Archives de catégorie : Billets thématiques

Faire l’expérience des conférences augmentées : un jeu de rôle lors d’un live-tweet ? | Rencontres Jeunes CNRS – samedi 27 octobre

Les 26, 27 et 28 octobre auront lieu les rencontres CNRS Jeunes « Sciences et Citoyens » réunissant 450 jeunes européens de 18 à 25 ans, à Poitiers.

J’ai été invitée pour expérimenter le samedi un live-tweet (ou LT – voir plus bas si ce terme vous intrigue) avec les participants, et notamment les chercheurs, présents lors de ces rencontres. Nous « live-tweeterons » en particulier l’atelier de Béatrice Korc, intitulé « l’homme augmenté : demain les post-humains ? ».

Le dimanche matin, à la fin des rencontres, j’interviendrai afin de revenir sur l’expérience et pour discuter avec les jeunes des potentialités et des questions que soulèvent la pratique du live-tweet lors de conférences comme celles auxquelles ils ont assisté.

Après avoir parcouru en quelques lignes les intérêts possibles de l’utilisation de Twitter dans un contexte de rencontres scientifiques, je propose dans ce billet, à celles et ceux qui le souhaitent, de participer à une expérience collective le samedi 27 octobre, matin (horaire précisés rapidement) sous la forme d’un « live-tweet – jeu de rôle » (si vous connaissez déjà tout du live-tweet, vous pouvez allez à la présentation de l’expérience directement).

Et si vous êtes intéressés par l’expérience du « live-tweet – jeu de rôle », n’hésitez pas à le dire en commentaire ou en me contactant sur Twitter (@Infusoir)

L’enjeu : faire appréhender aux jeunes présents à Poitiers ce week-end, par une démonstration « jouée » de live-tweet, que la posture que l’on choisit d’adopter lors d’un LT sur Twitter peut être multiple et que c’est justement la multiplicité des postures réunies lors d’un évènement qui peut augmenter de manière très riche une conférence, comme celles auxquelles ils auront assisté les jours précédents.

Qu’est-ce qu’un live-tweet ?

Ce qui se passe sur place

Dans cette courte description du live-tweet sur le site NetPublic, intitulée « Live-tweet, mode d’emploi », on souligne les formes particulières d’utilisations et trois principales fonctions :

  • Formes d’utilisations possibles du live-tweet :

–  « être diffusé sur écran durant l’événement » (ponctuellement ou en continu) ;

–  ou à l’inverse n’être consulté que par les participants ayant accès à internet, sur ordinateur ou smartphone, qu’ils aient un compte Twitter ou non ;

– on peut également envisager l’intégration ou la non-articulation du contenu des tweets à l’évènement (par exemple la conférence ou le cours lui-même), selon que celui-ci est pensé par les organisateurs de manière plus ou moins collaborative ou interactive, en temps réel.

  • Trois fonctions notées par ce site :

– « relayer les propos tenus par des intervenants et participants (conférences, débats, salons, barcamps, émissions de télévision, dispositifs participatifs, formations ou modes d’apprentissage…) en les partageant sur Twitter (via ordinateurs traditionnels et outils mobiles) » ;

–  « échanger avec des participants à distance » – dans les faits, le live-tweet permet souvent aussi de créer du lien entre les personnes présentes physiquement à l’évènement ;

–  « capitaliser les questions, avis, compléments d’information et de les agréger a posteriori dans un fichier-document récapitulatif »

Et dans la mesure où l’idée est de donner à de nouveaux utilisateurs des idées et des envies quant aux potentialités du live-tweet, c’est là qu’il serait intéressant d’expliciter un peu à mon sens :

  • sur quoi peuvent porter les questions, les avis, les compléments d’informations ?
  • quelles formes peuvent prendre en particulier les compléments d’information ? Tweet de 140 caractère, tweet augmenté d’un lien ? Et de quel type de lien, c’est-à-dire pointant vers quels types de contenus ?
  • quelles sont les postures possibles des participants au live-tweet vis-à-vis du conférencier et de son propos ?

Rapport au sujet : curieux, sceptiques, critiques, enthousiastes inconditionnels, etc.

Statut vis-à-vis du conférencier : public cible, collègues spécialistes, professionnels du sujet dans un autre domaine (autre discipline, autre métier), »troll« , etc.

Rapport au discours du conférencier :

relais mot pour mot / compte-rendu en construction, 140 caractères par 140 caractères (« la scripto-diffusion« ) ; sélection/synthèse du propos ; positionnement et commentaires (« back-channeling« ) ; questions adressées au conférencier, réactions personnelles aux propos (humour, témoignage, engagement, etc.) ; apports de compléments en lien avec l’intervention ou « documentation additionnelle » (sites internet cités, annonces d’autres évènements, lien vers des articles, des supports en ligne, etc) ; mise en relation avec des contenus ou des personnes concernées par le propos tenus, etc.

Types de tweet : tweets écrits, tweets écrits augmentés, tweets illustrés, tweets photographiques, tweets sonores, série de tweets éditorialisés (intégrés à des Storify par exemple), etc.

Quelques exemples

Editorialisation des tweets d’un évènement

Tweet humoristique et illustré d’une étudiante, lors d’un cours sur le fonctionnement de la recherche en France

 Tweets d’étudiants pendant un cours : question à soi-même et/ou question à l’enseignant

Les tweets construction d’un compte-rendu en temps réel, les tweets augmentés qui partagent des liens, les tweets qui créent des liens entre les participants

Les tweets qui prennent le contre-pied, qui amènent des précisions, qui commentent, qui critiquent, qui sont drôles,

les tweets illustrés, les photos-tweets,

ceux qui parlent de celui qui écrit : « je m’ennuie », « j’ai faim »

les tweets-questions, qui seront relayées, qui témoignent du réflexion initiée par les participants à la conférence / au cours, auxquels l’intervenant.e réagira en direct ou qu’il/elle lira après la conférences

Dans cette liste à la Prévert, on perçoit déjà une diversité, loin d’être parcourue de manière exhaustive, des tweets pouvant être partagés par les participants à un évènement (ou un cours), chacun d’entre eux n’étant bien sûr pas nécessairement « spécialisés » dans une façon particulière de tweeter (même si dans les faits, certains montrent une prédilection pour une forme de live-tweet plutôt qu’une autre). Ce rapide tour d’horizon n’évoque d’ailleurs pas tout les tweets : il y a aussi les tweets entre les participants, certains n’étant d’ailleurs pas nécessairement associés du #hashtag, qui créent du lien et qui participent souvent à la convivialité de l’évènement, en facilitant la prise de contact qui se poursuit de IRL (In Real Life) pendant les pauses, les moments off de l’évènement, ou par la suite.

Suivre un évènement à distance

Le live-tweet d’un événement se caractérise par un #hashtag que M.-A. Paveau qualifie de « balise d’indentification » dans le cadre d’un LT, et qui permet aux participants de retrouver sur une seule et même page l’ensemble des tweets liés à l’événement.

Le hashtag de samedi 27 octobre est en cours de définition ! Il sera très prochainement défini et communiqué aux participants intéressés.

Ce qui est souvent apprécié par les participants à distance, via le #hashtag, c’est d’avoir accès, grâce au live-tweet, non seulement au contenu de l’évènement (relai) mais aussi à la vision particulière de celui qui tweete sur cet évènement et sur ce qui y est dit (quand un compte Twitter que l’on suit par intérêt assiste à un évènement et qu’il partage son expérience de cette manière).

M. Sabourdy, dans son « Petit guide pour live-tweeter un évènement » : « Les personnes qui n’ont pas le temps ou les moyens d’y assister comptent souvent sur les twittos présents pour relayer ce qui s’y passe et apporter leur point de vue. »

Le positionnement du participant qui tweete, lorsqu’il est familier du sujet, spécialiste ou tout simplement critique (constructif), vient alors enrichir considérablement le contenu relayé.

Le live-tweet sous forme de jeu de rôle : quels tweets pour quelles postures ?

A partir de cette diversité que nous venons de parcourir, je propose donc ici des idées de rôles pouvant être joués samedi matin, que vous soyez présents pour le live-tweet, sur place ou à distance. Si vous avez envie de participer et/ou si vous avez d’autres idées, n’hésitez pas à les proposer !

Rappel du thème de l’atelier : « l’homme augmenté : demain les post-humains ? ».

  • Le relai fidèleSur place – Il ou elle tweete exactement les propos du conférencier, en temps réel
  • L’esprit critique constructifSur place ou à distance -Il donne de la matière à penser sur le sujet, par ses questions, en soulignant des aspects problématiques, etc.
  • Le questionneur intempestifSur place ou à distance – Il pose des questions sans arrêt, à lui-même ou au conférencier, en lien avec le contenu de la conférence ou avec la manière dont elle se déroule
  • Le pointilleuxSur place ou à distance – Il demande des précisions : au conférencier et à ceux qui s’occupent du live-tweet
  • Le collègue qui s’y connaîtSur place – Il ou elle apporte des complèments d’informations sur le sujet abordé (possibilité de préparer quelques ressources en avance sur le sujet, liste de liens à tweeter lors de l’atelier)
  • L’augmenteur Sur place ou à distance – Il ou elle ne partage que des tweets augmentés de liens (articles, annonces, vidéos en ligne, etc.)
  • Le contrepointSur place ou à distance – D’un autre métier ou d’une autre discipline, il ou elle propose un contre-point sur le sujet abordé, complémentaire de celui du conférencier
  • Le féru de contexteSur place – Il ou elle donne à voir ce qui se passe, les salles, les intervenants, les participants ; ils aident ceux qui suivent le LT à se représenter visuellement l’évènement
  • Le dessinateur en temps réelSur place ou à distance – en lien avec ce que dit le conférencier ou ce que lui inspire le thème abordé
  • A vos propositions !

Bibliographie

Bon, François (26 mai 2012) “Twitter et comment s’en servir”. Tiers-Livre [Blog]. Consulté le 28 mai 2012. http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article2931

Chibois, Jonathan (18 novembre 2011) “Conférences 2.0 : ubiquité et réalité augmentée”. LASPIC [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://laspic.hypotheses.org/208

Faury, Mélodie (1 juin 2012) ““La vie réelle d’une doctorante 2.0”, M. Faury pour l’Infusoir, Vases communicants de juin 2012”. Ressources pour la thèse et au-delà [carnet de recherche]. Consulté le … http://enthese.hypotheses.org/453

Hugoline, 2012, “Les hashtags”, Blog La souris de bibliothèquehttp://lasourisdebibliotheque.hautetfort.com/about.html, consulté le 17.01.2012.

Paveau, Marie-Anne (27 février 2012) “Activités langagières et technologie discursive. L’exemple de Twitter” La pensée du discours [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://penseedudiscours.hypotheses.org/8338

Pallier, Frédérique (7 juillet 2012) « #Xroads2012 + quelques remarques sur l’organisation des LT » Sociographie.net [blog] Consulté le 22 octobre 2012. http://blog.sociographie.net/post/2012/07/07/Xroads2012-%3A-LiveTweet-du-Crossraods-in-Cultural-Studies-Paris-2012

Live-tweeting at academic conferences: 10 rules of thumb, The Guardian

Sitographie sur Twitter dans la recherche : Twitter for academic research

Le carnet de recherche comme pratiques de recherches : « comment écrire pour un carnet de recherche ? » – THATCamp 2012

Les 25 et 26 septembre s’est déroulé le That Camp 2012, organisé par le Cléo et dont le programme était très riche (disponible en ligne / présentation du That Camp par Pierre Mounier).

A cette occasion, Pierre Mounier proposait un atelier intitulé « Comment écrire pour un carnet de recherche ? » auquel j’ai participé, et qui a donné lieu à l’écriture à plusieurs mains, notamment à partir du piratpad en ligne (prise de note collaborative) et de l’important travail d’édition qui a suivi (« Booksprint »), d’un article qui figure dans l’ouvrage publié le 30 septembre par la MSH (Maison des sciences de l’homme), dans l’une de ses collections électroniques :

THATCamp Paris 2012

Non-actes de la non-conférence des humanités numériques
Avec la collaboration de Collectif et Paul Bertrand
Le sommaire des « non-actes » est disponible ici

Résumé

« Un atelier proposé à cause du constat concernant le développement de nouvelles pratiques d’écriture sur la plateforme Hypothèses. Des carnetiers qui réfléchissent actuellement à la manière de produire des livres à partir de notes de blog. Cet atelier est conçu pour permettre une discussion sur ces questions. Écrire pour un carnet de recherche est très différent de ce qui est attendu pour une revue à comité de lecture. Quelles sont les particularités de ce mode d’écriture ? Comment concilier précision et brièveté de la forme ? Le style oral et conversationnel est-il compatible avec la rigueur propre au raisonnement scientifique ? L’idée est que l’atelier soit basé sur un échange d’expérience et une analyse en commun de quelques billets significatifs. »

Billets sur les carnets de recherche

1. Le “carnet” de recherche

2. Le carnet de thèse, co-écrit avec Frédérique Giraud

3. Le carnet de recherche comme pratique de chercheu.se.s

4. Le carnet de recherche comme pratiques de recherche, à partir d’un atelier proposé par Pierre Mounier lors du THATCamp2012

Le système actuel de la recherche publique en France – Partie 1

A partir de l’ouvrage collectif « Management de la recherche – Enjeux et perspectives » – (2007) sous la direction de Rémi Barré, Bastiaan de Laat et Jacques Theys, Editions De Boeck

Cet ouvrage est issu du séminaire « Management stratégique de la recherche » dont les comptes-rendus de séances sont en ligne (pdf).

Les compléments et remarques (ressources, liens) sur cet état des lieux sont les bienvenus en commentaires

Contexte de l’écriture du billet : préparation d’un cours de niveau Licence

Dans l’ouvrage intitulé « La management de la recherche – Enjeux et perspectives », dirigés par Rémi Barré, Bastiaan de Laat et Jacques Theys, les auteurs abordent en introduction la question des « écologies complexes des institutions de recherche », et de l’accroissement de leur complexité au cours des cinquante dernières années, en particulier pendant la dernière décennie, « à mesure que la place occupée par la science et l’innovation dans nos sociétés devenait centrale ».

Leur objectif est de cerner les tensions actuelles dans lesquelles se trouvent pris la recherche et ses « écosystèmes » (opposé à l’idée de « blocs homogènes ») et de comprendre la diversité de pratiques, d’organisations, de valeurs, qui en résulte au regard de cette « série de tensions ou de conflits entre lesquels il s’agit de trouver des bons compromis ».

 

 « Tension entre la créativité et la résolution de problèmes, entre la fermeture et l’ouverture sur la société ou entre l’autonomie et l’hétéronomie. Tensions aussi entre le marché et la gratuité, la spécialisation et la visibilité extérieur, le territorial et le global, ou encore le long terme et le court terme. » p. 13

Pour le sujet qui intéressent plus particulièrement les auteurs de cet ouvrage, « le management de la recherche – depuis la définition des stratégies jusqu’à l’évaluation des résultats », Jacques Theys insiste plus particulièrement dès l’introduction sur l’une de ces tensions :

« Parmi les tensions majeures qui traversent les institutions de recherche, il faut sans doute mettre en bonne place celle qui oppose encore aujourd’hui les valeurs et les principes gouvernant l’activité scientifique ou « l’éthique des chercheurs » et celles implicites dans la notion de « management ». p. 13  

Comment se structure le système de recherche actuel en France ?

Les trois grandes fonctions identifiées par les auteurs de l’ouvrage correspondent à trois niveaux, eux-mêmes caractérisés par des logiques, des missions et des modes de gouvernances spécifiques. A chaque niveau correspondent des institutions, caractérisées par des stratégies, des responsabilités, des instruments et des dispositifs de contrôle associés à chacune des fonctions.

 1/ Niveau gouvernemental – « une fonction politique de répartition des ressources pour de grands objectifs » (niveau 1) ;

 2/ Niveau des agences de financement  « une fonction d’intermédiation qui consiste à traduire ces objectifs macro en programmes de recherche et d’allocation de ressources pour le niveau opérationnel (opérateurs de recherche) » (niveau 2) ;

3/ Niveau opérationnel – « une fonction de réalisation de la recherche ou niveau opérationnel » (niveau 3), par « les opérateurs de recherche, universités et instituts de recherche, dont les équipes de recherche bénéficient de financements budgétaires récurrents, de financements sur projet des agences et de financements alternatifs (régions, entreprises, Europe, etc.) » (p. 26).

J’ajoute d’emblée un quatrième niveau, parce que je porte un intérêt particulier à cette question dans le cadre de mes recherches : celui des individus, organisés en collectifs, notamment en équipes de recherche, et de la pratique quotidienne vécue de la recherche publique (temporalité). Il pourrait également être qualifié de « niveau opérationnel » mais présentent des spécificités par rapport au niveau 3, que je ne détaillerai pas ici.

L’ensemble de ces niveaux, y compris un potentiel quatrième que l’on pourrait associer, sont en interrelation étroite. Ils présentent chacun leurs spécificités (« logique », « mission », « mode de gouvernance ») et correspondent à la mise en place d’une diversité d’institutions et des structures prenant en charge les fonctions listées (« stratégies », « responsabilités », « instruments et dispositifs de contrôle associés »).

L’ouvrage qui sert de base à l’écriture du présent billet s’intéressent plus particulièrement aux opérateurs de la recherche, à l’évolution de leur environnement, c’est-à-dire du système de recherche multi-niveau précédemment et brièvement décrit, pour « en tirer un certain nombre d’implications en termes d’enjeux et de pistes d’action pour le management de la recherche publique » (« perspectives », « questions ouvertes » et « interrogations », p.27).

Je m’arrête donc dans le cadre de la petite série que j’initie sur ce qui constitue la contextualisation du livre, c’est-à-dire la synthèse qu’il propose des évolutions de la recherche publique en France depuis 1990 et jusqu’en 2006 (l’ouvrage a été publié en 2007) et non le cœur de son propos.

Les évolutions de la recherche en France depuis 1990

 « La recherche fait aujourd’hui l’objet, dans les pays européens, de réformes importantes dont un objectif majeur est de redéfinir les relations entre la recherche publique et le monde économique. » Duval & Heilbron, 20061

Depuis 1990 les évolutions de la recherche publique française sont multiples. Parmi celles-ci2, on peut noter en particulier :

1/ L’accélération continue du rythme d’accumulation des connaissances et des innovations

Cette accélération va de paire avec une augmentation exponentielle du nombre de chercheurs, et donc de publications dans les revues scientifiques. Ce qui faisait remarquer à Derek de Solla Price3, chercheur ayant développé la bibliométrie ou scientométrie, que l’accroissement est tel que « 80% des scientifiques ayant existé vivent toujours »4.

2/ Bouleversement des modes de production de la recherche

Ces bouleversements sont identifiés par les auteurs comme issus des changements :

–         d’échelle ;

–         de mode d’organisation du travail scientifique ;

–         de structuration et de spécialisation des disciplines ;

–         de circulation de l’information (impact d’internet…) »

Les modes de production des savoirs se transforment en particulier du fait de l’implication d’acteurs hétérogènes, et non pas exclusivement de scientifiques, dans les processus de recherche : orientation de la recherche, financement, mais aussi production des connaissances.

Voir l’exemple des recherches participatives.

 « Là où seuls les scientifiques de métier opéraient auparavant, on trouve aujourd’hui des collectifs hétérogènes directement impliqués dans le travail même de production de la connaissance (utilisateurs, scientifiques, décideurs,…) » Management de la recherche – enjeux et perspectives, p.9

Les différents modes de production des connaissances et leurs évolutions

Dans l’ouvrage « Management de la recherche – enjeux et perspectives », les auteurs reprennent la distinction opérée par Gibbons et al. dans deux ouvrages intitulés « The new production of knowledge » (1994) et “Re-thinking science : knowledge and the public in age of uncertainty” (2001)5.

Précaution – Le rapport à la catégorisation

Dans les recherches effectuées sur les pratiques de recherche, les catégories elles-mêmes parlent de la manière dont celui qui catégorise (en l’occurrence le chercheur) conçoit son objet de recherche (en l’occurrence la recherche), c’est-à-dire le rapport qu’il entretient à son objet6.

Je considère donc les catégories construites par Gibbons et al. en fonction du positionnement de l’auteur de cette catégorie. La catégorie n’a pas en soit valeur d’absolu et sert à décrire le réel de manière orientée (par une question, par la focalisation sur une caractéristique, ou encore par des jugements de valeurs plus ou moins conscients, des enjeux extérieurs à la production de connaissances seule, etc.). Une catégorie vient ainsi « outiller » le développement d’une perspective sur le réel.

« En 1994, Michel Gibbons, associé à plusieurs autres sociologues de la science, a proposé d’interpréter l’ensemble de ces évolutions comme le passage d’un mode traditionnel de production scientifique, fermé sur lui-même (« le mode 1 ») à un mode plus ouvert, tiré par les applications (« le mode 2 »).

 Dans le « mode 1 », la recherche est confinée dans les laboratoires ; les questions à aborder sont définies par les seuls scientifiques. Les approches mono-disciplinaires sont privilégiées. Le travail de recherche est conduit dans des institutions spécialisées, homogènes et hiérarchisées. L’évaluation des résultats est réservée aux « pairs ». »

Dans le « mode 2 », au contraire, la formulation des problèmes et le choix des thèmes de recherche sont partagés avec les utilisateurs ou les parties prenantes. Les financements sont attribués par projet et proviennent de sources diversifiées (publiques ou privées). La mise en œuvre de ces projets repose sur la collaboration en réseau de disciplines diverses, et est largement distribuée entre des institutions hétérogènes – entreprises, universités, hôpitaux, sociétés de conseils, maîtres d’ouvrages publics, associations. Enfin, l’évaluation des résultats fait intervenir des critères et des acteurs qui ne sont plus exclusivement scientifiques, mais aussi sociaux, culturels, économiques ou politiques. » p.11

Comme pour toute catégorisation, si elle est descriptive, celle de Gibbons et al. présente des modèles qui peuvent aider à penser les pratiques de recherche. Les catégories peuvent alors nous amener à voir des différences intéressantes dans les pratiques, les organisations, les structures. Si une catégorie devient prescriptive, s’associant à des échelles de valeurs que l’auteur n’identifie pas nécessairement lui-même7, elle ne revient plus à distinguer uniquement des différences mais peut tracer des frontières étanches au sein d’une diversité de pratique, entre un « bon » mode et un « moins bon » ou « mauvais » mode de production des connaissances.

Concernant les modes proposés par Gibbons et al., le problème est soulevé par Léo Coutellec8, dans son article « La démocratie épistémique comme condition d’une science citoyenne » : « la distinction simple mode1/mode2, au départ descriptive, est devenue une distinction prescriptive ». Il cite D. Pestre9 qui avait déjà relevé cet aspect et le jugement de valeurs associé, de la part des auteurs de l’ouvrage « Repenser la science » :

« Dès 1997, D. Pestre faisait remarquer que la dimension prescriptive était présente au sein même du travail de M. Gibbons & al. qui présentait le mode 2 toujours comme supérieur, plus efficace et plus adapté à la « mondialisation économique » alors que le mode 1 présentait les caractéristiques d’un système replié, conservateur et improductif. Le caractère normatif de l’entreprise de caractérisation sociologique et politique du mode 2 sera ensuite explicitement assumé dans Repenser la science en 2001. Elle aura d’ailleurs un certain succès politique, reprise abondamment dans les rapports de l’OCDE sur « l’économie de la connaissance », inspirant largement la stratégie de Lisbonne et tout le mouvement de re-définition du rôle de l’enseignement supérieur auquel on assiste depuis les années 1990. »

Pour ce qui nous intéresse dans le cadre du présent billet, je retiendrai des initiatives de catégorisation (diachrone ou synchrone) des pratiques de recherches, la mise en évidence d’une diversité des pratiques de production de savoirs, au cours du temps ou qui co-existent encore aujourd’hui. D. Pestre, dans son ouvrage « Science, argent et politiqueUn essai d’interprétation » montre que  différentes façons de faire des sciences ont toujours cohabité historiquement.

« Si l’opposition de ces deux modèles est en effet extrêmement fructueuse pour comprendre et synthétiser l’ensemble des mutations précédemment évoquées, la réalité concrète des institutions de recherche et des systèmes nationaux d’innovation, comme d’ailleurs un retour sur l’histoire des sciences, conduisent plutôt à mettre en avant la coexistence – plus ou moins pacifique – de plusieurs modèles ou « régimes » concurrents. » ». Management de la recherche – enjeux et perspectives, p.11

Si la diversité caractérise ce que nous avons appelé le niveau 3 (ainsi que le niveau 4 ajouté plus haut), l’orientation récente des niveaux gouvernemental et des agences de financements induit également une évolution profonde et commune des formes institutionnelles du système français de recherche.

Prochains billets

Le système actuel de la recherche publique en France – En bref – Partie 2

Le système actuel de la recherche publique en France – Ressources pour aller plus loin

Pour citer cet article

Faury, Mélodie (14 août 2012) “Le système actuel de la recherche publique en France – Partie 1”. L’infusoir [carnet de recherche]. Consulté le …. http://infusoir.hypotheses.org/3498

  1. Duval J. et Heilbron J., Les enjeux des transformations de la recherche, Actes de la recherche en sciences sociales 2006/4, 164, p. 5-10. En ligne []
  2. Les auteurs citent également d’autres évolutions : transformation du statut et échelles des infrastructures en lien avec les transformations de la production de connaissance ; « rapport de la science à ses utilisateurs » – enjeux économiques, géopolitiques, sociaux ou territoriaux ; « déplacement de l’équilibre vers les « applications », vers la « demande » » ; formes de légitimation de la recherche et intégration au débât public ; « émergence d’une concurrence inédite entre acteurs de la recherche » ; nouvelles échelles et implication d’acteurs, d’autant plus nombreux ; pp. 9-11 []
  3. synthèse sur Derek de Solla Price, par Marie-France Blanquet, novembre 2007. []
  4. PRICE, Derek John de Solla, Little science, big science, New-York, London : Columbia University Press, 1963 []
  5. Références : Gibbons, Limoges, Novotny, Schwartmann, Scott and Trow :“The new production of knowledge », London, Sage, 1994 ; Novotny, Scott et Gibbons 2001 “Re-thinking science : knowledge and the public in age of uncertainty” []
  6. dans le cas particulier de la recherche sur la recherche, l’objet de la recherche se confond ou s’articule avec la pratique du chercheur, dans lequel celui-ci est pris []
  7. D’où l’importance à mon sens, pour ce point mais pas uniquement, de la démarche réflexive dans les pratiques de recherche []
  8. en ligne (pdf) []
  9. Référence – Pestre, D. (1997). « La production des savoirs entre académies et marché. Une relecture historique du livre : The new production of knowledge édité par Michael Gibbons ». Dans : Revue d’économie industrielle 79.1. []

Où est l’autre ? – Adresse et réflexivité dans l’écriture

La réflexivité dans l’écriture, c’est je crois Bertrand Labasse qui l’a initiée chez moi1.

« Ecoutez-vous, vous savez ce qui ne va pas dans vos textes »,
Bertrand Labasse, lors d’une formation doctorale
« J’écris. C’est l’affaire de ma main qui trace chaque lettre. Suis-je en train de lire ces traits noirs sur fond blanc que ma main trace de façon quasi automatique, c’est-à-dire sans y penser, ou plutôt en pensant à toute autre chose ? Certes, à peine l’ai-je écrite cette phrase, que je me mets aussitôt à la… relire. »

Lors d’une formation à l’insertion professionnelle intitulée « Expertise rédactionnelle : des idées au texte » (2009), Bertrand Labasse développait, par de multiples entrées, les processus cognitifs à l’œuvre lorsque l’on écrit, et que l’on lit. Il se réappropriait ensuite ces connaissances pour proposer des manières d’écrire mieux, c’est-à-dire d’écrire en étant conscient, autant que possible, de ce qui se passe lorsque l’on écrit.

Il présentait l’acte d’écrire comme l’une des tâches mentales les plus exigeantes qui soient, dans la mesure où elle demande de composer avec :

–         un échange à établir avec un destinataire absent ;
–         des conflits à régler à chaque seconde ;
–         une linéarisation de sa pensée ;
–         une négociation sociale avec celui à qui l’on s’adresse ;

Cette formation se focalisait sur un type particulier d’écrit, l’écriture journalistique, l’écriture adressée prenant en compte son interlocuteur, potentiel, imaginé, supposé ou alors démontré, dans le cadre d’un journal, d’une revue ayant précisément défini les caractéristiques de son lectorat.

Mélodie Faury - Licence CC-BY

Adresser un discours

« Essayer de connaître les idées des lecteurs ou des visiteurs avant d’élaborer un projet d’article ou d’exposition

« Essayer de préciser l’impact possible de votre cours ou de votre produit en tenant compte des questions, des idées et des façons de raisonner de votre public ».

Extrait de l’encart p.141, Des idées pour apprendre, A. Giordan, F. Guichard et J. Guichard

Cette prise en compte d’un interlocuteur (lecteur, auditeur, participants, élèves, visiteurs, etc.), dans l’élaboration d’un discours oral ou écrit, que ce soit2 dans un contexte d’enseignement (éducation dite parfois « formelle ») ou dans les dispositifs de médiation (éducation dite en regard « informelle »3 ) est un élément central de nombre de textes de didactique des sciences ou encore des formations et guides à la médiation scientifique ou encore au journalisme scientifique (quelques références à titre d’exemples, en fin de billet).

« Se mettre dans la peau du lecteur

Que vous écriviez…

– un article journalistique que vous souhaitez enlevant

– un texte promotionnel pour lequel vos supérieurs ont imposé de nombreuses balises

– un communiqué de presse

– un rapport d’étape pour les investisseurs

– un livre pour enfants

– ou un article encyclopédique…

… il y a un point commun. LE point commun. LA question que toute personne qui communique devrait d’abord et avant tout se poser :

A qui est-ce que je parle ? »

Pascal Lapointe, Guide de vulgarisation – Au-delà de la découverte scientifique : la société, p.37

Il s’agit le plus souvent d’un interlocuteur que l’on pourrait qualifier « d’idéal-typique »4, dans la mesure où l’on considère plutôt ce qui fait l’homogénéité des interlocuteurs ciblés, c’est-à-dire ce qu’ils partagent, plutôt que leurs différences et leur diversité5.

Les caractéristiques considérées comme pertinentes pour définir cet interlocuteur / public / lecteur type, dans la construction du dispositif, varient selon les contextes de communication (enseignement, médiation, recherche, revues spécialisées) : connaissances acquises, parcours, expériences vécues,  spécialisation disciplinaire, intérêts, etcetera.

Ce qui me paraît particulièrement intéressant est l’effet de cette prise en compte d’un autre, plus ou moins défini, lorsqu’elle n’est pas seulement un impératif théorique, sur la conception-même, par l’enseignant, le conférencier, le médiateur, etcetera, de son matériau, de son support, de son écrit. C’est-à-dire la manière dont cet autre est intégré au dispositif. Et dans le cadre des dispositifs intégrant des connaissances scientifiques, je m’intéresse particulièrement à l’effet de cette attention à l’interlocuteur sur la construction ou l’actualisation d’un rapport aux savoirs mobilisés chez l’enseignant, le conférencier, le médiateur, c’est-à-dire chez celui qui construit le dispositif, ou d’une certaine manière qu’il co-construit si l’on estime qu’il construit avec l’autre qu’il y intègre. Mais c’est une question que je développerai vraisemblablement dans d’autres billets, en lien avec l’exemple de l’intégration de métadiscours dans les situations d’enseignement.

Pour le dire autrement, et en généralisant un peu, je m’intéresse à l’effet de la prise en compte d’un interlocuteur conceptualisé/imaginé/intériorisé, dans la construction d’un dispositif de communication de et sur la science (c’est-à-dire intégrant tout à la fois des contenus scientifiques et un rapport à ces contenus), sur celui ou celle qui construit ce dispositif.

Croiser les regards sur son texte en cours d’écriture

Sans avoir nécessairement à conceptualiser un interlocuteur bien défini, la méthode présentée alors par Bertrand Labasse, consiste au premier niveau à partir de ce qui faisait le dénominateur commun des parties prenantes de la situation de communication, c’est-à-dire de viser une compréhension du texte pour quiconque parlant la même langue6.

Il se basait ainsi sur l’idée qu’il fallait être attentif à certains aspects du processus d’écriture/lecture au moment de l’écriture et lors des successives relectures du texte.

Ainsi, l’idée qu’il proposait était d’être en éveil, en alerte, vis-à-vis de tout ce qui pourrait nuire à :

  • la lisibilité graphique7 du texte (« legibility » en anglais) : c’est-à-dire ce qui fait que l’on peut lire
  • la lisibilité lexico-syntaxique du texte (ou « charge lexico syntaxique » ; voir la formule de Flesh et Gunning) : c’est-à-dire ce qui permet de lire sans un effort cognitif trop important (longueur des phrases, nombre de syllabes par mots, nombre de phrases par paragraphe, etc.)
  • l’intelligibilité du texte, sa logique, sa cohérence ;
  • la figurabilité du texte, c’est-à-dire ce qui permet au lecteur de « voir de quoi on lui parle »

    Schéma du cours de Bertrand Labasse

Document total en ligne (pdf)

Pour ensuite s’attacher à l’équilibre entre effort et effet cognitif pour le lecteur.

  • Effort cognitif, c’est-à-dire l’effort mobilisé pour traiter une information ;
  • Effet cognitif, c’est-à-dire ce que retire le lecteur de l’accès à l’information.

Bertrand Labasse s’appuie à ce niveau sur la théorie de la pertinence de Sperber et Wilson (1992) :

« Les êtres humains cherchent automatiquement, dans toute leur activité cognitive, à obtenir la pertinence la plus grande possible, c’est-à-dire l’effet cognitif le plus grand, pour l’effort de traitement le plus faible. »

Sperber et Wilson (1992)

En regard, il proposait des méthodes, des outils conceptuels et des pratiques.

Ce qui m’avait paru alors particulièrement intéressant était l’idée de devoir prendre de la distance par rapport au texte, au moment même où on l’écrit, ce qui demande de travailler une sorte de gymnastique pour se mettre à distance « en temps réel » (le lire à distance, l’entendre en l’écrivant, etc). Celle-ci n’est pas facile à enclencher lorsque l’on a pris d’abord l’habitude de ne pas « entendre / comprendre » ce que l’on écrit ((voir à ce sujet la veille partagée de Marie-Anne Paveau)).

« L’écriture peut-elle être réflexive ? Peut-elle s’approprier elle-même en tant qu’écriture ou bien est-elle obligée, irrévocablement obligée, de passer par la lecture pour se repenser […] »

Baudouin Jurdant, « Écriture/lecture : questions sur la réflexivité« 

Les relectures, telles que je les avais apprises en tant qu’élève puis étudiante, m’amenaient plus à chasser les  fautes orthographiques et grammaticales qu’à imaginer la réception de mon texte sur un interlocuteur, en l’occurrence l’enseignant qui relirait ma copie, puisque c’en était alors le seul destinataire.

Il s’agit donc d’imaginer l’autre lisant au moment où l’on écrit. Et où l’on se relit.

L’astuce proposée par Bertrand Labasse, très imagée, de manière délibérée pour qu’elle soit marquante, était d’écrire toujours en s’accompagnant de deux personnages perchés (des « gnomes » ) respectivement sur les épaules droite et gauche.

Le premier nous interrompant à tout instant, « ne fait aucune déduction, n’a aucune mémoire de travail et ne comprend que ce qui est dit explicitement, à condition qu’il puisse se le représenter ».

Le second surenchérissant, à chaque phrase: « Et alors ? Qu’est-ce que j’en ai à faire, pourquoi tu me racontes ça ? »

Cette mise à distance du texte par sa soumission à des regards, que l’on adopterait successivement, en se décentrant pouvant (aussi ?) se faire, non pas au moment même de l’écriture, mais lors des relectures successives, axant celles-ci sur différents aspects des enjeux du texte (lisibilité, intelligibilité…).

Je retiens de cette proposition l’idée d’emprunter différents regards qui se poseraient sur le texte que j’écris, pour le rendre partageable, et pour désherber l’accès aux regards qui s’y poseront effectivement. D’une certaine manière, j’inscris ainsi la perspective particulière que je développe en écrivant, dans un prisme de multiples autres perspectives. Sans pouvoir les endosser toutes les unes après les autres, bien entendu, la dynamique ainsi amorcée présente l’intérêt de connecter la mienne à ces autres.

Mélodie Faury - Licence CC-BY

Faut-il toujours prendre en compte un interlocuteur, adopter d’autres regards ?

Il est entendu qu’un texte, pour peu que l’on souhaite qu’il soit lu, doit répondre aux critères minimums de lisibilité et d’intelligibilité  décrits plus haut.

En dehors de ces critères assurant qu’un texte n’existe pas que pour lui-même mais également pour un potentiel « autre », ou peut également souhaiter cibler plus particulièrement ses lecteurs.

Les écritures adressées sont ainsi particulièrement adaptées à certains contextes fréquents de la pratique de recherche : l’écriture d’articles, la préparation d’intervention, la construction de supports de présentation (Power point, Prezi, etc), construction de dispositifs de communication « grand public ».

C’est-à-dire dans tous les contextes où l’enjeu est dans une certaine mesure didactique (transmettre un certain nombre de concepts, idées, connaissances) et/ou conversationnel (la discussion est possible, souhaitée).

L’intégration d’une extériorité au discours que l’on construit peut constituer un frein. Notamment pour d’autres formes d’écritures, plus libres (au sens de moins normées, moins ancrées à un contexte défini par les interlocuteurs qui s’y trouvent) ou littéraires.

Ainsi, lorsque l’interlocuteur est difficile à saisir, à cerner, à incarner, la volonté ou l’impératif plus ou moins conscient de sa prise en compte peut devenir paralysante. L’interlocuteur se dérobe et l’écriture n’arrive pas à prendre de direction.

Le choix peut être alors d’écrire pour soi, pour construire une réflexion. Cette forme d’écriture, sans visée discursive, ne prévoit a priori pas de place à l’autre. Ce qui n’exclut pas pour autant que celui-ci la trouve, de gré ou de force.

Il est aussi des formes d’écritures, poétiques ou philosophiques, qui n’ont pas à prendre en compte le lecteur parce qu’elles touchent au sensible ou au métaphysique. Et les échos qu’y trouvera le lecteur s’ancreront dans son expérience, dans ses émotions, dans son vécu, indépendamment de qui il est, de ce qu’il fait et d’où il vient.

« Quant au lecteur, c’est la vieille histoire. J’ai quand même l’impression d’écrire pour le lecteur, sinon je l’aurais laissé dans mon tiroir, ce manuscrit, justement. Je souhaite mille lectures possibles et mille lectures différentes. Puisque l’on sait bien qu’une fois qu’on a écrit, et c’est bien cela l’intérêt, cela nous échappe totalement. »

Pierre Sauvanet, à propos de son ouvrage « L’Insu – Une pensée en suspens », dans l‘émission « Du Jour au lendemain » (France Culture) du 21 juillet 2012.

Écrire pour

Dans la plupart des situations d’écriture de mes pratiques de recherche, d’enseignement, ou de médiation scientifique,  j’écris pour quelqu’un, même si parfois ce quelqu’un n’est pas tout à fait identifié et simplement doté de certaines caractéristiques, ne serait-ce pour commencer que celle de ce que nous ne partageons pas comme évidences, comme « boîtes noires » qu’il faut donc réouvrir.

Je peux écrire pour

des collègues, de la même discipline, dont les objets de recherche et les méthodes sont différents des miens

des collègues de disciplines différentes

des étudiants, dont le parcours et l’expérience vécue sont différents des miens

des acteurs professionnels, qui travaillent dans des contextes différents du mien,

des acteurs sociaux dont les enjeux, vis-à-vis d’objets communs, sont différents des enjeux de recherche ou d’enseignement,

etc.

Ici même dans ce carnet de recherche, mes écrits ne sont pas toujours adressés aux mêmes lecteurs d’où peut provenir la difficulté à comprendre articulation des uns avec les autres. Celle-ci n’est autre que celle de mon parcours et du cheminement de mes réflexions au fil de mes recherches et enseignements, où je suis amenée à rencontrer différents types d’interlocuteurs et à discuter avec eux : étudiants, doctorant.e.s, chercheur.se.s en sciences expérimentales, chercheur.se.s en sciences humaines, enseignants, acteurs de la communication scientifiques, techniques et industriels, etc.

Je pourrais préciser à chaque billet à qui il s’adresse, mais je m’y refuse pour l’instant, pensant que l’interlocuteur imaginé n’est pas exclusif ni excluant, et que les points de convergences entre la perspective que je développe et l’intérêt des lecteurs ne peuvent être toujours anticipés. J’imagine ainsi favoriser les surprises de l’intérêt partagé inattendu.

Cette démarche est spécifique je crois au carnet de recherche ou au blog, dont la « ligne éditoriale » peut se permettre d’être mouvante et non fixée a priori, comme cela peut être le cas d’un journal ou d’une revue.

Je finis par m’adresser ici « aux lecteurs de ce carnet », visant avant tout à être lisible, intelligible. C’est dans le temps que la cohérence entre les billets peut émerger. Et chaque billet, inscrit dans un contexte général, celui du carnet, a aussi une vie propre, et ses lecteurs spécifiques.

Cette adresse à des lecteurs supposés, en soi, est une dynamique qui donne forme à la réflexion, qui donne un cadre et une direction tout à la fois, et qui rend possible dans ce carnet l’inscription, la matérialisation et l’élaboration de réflexions que je n’aurais pas inscrites de la même manière dans une forme écrite pour moi-même, ni pour des interlocuteurs plus précisément identifiés. Cette adresse un peu floue n’est pas toujours évidente pour l’écriture et la lecture puisqu’elle induit souvent l’arborescence du propos dans plusieurs directions à la fois. Mais elle est globalement motrice, car elle s’associe à un format, celui du billet numérique, qui cadre l’écriture suffisamment pour que des réflexions liées à mes pratiques d’enseignement, de recherche et de médiation s’inscrivent, sous l’impulsion d’une exigence de lisibilité, liée à l’écriture en ligne.

En écrivant ce billet, je considère donc le processus d’écriture et celui de l’adresse en même temps : qu’est-ce que je fais quand j’écris ? A qui est-ce que je m’adresse quand j’écris ? La forme est-elle ajustée ?

Est-ce que je m’adresse à quelqu’un quand je passe par l’écriture pour réfléchir sur la réflexivité, si ce n’est aux lecteurs eux-mêmes intéressés par la réflexivité ? Et pour préciser le contexte rendant possible l’écriture de ce billet : l’aurais-je écrit de cette manière si je n’avais pas eu par ailleurs des échanges dans le cadre du carnet collectif Les Espaces réflexifs ?

  • Séminaire

Le chaos des écritures. Enjeux politiques, sociaux et cognitifs des écritures contemporaines (publication à venir), organisé en 2010 par Joëlle Le Marec, Yves Jeanneret et Baudouin Jurdant

  • Quelques ressources bibliographiques sur la prise en compte de l’interlocuteur (au sens large) dans diverses situations de communication et d’élaboration de discours, oraux ou écrits, intégrant l’autre, selon différents enjeux

[Exemple de la diversité des enjeux de la vulgarisation scientifique, par B. Jurdant.]

Boyer, J.-Y. (1992) La lisibilité, Revue française de pédagogie n°99, pp.5-14. Consulté le 6 août 2012. URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/colan_0336-1500_1999_num_121_1_2951

Giordan, A., Girault, Y. et Clément, P. (1994) Conceptions et connaissance, Peter Lang.

Giordan, A. (1996) – Les conceptions de l’apprenant : un tremplin pour l’apprentissage. Sciences humaines. Hors série. – Auxerre. – No 12, pp. 48-50

Giordan, A., Guichard, F. et Guichard, J. (2001) Des idées pour apprendre, Chapitre 5 – « Comment connaître et prendre en compte les apprenants ? ». Paris :  Z’éditions-Delagrave. pp.123-142

Jurdant, Baudouin (11 février 2012) “Écriture/lecture : questions sur la réflexivité”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 6 août 2012. http://reflexivites.hypotheses.org/575

Labasse, B. (1999). La lisibilité rédactionnelle, Communication & langages n°121. Consulté le 4 août 2012. URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/colan_0336-1500_1999_num_121_1_2951

Labasse, B. (2001). La communication scientifiqueLogiques et méthodes. Chassieu : Pôle universitaire de Lyon

Labasse, B. (2004). Lisibilité et pertinence : ce que la psychologie cognitive peut apprendre à l’écriture de presse, Comité national pour le développement de l’information, vol.1, n°3. Consulté le 6 août 2012. URL : http://cndi.pressetech.org/EtudesdePresse3.pdf

Lapointe, Pascal (2008). Guide de vulgarisation – AU-delà de la découverte scientifique : la société. Québec : Éditions MultiMondes

Martinand, J.-L. et Guichard , J. (2000). Médiatique des sciences. Paris : PUF, collection “ éducation et de formation

Sperber, D., & Wilson, D. (1989) La Pertinence. Paris : Éditions de minuit.

  • Références

Flesh, R. (1948), A new readibility yardstick, Journal of Applied Psychology, 32, 221­233.

Sur la vulgarisation scientifique –  Références sur le site science-societe.fr

« Vous trouverez dans cette page une sélection de documents, principalement des articles de revues scientifiques et des références d’ouvrages qui vous permettront de retracer l’histoire des théories de la vulgarisation, et de comprendre l’évolution de ses discours et de ses pratiques. Dans la rubrique « Documents » du portail Science et Société, vous trouverez d’autres documents, parfois plus « pointus » : des thèses, des HDR (Habilitations à diriger des recherches) ou encore des rapports de recherche, qui vous permettront d’approfondir la connaissance de ce thème. »

Sur le public –  Références sur le site science-societe.fr

« Vous trouverez dans cette page une sélection de documents, principalement des articles de revues scientifiques et des références d’ouvrages qui vous permettront de comprendre la notion de « public ». Dans la rubrique « Documents » du portail Science et Société, vous trouverez d’autres documents, parfois plus « pointus » : des thèses, des HDR (Habilitations à diriger des recherches) ou encore des rapports de recherche, qui vous permettront d’approfondir la connaissance de ce thème. »

Analyse du discours et psychanalyse “Une approche du discours dans sa division et son inquiétude : le sujet, habité par l’Autre, ne sait pas ce qu’il dit” – Veille de Marie-Anne Paveau

  1. en tant que mouvement et processus à l’œuvre, et non en tant que résultat []
  2. je n’oublie que chacune des situations de communication évoquées ici présentent leurs spécificités, mais je fais le choix de considérer leur point commun, la prise en compte d’autrui, indépendamment des objectifs multiples et divers de chacune de ces situations []
  3. Voir l’ouvrage « Médiatique des sciences » []
  4. Voir l’ouvrage « Essais sur la théorie de la science » de M. Weber []
  5. à l’exception bien sûr des dispositifs d’enseignement et de médiation qui s’appuient justement, par l’interactivité, sur ce qui peut émerger de cette diversité []
  6. et non pas nécessairement le même langage, en particulier lorsqu’il s’agit d’un langage de spécialiste []
  7. cette qualification est de moi, pour différencier plus cette forme de lisibilité de la lisibilité lexico-syntaxique []

Les carnets Hypothèses – Expériences et usages

Mélodie Faury – Licence CC-BY

Tour d’horizon  bibliographique des ressources que j’ai identifiées à ce jour au sujet d’une réflexion « méta » sur les carnets de recherche Hypothèses, par ses utilisateurs et à partir d’expériences diverses de leur intégration dans des pratiques de recherche.

Pour des ressources plus globalement sur l’utilisation des blogs dans les pratiques de recherche (« recherche 2.0 »), voir la page Ressources.

Ce tour peut bien sûr être complété en commentaires si vous avez connaissance d’écrits intéressants à ce sujet, pas nécessairement francophones.

– Première mise à jour le 2 août 2012-

Aboubekeur, Zineddine (15 mars 2012) “ Dix bonnes raisons pour tenir un carnet de recherche! ”. Analyse du discours numérique [Carnet de recherce] Consulté le 28 mai 2012. http://metablog.hypotheses.org/1

Acquier, Françoise (2 décembre 2011) “Ouvrir un carnet sur Hypothèses ? Pourquoi pas vous ?”. Le Cresson veille [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://lcv.hypotheses.org/4070

Berra, Aurélien (19 avril 2012) « News from the Hyposphere« . Philologie à venir [carnet de recherche]. Consulté le 2 août 2012. http://philologia.hypotheses.org/710

Chibois, Jonathan (5 avril 2012) “Écrire (publiquement) pour penser ”. Les Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 2 août 2012. http://reflexivites.hypotheses.org/1738

Chibois, Jonathan (10 avril 2012) “ Le carnet réflexif (I). Montrer la science en train de se faire”. Les Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 2 août 2012. http://reflexivites.hypotheses.org/1781

Chibois, Jonathan (16 avril 2012) “Le carnet réflexif (II). Donner corps à sa pensée”. Les Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 2 août 2012. http://reflexivites.hypotheses.org/1842

Chibois, Jonathan (24 avril 2012) “Le carnet réflexif (III). Une forme nouvelle de récit ethnographique ? ”. Les Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 2 août 2012. http://reflexivites.hypotheses.org/1752

Chibois, Jonathan (27 avril 2012) “Le carnet réflexif (IV). Penser en réseau, écrire en réseau”. Les Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 2 août 2012. http://reflexivites.hypotheses.org/2050

Chibois, Jonathan (30 avril 2012) “Le carnet réflexif (V). Être lisible plutôt que lu”. Les Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 2 août 2012. http://reflexivites.hypotheses.org/2057

Dacos, Marin (23 juillet 2009) “La conversation silencieuse”. blogo numericus [Blog]. Consulté le 28 mai 2012. http://blog.homo-numericus.net/article191.html

Dacos Marin et Mounier Pierre, « Les carnets de recherche en ligne, espace d’une conversation scientifique décentrée », in Lieux de savoir, Gestes et supports du travail savant, Albin Michel, vol. 2, 2010. URL : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00439849.

Faury, Mélodie (5 décembre 2011) “Le “carnet” de recherche”. L’Infusoir [carnet de recherche]. Consulté le 22 juillet http://infusoir.hypotheses.org/1984

Faury, Mélodie et Giraud, Frédérique (13 février 2012) “Le carnet de thèse”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/641

Faury, Mélodie (1er juin 2012) ““La vie réelle d’une doctorante 2.0”, M. Faury pour l’Infusoir, Vases communicants de juin 2012Ressources pour la thèse et au-delà [carnet de recherche] Consulté le 22 juillet 2012. http://enthese.hypotheses.org/453

Faury, Mélodie (30 juin 2012) “Une Villa, un espace de recherche, un lieu de discussion ? – Parenthèse entre juin et juillet Les Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 22 juillet 2012.http://reflexivites.hypotheses.org/2583

Faury, Mélodie (30 juin 2012) “Le carnet de recherche comme pratique de chercheur.se.s – Un billet prévu prenant une direction imprévue. L’Infusoir [carnet de recherche]. Consulté le 22 juillet 2012. http://infusoir.hypotheses.org/2087

Kermoal, Benoît (6 septembre 2011) “Seulement la partie visible de l’iceberg” Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le 22 juillet 2012. http://enklask.hypotheses.org/257

Kermoal, Benoît (11 janvier 2012) “ “L’oeil de la caméra” de la thèse en cours” Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le 22 juillet 2012.  http://enklask.hypotheses.org/364

Kermoal, Benoît (21 février 2012) “ Négocier le tournant de la pointe sèche Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le 22 juillet 2012. http://enklask.hypotheses.org/382

Kermoal, Benoît (2 août 2012) “Le tournant du mois d’août Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le 22 juillet 2012. http://enklask.hypotheses.org/493

Mounier, Pierre (11 septembre 2011) « Ouvrir l’atelier de l’historien : médias sociaux et carnets de recherche en ligne«  Homo Numericus [Blog]. Consulté le 2 août 2012. http://homo-numericus.net/article304.html

Paveau, Marie-Anne (21 janvier 2012) “Le doctorant 2.0. L’infusoir et Enklask à Paris 13”. La pensée du discours [Carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://penseedudiscours.hypotheses.org/8240

Paveau, Marie-Anne (4 juin 2012) “ De “La pensée du discours” à La Musardine : quand les billets font des livres”. La pensée du discours [Carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012.  http://penseedudiscours.hypotheses.org/9752

Paveau, Marie-Anne (26 juillet 2012) “Linguistique et numérique 2. Le désert des blogs francophones”. La pensée du discours [Carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012.  http://penseedudiscours.hypotheses.org/10212

Ruiz, Emilien (31 janvier 2012) “6 mois, 30 billets, 12 700 visites ”. Devenir historien-ne [Carnet de recherce] Consulté le 2 août 2012. http://devhist.hypotheses.org/991

Ruiz, Emilien (30 juillet 2012) “1 an, 45 billets, 72 000 visites”. Devenir historien-ne [Carnet de recherce] Consulté le 2 août 2012.  http://devhist.hypotheses.org/1433

Verdeil, Eric (4 décembre 2011). “Comment je blogue”, Rumor [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://rumor.hypotheses.org/2249

‘‘L’esprit Du Blog‘’, Le Blog De La Grotte Des Fraux [carnet de recherche]. Consulté le 2 août 2012. http://champslibres.hypotheses.org/7

Métadiscours du formateur | Intégrer à l’enseignement le discours du formateur sur son propre discours

Photo : Mélodie Faury - Licence CC-BY

J’ai la chance d’avoir pu revenir en tant qu’enseignante dans plusieurs des formations que j’ai suivies. Ce retour à quelques années de distance m’a permis de mieux comprendre la manière dont nous avons été formés, en tant qu’étudiant.e.s  : selon quels objectifs, pour l’étudiant, pour l’enseignant, pour l’institution ; selon quelles normes et quels enjeux, souvent implicites pour les étudiants que nous étions alors, et pour ceux que je rencontre aujourd’hui.

J’amorce ici une série de billets visant à la formulation de quelques réflexions construites au fil des enseignements que j’ai assurés depuis septembre 2008 et de celles qui ne manqueront pas de s’y adjoindre au cours de l’année universitaire à venir. Elles viennent nourrir mes questions de recherche et participent en retour à l’élaboration de mes enseignements.

Je m’interroge particulièrement sur l’effet de l’explicitation des enjeux, des implicites, des normes et des objectifs de la formation, dans la formation elle-même. Notamment dans le cadre des formations universitaires en biologie que je connais plus particulièrement.

En quoi l’intégration, par le formateur, d’un discours contextualisant et problématique sur son propre discours en tant qu’enseignant peut-il participer à l’élaboration d’un rapport à la formation chez les étudiant.e.s, différent du rapport construit en l’absence de ce discours « méta » ?

Pendant trois ans, j’ai eu l’occasion d’enseigner la biologie dans le cadre de mon monitorat, effectué en parallèle de mon travail de recherche doctorale, et dans celui d’oraux blancs, appelés « colles », en classes préparatoires Agro-Véto, préparant principalement aux concours agronomiques et vétérinaires.

En parallèle de ces enseignements, j’initiais ma transition personnelle entre recherche en Biologie moléculaire et cellulaire et recherche en Sciences de l’information et de la communication, pas toujours douce en cela qu’elle a questionné un nombre important d’évidences incorporées au cours de ma formation initiale.

Cet itinéraire s’est assortie d’un décalage progressif de mes modes de questionnements, et de mes sources d’interrogation, et la manière dont j’ai finalement enseigné ma discipline d’origine s’en est sans nul doute ressenti.

C’est par les réflexions issues de cette expérience d’enseignement, réactivant celle d’étudiante, en classes préparatoires aux concours communs Agro-Véto et aux concours d’enseignement (Capes, Agreg) que je pense commencer.

La vie réelle d’une doctorante 2.0 – Extrait

Billet publié en intégralité, le 1er juin 2012, sur le carnet de recherche « Ressources pour la thèse et au-delà »

Extrait

Je suis tombée dans le numérique au cours de ma thèse. J’y suis entrée par curiosité, par envie de comprendre l’étendue des ressources, des potentialités et leur articulation avec mes actualités et problématiques de doctorante. J’y ai découvert des outils non pas déconnectés ou sur-ajoutés à mes pratiques, mais bien qui jouent un rôle et remplissent de réels besoins dans ma pratique de recherche : être informée des nouvelles publications, de l’actualité de la recherche et des politiques de recherche, de l’ouverture de postes (ATER, post-doc, etc) ; être en lien avec des chercheurs, avec des doctorants, avec d’autres disciplines, avec d’autres façons de penser ; participer à la mise en circulation et à l’accessibilité des savoirs.

Je reviens donc ici sur mes pratiques numériques développées tout au long de ma thèse. Elles ont trouvé une place progressivement, mais non définitivement. Je suis amenée régulièrement à les repenser, ne serait-ce que parce que l’ordinateur ou le numérique « en mobilité » (smartphone) n’ont pas toujours la même place selon que l’on lit, que l’on écrit, que l’on est sur le terrain, en conférence, etc., et donc selon les années de thèse.

Je partage volontiers ce retour d’expérience avec vous car c’est justement l’un des principaux intérêts que je vois dans les pratiques de recherche numériques : la possibilité d’échanger sur nos expériences respectives, nos veilles, nos questions, de manière intemporelles et agéographiques, c’est-à-dire en dehors de nos espaces « physiques » de rencontres universitaires.

Lire la suite ->

Contenu du billet

La veille

Les carnets de recherche

Pratiques d’écriture

Pratiques de lecture

Twitter

Écriture collaborative

Le carnet de recherche comme pratique de chercheur.se.s – Un billet prévu prenant une direction imprévue.

Ce billet est le troisième d’une série de quatre billets sur les carnets Hypotheses dans la pratique de recherche. Il fait suite au billet intitulé Le carnet de thèse.

J’emprunte l’idée de la série thématique à Marie-Anne Paveau qui les expérimente au fil des saisons.

Cette série est initiée par deux évènements au cours desquels il s’agissait de discuter des pratiques d’écriture sur un médium de type blog, qu’il soit hébergé sur Hypotheses.org ou ailleurs : l’émission radiophonique Recherche en cours, “To blog or not to blog ?” (25 novembre 2011) et la rencontre “Comment bloguent-ils ?” (1er décembre 2011) organisée par l’URFIST de Lyon, la Maison de l’Orient et l’Institut des Sciences de l’Homme, en partenariat avec le Cléo.

– Prologue –

Il est de saines colères. De celles qui vous disent que quelque chose, décidément, ne vous convient pas. Qui ne s’emparent pas de vous de manière incontrôlable, qui ne vous mettent pas hors de vous, qui ne sont pas non plus rentrées, explosant à l’intérieur, qui n’ont rien à voir avec une colère de frustration face une situation que l’on aurait souhaité autre et qui nous échappe. C’est d’une autre colère que je vous parle, calme, qui (re)met en mouvement, qui n’aveugle pas mais qui au contraire ouvre les yeux.

De ces colères qui réaffirment, fermement, ce à quoi l’on tient et qui reposent les limites qui viennent d’être franchies.

*

J’avais prévu d’écrire ce billet depuis que les deux précédents ont été publiés

Le “carnet” de recherche

Le carnet de thèse, co-écrit avec Frédérique Giraud

Le temps s’est écoulé et le projet est resté. Voici que l’écriture revient et que les intentions changent un peu au risque de se mêler. Il ne s’agira pas finalement de faire un tour d’horizon des pratiques existantes pour essayer de comprendre ce que nous disent les pratiques des manières d’investir l’espace du carnet ou du blog.

Peut-être plus tard, peut-être ailleurs.

J’ai choisis pour l’instant de partager, à partir de mon expérience depuis février 2010, une certaine conception de la pratique de « carnetière »1, qui me donne l’occasion de réaffirmer ce à quoi je tiens dans cette pratique, et que je crois partager avec un certain nombre de bloggueurs et de lecteurs.

Un carnet de recherche, un blog : un lieu habité

Une visite de la plateforme Hypothèses et des carnets qu’elle héberge, et plus largement une promenade dans la « blogosphère » permet vite de s’en rendre compte : il y a autant de carnet de recherche ou de blogs scientifiques différents que de projets de recherche et de chercheur.e.s qui les investissent. Cette variété se décline selon la conception du rôle que cet espace peut jouer dans leurs pratiques de recherche, selon le temps qu’ils auront à y accorder, selon leur représentation même de ce qu’est une pratique de recherche, selon leur envie plus ou moins grande d’entrer en discussion, selon leurs enjeux : d’information, de vulgarisation, de valorisation, de mise en circulation des savoirs, de construction d’une écriture, de mise en lien, etc. J’en oublie sans aucun doute.

Ce qui importe à mon sens dans ces carnets et blogs, c’est l’habitant.e du carnet. La manière dont elle ou il investie l’espace numérique du blog ou du carnet, dont il ou elle l’organise, l’agence. La manière dont il ou elle y vient, en repart, choisit les contenus, les construit, les agence. La manière dont elle ou il se parle, se tait, cite, s’exprime, conseille, renvoie vers d’autres lieux, habités eux aussi.

« Ainsi les ordinateurs changent notre façon d’habiter les lieux de notre quotidien. Et, d’un certain point de vue, ils sont aussi des lieux d’expression de nos personnalités, goûts, intérêts. Nous habitons ces lieux quand nous les personnalisons, quand nous nous y investissons. […] Si les ordinateurs sont synonymes de domesticité, ils le sont tout autant d’hospitalité, d’ouverture aux autres. Ces notions sont d’ailleurs liées. l’hospitalité est le mécanisme social qui nous permet d’intégrer des personnes étrangères au foyer. Des cérémonials d’accueil sont en place partout, dans le monde de l’informatique comme dans le monde réel.  […] A travers ces règles, nous trions les amis, démasquons les malveillants. Pour comprendre mieux comment et pourquoi cela est possible, il faut d’abord établir que l’hospitalité ne se déroule pas dans le vide. elle présuppose, au contraire, un abri, un emplacement clos qui puisse s’opposer à l’ouvert. Finalement, c’est l’intérieur de son ordinateur que chaque utilisateur considère comme son lieu de réception. par exemple, le fait de créer une page Web personnelle ressemble un peu à l’aménagement d’un appartement. […] De simple métaphore, l’hospitalité se fait pratique tangible. »

A. Casilli, Les liaisons numériques, 2010, p.32-33

La diversité de ces manières d’habiter un lieu s’exprime par exemple de manière claire dans la succession des (co-)locataires des Espaces réflexifs (appelés aussi « Villa réflexive », et ce n’est pas anodin), qui changent chaque mois.

Ce que j’appelle ici un carnet de recherche de chercheur.e.s2, ou un blog de chercheur.e.s est donc un espace habité par une ou plusieurs personnes, alternativement ou simultanément, qui développent leurs problématiques, leurs questionnements, qui y construisent leurs analyses (voir les distinctions entre les différents types de carnet proposés par Hypotheses.org). C’est une pensée en construction que l’habitant du site livre.

Les raisons qui amènent un.e chercheur.e à partager cette construction avec des lecteurs, plutôt que de l’élaborer sur son ordinateur, dans un fichier texte « fermé », lui appartiennent et sont parfois explicitées sur l’espace qu’il ouvre.

Pour l’Infusoir voir ici et ici en particulier. Mais aussi ici, ici, et ici

Les premiers billets, ou les pages « A propos » sont souvent des pistes précieuses pour celui ou celle qui s’intéresse au projet individuel ou collectif dans lequel s’insère le carnet ou le blog où il ou elle entre en tant que lecteur.

En tant que lectrice régulière de plusieurs carnets et blogs, je ne juge pas, je m’intéresse. Je ne dresse pas de hiérarchie entre des façons d’investir l’outil blog qui « vaudraient » plus qu’une autre. Bien sûr, je me reconnais plus, en termes de proximité de projet, de conception de la recherche et du rôle de l’écriture, dans certaines manières d’habiter, que dans d’autres – ce qui m’amènera à fréquenter plutôt certains lieux que d’autres – mais je n’estime pas, qu’il y ait une seule bonne manière. Bien au contraire. La richesse des carnets Hypothèses3, de la blogosphère, mais aussi de la recherche, et plus généralement des manières de penser, réside justement dans cette diversité.

Recevoir et rencontrer des lecteurs

Dans un carnet de recherche ou un blog, un.e chercheur.e reçoit des lecteurs, qui reviennent, s’ils s’y retrouvent.

Que viennent chercher les lecteurs sur les carnets de recherche ou les blogs ?

Quelques réponses glanées sur Twitter, parmi des enseignants du secondaire, des chercheurs, des bibliothécaires, des lecteurs du numérique

Un chercheur.e s’installe dans son espace numérique de la manière qu’il juge la plus appropriée à son projet, qui peut évoluer, se transformer. Les projets peuvent même cohabiter, se diversifier à mesure que le carnet, le blog vit.

Et certains types d’écritures induisent des commentaires, quand ceux-ci ont été autorisés sur les billets, par défaut ou par choix, par conviction de l’intérêt de l’échange, par envie d’interaction, par ouverture.

En tant que lectrice, je n’entre pas dans un espace numérique habité pour y tenir mon propre discours : je viens lire, rencontrer quelqu’un, une pensée en cours d’élaboration, dans ses aboutissements, ses inflexions, ses errances parfois aussi. Lorsque je suis amenée à commenter longuement, c’est que ce que dit l’autre fait émerger chez moi des questions, ou réactive d’anciennes réflexions. Mais le risque est toujours de réduire l’écrit de l’autre aux questions qui nous occupent au moment on on le lit. C’est un risque car la rencontre est ratée alors, et celui qui propose son écrit voit un discours parallèle se développer, dont il ne sait plus trop quoi faire, auquel il est bien en mal de répondre. Et ce discours posé dans l’espace en construction peut soudain prendre de la place : car si l’on ouvre la discussion, c’est bien qu’on croit à ses bienfaits, y compris dans le désaccord et malgré ses ratés. L’échec n’est jamais anodin.

A quelles conditions un commentaire est-il une conversation ?

(lien vers l’article)

Les commentaires posent les mêmes questions que les relations interpersonnelles et nous mettent face à la nécessité de réconcilier, d’une part un idéal d’ouverture et d’une communication avec tous sans condition, présidant souvent à la mise en place d’un carnet ou d’un blog, et d’autre part les échecs cuisants éprouvés lorsque la parole est revendiqué par des visiteurs comme un droit non négociable, quelque soit le lieu où elle opère, quelque soit le projet. C’est à dire selon un argument d’autorité. Un tel préalable ne rend pas la communication possible.

*

L’expérience du carnet de recherche ou le blog me met face à ce à quoi je tiens : des espaces précieux, rares, qui valent d’être préservés, où la pensée peut se développer sans avoir à rendre des comptes ici et maintenant, ce que nous faisons déjà suffisamment dans d’autres lieux de nos pratiques de recherche. Dans ces espaces numériques, je crois que nous pouvons prendre le temps de construire, d’infuser, au rythme et de la manière qui fera sens pour l’habitant.e du carnet ou du blog. Et je sais que cette façon de faire crée des rencontres précieuses avec d’autres regards, d’autres expériences d’autres pensées. Je l’expérimente depuis plus de deux ans et j’y tiens.

Et vous, lecteurs discrets, voire silencieux de l’Infusoir, à quoi tenez-vous dans ces espaces numériques que sont les carnets de recherche ou les blogs de chercheur.e.s ?

Les commentaires vous sont ouverts avec plaisir, car je sais que la majorité d’entre vous entre ici pour boire le thé et non pour renverser la théière.

Je vous souhaite un bon été.

Photographie : Pauline Krähenbühl, tous droits réservés

–         En guise d’épilogue  –

Ce ne sont pas nécessairement les intentions de ceux qui m’ont amenée à écrire ce billet qui sont en cause, mais l’effet, et c’est bien le problème s’il n’est pas envisagé, d’une parole sur l’autre, en tant qu’individu.

Pour qu’il y ait communication, il faut qu’il y ait reconnaissance par les parties prenantes à la discussion, de l’individualité de l’autre, de son altérité, en tant qu’intéressante en elle-même et non en tant que contraignante ou comme instaurant un rapport de force ou encore comme réactivant des enjeux qui ne sont pas partagés par les deux interlocuteurs. Ce type de non-communication, je l’expérimente déjà dans suffisamment d’endroits. Déjà suffisamment d’énergie vainement dépensée.

J’ai décidé que l’Infusoir n’en serait pas le lieu. Cet espace n’a pas été conçu pour cela.

Quelques liens et références en lien (en plus des liens hypertextes)

Casilli, Antonio, 2010, Les liaisons numériques, Paris, Seuil.

Casilli, Antonio (26 juin 2012) Les trolls, ou le mythe de l’espace public OWNI [blog]. Consulté le 3 juillet 2012 http://owni.fr/2012/06/26/les-trolls-ou-le-mythe-de-espace-public/

Faury, Mélodie (18 février 2012) “Interdisciplinarité : la réflexivité par soi et par l’autre – (Durrive, Faury et Henry)”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 3 juillet 2012  http://reflexivites.hypotheses.org/956

Muscinesi, Frédérique (3 juillet 2012) La place dans les Humanités Digitales – Commentaire We think history [carnet de recherche] Consulté le 3 juillet 2012 http://wethink.hypotheses.org/448

Paveau, Marie-Anne (15 mars 2012), Sainte colère et rigoureux désaccord Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 3 juillet 2012.  http://reflexivites.hypotheses.org/?p=1433

Billets sur les carnets de recherche

1. Le “carnet” de recherche

2. Le carnet de thèse, co-écrit avec Frédérique Giraud

3. Le carnet de recherche comme pratique de chercheu.se.s

4. Le carnet de recherche comme pratiques de recherche, à partir d’un atelier proposé par Pierre Mounier lors du THATCamp2012

  1. C’est à dire de l’écriture régulière sur un carnet de recherche []
  2. que je différencie des carnets à visée de communication pris en charge par l’institution []
  3. J’aime l’idée développée par P. Mercklé de considérer les liens établis par les habitants des carnets, comme des « relations nouées entre des objets intellectuels par leurs auteurs, et des chemins empruntables par leurs lecteurs ». []

Pour qu’un carnet vive… [2]

Merci de respecter les intentions de l’espace où vous entrez

Vous cherchez un lieu pour expliciter votre propre pensée, pour parler de vos recherches ? N’hésitez pas à ouvrir un carnet de recherche ou un blog.

Merci de bien vouloir respecter l’objectif de discussion de l’espace constitué par les commentaires et de ne pas l’occuper pour vos propres usages ou la maturation de vos propres idées indépendamment des perspectives développées par les billets publiés ici, ou plus généralement par ce carnet. Cet espace est public et j’ai choisi pour l’instant d’en faire un espace ouvert aux commentaires car je suis convaincue que les commentaires sont potentiellement des lieux de dialogue.  Mais les espaces numériques, précieux, comme tous les lieux potentiels d’échanges, sont aussi fragiles, en particulier s’ils tombent dans l’écueil des monologues juxtaposés.

Pour qu’un carnet vive…

Il faut, pour qu’il vive, qu’un carnet de recherche, qu’il soit collectif ou individuel, ait un sens. Qu’il remplisse un besoin, ou des besoins.

Le mien a eu un sens, multiforme et mouvant pendant plusieurs mois, plusieurs années. Il a accompagné mon travail de thèse, en faisant vivre notamment des réflexions qui jalonnent la thèse, sans y apparaître directement.

J’ai été portée par deux intentions, suffisamment intriquées pour que je n’arrive pas toujours à les démêler, et qui, lorsque l’une prend trop le pas sur l’autre, empêchent l’écriture de se déployer : partager une réflexion en cours (intervention du regard du lecteur) et donner forme à des pensées volatiles (rôle personnel, parfois intime, de l’écriture), en les ancrant et les inscrivant dans un cadre et dans un format.

Aujourd’hui, il me semble que le carnet se décale, sans trop savoir à l’avance vers où.

J’aime l’idée qu’un carnet de recherche soit vivant et que son statut change.

Je ne conçoit pas mon carnet comme un lieu d’unique valorisation d’une réflexion déjà faite, mais bien comme le lieu de matérialisation, d’élaboration et de partage d’une pensée en cours.
De ce fait, je ne peux pas savoir encore ce qui s’y déploiera dans les semaines et les mois à venir, de la même manière que je ne peux prévoir à l’avance quelles seront les notes que je prends sur mes carnets papier, dans leur contenu ou leur forme.

L’Infusoir est en mutation. Celle-ci ne sera peut-être pas palpable de l’extérieur.  Il est question de la place de cet espace dans ma pratique de recherche et du sens que je donnerai au fait d’écrire ici.

Illustration : Clémentine Robach

Ces lieux de pensées

Les Espaces réflexifs font partie des lieux numériques où je me sens bien. Et sont l’un de mes lieux de recherches. Ils s’animent en Juin et cela me réjouit.

Les espaces numériques peuvent constituer une extension de nos bureaux, une extension de ces espaces que nous occupons en tant que chercheurs. Une extension de nos ordinateurs, qui s’ouvrent sur d’autres pensées, à un lien de distance.

Mes espaces de recherches sont finalement ceux qui permettent la rencontre avec d’autres perspectives, d’autres regards, d’autres historicités. D’autres questionnements. Numériquement ou non. Académiques ou non. Dans des proximités plus ou moins fortes. Dans un certain entre-soi ou au contraire à la recherche d’une altérité de réflexion.

Les frontières de nos institutions, de nos disciplines s’en trouveraient pour un peu estompées…

Je suis de plus en plus convaincue que le même n’induit pas la boucle, ne permet pas de se décentrer, de se décaler pour mieux comprendre ce que l’on fait, ou justement, ce que l’on cherche à comprendre. Le même permet de creuser le sillon.

Je ne crains pas le désaccord s’il est fécond. Si l’interlocuteur critique prend d’abord au sérieux la perspective de l’autre, sans la réduire à la sienne, ou la ranger sous la sienne.

Le numérique a un réel effet sur ma recherche. Les Espaces réflexifs ont eu un effet sur ma thèse. Et le numérique est tout sauf déconnecté de ces autres espaces que j’occupe avec tout autant d’envie et d’intérêt, quand la rencontre et le dialogue avec une autre perspective sont rendus possibles : livres, colloques, réunions, discussions informelles,…

Des espaces ? Des lieux de pensées, avec mais pas nécessairement comme.

Le chercheur responsable : de quelles responsabilités parle-t-on ?

Billets précédents :

Comment aborder la question de la responsabilité sociale des scientifiques ? (29 août 2011)

La responsabilité, une valeur pour la recherche (29 août 2011)

Ethique et responsabilités des chercheurs : vers des espaces de réflexivité (26 octobre 2011)

J’interviens mardi soir prochain, avec Jean-Paul Martin et Rémy Marchal aux Arts et Métiers Paris Tech à Cluny, dans le cadre d’une conférence organisée par « Le Centre de Conférences Internationales de Cluny – Arts et Métiers ParisTech Cluny et Cluny Chemins d’Europe », et intitulée « La recherche scientifique et son impact sociétal : une question de responsabilité »

Illustration : cc gogoloopie, sur Flickr

La question de la responsabilité : les chercheurs doivent-ils être responsables ?

Mon intervention partira de cette idée de « question » de responsabilité. Où et comment se pose la question de la responsabilité du chercheur ?

« Une question de responsabilité » : on ne précise pas de qui, et c’est en soi très intéressant. Car justement, qui est responsable, et de quoi ? Les chercheurs ont-ils des responsabilités particulières ? Devant qui ? Doivent-ils prendre des responsabilités et qui les y poussent ? Eux-mêmes, leurs pairs ou d’autres acteurs sociaux, qui ne sont pas chercheurs ?

L’UNESCO organisait récemment (le 9 décembre 2011) un séminaire intitulé « Les scientifiques doivent-ils être responsablies ? Fondements, enjeux et évolution normative ».

La formulation même du titre de ce séminaire, auquel je n’ai pas pu assister, mais dont les résumés des interventions sont disponibles sur le site diplomatie.gouv.fr, et dont je lirais les actes avec grand intérêt s’ils sont sont mis en ligne1, est très intéressante.

« Les scientifiques doivent-ils être responsables ? » La question de la responsabilité se pose-t-elle pour les scientifiques, et à quels niveaux (et j’entendrais ici par « scientifiques » les chercheurs, afin d’ancrer mon discours dans une pratique professionnelle, un métier, un statut) ?

Dans le cadre de mon travail de thèse, je m’intéresse en particulier aux normes et valeurs exprimées dans les discours de doctorants en biologie expérimentale. Ils expriment à plusieurs reprises, au cours des entretiens, ce à quoi correspond pour eux le « bon » chercheur, ce que « doit » faire un doctorant ou un chercheur dans sa pratique de recherche, pour être reconnu, légitime, c’est-à-dire notamment légitimé par ses collègues et en particulier via les processus d’évaluation.

« […] quelque chose n’est une norme, au sens déontique de ce qu’on doit ou de ce qu’il est permis de faire, que si l’agent qui s’y conforme est libre de le faire, et s’il est possible de le blâmer ou de le tenir comme responsable de ne pas l’avoir suivie. »(Engel, 2003)

Exemple – Entretien avec un doctorant en biologie expérimentale (février 2010)

« En fait ça, c’est dans la politique du laboratoire, vraiment chaque thésard doit partir, enfin doit, il veut pas, il le fait pas, mais normalement, une fois pendant sa thèse à un congrès international. Il débloque, le laboratoire débloque des fonds pour ça, vraiment spécifiquement, parce que, ça fait partie de notre formation, et donc… ça y a, y a pas de soucis. »

Dans la question « les scientifiques doivent-ils être responsables » se pose la question de la norme et de celui, ceux, qui fixe(nt) la norme.

S’agit-il d’une norme instituée, dans les textes, qui contraindrait les chercheurs de telle sorte qu’ils n’ont pas le choix ? S’ils souhaitent pouvoir continuer à excercer leur métier, ou bien progresser dans leur carrière (être « bien » évalués), ils « doivent » être responsables.

S’agit-il d’une norme tacite, implicite, qui définirait ce qui est « normal » pour un chercheur, c’est-à-dire accepté et valorisé par les pairs, même si cela ne constitue pas des critères explicites d’évaluation par exemple ? De la même manière qu’il est « normal » d’être honnête dans sa pratique de recherche, et que c’est le comportement de fraude qui est considéré comme anormal ou « pathologique »2, il pourrait être normal d’assumer certaines responsabilités.3

Il me semble que ce n’est aujourd’hui ni l’un, ni l’autre et que c’est justement pour cette raison que des journées comme celles de l’UNESCO sont organisées. Aujourd’hui, les chercheurs ne « doivent » pas spécialement être responsables dans leur pratique : cela ne fait partie ni de leur ethos, ni des textes de définition des missions de chercheur (article14 ici, ici ou encore ici), ni de leur évaluation4 ; bien que des recommandations dans ce sens existent.

J’entends par ethos « […] l’ensemble des valeurs et des normes teintées d’affectivité auxquelles l’homme de science est censé devoir se conformer. » (Merton, 1973, p.267 ; cité dans Vinck, 2007).

Au cours de mon travail de thèse, j’ai relevé (voir présentation ici) dans les discours des doctorants en biologie expérimentale, en entretien, ainsi que dans la présentation des qualités du chercheur, par mes étudiants en master Biosciences, une très faible occurrence de l’idée de responsabilité, en tant que valeur individuelle du chercheur, ou valeur collective de la recherche.

J’entends par valeurs des « références morales et éthiques instruisant un jugement sur l’homme et la société » (Audigier,1991).

Ce constat, notamment, contribue à alimenter l’idée que la responsabilité n’est pas une valeur actuelle de la recherche.

Elle est souvent perçue (et je m’appuie ici essentiellement sur mon expérience personnelle), par les chercheurs, comme une interpellation contraignante de la société et parfois comme une limitation, incompatible avec une éthique de la connaissance beaucoup plus partagée. C’est le cas, de la même manière, pour les questions d’éthique au demeurant, que les chercheurs présentent parfois comme ne faisant pas partie de leur « compétence » ou « domaine d’expertise ». D’où l’importance, à mon avis de l’intégration de ces dimensions dans les formations de futurs chercheurs.

Éthique de la connaissance

Exemple – Entretien avec un doctorant en biologie expérimentale (avril 2010)

« Faire de la recherche, c’est vrai ça, qu’est-ce que ça veut dire [rires] ? Faire de la recherche pour moi c’est… tenter… de répondre à une… question… soit que, totalement nouvelle… enfin répondre à une question dont on a pas entièrement la réponse en tout cas quoi. Donc soit c’est une question qui n’a jamais été posée et tu poses la question, soit c’est une question qui existe plus ou moins déjà, mais qu’il s’agit de… réinterroger, sous un autre angle, une autre perspective etcetera, voilà. Donc faire de la recherche derrière il y a, l’idée que à l’issue de notre travail on va avoir produit de la connaissance, ou en tout cas, si le mot était un peu pompeux [rires] juste produit des morceaux de réponses à des questions. »

« C’est l’impératif : connaître pour connaître. L’impératif de connaître doit triompher, pour la connaissance, de tous interdits, tabous, qui la limiteraient. Ainsi, la connaissance scientifique, depuis Galilée, a victorieusement surmonté les interdits religieux. Or l’éthique du connaître tend d’elle-même à s’opposer à toute autre valeur, et cette connaissance « désintéressée »

E. Morin (1990). Science avec conscience, Paris : Seuil.

« La responsabilité est une notion humaniste éthique qui n’a de sens que pour un sujet conscient.

Or la science, dans la conception « classique » qui règne encore de nos jours, disjoint par principe fait et valeur, c’est-à-dire élime de son sein toute compétence éthique, fonde son postulat d’objectivité sur l’élimination du sujet de la connaissance scientifique. Elle ne fournit aucun moyen de connaissance pour savoir ce qu’est un « sujet ».

La responsabilité est donc non-sens et non-science. Le chercheur est irresponsable par principe et métier. »

E. Morin (1990). Science avec conscience, Paris : Seuil.

Quand Edgar Morin écrit que cette conception règne, il ne signifie pas qu’elle est pertinente, au contraire, puisque son ouvrage s’intitule « Science avec conscience », et que les travaux de recherche menés sur la relation entre sciences et valeurs soulignent son omniprésence dans les pratiques de recherche actuelles et passées (voir par exemple ici et ici).

« La science n’est plus la vérité – Parallèlement, le statut amoral et apolitique du savoir scientifique est remis en question. Non seulement les experts sont souvent soupçonnés de partialité, mais la distinction bien tranchée entre faits et valeurs est reconsidérée. Il est aujourd’hui reconnu et pleinement assumé que la production scientifique ne privilégie pas que des valeurs épistémiques comme la vérité, l’objectivité, la simplicité, mais aussi des valeurs sociales, économiques et culturelles. » (Bernadette Bensaude-Vincent, 2011)

Photo : cc Martino's doodles sur Flickr

La responsabilité réside d’abord dans des choix

« La recherche scientifique et son impact sociétal : une question de responsabilité « . Cette conférence, mardi, axe son regard sur « l’impact sociétal » de la recherche : est-ce l’objet par excellence pour lequel se pose la question de la responsabilité ?

« J’entends assez souvent parler de la « responsabilité » du scientifique face à ses découvertes. Schématiquement, on estime que le scientifique doit se préoccuper des conséquences sociales, politiques, bref humaines, de celles-ci. On donne souvent comme exemple le développement de l’arme nucléaire : n’était-il pas irresponsable de la part des scientifiques impliqués de produire pareils instruments de destruction ? » (David Monniaux, 2011)

Quand on parle de responsabilité, on pense souvent aux applications de la recherche. Et lorsque l’on parle de responsabilité aux chercheurs, ils se sentent acculés et disent « Les applications de la recherche, on n’y peut rien ! ». Ils évacuent par la même occasion la question de la responsabilité. Alors qu’elle se trouve à plein d’autres niveaux sur lesquels ils ont une action directe possible.

Je pense que les acteurs de la recherche (ingénieurs, doctorants, enseignants chercheurs, stagiaires, etc) auraient pour commencer à intégrer cette notion, de manière constructive, dans leurs pratiques : il y a en effet beaucoup d’autres moments où se joue la responsabilité du chercheur, à définir et identifier, dans le quotidien de leurs recherches.

La responsabilité dans une multitude de choix, au quotidien de la recherche

« Être responsable, c’est choisir librement, à partir de la meilleure information possible, mais sans jamais pouvoir être sûr de l’avenir, et en acceptant la possibilité d’avoir, plus tard, à réviser ce choix. »

(Jean-Claude Ameisen, 2005 ; p72)

Ainsi, par exemple, cela reviendrait à se demander :

« Où sont les choix réels que l’on fait en publiant, en étant évalué, en enseignant, en choisissant de mettre à disposition ses données ou non, en communication à l’oral telle information plutôt qu’une autre, etc. »

« Quels sont les comportement intègres ou non ? »

« Quels sont les choix éthiques, ou non, responsables ou non ? »

« Pourquoi ai-je choisi d’être financé par tel organisme plutôt que tel autre ? Avais-je le choix ? »

« Où sont mes choix ? »

Face à ces choix, Max Weber, dans Le Savant et le Politique identifiait deux morales : la morale de la responsabilité et celle de la conviction.

 « Ou bien j’obéis à mes convictions – pacifistes ou révolutionnaires, peu importe – sans me soucier des conséquences de mes actes [morale de la responsabilité], ou bien je me tiens pour comptable de ce que je fais, même sans l’avoir directement voulu, et alors les bonnes intentions et les cœurs purs ne suffisent pas à justifier les acteurs [morale de la conviction]. » (préface de Raymond Aron, Le Savant et le Politique, 1959 ; p.31)

« Max Weber ne veut pas dire que le moraliste de la responsabilité n’a pas de conviction ni le moraliste de la conviction pas de sens de la responsabilité. Il suggère que, dans des situations extrêmes, les deux attitudes peuvent se contredire et qu’en dernière analyse l’un préfère l’affirmation intransigeante de ses convictions au succès et l’autre sacrifie ses convictions aux nécessités de la réussite, l’un et l’autre étant moraux à l’intérieur d’une conception de la moralité. » (préface de Raymond Aron, Le Savant et le Politique, 1959 ; p.53)

Quels sont ces choix ? Se poser la question et les identifier

Encore faut-il identifier où se situent ces choix et se rendre compte, dans la pratique, que l’on fait un choix :

en choisissant de publier dans une revue plustôt qu’une autre (voir boycott récent), en brevetant un résultat (voir exemple du C.O.V), en acceptant un financement au détriment d’un autre, en participant à la diffusion mise en circulation des savoirs, en contribuant à des recherches interdisciplinaires, etc.

Et que ces choix engagent des valeurs.

Quant aux responsabilités liées aux impacts sociétaux, puisqu’il s’agit de choix de société, nous impliquant tous en tant que citoyens, il me semble qu’elles ne peuvent être prise que collectivement, dans des formes de co-responsabilités, qu’il reste encore à inventer, et que certains expérimentent déjà (ici et ici par exemple).

Suite de ce billet à venir

Responsabilité et réflexivité : quel rapport ?

Pour l’écriture de ce billet et mes réflexions sur ces thématiques, je dois beaucoup aux échanges que nous avons eus avec Barthélemy Durrive et Julie Henry au sujet des normes, des valeurs et de la responsabilité ; et plus largement aux séances organisées dans le cadre du Labo Junior « Enquête sur l’homme vivant » et aux vivifiantes discussions entre ses membres.

Quelques références

Ameisen, Jean-Claude (2005) Cahiers du Mouvement universel de la responsabilité scientifique, ISSN 0297-7664, N° 44, p. 64-86

Bensaude-Vincent, B. (2009). Les vertiges de la technoscience – Façonner le monde atome par atome, Paris : Editions La Découverte.

Engel, P. et Mulligan, K. « Normes éthiques et normes cognitives », Cités 3/2003 (n° 15), p. 171-186. URL : www.cairn.info/revue-cites-2003-3-page-171.htm.

Lechopier, N. (2011) Les valeurs de la recherche. Enquête sur la protection des données personnelles en épidémiologie, Paris, Michalon

Morin, E. (1990). Science avec conscience, Paris : Seuil.

Weber, M. (1963). Le savant et le politique. Paris : Plon [1ère édition : 1959].

Bensaude-Vincent, B. (7 octobre 2011) « La nouvelle place du citoyen » Ouvertures [Site internet]. http://www.ouvertures.net/portail/l_id.asp?doc_id=525

Faury, M (24 mars 2011) “Entre normes et valeurs, les discours balancent-ils ?“. L’infusoir [carnet de recherche]. http://infusoir.hypotheses.org/912

Maurel, Lionel (6 juin 2010) Obtention végétale : le droit d’auteur pourrait en prendre de la graine ! S.I.Lex [blog] http://scinfolex.wordpress.com/2010/06/06/obtention-vegetale-le-droit-dauteur-pourrait-en-prendre-de-la-graine/

Monniaux, D. (15 septembre 2011) « La responsabilité du scientifique : un appel à la technocratie ? » La vie est mal configurée [blog] http://david.monniaux.free.fr/dotclear/index.php/post/2011/09/15/La-responsabilit%C3%A9-du-scientifique%C2%A0%3A-un-appel-%C3%A0-la-technocratie%C2%A0

Roud, T. (29 octobre 2010) « Faut-il boycotter Elsevier ? » Matières vivantes [blog] http://tomroud.owni.fr/2010/10/29/faut-il-boycotter-elsevier/

 

  1. Appel non déguisé à cette mise en ligne []
  2. voir à ce sujet les travaux de Canguihlem []
  3. Je suis bien consciente qu’en disant cela, on ne définit toujours pas de quelles responsabilités il pourrait s’agir : mais nous n’avons pas encore fini avec la question de la possibilité même de l’existence de ces []
  4. N’hésitez pas à me signaler si des textes à votre connaissance comportent cette notion de responsabilité []

Le « carnet » de recherche

Ce billet est le premier d’une série de quatre billets sur les carnets Hypotheses dans la pratique de recherche.

J’emprunte l’idée de la série thématique à Marie-Anne Paveau qui les expérimente au fil des saisons.

Cette série est initiée par deux évènements au cours desquels il s’agissait de discuter des pratiques d’écriture sur un médium de type blog, qu’il soit hébergé sur Hypotheses.org ou ailleurs : l’émission radiophonique Recherche en cours, « To blog or not to blog ? » (25 novembre 2011) et la rencontre « Comment bloguent-ils ? » (1er décembre 2011) organisée par l’URFIST de Lyon, la Maison de l’Orient et l’Institut des Sciences de l’Homme, en partenariat avec le Cléo.

C’était inévitable… Dans un espace d’écriture et de discussion où l’on se donne pour objet de recherche, et où l’on essaye d’interroger, les espaces de réflexivité dans les pratiques de recherche (par exemple ici), il devait nous arriver de réfléchir au carnet de recherche lui-même, l’un des moments-lieux où cet effort réflexif s’effectue, à ce qu’il rend possible, à ce qu’il induit, à ce qu’il contraint et à quelques-uns de ses enjeux.

Vendredi 25 novembre, Pierre Mounier était invité dans l’émission de radio « Recherche en cours », et j’avais le plaisir de l’accompagner. Son thème « To blog or not to blog ? », est l’occasion de ces quelques éléments de réflexion, qui se veulent comme toujours amorces à la discussion, au sujet de la pratique de blogging scientifique, telle qu’Hypotheses.org la permet en particulier. Et telle que je l’envisage depuis mes propres pratiques d’écriture et de lecture.

L’émission Recherche en cours dans son intégralité :

En ligne

Le terme de « carnet de recherche »

Ce terme n’a vraisemblablement pas été choisi au hasard par M. Dacos et P. Mounier : il évoque le carnet que l’on garde dans son sac ou dans sa poche, à portée de main et d’idées, qui surgissent au fil de la journée, des évènements scientifiques auxquels on assiste, des réunions avec nos collègues, des trajets en train ou en métro. Plutôt que de noircir des pages, l’on investit nos écrans… pour soi-même mais également pour les potentiels lecteurs, ce qui conditionne bien sûr l’écriture. A vrai dire, on ne fait pas nécessairement l’un ou l’autre, on peut tout à fait faire les deux. Car comme toute pratique numérique, pour peu que l’on considère les usages liés à des outils spécifiques non pas comme des translations d’usages préexistant sur de nouveaux supports, mais comme leur réinvention permanente, le blog scientifique, ou le « carnet de recherche » remplit des fonctions, différentes selon les façons dont on se l’approprie, mais qui ne se retrouvent pas toujours dans les pratiques d’écriture qui lui préexistent.1

Le « carnet » traduit des intentions de départ : le modèle qu’avaient en tête Marin Dacos et Pierre Mounier était celui du blog scientifique de chercheur qui leur paraissait être le modèle « idéal » du genre, qui répondait à des besoins de recherche et s’intégrait à des pratiques existantes.

« C’est bien un mode de communication qui s’apparente au blog, mais dans un contexte professionnel de recherche et qui est complétement intégré aux pratiques de communication liées à la recherche. Et donc on a essayé de trouver un terme qui essayait de rendre compte de cette double affiliation. Et du coup le mot « carnet de recherche » est apparu parce qu’il s’apparentait assez fortement aux cahiers de terrain par exemple que les sociologues ou les anthropologues peuvent avoir, ou à ces carnets de notes que les chercheurs, dans les différentes disciplines des SHS utilisent pour prendre des notes en cours de recherche. Et on s’est dit, c’est un peu cela, mais que l’on rend public d’une certaine manière ». Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011.

« Dans un premier temps, on s’est rendu compte en 2008 de deux choses, qu’il y avait un certain nombre d’équipes de recherche […] qui se rassemblaient autour de projets de recherche particuliers, et qui avaient des besoins de diffusion sur le web d’informations sur l’actualité de leurs recherches. », Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011.

 « Et puis la deuxième chose est que l’on voyait […], c’est qu’il y avait de plus en plus de chercheurs en SHS qui commençaient à ouvrir des blogs personnels sur des plateformes grand public […]. Et ce que l’on a voulu faire c’est essayer de leur dire : plutôt que d’ouvrir votre blog de chercheur sur ces plateforme où l’information est complètement noyée par tous les blogs personnels, justement, et où il n’y a pas de garanties en terme de pérennisation de l’information que vous diffusez, essayer plutôt de rejoindre un plateforme, professionnelle, c’est-à-dire une plateforme qui est dédiée aux chercheurs en SHS, c’est-à-dire où vous avez un certain nombre de garanties et où votre travail est plus mis en visibilité, et peut bénéficier d’une meilleure reconnaissance. », Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011.

Au-delà d’un nom qui lui conférerait une certaine légitimité chez le public qu’il vise, le terme de « carnet » induit une utilisation, des intentions dans l’écriture, qui me paraissent différentes d’un blog « classique » : il ne s’agit pas de parler de soi, mais bien de ce qui accompagne sa recherche, ce qui en fait partie, sans avoir nécessairement de place visible dans d’autres cadres, ni même de légitimité a priori. Ainsi, selon les carnets, des cours, des échanges entre pairs, des échanges interdisciplinaires, des hypothèses en construction, des idées saisies au vol trouvent toute leur place.

« L’usage de mon blog sert d’abord mes propres fins de recherche.« , commentaire d’André Gunthert, 3 décembre 2011, sur le carnet de recherche d’Eric Verdeil (Rumor).

 » […] des chercheurs et d’autres personnels de recherche qui prennent du plaisir à écrire d’une manière différente leur recherche et à communiquer de manière différente sur leurs recherches […] », Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011

La plate-forme Hypotheses.org définit aussi un ton. Pour ceux qui écrivent, elle est identifiée comme un lieu académique, le seul critère d’ouverture d’un carnet de recherche étant l’affiliation universitaire. Pour ceux qui commentent, la parole ne semble pas aussi libre que sur d’autres formats blog, et demande parfois à être « autorisée » par l’auteur du billet.2

Pour Frédérique Giraud (Socio-Voce ; intervention le 1er décembre 2011), c’est ce qui ferait à la fois l’avantage et la limite d’une plateforme comme Hypotheses.org. Présente auparavant sur une plateforme plus généraliste, elle ne retrouve plus les mêmes commentaires à ses billets sur son carnet de recherche, ce qui lui semble être le signe d’une moindre fréquentation de son site par le public qu’elle visait initialement : le grand public auprès duquel il s’agissait de partager les questionnements de la sociologie. Difficile de savoir, si ceux qui lisent s’auto-censurent dans la mesure où, justement, ils ne laissent que des traces statistiques qui ne disent pas grand chose d’eux-mêmes (voir la notion de conversation silencieuse, proposée par Marin Dacos).

L’argument d’Hypotheses.org : être lu par des pairs plutôt que par le grand public ? Question de David Dumoulin dans l’émission REC – 25 nov. 2011

Réponse de Pierre Mounier : plutôt l’importance de l’archivage des billets et de fonctionnalités spécifiques à l’écriture en sciences humaines et sociales

Le statut de la publication électronique d’un billet

Récemment, la BNF (Bibliothèque Nationale de France) a donné une forme de légitimité aux carnets de recherche en leur attribuant un ISSN lorsqu’ils remplissaient les critères d’attribution (voir ci-dessous).
Ils ne sont pas « reviewés », et donc non comparables en cela avec des publications dans des revues à comité de lecture par exemple (mais ce n’est pas non plus leur objet), ils ne peuvent pas être rigoureusement cités (à ma connaissance), selon des normes partagées, mais les billets sont maintenant accessibles en tant que ressources de la recherche en sciences humaines et sociales, dans des moteurs de recherche comme Isidore et OpenEdition.

Extrait du billet publié sur le carnet d’OpenEdition, par Frédérique Muscinesi, le 22 juin 2011 :

« Le Cléo a obtenu l’attribution d’ISSN aux carnets de recherche d’Hypotheses.org.

Les ISSN caractérisent des publications en série qui, dans le cas d’un support numérique, doivent répondre à cinq conditions nécessaires que l’ensemble des carnets qui se trouvent sur Hypotheses.org remplissent largement.

Ces conditions sont les suivantes1 :

  • avoir un contenu éditorial, c’est-à-dire des textes dont le traitement éditorial ou journalistique est évident ;
  • un responsable éditorial ;
  • un titre définitif et aisément accessible qui ne soit pas modifié au cours des mises à jour du site ;
  • une url valide qui conduit au contenu ;
  • un contenu cohérent s’adressant à un public défini. »

Le statut de l’écriture d’un billet dans la pratique de recherche

Que va-t-on publier sur un carnet de recherche ? Avec quel degré d’aboutissement ?

Parle-t-on de ses recherches et si non, si on ne les aborde pas « directement » s’autorise-t-on à parler de tout ce que l’on souhaite ?

Ma réponse serait que nous pouvons par exemple y parler de tout ce qui constitue, à mon sens, la pratique de recherche dans sa globalité, sans en constituer la partie la plus immédiatement visible :  les enseignements, les évènements scientifiques auxquels on assiste, les rencontres avec des chercheurs et leurs objets de recherche, leurs cadres de référence,  etc. On se rend dès lors compte à quel point le statut donné à l’écriture de billets de carnet de recherche peut exprimer un certain rapport à la recherche, à ce que l’on considère comme montrable ou non, légitime ou non, selon que l’on décide de prendre le temps « pour ça », au milieu de tant d’autres priorités, tellement contraints que nous sommes par les critères d’évaluation, eux-mêmes l’expression d’une certaine conception de la recherche.

Mais ce qui constitue notre pratique de recherche n’est pas toujours identifié comme tel, et nous mettons parfois un moment avant de réaliser quel rôle joue une lecture à un moment donné de notre travail de recherche, la rencontre avec un nouveau cadre de référence, l’intervention d’un chercheur, de notre domaine ou non, sur l’orientation de nos propres questions de recherche, sur la façon de considérer nos hypothèses de départ, nos éventuels postulats, etc.

Les carnets de recherche sont une occasion potentielle de partager la manière dont nous « rencontrons d’autres objets au cours de nos recherches » comme le dit Franscesca Musiani, et comment ils entrent en résonance, ils s’articulent avec les nôtres. Ainsi, dans L’Infusoir, je n’aborde que très rarement de front mon propre sujet de thèse : tout ce qui y est mis en discussion, en visibilité, constitue pourtant ma recherche, au sens où mon objet de recherche évolue et se nourrit de tout ce que je peux lire, rencontrer et écrire au contact d’autres problématiques de recherche, mais aussi de ce que je suis amener à construire dans mes enseignements, et lors d’interventions dans des évènements scientifiques ou interprofessionnels. Ces formes d’écriture prennent une autre place dans la pratique de recherche que celle de l’écriture d’articles ou d’un ouvrage : celle de la construction, petit à petit, d’objets et de questionnements de recherche.

Il est important de préciser, en guise de fin provisoire, qu’il existe presque autant de type de carnet que de carnets ouverts, même si de grandes tendances se dessinent, relatives notamment aux catégories proposées par Hypotheses.org lors de l’ouverture d’un carnet : catégories de carnet, de lecteurs attendus, de contenus. Il semble que l’on puisse qualifier les carnets de recherche d’espaces et de pratiques de recherche, que les chercheurs, les documentalistes, les doctorants, les équipes, etcetera s’approprient.

Quelques exemples concrets de la diversité des carnets :

« Ce carnet de recherche espère rendre compte d’une activité de recherche conduite autour de l’objet historique « dessin ». »

« Ce carnet de recherche est un espace de réflexion sur la théorie du discours envisagée sous des angles épistémologiques renouvelés. « 

« Le carnet « Les aspects concrets de la thèse » est un espace collaboratif ouvert à toutes les bonnes volontés. »

« Le Blog de la documentation du Laboratoire Cresson propose des actualités (annonces de colloques, d’appels à contribution, de nouvelles publications) sur les thèmes de recherche du laboratoire : les ambiances architecturales et urbaines ainsi que les approches sensibles de l’espace. Les informations rassemblées ici sont publiques et issues d’un travail de veille à partir de sites, de flux rss ou de newsletters. »

« L’Observatoire Urbain d’Istanbul est un des quatre observatoires de l’IFEA. Il s’intéresse prioritairement à l’étude des phénomènes qui accompagnent la métropolisation d’Istanbul (développement urbain, environnement, immobilier, vie politique et économique, politiques culturelles) »

Prochains billets de la série :

2. Le carnet de recherche comme pratique de chercheu.se.s

3. Le carnet de recherche comme pratique de recherche

4. Le carnet de thèse

Références

André Gunthert, « Why Blog ? », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/174

Antoine Blanchard, « Ce que le blog apporte à la recherche », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/172

Pierre Mounier, « L’édition électronique : un nouvel eldorado pour les sciences humaines ? », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/169

Billets de blogs ou carnets de recherche

La conversation silencieuse, Marin Dacos, 23 juillet 2009 sur blog.homo-numericus.net

Ouvrir un carnet sur Hypothèses ? Pourquoi pas vous ? , 2 décembre 2011, sur Le Cresson veille

Comment je blogue , Eric Verdeil, 4 décembre 2011 sur Rumor

  1. Paragraphe écrit avoir d’en avoir parlé avec P. Mounier, qui explique les intentions initiales dans l’émission REC []
  2. Paragraphe écrit après en avoir discuté avec P. Mounier, et après avoir assisté à la rencontre « Comment bloguent-ils ? », à laquelle participaient Eric Verdeil, Françoise Acquier, Frédérique Giraud, Pierre Mercklé et Pierre Mounier []

A travers champs – Sciences Sociales 2.0

A travers champs : à l’opposé de la recherche buissonnière, l’enrichissement de la démarche réflexive par l’altérité disciplinaire.

Jeudi 17 novembre, à Lyon, se déroulait la journée d’étude Sciences Sociales 2.0 (voir le programme) marquant les 10 ans de Liens Socio, qui a donné naissance au printemps 2011 à la revue Lectures.

Archivage  des tweets #socio2 de la journée (par @piotrr70) / Fichier pdf

Prise de note collaborative (version etherpad, version pdf) – Détournement du principe de l’etherpad : ici

Le billet de Pierre Mercklé sur la journée

Sur le principe de Conférence 2.0 voir le billet de J. Chibois et le commentaire de P. Mounier sur les questions de convivialité entre chercheurs

Vidéos de la journée Sciences Sociales 2.0 en ligne (à venir)

J’avais le plaisir d’être discutante d’Antonio A. Casilli (@bodyspacesoc), qui intervenait sur la question « Comment les usages numériques transforment-ils les sciences sociales ? » (présentation en ligne), en abordant la question selon trois principaux angles :

  • rapport aux objets et méthodes ;
  • rapport aux savoirs ;
  • rapport à la demande sociale ;

J’ai découvert son travail, très intéressant, à cette occasion, et notamment l’ouvrage Les liaisons numériques.

En lisant le résultat de ses recherches portant sur la société en réseaux, définie, suivant Will F. Jenkins, comme « un espace social, où des corps interagissent pour créer des liens de coexistence » (Casilli, 2010), j’avais en permanence en tête la question suivante : « Quelles seraient les conséquences des usages numériques sur ces trois aspects dans la pratique de recherche en science sociales ? »

Avant toute chose, et depuis mon approche à la croisée des études des sciences et technologies (ou STS, Science and Technological Studies) et des sciences de l’information et de la communication (SIC), considérer la question « comment les usages du numériques transforment les sciences sociales ? », comme Pierre Mercklé l’avait proposé à Antonio Casilli, m’a amené à me demander : « les sciences sociales en tant que quoi ? ». Il me semble qu’adopter alternativement différents regards possibles de la sociologie des sciences (Vinck, 2007) mais aussi des SIC nous permet de parcourir différents aspects possibles des transformations des sciences sociales par les usages numériques. Un exercice un peu systématique, sans doute un peu scolaire, qui m’ouvre beaucoup de réflexions quant aux effets du numérique sur les pratiques de recherche, en sciences sociales en particulier.

Je livre ici ces quelques réflexions, de manière un peu abrupte, et sous forme de questions, dont une bonne partie ont déjà trouvé des éléments de réponse lors de la journée Science Sociales 2.0.

Tous vos commentaires, retours critiques, pistes, références et compléments sont les bienvenus !

Photo : Y. Calbérac

Les sciences sociales comme institution sociale de production des connaissances rationnelles

Comme dans toute institution, du normatif au normal1 , des normes structurent les pratiques de recherche.

Comment les usages numériques changent-ils (ou non) les normes de l’institution, au sens d’espace social normé ?

Quelles sont les nouvelles règles qui s’instaurent (évaluation, publication, communication), selon les disciplines, les nouvelles habitudes qui s’établissent, et les valeurs qui naissent, s’installent ou s’effacent (efficacité, quantité, rapidité, etc.) ou à l’inverse les contre-valeurs et contre-normes qui émergent ?

Les valeurs (et les cultures) des différents collectifs composant la recherche (disciplines, institutions, générations, etcetera) ne sont vraisemblablement pas les mêmes vis à vis du numérique. Les usages numériques sont-ils en train de redéfinir une « hiérarchie des disciplines » selon qu’ils y sont centraux ou périphériques, selon qu’ils sont des outils, des méthodes ou des moyens de communication ou de construction de réseaux sociaux ?

Comment les usages numériques transforment-ils par exemple les principes d’accumulation de crédit et de reconnaissance par les pairs ? Comment jouent-ils plus particulièrement sur le positionnement des acteurs de la recherche en sciences sociales ?

Et peut-être avant tout : quels types d’usages sont faits des outils numériques dans la recherche ? Quelle proportion de chercheurs utilise les outils numériques dans leur dimension relationnelle ? L’usage principal (prédominant) n’est-il pas avant tout celui de la production de données ?

Comment les usages numériques transforment-ils les modes de production des connaissances et les objectifs des institutions de recherche quant à la production de connaissances  (qualitativement et quantitativement) ?

Quelles sont les nouvelles temporalités qu’ils proposent / imposent ? Quelles sont les normes d’évaluation qu’ils favorisent ?

Comment les questions de gestion des données se posent-elles ? 

A quoi les chercheurs renoncent-ils éventuellement en termes de connaissances productibles, sur un plan épistémologique ?

Les sciences sociales comme reflet de cultures et de sociétés locales

Si l’on considère maintenant que « les intérêts des scientifiques et des groupes sociaux auxquels ils appartiennent orientent l’activité scientifique » (Vinck, 2007), on peut s’intéresser à la manière dont les usages numériques transforment les sujets de la recherche, reflet de l’intérêt plus large d’une société pour ces problématiques.

Dans quelle mesure ce qui se passe dans la recherche en sciences sociales reflète-t-il ce qui se passe plus largement dans notre société ?

Les usages numériques définissent-ils une nouvelle culturelle matérielle et cognitive locale dans notre société, dont la recherche en sciences sociales serait le reflet ou voit-on se développer une culture numérique spécifique aux sciences sociales ?

Les sciences sociales comme ensemble de pratiques de communication et comme système d’échanges

Comment les usages numériques transforment-ils les modes de communication entre chercheurs et avec la société ? Comment les usages numériques mettent-ils en réseau les chercheurs en sciences sociales, entre eux et avec la société ?

Maintenant que l’informatique est devenue « relationnelle et communicante », comme le dit Antonio Casilli, quels statuts / quelle part les usages numériques occupent-ils dans les pratiques de communication quotidiennes des pratiques de recherche en sciences sociales, et quels rôles jouent-ils ?

Comment ces formes de communications organisent-elles physiquement le laboratoire ? Comment les usages numériques structurent-ils les espaces sociaux de la recherche et la façon dont les corps interagissent, ou encore transforment-ils la manière dont les liens de coexistence inter-individuels, inter-professionnels ou encore interdisciplinaires s’établissent (Casilli, 2010) ?

Comment les professionnels de la recherche et de la circulation des savoirs, les différents métiers qui les rendent possibles, se réorganisent-ils, se redéfinissent-ils potentiellement, autour des usages numériques ?

Voir à ce sujet les questions abordées dans le cadre de l’Université d’été du Cléo (septembre 2011).

Comment les usages numériques posent-ils la question de l’échange d’information et de la circulation des savoirs ?

Comment les usages numériques transforment-ils notamment le rapport à l’information (lecture, flux, gestion) et à la propriété intellectuelle dans les sciences sociales ? Comment s’articulent-ils ou non avec les modes actuels de validation scientifique de l’information ?

Si l’on considère les sciences sociales en tant que construction de réseaux sociotechniques et de collectifs de recherche, on peut se demander comment les usages numériques transforment les réseaux d’acteurs, leur densité, leur extension, la nature de leurs liens, ainsi que comment ils s’articulent et s’ils ont des effets sur les réseaux non virtuels.

Comment s’articule, ou non, par exemple le sentiment d’appartenance à une communauté de chercheur en ligne (exemple : les carnetiers d’Hypotheses.org) avec celui de l’appartenance avec une communauté hors ligne, celle de ses collègues, d’un même laboratoire, d’une même discipline ?

Quels sont les enjeux des communautés numériques pour la recherche et les chercheurs (capital symbolique, reconnaissance, etcetera), dans la mesure où celle-ci fonctionnent, de la même manière que les communautés non virtuelles, sur les principes suivants (Casilli, 2010) :

1. « plus un individu est reconnu par la collectivité, plus il se sent appartenir à celle-ci » ;

2. « le sentiment d’épanouissement éprouvé par chaque membre du collectif tient davantage à l’échange avec les autres qu’à son activité solitaire » ;

3. un membre d’un collectif ressent sensation de manque associé à la privation de l’échange, de l’interaction avec les autres.

Les communautés virtuelles adjoignent à ces caractéristiques la spécificité de conférer un « sentiment d’efficacité« , et des satisfactions presque instantanées, dans la mesure où « le don de temps et d’énergie pour la collectivité [y] serait récompensé de manière claire, immédiate et proportionnelle à l’effort  » (Casilli, 2010).

A. Casilli ajoute que les communautés virtuelles sont autant « ressenties » que celles établies dans des espaces physiques, et que « les pratiques communautaires en ligne s’ajoutent à celles qui préexistent et ne se substituent pas à elles ». Les usages numériques relationnels sont-ils dès lors amenés à se répandre, dans la mesure où ils semblent contenter certains besoins associés au travail en collectif, exprimés notamment par les doctorants (en sciences humaines ou en sciences expérimentales) ?

Comment les chercheurs s’approprient-ils des pratiques numériques de manière à ce que cela fasse sens pour eux : par des pratiques, des discours, des valeurs qui croisent ce qu’ils projettent sur leur pratique de recherche ?

Comment les trois principaux facteurs de participation aux communautés virtuelles, citées par A. Casilli (2010), d’après Peter Kollock, peuvent-ils recroiser la manière dont certains chercheurs investissent leur pratique IRL (In Real Life), et combler éventuellement un manque ressenti dans la pratique quotidienne de la recherche2 ?

1. Motivation par le principe du don-contre-don : en fonction de son investissement, on reçoit des informations, de l’aide, du support assuré par les autres ;

2. Désir de reconnaissance publique : ce qu’A. Casilli appelle le « cercle vertueux de reconnaissance et d’engagement »;

3. Sentiment que le comportement individuel peut changer la donne ou « compter pour quelque chose » ;

En bref, comment les usages numériques reconfigurent-ils la sociabilité des chercheurs entre eux, mais aussi avec la société ?

Les usages numériques participent à « créer des communautés électives » (Casilli, 2010), c’est-à-dire composées d’individus partageant nos valeurs et désirs. N’est-ce pas déjà ce que l’on fait dans les pratiques de recherche ? Pour A. Casilli, dans le cadre de la communication entre les chercheurs, fondées pour une grande part sur la convivialité3 et l’informel, les médias sociaux gommeraient la dimension conflictuelle de la recherche (controverse, luttes entre écoles…), qui l’enrichit. Ce manque ferait courir le risque potentiel d’un appauvrissement de l’échange intellectuel : comment pourrait-on réinjecter ces aspects dans les réseaux sociaux ?

@bodyspacesoc RT @yann_c: Je like! RT @piotrr70 @bodyspacesoc réclame un bouton « dislike » dans les réseaux sociaux et le possiblité de se faire des ennemis ! #socio2  / Thu, 17 Nov 2011 11:08:12 +0000 – tweet id 137124873557381120 – #529

Enfin, les communautés virtuelles ne s’établissent-elles qu’entre chercheurs ou reconfigurent-elles les relations chercheurs-non chercheurs ?

 ——

Cette journée me met finalement à la croisée des chemins : celui de l’étude des pratiques de communication dans les pratiques de recherche, de la sociologie des usages numériques et de la sociologie des sciences.

  • Quelques pistes numériques déjà engagées

Marin Dacos, Pierre Mou­nier, L’édition élec­tro­nique, Paris, La Décou­verte, 2010, 128p.

Antonio Casilli, Les liaisons numériques, Paris, Seuil, 2010, 336p.

Blogo numericus par Marin Dacos et Pierre Mounier

Blog de Pierre Mercklé

BodySpaceSociety, Blog d’Antonio Casilli

  • Des pistes à suivre

Milad Doueihi, La Grande Conversion numérique, paris, Seuil, 2008, 271p / Billet de P. Mounier sur cet ouvrage

Milad Doueihi, Pour un humanisme numérique, Paris, Seuil, 2011, 192 p. Compte-rendu sur Nonfiction

Pierre Mercklé, Sociologie des réseaux, Paris, La Découverte, 2011, 128 p.

Pierre Mounier, Les Maîtres du réseau – Les enjeux politiques d’internet, Paris, Cahiers libres, 2002, 216 p.

Communications, n° 88. « Cultures du numérique », Communications, 88, 2011 (introduction en ligne)

  • Autres références

Bourdieu, P., Homo Academicus, Paris, Les éditions de minuit, 1984, 320 p.

Le Marec, J., Babou, I. et Faury, M., Analyse du discours de la presse quotidienne à propos des résistances aux antibiotiques en contexte génétique et Pratiques de communications dans les pratiques de recherche, In : Schneider, D (Dir.), Rapport pour le programme Afsset « Gestion biologique et sociale de la dispersion des résistances aux antibiotiques », Grenoble : Université Joseph Fourier, 2010.

Le Marec, J. « Situations de communication dans la pratique de recherche : du terrain aux composites  », Études de communication , 25 | 2002 , [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2011. URL : http://edc.revues.org/index831.html. Consulté le 19 novembre 2011.

Vinck, D. Sciences et sociétés. Sociologie du travail scientifique, Paris, Ed. Armand Colin, 2007.

  1. Lors d’une séance du Labo Junior EHVI, Julie Henry avait exploré les frontières entre « normal », « normalisé », « normatif », « anomal » et « anormal ». []
  2. Ces réflexions sont en lien avec les entretiens que j’ai menés auprès de doctorants, non pas en sciences sociales, mais en biologie expérimentale : voir la Galerie de rencontres []
  3. Voir à ce sujet le commentaire de P. Mounier au billet de J. Chibois []