Activités de recherche

Docteure en sciences de l’information et de la communication – Thèse effectuée au sein de l’équipe C2So (« Communication, Culture et Société ») du Centre Norbert Elias.

Directrice de la Maison pour la science en Alsace, au service des professeurs, depuis novembre 2012.

Chercheuse associée au laboratoire LISEC-ATIP depuis février 2017 (Laboratoire Interuniversitaire des Sciences de l’Éducation et de la Communication LISEC – EA 2310 / Activité, Travail et Identité professionnelle)

Co-responsable du laboratoire Junior interdisciplinaire « Enquête sur l’homme vivant »de l’ENS de Lyon, de 2011 à 2012.

**

Aujourd’hui, mes axes et thématiques de recherche sont les suivants : 

  • Pratiques de communication dans les pratiques de recherche ;
  • Pédagogie par / au contact de la recherche ; Apprendre par la recherche ;
  • Discours sur la science (situations de communication ; médiation et vulgarisation scientifique) ;
  • Réflexivités ; Posture de chercheuse ; Oralité ; Expérimentations épistémologiues
  • Normes et valeurs dans les discours ; Identité ; Rapport au savoir ; Rapport identitaire et culturel aux sciences (Faury, 2012)
  • Interdisciplinarité ;
  • Responsabilité ;
  • Témoignage ; Prise de parole ; Situations d’entretien

**

Biologiste moléculaire et cellulaire de formation, formée « par la recherche » (ENS de Lyon), agrégée en sciences de la vie et de la terre, initiée aux problématiques liées à la communication scientifique par la recherche (Master Recherche Médiatique des sciences, ENS Cachan, avec le Palais de la Découverte) et la pratique (engagement bénévole dans des associations : Les Atomes Crochus, groupe TRACES).

Mon travail de thèse (2008-2012), effectué sous la direction de Joëlle Le Marec, à l’Ecole normale supérieure de Lyon porte sur le rapport identitaire et culturel des chercheurs aux sciences, et notamment sur les pratiques de communication dans les pratiques de recherche.

Dans le cadre du laboratoire Junior « Enquête sur l’homme vivant », je me suis intéressée particulièrement aux conditions de possibilité du dialogue interdisciplinaire et à la place de la réflexivité dans les démarches de recherches.

Dans le cadre de mon poste au sein du service Science & Société de l’Université de Lyon (2010-20121, en parallèle de la fin de ma thèse, les missions qui m’ont été confiées s’appuyaient essentiellement sur mon ancrage dans la recherche science-société, dans le cadre notamment du laboratoire « Communication, Culture et Société », au sein duquel j’ai effectué mon travail de doctorat (ENS de Lyon, Centre Norbert Elias, UMR 8562). Nous y menions des recherches dans le cadre des sciences de l’information et de la communication. La démarche, réflexive et critique, porte sur les relations entre science et société, les pratiques de communication dans les institutions produisant, organisant ou diffusant des connaissances (laboratoires, musées, bibliothèques, universités), les relations homme-nature et les usages des technologies de l’information et de la communication.

Depuis 5 ans (novembre 2012), je dirige la Maison pour la science en Alsace, au service des professeurs (http://maisons-pour-la-science.org/alsace), en cohérence avec mon attachement aux problématiques de circulation des savoirs, de médiation des sciences et de formations réflexives des acteurs de terrain. En tant que Directrice, j’ai adossé autant que possible mon action à la recherche et me suis efforcée de développer avec mes collègues des dynamiques de recherche-action, notamment à partir de l’approches des situations de communication et de l’approche STS (Science and Technological Studies). Nous avons ainsi collectivement interrogé plus particulièrement la notion de sciences vivantes (au sens des sciences actuelles en-train-de-se-faire), d’interdisciplinarité, de co-construction, et d’effets de la réflexivité par l’autre (Henry, Durrive et Faury, 2012) sur la pratique.

Depuis février 2017, je suis chercheuse associée de l’équipe ATIP (Activité, travail, et identité professionnelle), du LISEC (Laboratoire Interuniversitaire des Sciences de l’Education et de la Communication – EA 2310 – http://www.lisec-recherche.eu/membre/faury-melodie).

Depuis septembre 2017, je suis Professeure agrégée des universités (PRAG) avec une décharge de 2/3 des enseignements statutaires pour exercer mes fonctions de Direction. J’appuie tous mes enseignements en épistémologie, science-société ou sur les sciences ouvertes sur une approche en sciences de l’information et de la communication (Le Marec, 2003).

**

Thèse de doctorat

  1. « Parcours de chercheurs – De la pratique de recherche à un discours sur la science : quel rapport identitaire et culturel aux sciences ? »2 Thèse préparée sous la direction de Madame le professeur Joëlle LE MAREC en Sciences de l’information et de la communication.

Composition du jury : Baudouin JURDANT (rapporteur), Professeur émérite des Universités, Université Denis Diderot, Paris 7 – 71ème section ; Mme Joëlle LE MAREC (directrice) Professeure des Universités, Université Denis Diderot, Paris 7– 71ème section  ; Pierre MOLINIER (rapporteur – président du jury) Professeur des Universités, Université Toulouse 2 – 64ème section ; Ioan NEGRUTIU Professeur des Universités, ENS de Lyon – 71ème section ; Mme Marie-Anne PAVEAU Professeure des Universités, Université Paris 13 – 7ème section.

Résumé de la thèse

Que signifie être scientifique ? Comment et quand le devient-on ? Dans quelle mesure peut-on parler d’un rapport identitaire et culturel aux sciences ? Comment l’épreuve de la pratique intervient-elle dans la construction ou dans la crise de ce rapport aux sciences ? Le rapport identitaire et culturel aux sciences tel que nous le définissons par ce travail s’exprime au moins à trois niveaux articulés. D’un premier point de vue, la construction d’un rapport identitaire et culturel aux sciences par l’expérience vécue se laisse appréhender par le recensement des pratiques de communication quotidiennement éprouvées, qui forgent un espace mental de la recherche, où s’associent représentation de la science et représentation de soi. A un deuxième niveau, l’espace de l’entretien rend possible la construction d’un discours à distance de cette expérience, où l’enquêté se positionne vis à vis de ce qu’il rapporte. Il mobilise notamment des normes et valeurs dans le discours qu’il tisse sur son parcours, sa pratique de recherche et sur lui-même. Celles-ci, en tant que ressources discursives, participent à l’expression et à l’actualisation, au moment-même de la situation d’entretien, d’un rapport identitaire et culturel aux sciences. Enfin, nous distinguons un troisième niveau de construction de ce rapport identitaire et culturel aux sciences, dans la situation de communication que constitue l’entretien. L’enquêté élabore un discours situé et contextualisé où parcours, pratique et (re)présentation de soi se mêlent et s’éprouvent dans un ajustement permanent entre l’enquêté et l’enquêteur. La réflexivité, tout à la fois objet d’étude, concept, ensemble de pratiques et d’actions, mais aussi en tant que critère de scientificité, est au centre de ce travail et au cœur de la démarche de chercheur que je cherche à mettre en œuvre.

Projets et travaux collectifs

Les projets de recherche développés jusqu’en novembre 2012, date de ma prise de fonction à la Maison pour la science en Alsace, sont tous ancrés dans les Sciences de l’information et de la communication avec des objets d’études de sciences, en adéquation avec les axes directeurs du laboratoire « Communication, Culture, Science et Société » auquel j’appartenais alors au sein de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, sous la direction de Joëlle Le Marec.

  • Travail sur les pratiques de recherche des chercheurs (Le Marec, Babou et Faury, 2010) et en particulier des doctorants en biologie expérimentale (Faury, 2012 – thèse de doctorat) ;
  • Travail sur les situations d’entretien et la réflexivité du chercheur (Le Marec et Faury, 2012 – actes de colloque avec comité scientifique) ;
  • Travail sur les trajectoires et les témoignages (Cordonnier, 2015 – ouvrage collectif, et Faury, 2012 – thèse de doctorat) ;
  • Travail sur l’interdisciplinarité dans le cadre du laboratoire Junior « Enquête sur l’Homme vivant » (Henry, Durrive et Faury, 2012 – actes de colloque avec comité scientifique ;  Carnet de recherche – ehvi.hypohteses.org) ;
  • Travail sur la démarche réflexive dans les pratiques de recherche (Carnets de recherche : infusoir.hypohteses.org et reflexivites.hypotheses.org)

Laboratoire Junior « Enquête sur l’Homme vivant »

Thématiques de recherche : Activités de recherche et activités du vivant ; Mouvement et corps vivant ; Conscience et corps vécu ; Normes et valeurs du vivant.

Mon entrée dans le laboratoire Junior est motivée par des questions d’épistémologie des sciences de l’information et de la communication, et d’épistémologie de la biologie.

« Le point de départ du Laboratoire Junior est double : d’une part qu’il n’est pas pos­si­ble de cons­truire un dis­cours phi­lo­so­phi­que et anthro­po­lo­gi­que sur l’homme vivant sans connais­san­ces posi­ti­ves issues de la bio­lo­gie ; d’autre part qu’il n’est pas pos­si­ble pour la bio­lo­gie seule de penser l’homme sans les apports théo­ri­ques et empi­ri­ques, les pro­blè­mes et les maniè­res de les poser qu’ont élaborés les scien­ces humai­nes et la phi­lo­so­phie. Nous avons donc cher­ché à faire conver­ger dans cette recher­che phi­lo­so­phie, bio­lo­gie, méde­cine, éthologie, pra­ti­ques artis­ti­ques et scien­ces humai­nes.

Cette plu­ra­lité est non seu­le­ment reven­di­quée dans les dis­ci­pli­nes que nous aime­rions explo­rer lors de nos réflexions avec des cher­cheurs invi­tés, mais elle est déjà pré­sente au sein même de l’équipe de recher­che du Laboratoire Junior, dont les mem­bres sont issus de phi­lo­so­phie, de bio­lo­gie, d’his­toire, de géo­gra­phie, de scien­ces poli­ti­ques, de socio­lo­gie, d’études théâ­tra­les et de musi­co­lo­gie.

Une certaine conception de l’interdisciplinarité – Dès lors, il nous a semblé que nos méthodes de travail devaient prendre au sérieux l’hypothèse d’interdisciplinarité, et inventer des modes de réflexion adaptés aux problèmes posés ; nous revendiquons l’idée qu’une méthode doit être pensée et ajustée en fonction de l’objet auquel elle s’applique et que l’interdisciplinarité doit consister à faire dialoguer entre elles diverses disciplines, et non faire se dissoudre dans un socle commun a minima leurs compétences respectives. »

Cette dernière partie de notre approche a guidé mon appréhension du projet de Maison pour la science en Alsace et de sa mise en œuvre. 

Dans le cadre du laboratoire Junior, j’ai co-organisé avec Julie Henry (organisatrice principale) et Barthélemy Durrive la troisième journée du colloque international “Chance at the heart of the cell”, intitulée Hasard et ordres dans le vivant – Déterminisme, devenir, individu (novembre 2011).

Le projet AFSSET « Gestions biologique et sociale de la dispersion des résistances aux antibiotiques »

J’ai participé de 2008 à février 2010 au programme de recherche « Gestions biologique et sociale de la dispersion des résistances aux antibiotiques » initié par l’AFSSET (Agence Française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail). Ce programme interdisciplinaire, dirigé par Dominique Schneider (Laboratoire Adaptation et Pathogénie des Microorganismes – CNRS UMR5163 – Université Joseph Fourier) a été réalisé en collaboration avec quatre laboratoires de recherche : Equipe 1 : Dominique Schneider, Laboratoire Adaptation et Pathogénie des Microorganismes, CNRS UMR5163, Université Joseph Fourier, Grenoble ; Equipe 2 : Pascal Simonet, Laboratoire Ampère, Ecole Centrale de Lyon, Lyon ; Equipe 3 : Gérard Klein, Laboratoire Biochimie et Biologie des Systèmes Intégrés, CEA, Grenoble ; Equipe 4 : Joëlle Le Marec et Igor Babou, Equipe Communication, Culture et Société, ENS Lyon.

J’ai participé à l’enquête sur les pratiques de communications dans les pratiques de recherche, en menant des entretiens auprès des chercheurs des 3 équipes en biologie, à partir du commentaires du relevé de leurs pratiques de communication, selon une méthode ethnométhodologique en sciences de l’information et de la communication, basée sur les agendas, développées par Joëlle Le Marec.

Rapport en ligne : http://c2so.free.fr/Afsset/Rapport_Afsset_C2So.pdf

Alors en cours de thèse, ce projet me permet d’affiner mon parcours de recherche en contribuant à me situer au confluent des sciences de l’information et de la communication et des science studies. 

 Trajectoire et témoignage – Pour une réflexion pluridisciplinaire

Outre le projet AFSSET, je dispose d’une expérience en matière de travaux collectifs car j’ai été amenée, en 2011-2015, à participer au projet « Trajectoire et Témoignage – Pour une réflexion pluridisciplinaire ». J’ai ainsi participé à la coordination de trois journées d’études avec Sarah Cordonnier, Joëlle Le Marec et Bernard Bensoussan : Cycle Trajectoire & Témoignage, Centre Norbert Elias, ENS de Lyon, 28 juin 2011, 16 novembre 2011, 24 janvier 2012). Nous avons constitué un groupe de travail restreint :

« nous avons chaque mois discuté sur pièce des entretiens menés par les uns et les autres, ce qui nous a permis de porter une attention accrue à ce qui s’était passé dans telle situation, mais aussi d’expliciter des positions non réflexhies car « naturellement » ancrées dans nos disciplines respectives ou dans nos pratiques d’enquête. Le coupe composé par les termes trajectoire et témoignage a été exploré, travaillé, trituré, dans un échangge prolongé où se nouaient l’examen du cas, le partage de références théoriques et la confrontation des arguments. » (Coordonnier, 2015).

J’ai publié un chapitre dans l’ouvrage collectif issu de ce cycle (Faury, 2015).

Cette implication témoigne une nouvelle fois de mon attachement aux situations de communication et à la réflexivité dans l’enquête, dans une approche épistémologique des sciences de l’information et de la communication.

Publications et communications

Publications

Actes de colloques à comité de lecture

 Chapitre d’ouvrage collectif  

Chapitres d’ouvrages collectifs à paraître 

  • Mélodie Faury. « Pratiques de communication dans la pratique de recherche des doctorants en biologie. » L’activité du chercheur – Ouvrage à paraître en 2018 , issu des journées Thémat’IC (http://calenda.org/324751)

« Dans cet article, je m’intéresse à une période particulière d’un parcours de chercheur : la thèse, moment d’engagement (ou de choix de non-engagement) dans une carrière de recherche scientifique. Les entretiens, analysés selon trois perspectives qualitatives développées dans mon travail de thèse, sont effectués auprès de dix doctorants en biologie expérimentale ayant tous suivis la même formation universitaire à la recherche. Lors d’un entretien, je leur propose de rendre compte de leur pratique, tout en la mettant à distance en la commentant à partir du relevé de leurs pratiques de communication quotidiennes, selon la méthode développées par Joëlle Le Marec (Le Marec, Babou et Faury, 2010). Lors de l’entretien, les doctorants rencontrés commentent et précisent un relevé, effectué durant la semaine précédente, de toutes les situations de communications dans lesquels ils se sont trouvés engagés.(…) » 

Actes numériques de colloque

Rapport de recherche

  • Le Marec, J., Babou, I. et Faury, M., Analyse du discours de la presse quotidienne à propos des résistances aux antibiotiques en contexte génétique et Pratiques de communications dans les pratiques de recherche, In : Schneider, D. (Dir.), Rapport pour le programme Afsset « Gestion biologique et sociale de la dispersion des résistances aux antibiotiques », Grenoble : Université Joseph Fourier, 2010. Présentation du rapportRapport en ligne

Carnets de recherches

Individuel :

> L’Infusoir –  infusoir.hypotheses.org- ISSN : 2109-9596 

Ouvert en février 2010 – A propos : « Un point de départ : questionner ma discipline d’origine, la biologie moléculaire et cellulaire. Qui m’emmènera bien plus loin, aux croisements de l’histoire, de l’épistémologie, de la philosophie et de la sociologie des sciences… avec toujours au centre la question des relations entre sciences et société, par une approche en sciences de l’information et de la communication. Pour une approche réflexive de la science, où communication scientifique, notamment via la vulgarisation, et culture scientifique auront certainement un place de choix. » – 159 articles – 208 commentaires – 1 utilisatrice

Collectifs (en tant que coordinatrice du carnet collectif) :

> Les Espaces réflexifs – reflexivites.hypotheses.org – ISSN : 2262-5151

Ouvert en janvier 2012 – A propos : « Ce carnet expérimente une écriture collective sur le thème de la réflexivité, dans nos pratiques de recherche et d’enseignement. Ce carnet accueille des billets individuels ou collectifs, écrits spécifiquement ou parus précédemment sur nos blogs respectifs ou, mais aussi des billets invités et présentations d’extraits de « grands textes » de la réflexivité, français et étrangers. Fonctionnement de l’équipe de rédaction : Tour à tour, les participants au carnet « Espaces réflexifs » pourront prendre en charge la « direction » de la publication, pendant un mois. Chacun donnera alors sa « couleur » au carnet et l’investira comme il le souhaite. Les autres participants feront alors vivre le carnet par les discussions qui auront lieu en commentaires. » – 414 articles – 750 commentaires – 66 utilisateurs

> Enquête sur l’homme vivant – ehvi.hypotheses.org – ISSN : 2262-6875

Ouvert en décembre 2010 – A propos : « Nous souhaitons ouvrir un carnet de bord d’une recherche collective en cours, qui s’effectue depuis décembre 2009, dans le cadre du laboratoire Junior interdisciplinaire « Enquête sur l’homme vivant » de l’ENS de Lyon. » http://ehvi.ens-lyon.fr/34 articles – 26 commentaires – 19 utilisateurs

> Penser (dans) l’action – dynamiques.hypotheses.org – ISSN : 2495-8611 

Ouvert en décembre 2010 – A propos : « Penser l’action en restant dans l’action – Dans le cadre d’un projet en cours de mise en place d’une structure de formation des enseignants, la Maison pour la science en Alsace, au service des professeurs je souhaite tester l’hypothèse qu’il est possible de penser l’action au fur et à mesure que celle-ci se déploie et pour se donner la possibilité de l’infléchir en cours de dynamique. Cette expérience de réflexivité à l’œuvre sur le terrain est initiée par les objections régulières rencontrées dans le cadre de l’action : on ne pourrait pas « bien » agir et penser l’action. Il faudrait choisir. Je fais le choix de ne pas choisir.» – 72 articles – 25 commentaires – 14 utilisateurs

Communications

Journées d’étude – Colloques – Séminaires sans comité scientifique

  • 2011 – Coordonnier, S., Bensoussan, B., Faury, M. et Le Marec, M. (2011, novembre). Heuristique de l’interrogation collective du témoignage et de ses modalités d’analyse.Journée d’Etude « Trajectoire et témoignages », ENS Lyon, 16 novembre 2011.
  • 2011 – Faury, M. (2011, juin). Témoignage de doctorant : soi, l’autre et le même.Journée d’Etude « Trajectoire et témoignages », ENS Lyon, 28 juin 2011.
  • 2011 – Le Marec, J., Faury, M. (2011, mars). Figures et paroles de chercheurs : enquêtes sur le rapport à la recherche au quotidien dans le cadre du programme pluridisciplinaire « Gestion biologique et sociale de la résistance aux antibiotiques » – extension de l’enquête sur le rapport à la recherche auprès de jeunes chercheurs. Journée du 11 mars 2011 sur les pratiques de communication dans les pratiques de recherche – INRP, ENS de Lyon.
  • 2010 – Faury, M. (2010, septembre). L’expérience de la pratique de recherche des doctorants en biologie expérimentale : la construction d’une identité entre idéal de la science, valeurs individuelles et normes du collectif.Communication présentée au Forum « Dr. Jekyll ou Mr. Hyde – La figure du scientifique et sa construction entre « self-fashioning » et perception du public », Lausanne, Suisse. Programme du workshop

Journées doctorales

  • 2010 – Faury, M. (2010, juin). D’une connaissance profane à une connaissance scientifique d’un terrain familier : le nécessaire détour par la réflexivité. Communication présentée aux Doctorales Jec’SIC 2010, Lyon. Programme des Doctorales 2010.
  • 2010 – Faury, M. (2010, juin). Le discours sur la pratique de recherche et sur la science chez les doctorants en biologie expérimentale.Communication présentée aux Doctoriales, Genève, Suisse.
  • 2009 – Faury, M. (2009, juin). Les enjeux de la médiation scientifique : les questions ouvertes par une démarche réflexive des médiateurs sur leur pratique.Communication présentée au Colloque Jec’Sic 2009, Lyon, France.

Interventions grand public

  • 2011 – La responsabilité sociale des scientifiques, avril 2011, dans le cadre de l’Association Cluny Chemins d’Europe

Évènements professionnels

  1. Mes fonctions au service Science & Société comportent une mission générale : structuration de la réflexion sur les différentes médiations « science et société » et mise en relation des professionnels de l’enseignements supérieur, de la recherche et de la médiation science et société ; et des missions spécifiques : 1/ suivi organisationnel et co-animation de la commission Science-société de l’Université de Lyon ; 2/participation à la conception d’outils de médiation numériques du service sur les relations science et société, suivi et animation (travail éditorial, veille et mise en relation) ; 3/ participation à l’élaboration des programmes de formation et co-animation des volets science et société ; 4/veille documentaire et bibliographique et évènementielle ; 5/ organisation et animation de journées d’études et de rencontres autours des thématiques de science et société ; 6/ participation à l’animation des opérations et des évènements du service. []
  2. Mélodie Faury. Parcours de chercheurs. De la pratique de recherche à un discours sur la science : quel rapport identitaire et culturel aux sciences ?. Sciences de l’information et de la communication. Ecole normale supérieure de lyon – ENS LYON, 2012. Français. 〈NNT : 2012ENSL0738〉. 〈tel-00744210〉 []