie historique et son retard terrible par rapport à l’urgence le rend d’une urgence encore plus grande »,

Edgar Morin, Science avec conscience, 1982.

Éléments de bibliographie

Dominique Pestre, Science, argent et politique, éds. Quae, 2003.

– Edgar Morin, Science avec conscience, éd. Fayard, 1982.

Dominique Pestre, Les sciences entre démiurgie, états de fait et démocratie Aperçu historique, situation présente, principes normatifs -, exposé lors des journées doctorales du printemps 2009 de l’IFRIS, 2009. (Disponible en ligne)

–  Axel Kahn, Société et révolution biologiquePour une éthique de la responsabilité, Inra Editions, 1996.

Jean-Marc Lévy-Leblond, (re)mettre la science en culture : de la crise épistémologique à l’exigence éthique, Courrier de l’environnement de l’INRA n°56, décembre 2008

– Bernadette Bensaude-Vincent, La science contre l’opinion – Histoire d’un divorce, Les empêcheurs de penser en rond, 2003

– Étienne Klein, La science nous menace-t-elle ? éd. Le Pommier, 2003.


[1] Aristote, Saint-Augustin, Saint-Thomas, Kant, Hegel, Marx, Nietzsche, Comte et bien d’autres.

[2] Tels que définis dans la Déclaration Universelle des Droits de l’homme adoptée le 10 décembre 1948, par 58 états membres de l’Assemblée générale de l’ONU. En 1972, dans le cadre plus particulier de la protection de l’environnement par exemple, ces droits ont été entérinés par la déclaration de Stockholm  « L’homme a un droit fondamental à la liberté, à l’égalité et à des conditions de vie satisfaisantes, dans un environnement dont la qualité lui permette de vivre dans la dignité et le bien-être. Il a le devoir solennel de protéger et d’améliorer l’environnement pour les générations présentes et futures. »

[3] Pestre, D. Science, argent et politique, éds. Quae, 2003.

[4] Mack E. Pamela. The Technological Fix. 2005.

[5] Pestre, 2003, op. cit

[6] Pestre, 2003, op. cit.

[7] Pestre, 2003, op. cit.

[8] Pestre, 2003, op. cit.

[9] Travaux de Gibbons et Nowotny cité par Pestre, 2003 op.cit.

[10] La Bioéthique, Marie-Geneviève Pinsart, Coll. Idées Reçues, éd. Cavalier Bleu, 2009.

[11] Société et révolution biologique – Pour une éthique de la responsabilité, A. Kahn, Inra Editions, 1996.

[12] Renvoi vers encadré sur principe de précaution

[13] Organisation Mondiale de la Santé

[14] L’inquiétant principe de précaution, par Gérard Bronner, Etienne Géhin, PUF, 2010.

[15] La société du risque, par Ulrich Beck, Coll. Alto, éd. Aubier, 2001

[16] Ulrich Beck « La société du risque globalisé revue sous l’angle de la menace terroriste », Cahiers internationaux de sociologie 1/2003 (n° 114), p. 27-33.

[17] U. Beck, op.cit., repris dans Pestre , 2003, op.cit.