Archives de catégorie : Sciences et société

« Vulgariser » ? C’est à dire ? #JeVulgariseCar

 

« L’expression « vulgarisation de la science » apparaît au XIXe siècle pour désigner le fait de diffuser les connaissances savantes en les mettant à la portée du grand public. Le terme vulgaire, du latin vulgus, concernait jusque-là la foule, qualifiant ce qui est ordinaire, général et commun ; il prend sa tournure péjorative au fur et à mesure que s’affirment les valeurs bourgeoises, pour désigner en contrepoint les comportements populaires. » P. Rasse (2001)

J’interviens depuis 2013 dans un cours intitulé « Épistémologie de la médiation scientifique Cours #1« . Les récents tweets « #JeVulgariseCar » me donnent de la matière pour les prochaines éditions de ce cours, notamment afin de répondre à la question « Quelles sont les fonctions du discours de médiation scientifique ?« , qui s’articule en particulier avec le travail déjà évoqué de Baudouin Jurdant sur les fonctions de la médiation scientifique et ses ambiguïtés (enjeux didactiques, culturels, idéologiques, linguistiques).

Sauf que la dite-matière à penser se situe un peu de manière décalée. Je suis interpelée non pas directement par les raisons mobilisées par ceux qui ont répondu à la question lancée (ici) par Cécile Michaut (scientifique, journaliste et formatrice), mais bien par l’épistémologie de la communication sous-jacente à cet engagement pour la « vulgarisation ».

Quelles sont les modèles de communication qui sous-tendent les conceptions du « partage » des savoirs exprimés ? Le « partage » est en effet l’un des thèmes récurrents des réponses tweetées.

Je me lance ainsi dans un « partage » des travaux de recherche sur la « vulgarisation » (la réflexivité, encore et toujours elle). Continuer la lecture de « Vulgariser » ? C’est à dire ? #JeVulgariseCar

Epistémologie de la médiation scientifique Cours #1

Éléments de contexte

Je prépare aujourd’hui mon premier cours d’épistémologie de la médiation scientifique, auquel j’articule d’emblée des questions d’éthique de la médiation scientifique. Ce cours est construit à destination des étudiants en Master « Histoire, philosophie et médiation des sciences » de l’IRIST (Institut de Recherches Interdisciplinaires sur les Sciences et la Technologie).

 « Ce master s’adresse à tous les étudiants et les professionnels intéressés par le développement des sciences, des technologies, de la médecine et leur rôle dans la société. »

Je rencontre en particulier les étudiants des parcours « Culture, patrimoine et médiation des sciences » et « Enseignement – Histoire et philosophie des sciences ».

« Publics concernés par le master »

Le master s’adresse à différents publics d’étudiants avec l’ambition :

–         de former de futurs professionnels et de futurs chercheurs œuvrant à l’interface des domaines science/technologie/médecine et société ;

–         d’apporter une formation complémentaire à de futurs professionnels ou à des professionnels déjà en poste – scientifiques, médecins, pharmaciens, ingénieurs ou administrateurs de la recherche et de l’expertise, enseignants – qui souhaitent mettre en perspective leurs connaissances, approfondir la compréhension des enjeux sociaux des sciences, des technologies et de la médecine et acquérir un atout supplémentaire dans l’exercice de leur profession.

 Quels sont les autres cours que les étudiants des parcours 2 et 3 suivent ?

Parcours 2 :

–         Études des sciences : approche et méthodes

–         Sciences et société : théorie et pratiques

–         Politique de la culture et des publics

–         Musée et médiation en pratique

–         Méthodologie de la recherche et valorisation des compétences

Parcours 3 :

–         Études des sciences : approche et méthodes

–         Sciences et société : théorie et pratiques

–         Histoire et philosophie des disciplines scientifiques

Les questions posées dans ce cours

Les questions que je souhaite que nous nous posions pendant ce cours, en développant des formes de réflexivité individuelles et collectives, sont les suivantes :

Comment se construit un discours de médiation scientifique ?

Quelles sont les postures des acteurs et comment les comprendre ?

Quels sont les outils d’analyse de ces postures et de ces discours dont on dispose ?

Quelles sont les fonctions du discours de médiation scientifique ?

En quoi peut-on parler d’éthique de la médiation scientifique ?

Comment peut-on mettre en œuvre des formes de réflexivité sur les enjeux des discours de la médiation scientifique ?

Le lieu du premier cours

En quoi le lieu du cours est-il lié, par son histoire et par son actuelle fonction, aux questions que nous nous posons ?

Ce premier cours aura lieu dans un espace symboliquement fort, regroupant aujourd’hui des ressources en Épistémologie, Histoire des sciences, Philosophie des sciences, Didactique des sciences, Communication Scientifique ; et faisant partie hier des locaux du GERSULP ( Groupe d’Étude et de Recherche sur la Science – actuel IRIST).

Contenu initialement prévu du cours face à un déroulement souvent porté par l’improvisation, dans l’interaction avec les étudiants

Qu’est-ce que la médiation scientifique ?

– Définition en terme de discours : « parler de et sur la science »

Réf : JURDANT, B. (2006b). Parler la science ? Alliage n°59. [en ligne], consulté le 20 avril 2012. URL : http://www.tribunes. com/tribune/alliage/59/page6/page6. html

Comment peut-on caractériser un discours ? Approche en sciences de l’information et de la communication

–   Situé – moment, endroit ;

–   Adressé – cibles ;

–  En relation – discours oral en particulier et possibilité de transformation / modulation / évolution du discours dans cette relation ;

Comment peut-on caractériser plus particulièrement un discours de vulgarisation, de médiation scientifique ?

Pour le définir, considérer, dans un premier détour : comment travaillent les médiateurs scientifiques ?

Caractérisation possible, que nous utiliserons dans le cadre de ce cours :

–         qui construit ce discours ?

–         quel est le public cible ?

–         quels sont les objectifs de ce discours ?

–         quel est le contexte de ce discours ?

photo
Fête de la Science à l’Université de Strasbourg

Exercice collectif

Visite de laboratoire : fête de la science / Visite de laboratoire « Science académie » : quelles différences en terme de caractérisation des discours de médiation construits ?

  • Quels sont les objectifs possibles d’un discours de médiation scientifique ? Ou plutôt de quoi dépendent-ils ?

L'(les) intérêts du porteur de discours  : Peut-on le / les « repérer dans les discours » ?

Exercice collectif – Analyse d’accroches de B. Labasse

Doc – Exemples accroches

  • De l’analyse du discours des autres, à celle en retour de son propre discours sur la science : réflexivité par l’autre et par soi

Quels sont mes intérêts pour la science ? Pourquoi ai-je envie d’en parler ? Pourquoi est-ce que je m’intéresse aux sciences ?

Explicitation personnelle

1/ qu’est-ce que la science ?

2/ qu’est-ce qu’un discours de médiation scientifique ?

Exercice collectif

1/ analyse « qu’est-ce que la science ? » pour des M1 Biosciences

Doc – Qu’est-ce que la science

2/ pourquoi pourraient-ils avoir envie d’/ un intérêt à en parler dans une situation de médiation scientifique ?

Analyse de discours de médiation scientifique

Exercice collectif

Analyse des registres de vérité, de savoir de réalité dans un discours d’expertise à la télévision. Quelles questions peut-on se poser en écoutant ce discours / en le lisant ?

Discours expert_A analyser / Discours expert_analysé

Réflexivité et médiation scientifique

Discussion sur la relation entre médiation scientifique (l’oral, l’écrit, le collectif) et réflexivité (le chercheur réflexif, le médiateur réflexif) à partir des textes suivants :

1/ Faury, Mélodie (12 février 2012) “ Qu’est-ce que la réflexivité ?”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 15 octobre 2013.  http://reflexivites.hypotheses.org/703

2/ Faury, Mélodie (1er mai 2013) “Revenir autrement – Mouvements, choix et perspectives dans nos manières de penser”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 15 octobre 2013.   http://reflexivites.hypotheses.org/4610

3/ Jurdant, Baudouin (22 février 2012) “Communication scientifique et réflexivité”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 15 octobre 2013. http://reflexivites.hypotheses.org/695

4/Faury, Mélodie (6 janvier 2011) Ambiguïtés et enjeux de la vulgarisation – A partir d’une intervention de B. Jurdant Consulté le 15 octobre 2013. http://infusoir.hypotheses.org/568

5/Le Marec, J. (2009) «  Chercheur de science », avant propos à l’ouvrage de Baudouin Jurdant, Les problèmes théoriques de la vulgarisation scientifique, Paris : éditions des archives contemporaines.

Extraits

– la reconnaissance, par les scientifiques exactes et expérimentales de « certaines formes de curiosité à l’égard des sciences (celles auxquelles la vulgarisation répond), mais pas toutes ».

– « si vous êtes surpris de l’intérêt que je vous porte, c’est que je ne m’intéresse pas aux sciences de la manière dont vous voudriez que je m’y intéresse. »

– « Cette réflexivité qui entraîne irrésistiblement l’exigence d’un dialogue à propos de
l’intérêt pour les sciences se retrouve dans tous les travaux de Baudouin et non
seulement dans tous ses travaux, mais aussi dans tous ses modes d’intervention. »

« Dans les articles récents de Baudouin Jurdant, la vulgarisation est elle-même posée à la fois, au plan historique et comme l’expression d’un refus de réflexivité (ce refus nécessaire à l’autonomisation du savoircollectif sur la nature) et comme l’opérateur d’une réflexivité nécessaire à la construction de l’intersubjectivité par laquelle cette autonomisation du savoir collectif se réalise. Or, pour Baudouin Jurdant, ce refus de réflexivité, et en contrepoint, cette ruse des sciences pour la récupérer malgré tout (puisqu’elle est nécessaire de toute façon à tout processus de signification, qui ne peut être que lié à des communications sociales) viennent d’un rapport des sciences à la langue : seul l’usage de la parole vivante implique immédiatement la présence de l’autre, et donc, par retour, un rapport réflexif à sa propre pensée. »

« Daniel Jacobi et Bernard Schiele ont très tôt cherché à observer et différencier
empiriquement les formes sociales et culturelles de la vulgarisation comme élément
de l’espace scientifique, et ont développé des œuvres de recherche fondamentales,
qui éclairent le fonctionnement communicationnel des sciences et son évolution »

Points à discuter plus particulièrement :

– Fonctions de la médiation scientifique (enjeux didactiques, culturels, idéologiques, linguistiques) ;

–  Éthique de la médiation scientifique – alternatives du discours, objectivité et idéologie, « discours de l’évidence » (sans ancrages explicites) / Donner accès, par le discours que l’on construit, à la perspective depuis laquelle on parle : donner la possibilité de situer le discours : qui parle, depuis où et pourquoi.

Entretien avec Pierre Clément – Cours « Science et Société » à l’Université Lyon 1, dans les années 1970 – Extrait

Vous trouverez ici un extrait – L’entretien complet est disponible sur le site science-societe.fr

Accéder à l’entretien complet, publié le 19 septembre 2012

Le 6 juin 2011 – Dans un bureau de l’ENS de Lyon

Mélodie Faury : Je serais très intéressée par votre expérience d’enseignement science-société à l’Université Lyon 1, dans les années 1970. Je serais curieuse de savoir comment cela se passait concrètement. Pour commencer tout m’intéresse, je pourrais resituer ensuite avec des questions plus précises, mais si vous voulez bien me raconter…

Pierre Clément : Ça fait beaucoup !

MF : Nous pourrions débuter par un retour sur ce à quoi correspondaient ces cours, comment ils étaient reçus, comment ils se déroulaient ?

Pierre Clément : L’histoire commence dans l’après 1968. Il y a eu une loi d’orientation en 1969 qui n’a été mise en œuvre à l’Université Lyon 1 qu’en 1973, si je me souviens bien. Une circulaire est alors passée appelant à proposer des idées d’enseignements. C’était ce que l’on appelait des « options III ». C’est à dire qu’en premier cycle, en DEUG,les étudiants s’inscrivaient dans des options, A ou B. DEUG A c’était les mathématiques, la physique. DEUG B, plutôt biologie, géologie, biochimie.

Au sein de chacune de ces deux branches, ils choisissaient des « options II », qui étaient des filiaires disciplinaires, puis des enseignements à la carte, ouverts pour toutes les filières du DEUG A ou pour celles du DEUG B : les « options III ».  Ils étaient créés, de novo. Il y avait 50 heures à l’année, par étudiant, à choisir parmi un certain nombre d’options III qu’on leur proposait. Et donc il fallait les créer. Et il y a eu un appel d’offre.

Alors moi j’y suis allé. C’était Louis David qui pilotait, un professeur de géologie, qui avait une certaine ouverture d’esprit. Il a dirigé le musée Guimet pendant pas mal de temps, jusqu’à ce que le Musée des Confluences prenne assez récemment la relève.

Et donc, je vais le voir, et il me dit : « Liberté totale, pour créer ce que vous avez envie de créer », je lui dis « C’est pas possible ça ! Un espace de liberté ! ». Alors, ça correspondait quand même bien à l’époque, à l’après 68, ça bouillonnait d’idées.

Lire la suite ->

Le système actuel de la recherche publique en France – Partie 1

A partir de l’ouvrage collectif « Management de la recherche – Enjeux et perspectives » – (2007) sous la direction de Rémi Barré, Bastiaan de Laat et Jacques Theys, Editions De Boeck

Cet ouvrage est issu du séminaire « Management stratégique de la recherche » dont les comptes-rendus de séances sont en ligne (pdf).

Les compléments et remarques (ressources, liens) sur cet état des lieux sont les bienvenus en commentaires

Contexte de l’écriture du billet : préparation d’un cours de niveau Licence

Dans l’ouvrage intitulé « La management de la recherche – Enjeux et perspectives », dirigés par Rémi Barré, Bastiaan de Laat et Jacques Theys, les auteurs abordent en introduction la question des « écologies complexes des institutions de recherche », et de l’accroissement de leur complexité au cours des cinquante dernières années, en particulier pendant la dernière décennie, « à mesure que la place occupée par la science et l’innovation dans nos sociétés devenait centrale ».

Leur objectif est de cerner les tensions actuelles dans lesquelles se trouvent pris la recherche et ses « écosystèmes » (opposé à l’idée de « blocs homogènes ») et de comprendre la diversité de pratiques, d’organisations, de valeurs, qui en résulte au regard de cette « série de tensions ou de conflits entre lesquels il s’agit de trouver des bons compromis ».

 

 « Tension entre la créativité et la résolution de problèmes, entre la fermeture et l’ouverture sur la société ou entre l’autonomie et l’hétéronomie. Tensions aussi entre le marché et la gratuité, la spécialisation et la visibilité extérieur, le territorial et le global, ou encore le long terme et le court terme. » p. 13

Pour le sujet qui intéressent plus particulièrement les auteurs de cet ouvrage, « le management de la recherche – depuis la définition des stratégies jusqu’à l’évaluation des résultats », Jacques Theys insiste plus particulièrement dès l’introduction sur l’une de ces tensions :

« Parmi les tensions majeures qui traversent les institutions de recherche, il faut sans doute mettre en bonne place celle qui oppose encore aujourd’hui les valeurs et les principes gouvernant l’activité scientifique ou « l’éthique des chercheurs » et celles implicites dans la notion de « management ». p. 13  

Comment se structure le système de recherche actuel en France ?

Les trois grandes fonctions identifiées par les auteurs de l’ouvrage correspondent à trois niveaux, eux-mêmes caractérisés par des logiques, des missions et des modes de gouvernances spécifiques. A chaque niveau correspondent des institutions, caractérisées par des stratégies, des responsabilités, des instruments et des dispositifs de contrôle associés à chacune des fonctions.

 1/ Niveau gouvernemental – « une fonction politique de répartition des ressources pour de grands objectifs » (niveau 1) ;

 2/ Niveau des agences de financement  « une fonction d’intermédiation qui consiste à traduire ces objectifs macro en programmes de recherche et d’allocation de ressources pour le niveau opérationnel (opérateurs de recherche) » (niveau 2) ;

3/ Niveau opérationnel – « une fonction de réalisation de la recherche ou niveau opérationnel » (niveau 3), par « les opérateurs de recherche, universités et instituts de recherche, dont les équipes de recherche bénéficient de financements budgétaires récurrents, de financements sur projet des agences et de financements alternatifs (régions, entreprises, Europe, etc.) » (p. 26).

J’ajoute d’emblée un quatrième niveau, parce que je porte un intérêt particulier à cette question dans le cadre de mes recherches : celui des individus, organisés en collectifs, notamment en équipes de recherche, et de la pratique quotidienne vécue de la recherche publique (temporalité). Il pourrait également être qualifié de « niveau opérationnel » mais présentent des spécificités par rapport au niveau 3, que je ne détaillerai pas ici.

L’ensemble de ces niveaux, y compris un potentiel quatrième que l’on pourrait associer, sont en interrelation étroite. Ils présentent chacun leurs spécificités (« logique », « mission », « mode de gouvernance ») et correspondent à la mise en place d’une diversité d’institutions et des structures prenant en charge les fonctions listées (« stratégies », « responsabilités », « instruments et dispositifs de contrôle associés »).

L’ouvrage qui sert de base à l’écriture du présent billet s’intéressent plus particulièrement aux opérateurs de la recherche, à l’évolution de leur environnement, c’est-à-dire du système de recherche multi-niveau précédemment et brièvement décrit, pour « en tirer un certain nombre d’implications en termes d’enjeux et de pistes d’action pour le management de la recherche publique » (« perspectives », « questions ouvertes » et « interrogations », p.27).

Je m’arrête donc dans le cadre de la petite série que j’initie sur ce qui constitue la contextualisation du livre, c’est-à-dire la synthèse qu’il propose des évolutions de la recherche publique en France depuis 1990 et jusqu’en 2006 (l’ouvrage a été publié en 2007) et non le cœur de son propos.

Les évolutions de la recherche en France depuis 1990

 « La recherche fait aujourd’hui l’objet, dans les pays européens, de réformes importantes dont un objectif majeur est de redéfinir les relations entre la recherche publique et le monde économique. » Duval & Heilbron, 20061

Depuis 1990 les évolutions de la recherche publique française sont multiples. Parmi celles-ci2, on peut noter en particulier :

1/ L’accélération continue du rythme d’accumulation des connaissances et des innovations

Cette accélération va de paire avec une augmentation exponentielle du nombre de chercheurs, et donc de publications dans les revues scientifiques. Ce qui faisait remarquer à Derek de Solla Price3, chercheur ayant développé la bibliométrie ou scientométrie, que l’accroissement est tel que « 80% des scientifiques ayant existé vivent toujours »4.

2/ Bouleversement des modes de production de la recherche

Ces bouleversements sont identifiés par les auteurs comme issus des changements :

–         d’échelle ;

–         de mode d’organisation du travail scientifique ;

–         de structuration et de spécialisation des disciplines ;

–         de circulation de l’information (impact d’internet…) »

Les modes de production des savoirs se transforment en particulier du fait de l’implication d’acteurs hétérogènes, et non pas exclusivement de scientifiques, dans les processus de recherche : orientation de la recherche, financement, mais aussi production des connaissances.

Voir l’exemple des recherches participatives.

 « Là où seuls les scientifiques de métier opéraient auparavant, on trouve aujourd’hui des collectifs hétérogènes directement impliqués dans le travail même de production de la connaissance (utilisateurs, scientifiques, décideurs,…) » Management de la recherche – enjeux et perspectives, p.9

Les différents modes de production des connaissances et leurs évolutions

Dans l’ouvrage « Management de la recherche – enjeux et perspectives », les auteurs reprennent la distinction opérée par Gibbons et al. dans deux ouvrages intitulés « The new production of knowledge » (1994) et “Re-thinking science : knowledge and the public in age of uncertainty” (2001)5.

Précaution – Le rapport à la catégorisation

Dans les recherches effectuées sur les pratiques de recherche, les catégories elles-mêmes parlent de la manière dont celui qui catégorise (en l’occurrence le chercheur) conçoit son objet de recherche (en l’occurrence la recherche), c’est-à-dire le rapport qu’il entretient à son objet6.

Je considère donc les catégories construites par Gibbons et al. en fonction du positionnement de l’auteur de cette catégorie. La catégorie n’a pas en soit valeur d’absolu et sert à décrire le réel de manière orientée (par une question, par la focalisation sur une caractéristique, ou encore par des jugements de valeurs plus ou moins conscients, des enjeux extérieurs à la production de connaissances seule, etc.). Une catégorie vient ainsi « outiller » le développement d’une perspective sur le réel.

« En 1994, Michel Gibbons, associé à plusieurs autres sociologues de la science, a proposé d’interpréter l’ensemble de ces évolutions comme le passage d’un mode traditionnel de production scientifique, fermé sur lui-même (« le mode 1 ») à un mode plus ouvert, tiré par les applications (« le mode 2 »).

 Dans le « mode 1 », la recherche est confinée dans les laboratoires ; les questions à aborder sont définies par les seuls scientifiques. Les approches mono-disciplinaires sont privilégiées. Le travail de recherche est conduit dans des institutions spécialisées, homogènes et hiérarchisées. L’évaluation des résultats est réservée aux « pairs ». »

Dans le « mode 2 », au contraire, la formulation des problèmes et le choix des thèmes de recherche sont partagés avec les utilisateurs ou les parties prenantes. Les financements sont attribués par projet et proviennent de sources diversifiées (publiques ou privées). La mise en œuvre de ces projets repose sur la collaboration en réseau de disciplines diverses, et est largement distribuée entre des institutions hétérogènes – entreprises, universités, hôpitaux, sociétés de conseils, maîtres d’ouvrages publics, associations. Enfin, l’évaluation des résultats fait intervenir des critères et des acteurs qui ne sont plus exclusivement scientifiques, mais aussi sociaux, culturels, économiques ou politiques. » p.11

Comme pour toute catégorisation, si elle est descriptive, celle de Gibbons et al. présente des modèles qui peuvent aider à penser les pratiques de recherche. Les catégories peuvent alors nous amener à voir des différences intéressantes dans les pratiques, les organisations, les structures. Si une catégorie devient prescriptive, s’associant à des échelles de valeurs que l’auteur n’identifie pas nécessairement lui-même7, elle ne revient plus à distinguer uniquement des différences mais peut tracer des frontières étanches au sein d’une diversité de pratique, entre un « bon » mode et un « moins bon » ou « mauvais » mode de production des connaissances.

Concernant les modes proposés par Gibbons et al., le problème est soulevé par Léo Coutellec8, dans son article « La démocratie épistémique comme condition d’une science citoyenne » : « la distinction simple mode1/mode2, au départ descriptive, est devenue une distinction prescriptive ». Il cite D. Pestre9 qui avait déjà relevé cet aspect et le jugement de valeurs associé, de la part des auteurs de l’ouvrage « Repenser la science » :

« Dès 1997, D. Pestre faisait remarquer que la dimension prescriptive était présente au sein même du travail de M. Gibbons & al. qui présentait le mode 2 toujours comme supérieur, plus efficace et plus adapté à la « mondialisation économique » alors que le mode 1 présentait les caractéristiques d’un système replié, conservateur et improductif. Le caractère normatif de l’entreprise de caractérisation sociologique et politique du mode 2 sera ensuite explicitement assumé dans Repenser la science en 2001. Elle aura d’ailleurs un certain succès politique, reprise abondamment dans les rapports de l’OCDE sur « l’économie de la connaissance », inspirant largement la stratégie de Lisbonne et tout le mouvement de re-définition du rôle de l’enseignement supérieur auquel on assiste depuis les années 1990. »

Pour ce qui nous intéresse dans le cadre du présent billet, je retiendrai des initiatives de catégorisation (diachrone ou synchrone) des pratiques de recherches, la mise en évidence d’une diversité des pratiques de production de savoirs, au cours du temps ou qui co-existent encore aujourd’hui. D. Pestre, dans son ouvrage « Science, argent et politiqueUn essai d’interprétation » montre que  différentes façons de faire des sciences ont toujours cohabité historiquement.

« Si l’opposition de ces deux modèles est en effet extrêmement fructueuse pour comprendre et synthétiser l’ensemble des mutations précédemment évoquées, la réalité concrète des institutions de recherche et des systèmes nationaux d’innovation, comme d’ailleurs un retour sur l’histoire des sciences, conduisent plutôt à mettre en avant la coexistence – plus ou moins pacifique – de plusieurs modèles ou « régimes » concurrents. » ». Management de la recherche – enjeux et perspectives, p.11

Si la diversité caractérise ce que nous avons appelé le niveau 3 (ainsi que le niveau 4 ajouté plus haut), l’orientation récente des niveaux gouvernemental et des agences de financements induit également une évolution profonde et commune des formes institutionnelles du système français de recherche.

Prochains billets

Le système actuel de la recherche publique en France – En bref – Partie 2

Le système actuel de la recherche publique en France – Ressources pour aller plus loin

Pour citer cet article

Faury, Mélodie (14 août 2012) “Le système actuel de la recherche publique en France – Partie 1”. L’infusoir [carnet de recherche]. Consulté le …. http://infusoir.hypotheses.org/3498

  1. Duval J. et Heilbron J., Les enjeux des transformations de la recherche, Actes de la recherche en sciences sociales 2006/4, 164, p. 5-10. En ligne []
  2. Les auteurs citent également d’autres évolutions : transformation du statut et échelles des infrastructures en lien avec les transformations de la production de connaissance ; « rapport de la science à ses utilisateurs » – enjeux économiques, géopolitiques, sociaux ou territoriaux ; « déplacement de l’équilibre vers les « applications », vers la « demande » » ; formes de légitimation de la recherche et intégration au débât public ; « émergence d’une concurrence inédite entre acteurs de la recherche » ; nouvelles échelles et implication d’acteurs, d’autant plus nombreux ; pp. 9-11 []
  3. synthèse sur Derek de Solla Price, par Marie-France Blanquet, novembre 2007. []
  4. PRICE, Derek John de Solla, Little science, big science, New-York, London : Columbia University Press, 1963 []
  5. Références : Gibbons, Limoges, Novotny, Schwartmann, Scott and Trow :“The new production of knowledge », London, Sage, 1994 ; Novotny, Scott et Gibbons 2001 “Re-thinking science : knowledge and the public in age of uncertainty” []
  6. dans le cas particulier de la recherche sur la recherche, l’objet de la recherche se confond ou s’articule avec la pratique du chercheur, dans lequel celui-ci est pris []
  7. D’où l’importance à mon sens, pour ce point mais pas uniquement, de la démarche réflexive dans les pratiques de recherche []
  8. en ligne (pdf) []
  9. Référence – Pestre, D. (1997). « La production des savoirs entre académies et marché. Une relecture historique du livre : The new production of knowledge édité par Michael Gibbons ». Dans : Revue d’économie industrielle 79.1. []

Pensée du jour – Il importe de comprendre ce que faire de la science veut dire

La pensée que je souhaite partager aujourd’hui est celle de Dominique Vinck, sous la forme d’une citation extraite de l’un de ses ouvrages, intitulé « Sciences et société – Sociologie du travail scientifique » (incontournable pour celui, étudiant, chercheur, enseignant, qui cherche à comprendre « les dynamiques sociales de fabrication de connaissances et d’innovation », pour pouvoir « y intervenir, en tant qu’acteur professionnel et citoyen responsable ») : elle exprime l’une des motivations du cours « Sciences et société : éthique et communication scientifiques » et de mon travail de thèse.

"Faites de la science" - Et comprendre ce que cela veut dire...

Sciences et société – Sociologie du travail scientifique, Dominique Vinck, Ed. Armand Colin, Paris : 2007, p.6-7 :

« Il importe de comprendre ce que faire de la science veut dire. Le seul exposé de l’état des connaissances, comme cela se pratique dans l’enseignement et dans les émissions de vulgarisation scientifique, ne suffit pas pour comprendre comment elles ont été élaborées. L’image de la science que se construit l’étudiant à partir de ses cours a souvent peu de chose à voir avec la science telle qu’elle se pratique. […] Certains discours de la philosophie qui dégagent une conception générale et universelle de la science et la proposent comme norme à suivre par les chercheurs sont néfastes. D’une part, ils produisent une mystification de la science, bien différente des pratiques effectives ; ils sont de peu d’utilité pour guider concrètement le chercheur dans son travail. Ils offrent une occasion de réfléchir sur la science et d’en modifier le cours, mais ils sont surtout le privilège de ceux qui ont déjà fait leurs preuves et qui ont le loisir de discourir sur la science. D’autre part, cette conception générale de la science, mise en avant pour lutter contre les pseudo-sciences et contre irrationalisme, est si éloignée des pratiques scientifiques concrètes qu’elle perd sa crédibilité. A défaut d’une représentation philosophique proche de ce qui peut effectivement s’observer ou se pratiquer, le chercheur réflexif ou l’observateur extérieur risque d’être conduit vers le pire des relativismes : « s’il n’y a pas une science universelle alors tout se vaut ». »

Enseignements « Sciences et société : éthique et communication scientifiques » – ENS de Lyon

Unité d’Enseignement du tronc commun du Master Biosciences (1ère année) de l’École Normale Supérieure de Lyon : « Sciences et société : éthique et communication scientifiques »

Site Internet de la formation Master Biosciences

Enseignements initiés en 2004, sous l’intitulé « Épistémologie, Bioéthique et Développement ». Mis en place par Ioan Negrutiu.

Entre 26 et 30h au cours du premier semestre de la première année de Master Biosciences.

Validation de 3 crédits ECTS par les étudiants.

Thèmes transversaux depuis 2004 

Épistémologie ; Bioéthique ; Développement

Expérience de la pratique de recherche : quels sont les enjeux de la recherche scientifique ?

Les valeurs de la recherche et de la science

Responsabilité scientifique, responsabilité citoyenne

L’éthique dans la pratique

Relations science-société

L’expertise scientifique

Les enjeux de la communication scientifique

L’interdisciplinarité

Voir détail du contenu des enseignements

Objectifs poursuivis

Cursus des étudiants : le Master Biosciences

Le cursus suivi par les étudiants en Master recherche de biologie expérimentale, auxquels nous enseignons dans le cadre du cours intitulé “Sciences et Société : éthique et communication scientifiques”, consiste essentiellement en un apprentissage des savoirs, savoir-faire et savoir-être considérés comme déterminants pour devenir un « bon » chercheur (ou chercheur averti). L’ensemble des cours est adapté chaque année : ils sont constitués d’un socle fixe et d’interventions de conférenciers invités, en phase avec des questions scientifiques d’actualité.

Il vise ainsi  :

– l’acquisition de connaissances de pointes en biologie, directement issues des laboratoires de recherche en interaction avec lesquels les enseignements sont construits (par l’intermédiaire des enseignants-chercheurs) ;

– la compréhension profonde du pourquoi et du comment de techniques expérimentales ;

– l’appropriation par les étudiants des modes de raisonnements scientifiques ;

– mais aussi l’appropriation de certaines normes de la pratique de recherche : notamment de normes de communication (orale ou écrite, notamment publication) et normes d’évaluation qui permettront aux étudiants d’être rapidement compris et reconnus par leurs directeurs de stage et leurs futurs collègues.

L’UE « Sciences et société : éthique et communication scientifiques »

Dans cette formation, un espace de réflexion et de prise de distance sur les enjeux de leur futur métier nous paraît indispensable, pour donner l’occasion aux étudiants de prendre le temps de s’interroger à au moins quatre niveaux (ce qu’ils n’ont souvent pas vraiment eu l’occasion de faire jusque-là au cours de leurs études, exigeantes en temps, et que le rythme effréné d’une thèse en biologie expérimentale ne permettra pas toujours de faire non plus ensuite…) :

– Pour quelles raisons (fondées sur quelles idées préalables à l’expérience du métier ?) ai-je choisi et envie de faire de la recherche ? Quel sens est-ce que je donne à cette pratique professionnelle ?

– Comment sont construites et validées (individuellement et collectivement) les connaissances que l’on m’apprend ? Qu’est-ce qui leur confère leur statut de « fait scientifique » ?

– Comment s’intègre l’activité de recherche et d’enseignement dans la société qui la rend possible (enjeux sociaux, économiques, politiques, etc.) ?

Et de manière plus transversale :

– Comment puis-je intégrer le questionnement éthique à ma future pratique professionnelle ? Quelles sont mes (co-)responsabilité en tant que chercheur ou enseignant travaillant dans et avec une société aux multiples enjeux ?

Ce cours s’adresse donc aux étudiants en tant que futurs chercheurs et futurs enseignants. C’est un cours interactif et « adaptatif », dans la mesure où il propose un socle et fait intervenir des conférenciers extérieurs en phase avec les questions d’actualité.

Il vise tout d’abord à initier chez eux, et pour la suite de leur parcours, une réflexion sur la nature de la science et les enjeux des pratiques scientifiques qu’ils rencontreront dans leur métier. Il s’agit également de réfléchir aux modalités du rapport entre sciences et société, ainsi qu’aux problématiques qu’il pose en terme d’éthique, d’intégrité et de responsabilités, notamment dans les pratiques de communication scientifique.

Dans ce cadre, des travaux de recherche en sociologie, épistémologie, histoire des sciences, ou encore sciences de l’information et de la communication sont mobilisés comme autant de moyens pour les futurs enseignants ou chercheurs de prendre du recul avec sa pratique de recherche et/ou d’enseignement, afin de l’exercer en pleine conscience et de l’aborder dans toute sa complexité.

Principaux objectifs de cette UE en termes de compétences acquises par les étudiants :

–  Identifier les enjeux (sociaux, économiques, politiques) de la pratique du chercheur et d’enseignant pour acquérir une démarche et un regard réflexifs, propices au questionnement éthique. ;

–  Identifier les moments et les lieux où des choix se posent, individuellement et collectivement ;

Il ne s’agit pas d’un cours sur l’éthique au sens strict : nous considérons l’entrée par les problématiques éthiques et celles des enjeux de la pratique scientifique comme propice à initier une attitude spécifique chez les futurs chercheurs et enseignant. Il s’agit de développer une attitude de questionnement de sa pratique professionnelle, pour la penser, y compris dans ses implicites et dans ses enjeux sociaux, politiques et économiques.

Nous pensons que les étudiants acquièrent une certaine forme de réflexivité grâce au parcours de différentes dimensions de l’éthique au cours de cette Unité d’Enseignement : intégrité, déontologie, (a)moralité, fonctionnement des comités d’éthique, éthique de l’environnement, de l’intégrité, éthique médicale,  responsabilité, etc.

Les cours s’articulent autour de cours assurés par les responsables de l’UE et d’interventions de conférenciers extérieurs. Des thèmes transversaux et les cours donnés par Ioan Negrutiu et Mélodie Faury assurent le rôle de fils conducteurs.

La diversité des intervenants et l’interdisciplinarité font partie des spécificités de cette Unité d’Enseignement. Nous pensons en effet que le croisement des perspectives (notamment disciplinaires) développées par les différents intervenants permettent aux étudiants de se forger leur propre regard et de mettre à l’épreuve de la discussion et du débat leurs idées de sens commun au sujet des enjeux de la science. La forme interactive est privilégiée et les moments d’échanges et de débats encouragés. Nous pensons que la forme du dialogue permet aux étudiants de s’impliquer, de s’approprier les questionnements que nous leur proposons et de mûrir leurs propres réflexions.

L’évaluation porte sur un dossier écrit en binôme sur une problématique science-société précisée au début de l’année, rendu mi-décembre, ainsi que sur une présentation orale individuelle d’un projet personnel imaginé par chaque étudiant (action citoyenne). La partie écrite de l’évaluation vise à développer la capacité d’analyse et d’expression écrite des étudiants, ainsi que de leur faire acquérir la pratique rigoureuse de référence aux travaux précédemment écrits sur des sujets sur lesquels ils sont parfois tenter de formuler une « opinion » plutôt qu’une véritable réflexion scientifique, comme ils en ont pourtant l’habitude en biologie.

Cette prise de recul et de construction d’une  démarche scientifique de raisonnement sur les questions science-société est complétée par l’évaluation orale. Celle-ci vise à laisser la possibilité de présenter des projets personnels sur les relations entre sciences et société, et plus globalement de s’approprier de manière plus approfondie et active une problématique par des actions concrètes, en lien avec la société.

L’objectif principal de cet enseignement est d’induire une attitude réflexive chez les étudiants, que nous considérons comme indispensable à la construction de posture et démarches responsables et éthiques. Il s’agit ainsi pour les étudiants de s’approprier un sujet science-société, mais également de prendre conscience de la spécificité, de l’étendue et des limites de leur rôle social, en tant que futur(e)s chercheur(se)s et/ou enseignant(e)s.

Intervenants 

  • Intervenants permanents :

2004-2006 : Ioan Negrutiu, ENS Lyon ;  Yvette Bouvet, Lyon1 ; Paul Arnoud, ENS-LSH, Girolamo Ramunni, Lyon2

2007 : Ioan Negrutiu, ENS Lyon ;  Yvette Bouvet, Lyon1 ; Girolamo Ramunni, Lyon 2

2008-2011 : Ioan Negrutiu, ENS de Lyon, et Mélodie Faury (Robach), ENS de Lyon

Cette UE s’articule autour de cours assurés par les responsables de l’UE et d’interventions de conférenciers extérieurs.

  • Méthode liée aux interventions et aux modalités d’implication des étudiants vis-à-vis des sujets abordés (science-société, éthique, communication scientifique) : diversité de parcours des intervenants, diversité de formats (TD, cours magistraux, témoignage, retour d’expérience vécue, débat-jeu, visite du musée du CNAM entre 2006 et 2008)
  • Méthode pour le travail personnel : binômes, choix des sujets dans liste ou à partir de leurs propositions, rendez-vous réguliers avec les référents (I. Negrutiu et M. Faury), échanges de mails (problématique, postulats, initié démarche réflexive), rendez-vous d’étape.

1/ Cadrage théorique / trame-canevas ;

2/ Rédactions avec consignes de formes : notamment attention aux références et à leur utilisation ;

3/ Conseil / choix de projet d’action citoyenne, projet personnel ;

4/ Accompagnement dans la concrétisation des projets suite à l’UE pour ceux qui le souhaitent (en lien avec des cadres que nous leur proposons ou qu’ils trouvent par eux-mêmes).

Évaluation de ces enseignements

L’évaluation porte sur un dossier écrit en binôme sur une problématique science-société précisée au début de l’année, rendu mi-décembre, ainsi que sur une présentation orale individuelle d’un projet personnel imaginé par chaque étudiant (action citoyenne).

La liste des sujets écrits de 2004 à 2011.

Éthique pédagogique

L’éthique pédagogique est sous-jacente à l’organisation de ce module : par son caractère participatif / interactif, par le choix des thèmes proposés, par la participation d’un nombre important d’intervenants extérieurs (venant d’horizons très différents) et leur renouvellement.

Dès lors qu’il s’agit de donner aux étudiants l’occasion de comprendre et d’expliciter le sens qu’il donne à leur pratique il est fondamental d’être attentif à ne pas introduire d’échelle ou de jugement de valeur vis-à-vis de celui-ci.

Les enseignants essayent de leur côté d’expliciter le plus précisément possible quelles sont leurs propres valeurs pour situer leur discours (« d’où l’on parle ») afin de laisser aux étudiants la possibilité de se construire leur propre posture de futur chercheur(se) et enseignant(e) et de ne pas leur imposer leurs conceptions et valeurs.

L’enseignant n’est pas en posture de « maître à penser » : il ne s’agit pas de dire aux élèves qu’ils doivent penser, ni qu’ils soient nécessairement d’accord avec ce que les enseignants avancent : à partir de la construction d’un regard scientifique et réflexif, nous cherchons bien plus à les accompagner dans le développement de leur esprit et analyse critique des enjeux de leur future pratique professionnelle, pour l’exercer en toute conscience. Au « risque » (qui n’en est pas considéré comme en étant un, tant que la discussion se fait dans un climat respectueux et constructif) de voir leur esprit critique se former y compris vis-à-vis du discours des enseignants eux-mêmes.

Quelques références bibliographiques

Certaines de ces références sont distribuées aux étudiants

  • ALIX, J.-P. (sous la direction de) (2008). Sciences en société au XXIe siècle – autres relations, autres pratiques, Paris : CNRS éditions.
  • ATLAN, H. BOTBOL-BAUM, M. (2007), Des embryons et des hommes, Paris,  PUF.
  • ATTALI, J.(2006), Une brève histoire du futur, Paris, Fayard.
  • AUDIGIER, F. (1991). “Enseigner la société, transmettre des valeurs.” Revue française de pédagogie 94(1): 37-48.
  • BABOU, I. et LE MAREC, J. (2008). Les pratiques de communication dans les institutions scientifiques. Processus d’autonomisation, Revue d’anthropologie des connaissances, n°3, p.115-142
  • BENSAUDE-VINCENT, B. (2003), La science contre l’opinion, histoire d’un divorce, Paris, Les empêcheurs de penser en rond.
  • BENSAUDE-VINCENT, B. (2009) Les vertiges de la technoscience, Paris, Eds La découverte.
  • BOURDIEU P. (2001), Science de la science et réflexivité, Paris, Editions Raisons d’agir.
  • BOURDIEU P. (2001), Les usages sociaux de la science – Pour une sociologie clinique du champ scientifique, Paris, Inra éditions.
  • CHALMERS A. (1987). Qu’est-ce que la science ? Paris, La Découverte.
  • DELPECH, T. (2005) L’ensauvagement, Paris, Grasset.
  • DORST J. (1979), La force du vivant, Paris, Flamarion.
  • JACQUARD A., KAHN A. (2001), L’avenir n’est pas écrit, Paris, Bayard
  • JACOBI, D., SCHIELE, B. et al. (1988). Vulgariser la science – Le procès de l’ignorance, Seyssel, Champ Vallon.
  • JACOBI, D. (1999), La communication scientifique – Discours, figures, modèles, Grenoble, P.U.G.
  • JURDANT B. (2009), Les problèmes théoriques de la vulgarisation scientifique (thèse de 3ème cycle soutenue en 1973), éditions des Archives Contemporaines.
  • JURDANT, B. (1969). « Vulgarisation scientifique et idéologie. » Communications 14(1): 150-161.
  • KAHN, A. et LECOURT D. (2004) Bioéthique et liberté, Paris, PUF. Coll. Quadrige.
  • KLEIN E. (2008), Galilée et les Indiens, Paris, Flammarion.
  • LEVY-LEBLOND J.-M. (2000), Impasciences, Paris, Bayard Editions.
  • LATOUR, B., (1989) La science en action, Paris, La Découverte.
  • LATOUR B., WOOLGAR S., (1996). La vie de Laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, La découverte.
  • LATOUR B., (2001) Le métier de chercheur, Paris, Inra éditions.
  • LE MAREC, J. et BABOU, I. (sous la dir. de) (2005), « Sciences, médias et société », Lyon : ENS LSh/Laboratoire « Communication, Culture et Société – Actes du colloque à l’ENS LSh, 15-17 juin 2004« , 2005 (publication électronique)
  • LE MAREC, J. (2002) Situations de communications dans la pratique de recherche : du terrain aux composites, Études de communication nº 25 Questions de Terrains.
  • MAYR E. (1998). Qu’est-ce que la biologie ? Paris, Fayard, 1998.
  • MORANGE M., (1994) Histoire de la biologie moléculaire, Paris, La Découverte.
  • MORANGE M. (2008) A quoi sert l’histoire des sciences ? Paris, éditions Quae.
  • MORIN, E. (2005). Introduction à la pensée complexe. Paris : Seuil. [1ère édition : 1990]
  • MORIN, E., (1990). Science avec conscience, Paris : Seuil.
  • ORSENNA, E. (2006). Voyages au pays du coton, Paris, Fayard.
  • PESTRE D. (2006), Introduction aux sciences studies, Paris, La Découverte.
  • PESTRE D. (2003), Sciences, Argent et politique : un essai d’interprétation, Paris, Editions Quae.
  • SERRES, M. (2009), Crises des temps, Paris, Le Pommier.
  • STENGERS I., BENSAUDE-VINCENT B., (2003). 100 mots pour commencer à penser les sciences, Paris, Les empêcheurs de penser en rond.
  • TAGUIEFF, P-A ( 2007), La bioéthique ou le juste milieu : une quête de sens à l’âge du nihilisme technicien, Paris, Fayard
  • THOMAS, L., (1983) La méduse et l’escargot, Paris, ed. Pierre Belfond.
  • VINCK, D. (2007), Sciences et société. Sociologie du travail scientifique, Paris, Armand Colin.

 —

Descriptif détaillé du contenu des enseignements et présentation des intervenants

  • Intervenants permanents

2004-2006 : Ioan Negrutiu, ENS Lyon ;  Yvette Bouvet, Lyon1 ; Paul Arnoud, ENS-LSH, Girolamo Ramunni, Lyon2

2007 : Ioan Negrutiu, ENS Lyon ;  Yvette Bouvet, Lyon1 ; Girolamo Ramunni, Lyon 2

2008-2011 : Ioan Negrutiu et Mélodie Faury (Robach)

  • Intervenants extérieurs

2004 : Paul Arnould (ENS LSH), Yvette Bouvet (Lyon 1), Girolamo Ramunni (Lyon 2), Jacques Attali, Michel Morange, Michel Morvan, Isabelle Stengers, Christian Dumas, Michel Tibon-Cornillot, Aurélien Boutaud (unité C. Brodhag), Hélène Salaville, Susan George, Pascal Lamy

2005 : Christian Dumas, Michel Morange, Yvette Bouvet (Lyon 1), Girolamo Ramunni (Lyon 2), P. Hermant, Ph Genin, Paul Arnould (ENS-LSH), Susan George, A. Prochiantz, V. Miebach, A de Gabrielli

2006 : Pierre Gos (ENS de Lyon), A-P Godard, Christian Dumas, Yvette Bouvet (Lyon 1), Girolamo Ramunni (Lyon 2), Olivier Godard (Polytechnique), Marianne Lefort , JY Le Déaut (député), Michel Morange, Michel Sebillotte (Acad. Agriculture)

2007 : Axel Kahn , Nicolas Vabret, Jean-Philippe Teboul, Yves Frémion, Gérard Fries, Philippe Frémeaux, Bernard Bigot, Laurence Roudart

2008 :

Epistémologie : Guillaume Lecointre (MNHN), Girolamo Ramunni (CNAM)

Bioéthique et intégrité scientifique  : Pascal Picq (Collège France), Louis Schweizer (CCNE)

Sciences et Société : Jacques Brégeon (CHEE-DD), Claire Lemercier (ENS Ulm), Gérard Fries (Véolia), Nicolas Véron (CNAM), J-F Minster (Total), Marcel Mazoyer (AgroParisTech)

Communication scientifique : Baudouin Jurdant (Paris Diderot)

2009 :

Epistémologie : Joëlle Le Marec (ENS LSH), Guillaume Lecointre (MNHN)

Bioéthique et intégrité scientifique : Chritiane Kapitz (ENS LSH), Livio Riboli-Sasco (ENS Ulm), Timothé Flutre

Sciences et Société : Etienne Klein

2010 :

Épistémologie : Joëlle Le Marec (ENS LSH), Michel Morange (ENS Ulm), Guillaume Lecointre (MNHN)

Bioéthique et intégrité scientifique  : Serge Duperret

Sciences et Société : Jean-Marc Lévy-leblond

Communication scientifique : Farid Sidi-Boumedine

2011 :

Épistémologie : Guillaume Lecointre (MNHN), Joëlle Le Marec (Paris Diderot)

Bioéthique et intégrité scientifique : Serge Duperret, Olivier Gandrillon (Lyon1), Sandrine Giraud (Lyon1)

Sciences et Société : Bernadette Bensaude-Vincent (Paris X), Béatrice Korc (Université de Lyon), Pablo Jensen (IXXI)

Communication scientifique : Marion Sabourdy (Knowtex), Marianne Chouteau (INSA de Lyon), Florian Douam (ENS de Lyon)

  • Détail des interventions de 2004 à 2011 (ordre antéchronologique)

 Sciences et Société : éthique et communication scientifiques – 2011

UE organisé par : Ioan Negrutiu, ENS Lyon ;  Mélodie Faury, ENS Lyon ;

Responsable de l’UE : Ioan Negrutiu

Intitulés  des séances :

L’éthique environnementale dans la pratique et valeurs de la science : l’exemple des ressources ;

Expérience de la pratique de recherche, quels enjeux ? Ce qu’en disent les doctorants ;

Valeurs de la recherche et de la science : ce qu’en disent les doctorants ;

Expérience de la pratique de recherche, quels enjeux ? Le périmètre de la science ;

L’éthique dans la pratique médicale ;

L’intégrité dans la pratique de recherche : le cas de la fraude et du plagiat ;

Enjeux de la communication et médiation scientifiques : outils numériques ;

Histoire de la vulgarisation scientifique ;

Les valeurs de la science ;

Relations science-société : quelles places pour le chercheur ? ;

Responsabilité scientifique, responsabilité citoyenne ? ;

Interdisciplinarité : Exemple des ressources ;

Interdisciplinarité : une certaine conception de la science.

Sciences et Société : éthique et communication scientifiques – 2010

UE organisé par : Ioan Negrutiu, ENS Lyon ;  Mélodie Faury, ENS Lyon ;

Responsable de l’UE : Ioan Negrutiu

 Intitulés  des séances :

Qu’est-ce que la science, celle des laboratoires de recherche et celle que l’on enseigne ? ; Ce que peut nous apporter la sociologie des sciences ; Ce que peuvent nous apporter l’épistémologie et l’histoire des sciences ; Qu’est-ce que la science ? ; Science et culture : des paradoxes aux perspectives ; Quelques réflexions sur la bioéthique ; Bioéthique – Atelier DECIDE ; Ethique environnementale ; Histoire de la biologie moléculaire

Enjeux de la communication scientifique ; Les relations entre sciences et société

Sciences et Société : éthique et communication scientifiques – 2009

UE organisé par : Ioan Negrutiu, ENS Lyon ;  Mélodie Faury, ENS Lyon ;

Responsable de l’UE : Ioan Negrutiu

Intitulés  des séances :

Bioéthique ; Atelier DECIDE ; Révisions des lois de bioéthique ; Publications et intégrité scientifique : l’initiative Scientific Red Cards ; Introduction à l’épistémologie ; Qu’est-ce que la science ? ; Sciences et société ; Le périmètre des sciences : un enjeu de société ; Communication scientifique ;

Épistémologie, Bioéthique et Développement – 2008

UE organisé par : Ioan Negrutiu, ENS Lyon ;  Mélodie Robach, ENS Lyon ; Girolamo Ramunni, Lyon 2

Responsable de l’UE : Ioan Negrutiu

Intitulés  des séances :

Mise en perspective historique DevDur ; Grenelle Environnemt et prospective DevDur ; Histoire des sciences ; La science, c’est quoi ? ; Mise en perspective historique des OGM ; Les entreprises de l’environnement: Veolia ; Le périmètre des sciences : un enjeu de société ; Expertise technique et politiques publiques : le rôle des think-tanks en Europe ; Origines et évolution de l’Homme – science, histoire, épistémologie et éthique ; Sécurité et Stratégies énergétiques ; Sciences et société – les processus de communication ; Alimentation, santé, environnement, biodiversité. La place des ressources végétales ; Méthodes recherches en histoire et devenir des sociétés ; Histoire et enjeux de la biologie moléculaire ; Recherche du profit, éthique et recherche scientifique ; La situation agricole et alimentaire mondiale : causes, conséquences, perspectives.

Épistémologie, Bioéthique et Développement – 2007 :

UE organisé par : Ioan Negrutiu, ENS Lyon ;  Yvette Bouvet, Lyon1 ; Girolamo Ramunni, Lyon 2

Responsable de l’UE : Ioan Negrutiu

Intitulés  des séances :

Mise en perspective historique des OGM ; Recherche et éthique et biologie ; La science, c’est quoi ? ; Mise en perspective historique du développement durable ; Histoire des sciences ; Good Planet : de la société civile aux entreprises ; Histoire et perspective de l’écologie politique ; Les entreprises de l’environnement : le cas Veolia ; Vers quelles alternatives économiques ? ; Quelle politique énergétique pour respecter la planète ? ; Signification des Révolutions Moléculaire et Verte dans les Sciences du vivant ; Agri-cultures et politiques agricoles

Épistémologie, Bioéthique et Développement – 2006 :

UE organisé par : Ioan Negrutiu, ENS Lyon ;  Yvette Bouvet, Lyon1 ; Paul Arnoud, ENS-LSH ; Girolamo Ramunni, Lyon 2

Responsable de l’UE : Ioan Negrutiu

Intitulés  des séances :

Le cauchemar de Darwin ; Nouvelles technologies : Nous sommes tous des OGM ; Les ressources : les plantes , matrice et motrice Evo. Dans le berceau des civilisations : l’albumen ; Nourrir la planète – quelques chiffres ; Mise en perspective historique du développement durable ; La ressource eau. Changement climatique : les grandes lignes ; Le Developpement Durable : sur le terrain, réalités et enjeux ; Bilan des agricultures du monde 2006 ; « Faut-il encore croire au progrès scientifique ? » ; Biodiversité et ressources : La vie en conditions extrêmes ; Histoire des sciences ; Du développement durable au principe de précaution: réflexions sur l’effet de serre et OGM ; IAASTD : un processus participatif international qui permet de débattre les défis majeurs en matière de science et technologies agricoles ; Débat parlementaire et progrès scientifique et technique ; « La biologie des systèmes: effet de mode ou vraie question scientifique? Les transformations actuelles de la biologie à la lumière de l’histoire et de l’épistémologie » ; Comment questionner l’avenir ? Exemple de l’Agriculture.

Épistémologie, Bioéthique et Développement – 2005

UE organisé par : Ioan Negrutiu, ENS Lyon ;  Yvette Bouvet, Lyon1 ; Paul Arnoud, ENS-LSH ; Girolamo Ramunni, Lyon 2

Responsable de l’UE : Ioan Negrutiu

Intitulés  des séances :

Crises, mutations, enjeux environnementaux ; Pour un contrat planétaire ; Introduction à la propriété industrielle ; Développement durable : des pouvoirs publics à l’entreprise ; La  planète -laboratoire: démesure, déferlement des techniques contemporaines ; La vie en conditions extrêmes ; Avancée des connaissances et controverses scientifiques ; Histoire des sciences ; Signification de la Révolution Moléculaire dans les sciences du vivant ; Dans le berceau des civilisations : l’albumen ; Sur la Fête de la Science ; Mise en perspective historique du développement durable ; Mise en perspective historique de la biodiversité

Épistémologie, Bioéthique et Développement – 2004 

UE organisé par : Ioan Negrutiu, ENS Lyon ;  Yvette Bouvet, Lyon1 ; Paul Arnoud, ENS-LSH ; Girolamo Ramunni, Lyon 2

Responsable de l’UE : Ioan Negrutiu

Intitulés  des séances :

Mise en perspective historique de la biodiversité ; Mise en perspective historique du développement durable ; Histoire des sciences ; Les plantes : matrice et motrice Evo-Dévo ; Les plantes comme usines chimiques ; Sur la Fête de la Science Signification de la Révolution Moléculaire dans les sciences du vivant ; Dans le berceau des civilisations : l’albumen ;  Les systèmes complexes ; Avancée des connaissances et controverses scientifiques ; La vie en conditions extrèmes ; La  planète -laboratoire: démesure, déferlement des techniques contemporaines ; Développement durable : des pouvoirs publics à l’entreprise ; Introduction à la propriété industrielle ; Pour un contrat planétaire ; Crises, mutations, enjeux environnementaux

 Évaluation écrite des étudiants  – Sujets des dossiers de 2004 à 2012

  • Intitulé de l’UE : « Épistémologie, Bioéthique et Développement »

2004-2005

1. Les limites éthique de l’expérimentation

2. Les métaphores des sciences de la vie

3. Vie artificielle/vie naturelle – pourquoi cherche-t-on la vie ailleurs

4. Quelle sera la recherche en 2030 ?

5. Quelle place occuperont les sciences de la vie en 2030?

6. L’homme technicisé.

7. Sciences de la vie et développement durable (plusieurs thématiques possibles)

8. La science sous les régimes totalitaires.

9. Les progrès en biologie de la reproduction : un nouvel eugénisme ?

10. La biologie chez Molière.

11. Ingérence politique et recherche.

12. Indicateurs de développement

13. Analyse critique des instruments financiers de lutte contre la dégradation de l’environnement

14. Sciences, Technologie et Développement Durable

15. Coût énergétique de l’alimentation humaine

16. Dégâts écologiques. Les liens environnement-santé.

17. Dissection d’un désastre écologique – la mer d’Aral; L’eau comme ressource – quelle gestion ?

18. Les ressources: crises et solutions. Le cas de la chimie verte.

19. Les ressources renouvelables – vers une société bio-industrielle ? Quelle politique européenne ?

20. Biodiversité – coût, exploitation et potentiel. Le cas de l’industrie pharmaceutique.

21. Les OGMs – les raisons du rejet et analyse de la déontologie du journaliste

22. Changements globaux et les rapports entre le global et le local. Cherchez un exemple.

23. Société de consommation et rapports homme-nature. Le cas de la maladie de la vache folle.

24. Les acteurs du développement (institutionnels, société civile, conventions et Agenda 21)

25. Biotechnologies et évolution des politiques recherches agronomiques à l’INRA

26. Clonages, révolution dans la procréation assistée et tests génétiques

27. Sciences (recherches) et développement – évolutions depuis le Club de Rome

2005-2006

1. Biotechnologies : une filière ancienne ou contemporaine ?

2. Les limites du monde de la vie

3. Vie artificielle

4. L’erreur, ce que les chercheurs font le plus

5. Pourquoi chercher la vie ailleurs dans l’univers ?

6. Peut-on être rétrograde en science ?

7. Les mythes des scientifiques

8. Que dire à l’honnête homme de la recherche en biologie ?

9. Y-a-t-il un progrès ? ou une simple progression ?

10. La société freine-t-elle la recherche en sciences de la vie ?

11. Le lobbying, c’est quoi ? Le cas de l’agroalimentaire.

12. La route (commerciale) de la fleur : où est passé le DevDur ?

13. L’agri-culture(s), une activité économique comme les autres ?

14. Les grandes lignes de la PAC 2005 : quel DevDur pour la France ? Comparaison avec le Danemark.

15. Bilan 2005 sur la maladie de la vache folle

16. Investissement socialement responsable – comparer le rôle des agences de notation et celui des banques.

17. La nouvelle économie – quelle société pour demain ?

18. Le développement durable passe-t-il par la décroissance? Quel dialogue entre économistes et écologistes ?

19. Portrait robot de l’actionnaire d’aujourd’hui. Qui dit mieux : BNP ParisBas, Total, Craig Venter ou Bill Gates ?

20. Le journaliste, le commercial et le scientifique : de l’université, à la société, à l’entreprise.

21. SLR – quelle recherche pour la France de demain ?

22. Qui est Jeremy Rifkin ? A-t-il une solution pour demain ?

23. Recyclage et recyclable: past, present, future. Le cas des ordinateurs.

2006-2007

1.  L’homme bionique

2. Le principe de responsabilité et la recherche

3. Éthique et projets scientifiques

4. L’exobiologie pour quoi faire?

5. Le statut de l’erreur en science

6. La biologie est-elle une science?

7. Droits des animaux et expérimentation

8. Ethique des robots

9. Le créationnisme est-il une science?

10 .L’éthique occidentale

11. Qui est Joseph Stiglitz? Le Combat au sommet d’un scientifique.

12. Les paradis fiscaux (off-shore) : tolérance ou complicité ?

13. La marchandisation du vivant : quelles limites ?

14. Vivre sans pétrole, est-il-possible ?

15. Le défit démographique (ressources, mode de vie, empreinte écologique)

16. Les fonds de pensions, y a-t-il un pilote dans l’avion?

17. La souveraineté personnelle : sur la manipulation du corps et de l’esprit

18. Sur la consommation : le cas du tourisme de masse

19. BERD – missions et résultats; l’exemple du projet SakhalineII

20. « Green banking » : investing strategies to direct development.

21. Ecosystemic economy : the chain of raw materials and residues. De la théorie à la pratique.

22. Quelle éthique pour une civilisation technologique ?

2007-2008

Fiches écologie et environnement pour GoodPlanetInfo. Travaux sur le Grenelle de l’environnement.

2008-2009

1. Rencontre science et politique : IAASTD et MEA – analyse croisée d’une initiative planétaire dans les sciences du vivant.

2. « Sauvons la recherche ». Origine et analyse d’un combat des scientifiques

3. « The Wordl Social Forum sciences and democracy » – Belem, Bresil 2009. Analyse des préparatifs, programme et objectifs.

4. Prévoir les mutations technologiques et les mutations sociales en Occident. Quels outils?  Cas de l’agriculture.

5. La pub, un mal nécessaire ? Evolution et place actuelle dans le dispositif sociétal.

6. Part de la croissance et de la condition économique (biens à repartir) dans une société de justice.

A partir de John Rawls.

7. Ethique et économie : l’impossible (re)mariage ?

8. Chernobyl, 20 ans après.

9. Le charbon, quel avenir ?

10. Sécurité et souveraineté alimentaire. Liens avec l’exception culturelle ?

11. Agri-cultures, civilisations et rapport(s) à la Nature : un tour du monde

12. Alimentation, Santé, Environnement: de la fourchette à la fourche et vice-versa.

13. D’ici 50 ans, la plupart des espèces de poissons auront disparu. Vrai ou faux ? Si oui, quel écosystème marin en 2050?

14. Les complexes militaro-industriels. Les industries de l’armement et le commerce des armes : quel rapport avec le développement durable ?

15. Y a-t-il une dictature économique? Quelle résistance?

16. Qui est Robert Reich?  « Supercapitalisme » 2008 Ed Vuibert ;  Futur parfait : progrès technique, défis sociaux.

17. Biovision, :past, present, future. Analyse critique d’une initiative lyonnaise.

18. 2009 – Année de Darwin: analyse des débats darwinisme/ créationnisme.

19. Quel statut pour le vivant ?

20. Histoire de l’évolution de la relation entre l’Homme et la Terre. Approche philosophique possible.

21. Quelles responsabilités des scientifiques face aux applications de leurs recherches / face à la société ?

22. Questionner ce que doit être la culture scientifique: quelle place dans la société ?

23. Qu’est-ce que la biologie ? (cf Ernst Mayr et S.J. Gould): spécificité des sciences par rapport à la philosophie et à la religion, de la biologie par rapport aux autres sciences ?.

24. Conception d’un manuel de déontologie du chercheur en science.

25. La morale peut-elle être fondée sur ce que la science nous apprend de l’homme ?

26. La démocratie participative, les conférences de consultation des citoyens exemple des nanotechnologies (ou autre exemple).

  • Intitulé de l’UE :  « Sciences et société : éthique et communication scientifiques »

2009-2010

1. L’expérimentation animale, entre avis bioéthiques, lois et enjeux de laboratoire.  ;

2. La prudence du scientifique et sa perception par le public : Quel rapport science –société est induit par le discours scientifique tel qu’il est transmis dans les médias ? ;

3. Le système de publication de la communauté scientifique en question(s) ;

4. L’avortement : quelle place pour les arguments scientifique dans un débat de société ;

5. La science à travers les bandes dessinées de Hergé et Franquin ;

6. La communication autour de l’expérimentation animale : conceptions préalables du grand public et communication des institutions scientifiques ;

7. Éthique, histoire personnelle, connaissance scientifique et législation. Comment faire cohabiter différents registres ? Les ressorts du débat éthique à partir d’un cas particulier. ;

8. Sectes et science : quelle utilisation de la science par les gourous ? ;

9. Consultations lors des états généraux de la bioéthique : enjeux, impacts et limites ;

10. Le traitement de la pandémie grippale dans la presse en France et aux Etats-Unis – Etude de deux journaux ;

11. La Science et les Simson : les particularités de la relation entre science et société dans la série télévisuelle ». A partir de 3 épisodes ;

12. Musées de science : les particularités du média « exposition » pour communiquer la science ». A partir d’un exemple d’exposition exploré en profondeur. ;

13. L’imaginaire de la science au cinéma. A partir de l’étude d’extraits de films. ;

14. La polémique autour de l’exposition « Our Body » : quels enjeux ? Analyse d’articles de presse ;

15. Relations entre Science, Institutions, Presse et Société : sommes-nous en pleine théorie du complot ?. Etude à partir d’un exemple ;

16. A la recherche de critères de scientificité : à partir de l’étude de l’Atlas de la création de Harun Yahya (contenu et stratégie de communication associée) ;

17. « Golden Rice /Riz doré© » – campagne politique, gaspillage d’argent,… ou une solution scientifique raisonnable vers la lutte contre la malnutrition? » ;

18. OGM et mondialisation (implication, origines) ;

19. Dans quelle mesure la science peut-elle répondre à la question : comment nourrir toute la planète ? ;

20. Ethique de l’environnement : La crise écologique implique-t-elle une nouvelle éthique environnementale? ;

21. Crime contre la nature / délinquance environnementale et droit de l’environnement ;

22. Biens communs et prix Nobel 2009 d’économie ;

23. L’exemple de la santé publique et les réformes hospitalières 2009.  ;

24. Diffusion des savoirs : Internet, Google et les consommateurs.  ;

25. Ecologie, urbanisme et éco-quartiers.

2010-2011

1. Le statut de l’erreur dans la pratique de la recherche en Science ;

2. Les fraudes scientifiques : que nous apprennent-elles du fonctionnement de la communauté scientifique ? ;

3. La vulgarisation du concept de mutant appliquée aux Organismes Génétiquement Modifiés : enjeux, acteurs et analyse de quelques discours ;

4. Nécessité et contingence dans la théorie de l`évolution : L’influence de la philosophie sur les sciences, de Darwin à Richard Lenski, en passant par Theilhard de Chardin et Stephen Jay Gould ;

5. L’art comme objet de science : légitimité, intérêts et limites. Etude à partir de l’analyse scientifique de tableaux de la Renaissance italienne (XIV-XVIe siècle) ;

6. L’importance des sciences dans l’application du principe de précaution ;

7. L’autorité scientifique dans notre Société ;

8. Éducation formelle versus éducation informelle : des démarches, des objectifs et des impacts différents ?

9. Le phénomène Ig Nobel ;

10. Rapport Homme/Nature : les enjeux de l’exploitation des ressources en zones fragiles : Exemple de l’Arctique et de l’Equateur

11. Relations Sciences / Religion : Evolution et Créationnisme, l’exemple de l’Intelligent Design

12. L’importance de la vaccination dans la société : controverses et enjeux mondiaux

13. Etude de l’œuvre « Les secrets du vivant – Contre la pensée unique en Biologie » de Michel Morange

14. La communication, aspect fondamental du métier de chercheur

15. La vulgarisation scientifique en biologie par les émissions télévisuelles

16. L’affaire Sloterdijk : quand la philosophie rejoint la biologie

17. Enseigner le concept de reproduction aux élèves de cours moyen dans le système scolaire français : un réseau d’interactions complexes entre histoire, société et enseignement.

18. Essor de la neuroéconomie : Quand la neurologie sert le marketing

19. Don d’Organes entre Vifs: L’Evolution des Enjeux Ethiques

20. La Communication Scientifique: Analyse du contenu scientifique dans les médias à partir de l’exemple des OGM.

21. Le dépistage de la trisomie 21 en France

22. Science avec conscience (Edouard Morin) : les enjeux d’un regard du scientifique sur sa science

23. L’enseignement scientifique chez les primaires : pourquoi, comment, quelles difficultés

24. La vulgarisation de l’Évolution : Enjeux, Limites et Pistes pédagogiques

25. Les frères Bogdanov : essai de définition de ce qu’est une théorie scientifique à partir de l’exemple du discours associé à la parution de leur dernier livre dans les médias

26. Xénotransplantations

2011-2012

1. Euthanasie : entre considérations éthiques et législation  – Réflexions sur la question de la dépénalisation de l’

2. Quelle conception de la science construisent les discours hors de l’école : étude d’un magazine de vulgarisation scientifique

3. La vulgarisation de la question des évolutions culturelle et biologique : analyse du propos d’Axel Kahn dans L’Avenir n’est pas écrit

4.Dépister les futurs délinquants à la maternelle, un débat de société : comment interagissent science et politique ?

5. Science et communication – comment voit-on l’avenir (n°2) ?

6. Open data versus brevets : pour quelles conceptions de la recherche ?

7. Comment communiquer sur l’éthique de l’environnement ? Le « framing » des ressources.

8. Boutique de Sciences : demandes sociales et prise en compte dans la recherche

9. La vulgarisation chez Axel Kahn : évolution culturelle et biologique

10. Sur la Responsabilité des intellectuels : la part des scientifiques (n°1) : analyse dossier « Amis de la terre »

11. Sur la Responsabilité des intellectuels : la part des scientifiques (n°2) : l’école Capitaliste

12. La Solidarité citoyenne : la probable rencontre entre le service civique et la désobéissance civique.

13. Comment faire rentrer l’économie dans la biosphère ?

14. La Banque Mondiale, pourquoi faire ?

15. La FAO, c’est quoi ?

16. Science et politique : un dialogue de sourds

17. La ressource verte : la communication scientifique passe-t-elle par le droit, le lobbying ou par la fête ?

18. Fraudes et déficits dans le fonctionnement actuel de la recherche – L’initiative Scientific Red Cards

19. Open Data versus brevets : pour quelles conceptions de la recherche ?

20. La vulgarisation scientifique : quels effets pour le chercheur ?

21. Quel est le rôle des chercheurs dans les processus décisionnels et qu’est-ce que cela implique dans les relations avec la société ?

22. Le discours du cinéma sur la science en progrès : une comparaison de la fiction et du documentaire, à partir d’un exemple

23. Les sciences participatives : le rôle des participants vus par les chercheurs et par eux-mêmes

24. La reconnaissance des médecines non conventionnelles : une thématique sciences et société

25. Boutiques des sciences : demandes sociales et prise en compte dans la recherche.

26. Dans quelle mesure la science s’inscrit-elle aujourd’hui dans notre culture ?

Pourquoi une UE « Sciences et Société » pour de futurs chercheurs ?

Le cursus suivi par les étudiants en Master recherche de biologie expérimentale, auxquels j’enseigne dans le cadre d’un cours intitulé « Sciences et Société : éthique et communication scientifiques », consiste essentiellement en l’apprentissage des savoirs, savoir-faire et savoir-être considérés comme déterminant pour devenir un « bon » chercheur.

Il vise ainsi :

– l’acquisition de connaissances de pointes en biologie, directement issues des laboratoires de recherche en interaction avec lesquels les enseignements sont construits (par l’intermédiaire des enseignants-chercheurs) ; Continuer la lecture de Pourquoi une UE « Sciences et Société » pour de futurs chercheurs ?

Comment choisir son laboratoire de stage ou de thèse ?

Quels sont les objectifs d’une thèse ? Pour le doctorant ?

Objectifs :

1. Permettre aux étudiants d’explorer différents points de vue (celui du doctorant, du directeur, de la discipline ou du champ).

2. Permettre aux étudiants d’échanger entre eux sur les différentes expériences de stage qu’ils ont déjà pu avoir.

Réponses en promotion entière d’étudiants en Master Recherche première année en Biosciences


Se former ; Mener son propre projet de recherche ; Expérimenter la paillasse ;

Apprendre autonomie de travail ; Première expérience professionnelle ;

3 ans d’expérimentation personnelle ; Se faire un nom et un réseau ;

Acquérir savoir faire et connaissances méthodologiques ;

Premier choix de spécialisation ; Exercice d’alpinisme

 

Comment choisir son laboratoire de thèse ?

Objectifs :

1. Les aider à anticiper en amont de leurs différents stages en laboratoires et expliciter ce qu’ils attendent de ces stages, qui s’intègrent dans un projet long-terme et qui préparent la thèse, pour laquelle le choix du laboratoire est crucial.

2. Construire collectivement un guide collectif du choix de son laboratoire pour la thèse.

Réponses individuelles d’étudiants en Master Recherche première année en Biosciences (extrait : 17 réponses sur 40 au hasard).

1.

Questions à se poser

Faire un bilan personnel : qu’est-ce que je veux faire, quel domaine m’intéresse ?

De quelles compétences ai-je besoin  (quelles sont celles que je maîtrise déjà, celles que je dois acquérir, ou améliorer ?

Ensuite se poser quelques critères de sélection ; où ai-je envie de faire mon stage, etc. Cela aide à orienter ses recherches.

Enfin, en dernier lieu, je crois qu’on peut consulter des informations sur les labos susceptibles de nous intéresser.

Notamment : quel degré d’autonomie, liberté, guidage vais-je avoir ?

C’est une question à laquelle il est difficile de répondre : il faut imaginer par rapport à leur rythme, les retours d’anciens stagiaires, taille du labo…

Et bien sûr la question de leur niveau : faire l’expérience d’un labo de haut niveau est très enrichissant pour un étudiant de master…

Pour un thésard : il est nécessaire de connaître l’ambiance d’un labo (il faut prendre contact avec les membres du labo).

2.

Avant de commencer un stage en labo ?

      Demander l’avis d’autres personnes sur le labo. Des personnes qui ont déjà fait un stage ou une thèse dans le labo ou alors qui travaillent en collaboration avec le labo qui nous intéresse. Afin de connaître les attentes et aussi « l’engagement » humain de l’équipe.

         Se renseigner sur le parcours du tuteur et du directeur du labo

         Visiter le labo pour se rendre compte de l’ambiance qui y règne

         Consulter le site du labo et de l’équipe de recherche

         Discuter avec les gens de l’équipe

3.

Avant de commencer un stage en labo :

  • Avant de contacter le labo :

Le thème, le sujet précis, les modèles, la reconnaissance du labo, nombre de publications, lieu

  • Infos :

Pubmed, AERES ou équivalent, site du labo

  • Au moment de visiter :

Fonctionnement général du labo : nombre de personnes dans l’équipe, leurs rôles (doctorant, ingénieur, technicien…), nouer contact avec le directeur, ambiance générale (directeur de stage, de thèse ?)… ? Finances

  • Ce que j’ai oublié la dernière fois :

Visiter la paillasse, les bureaux

  • Ce à quoi j’ai pensé :

Sujet de recherche, modèle, âge de l’équipe, parcours du directeur…

  • Avant de choisir :

Ambiance dans l’équipe, façon de travailler, organisation du labo, encadrement…

4.

Avant de commencer un stage en labo :

  •  avant de contacter le labo : sujet, techniques, publications, ville dans laquelle se trouve le laboratoire, taille de l’équipe (critères pour me donner envie de contacter un labo en particulier)
  • au moment de visiter le labo : voir quel temps le directeur de labo nous accorde pour nous expliquer son sujet, son dynamisme, sa façon de concevoir le stage, ses attentes. Voir si on est d’accord, si le courant passe bien (même si ce n’est pas un gage que tout ira bien, c’est quand même un bon indicateur). Voir si on peut rencontrer l’équipe, même 5 minutes et voir les locaux (et si possible le modèle étudié).
  • avant de choisir mon labo de thèse : j’aimerais que ce soit un labo où j’ai déjà fait un stage et où je me suis bien entendue avec les gens et avec le thème de recherche !

 5.

Avant le contact :

Est-ce que les sujets de recherche du labo m’intéressent ?

Est-ce que j’ai les connaissances où les capacités suffisantes pour comprendre ce qui se fait dans le labo ? (interdisciplinarité biophysique-bioinformatique)

Informations que l’on consulte :

Dernières publications. Site internet, présentation du labo et de l’équipe de recherche, de leur thématique de recherche actuelle.

Au moment de visiter le labo :

Je saurai mieux quelles questions poser quand j’aurai connu plusieurs labos et que j’aurai vu ce qui me plaît ou pas.

6.

Avant de commencer un stage en labo ?

  • Avant le contact :

         combien de personnes dans l’équipe ? A quel poste ?

         publication récentes ? Dans quel journal ?

         essayer de parler (éventuellement avec des anciens stagiaires) de l’ambiance de l’équipe avec quelqu’un d’extérieur à l’équipe.

  • Lors de la visite :

        savoir si des membres de l’équipe travaillent ensemble sur certains projets ? (plusieurs thésards aux sujets différents, travaillant sur un projet commun)

        s’il y a des réunions chaque semaine pour discuter ensemble entre collègues ? (ce qui se passait dans mon laboratoire d’accueil due stage de L3)

         connaître les méthodes utilisées « précisément », pour varier mes connaissances en fonction des stages

         aborder le thème des horaires…

7.

Avant de commencer un stage en labo ?

         Thème du stage ?

         Se renseigner auprès d’autres chercheurs sur le labo, la façon dont il accueille les stagiaires

         Rémunération pendant le stage ?

         Les publications du labo ?

         Quel est le travail déjà accompli au sein du labo dans le domaine sur lequel on va travailler

         Qu’est-ce qu’on va faire concrètement pendant le stage (démarche, but…) ?

         Se renseigner sur l’équipe, avec qui on va travailler : des thésard, des chercheurs, le chef du labo (pour savoir si la personne sera disponible pour nous encadrer, nous guider…)

         Les moyens du labo

         Importance du lieu du stage

8.

Comment choisir son labo de thèse

Avant de contacter le labo :

         sujet (même large), thème

         lieu

         paillasse ou pas

         niveau de connaissances requis

Informations :

         type de publications (cerner les sujets abordés)

         organigramme, nombre de thésards

         âge moyen de l’équipe

Visite du labo :

         le fonctionnement (réunions d’équipes, conférences organisées)

         l’ambiance (salle de pause, relations entre équipes, hiérarchie…)

         l’organisation spatiale (travail collectif ou pas)

A ne pas oublier :

         Possibilité de publication

         Ce qu’on attend de moi concrètement (boucler ou non le sujet…)

Ce qui est important :

         Horaires et battement possible

         Niveau de connaissances requis

         Type d’encadrement + prise en charge des étudiants

Ce que l’on veut expérimenter :

         Ambiance au sein de l’équipe et entente avec le responsable

         Possibilité de travail en autonomie, de discuter avec le responsable

         Implication requise et la liberté dans la gestion du temps de travail

9.

Questions que l’on se pose avant de contacter le labo ?

         Est-ce que le domaine et les méthodes m’intéressent ?

         Est-ce que le(s) potentiel(s) encadrants ont l’air cool ? Notamment, est-ce que l’encadrement sera intéressant ?

         Quel type d’équipe ? Ratio thésards/permanents – Jeunes/Vieux

Les informations que l’on consulte ?

         Publications

         Actualités du labo, sur la page web

         Contacts éventuels de stagiaires / anciens stagiaires

Questions que l’on pose au moment de visiter le labo ?

         Qu’est-ce qu’ont fait les anciens stagiaires ?

         Ça s’est bien passé ?

          ?

Ce que vous avez oublié […]

?

10.

Avant de commencer un stage en labo

1/ Questions avant de consulter un stage en labo

         Sujet nous plaît ?

         Qui nous encadre ?

         Labo « sérieux » ?

2/ Infos à consulter

         Site de l’équipe, du labo

         Publics

3/ Question pour la visite

         Qu’est-ce qu’on attend de nous ? Quel travail de recherche

         Esprit de l’équipe, horaires…

4/ Ce que j’ai oublié la dernière fois

5/ Ce qui m’a paru important

         aller voir des manips en-dehors de mon travail quotidien

6/ Ce que je veux expérimenter avant la thèse

         plusieurs domaines de la recherche

11.

Questions à se poser avant de contacter le labo ?

         La pertinence du sujet par rapport à mon projet professionnel et mes envies

         La possibilité de poursuivre le sujet de stage en thèse

         Le nombre et l’impact des publications

Informations que l’on consulte

         L’activité et la taille de l’équipe : la présence ou pas d’autres stagiaires et des thésards

Questions lors de la visite

         Pourquoi avoir décidé de prendre un stagiaire ?

         Fixer les objectifs et les attentes

         Essayer d’apprendre plus sur la vie du labo

         Demander les stagiaires ou les thésards, leur point de vue, quel est leur ressenti par rapport à l’équipe et l’encadrant

         Aborder la question de continuer en thèse

12.

         Est-ce que les thésards sont intégrés dans les réunions de labo ?

         Est-ce que les thésards ont accès aux formations, congrès etc proposés aux chercheurs ?

         A quel point le directeur de thèse s’implique dans la thèse (au début, au milieu et à la fin) ?

         Y a-t-il un moment dans la thèse où le thésard a la possibilité d’orienter le sujet comme il veut ?

         Le directeur de thèse a-t-il des objectifs différents de ceux de l’Ecole doctorale (nombre de publications, de congrès…) ?

         Les sujets du laboratoire sont-ils en accord ou en conflit avec les différentes avancées / idées sur ces sujets ?

         Y a-t-il la possibilité d’aménager ses horaires ou y-a-t-il des horaires et heures de présence dans le labo imposées ?

Les informations à consulter :

         impact factor des journaux scientifiques dans lesquels ils ont publié

         nombre de publication

         place du thésard et du directeur de thèse dans les signatures

         les sujets : exotiques ou non

         le nombre de bourses doctorales déjà obtenues

         si en entreprise : possibilité d’embauche ?

         l’âge moyen de l’équipe de recherche

13.

Comment choisir son laboratoire de thèse ?

         thématique du labo, sujets des autres chercheurs

         en quoi mon sujet ressemble au travail des autres, en quoi est-il différent ?

         qui va m’encadrer, aura-t-il/elle du temps pour moi ?

         quel matériel est à disposition (en fonction de ce que je veux faire) ? Dans l’équipe, dans le labo

         quelles techniques sont utilisées ?

         l’ambiance, y-a-t-il une vie de l’équipe en dehors du labo ?

         les horaires de présence des autres ? (soirs, nuits, week-end)

         les publications du labo ? (quel type de revue, qui signe)

         les membres de l’équipe (autres doctorants, etc) ?

         les partenariats ? (autres labos à l’étranger, etc.)

         les congrès auxquels le labo / certains membres de l’équipe participent/ organisent ?

         les installations ? (bureaux, paillasse, etc.)

         la mixité ? (plus d’hommes ou de femmes dans l’équipe)

         le lieu ?

14.

Comment choisir son laboratoire de thèse ?

         Essayer de discuter avec un thésard du labo pour savoir quel statut on lui donne

         Se rendre compte de « l’ambiance » de l’équipe et du labo (on y passe quand même au moins 3 ans)

         Vérifier la qualité de la production scientifique et les équipements disponibles

         Discuter avec le directeur de thèse (ou maître de stage) de ce qu’il attend de notre passage au labo

15.

Avant de contacter le labo ?

  La thématique

  Les relations entre personnes (plus y a de monde, moins y a de relation)

  Les infos que l’on consulte ?

  Le projet précis en ce moment

  Les projets passés

Questions au moment de la visite ?

  Comment se passe la répartition des tâches (collectif ou tout individuel) ?

  Qui a quel poste

  Ce qu’on aura comme mission

  S’il y aura un encadrement

Questions oubliées ?

  Les gens qui m’encadrent partiront pas en vacances pendant mon stage (se retrouver encadré que après 3 semaines de stage et finir le stage seul est pas pratique sur 7 semaines)

  Où sera mon bureau et ma paillasse (sans paillasse et le bureau au fond du labo seul, c’est un placard)

  Savoir où en sont les recherches et les outils (arriver et devoir mettre en place les outils et ne pas avoir le temps d’expérimenter, d’avoir des résultats est frustrant : on a été une machine juste pour pas qu’ils perdent de temps).

Les infos importantes ?

  Les horaires approximatifs (avoir une idée si ils passent leur vie au laboratoire)

Expérimentation avant la thèse ?

  Trouver un labo et le tester en stage, voir si on s’entend bien.

  Voir si les thésards sont exploités ou aidés.

16.

Questions que l’on pose ?

         lieu (pays ? ville ?)

         prestige (publi ? reconnu ?)

         sujet (avoir une idée de ce qu’on aimerait y faire)

         le labo fait-il des expériences sur animaux ? si oui, je n’y vais pas

Informations que l’on consulte

         photo des chercheurs

         publi

         nombre de post-docs, stagiaires

         grande équipe ? petite équipe ?

         la labo est-il riche

Questions lors de la visite du labo

         horaires

         qu’est-ce que j’ai le droit de manipuler seul

Ce que j’ai oublié la dernière fois :

         la durée du trajet (super long la dernière fois)

Ce que j’ai pensé à demander :

         à vrai dire rien. J’ai juste écouté

Ce que je veux expérimenter

         il y a plusieurs sujets qui m’intéressent (bio végétale, quelque chose de théorique, écologie, biotechnologies végétales) donc les essayer tous

         petits et gros labos

         lieu

 17.

Questions que l’on se pose avant de contacter le labo pour un stage

–         est-ce qu’ils font de la « diffusion des savoirs » ?

–         la thématique du labo

–         les méthodes et techniques utilisées par le labo

–         la situation géographique du labo

–         la constitution de l’équipe (beaucoup de thésards ? beaucoup de chercheurs ?) : par exemple pour mon stage de L3 je me suis retrouvée dans un labo avec uniquement des stagiaires, thésards, techniciens et post-doc… aucun chercheur avec un poste permanent à part la directrice de recherche ; ça m’a manqué !

–         les publis, quel type de journal

 

Après avoir contacté le labo :

–         le sentiment général après l’entretien

–         la « sympathie » qu’on a eu pour la personne rencontrée lors de l’entretien

–         l’ambiance générale pressentie dans le labo

 

–         Qui va m’encadrer ? Est-il sur le même projet que moi, ou un autre projet ?

–         Quel « intérêt » il porte pour moi (est-ce qu’ils me corrigeront mon rapport ? Est-ce que je présenterai mes travaux à l’équipe ?)

–         L’âge général des gens de l’équipe

–         Est-ce qu’ils ont des enfants ?

Quels sont les horaires ? (ce qui me donne une idée de la quantité de travail par rapport au temps passé à la vie personnelle)

[…]

Former de futurs chercheurs à la communication scientifique

Dans le cursus des futurs chercheurs en sciences expérimentales ou exactes, il y a peu de place pour la communication scientifique, et elle est même la plupart du temps complètement absente.

Pourtant, l’exigence de communication des résultats par les chercheurs est entrée officiellement dans leurs missions depuis une vingtaine d’années déjà .

Loi n° 82-610 du 15 juillet 1982 d’orientation et de programmation pour la recherche et le développement technologique de la France :

Art. 14. La recherche publique a pour objectifs :

• le développement et le progrès de la recherche dans tous les domaines de la connaissance ;

• la valorisation des résultats de la recherche ;

• la diffusion des connaissances scientifiques ;

De la sociologie des sciences pour les scientifiques ?

Et plus largement une ouverture aux sciences humaines et sociales (première étape avant celle du dialogue, bilatéral donc par définition, avec les sciences humaines et sociales… une chose après l’autre, la première donnant déjà du fil à retordre…) ?

La question se pose depuis longtemps et les avis divergent. Une discussion sur le blog d’Enro, La science, la cité, sur la question de la réflexivité, me donne l’occasion de donner ici quelques idées supplémentaires concernant le débat à ce sujet.

D’un côté, on peut citer un auteur comme Bruno Latour, dans Le métier de chercheur – Regard d’un anthropologue (INRA éditions, 2001) qui se positionne de la façon suivante :

« Thomas Kuhn a montré qu’on ne pouvait pas former des scientifiques intelligemment : ce qu’il faut, c’est les pénétrer du paradigme de leur discipline, aux deux sens du terme ! Alors, l’idée d’introduire une pincée, voire davantage – de sociologie des sciences dans une école doctorale, il me semble que cela n’aurait guère de sens pour de futurs chercheurs. On peut former intelligemment des non-scientifiques à l’approche des sciences, parce qu’ils ne vont pas, eux devenir des scientifiques. Mais un scientifique, il faut accepter l’idée de le former bêtement ! Pour l’excellente raison que de toute manière, l’essentiel du « training », quoi que l’on fasse, restera répétitif et ennuyeux. Il faut acquérir des savoir-faire, des automatismes, une discipline quasi-physique, qui s’obtient quasiment comme la discipline du corps, uniquement par le travail, par l’exercice répété, inévitablement tatillon, fastidieux, stupide. Un scientifique qui serait formé intelligemment, ça ne serait jamais un bon scientifique : trop de fragilité, trop d’états d’âme et pas assez de réflexes… C’est comme dans le sport de haut niveau, ce n’est pas comme cela que l’on gagne ! C’est malheureux à dire, mais si Kuhn a raison sur ce point – et je pense qu’il a raison- alors il n’y a pas moyen d’éviter le caractère profondément fastidieux du training qui va permettre d’acquérir la discipline nécessaire pour devenir chercheur. », p.94.

Autrement dit, rien ne sert de « se regarder faire » si l’on souhaite être efficace, productif, bref, un « bon scientifique ».

Là où l’on peut donc déjà ne pas être d’accord c’est sur les caractéristiques du « bon scientifique », mais ce pourra être le sujet d’un autre billet.

N’est-il dès lors pas contradictoire que B. Latour accepte pour les scientifiques ce qu’il ne souhaite à personne :

« Le problème, c’est qu’on impose cette formation ennuyeuse à tout le monde ! C’est profondément absurde et injuste pour ceux qui ne se préparent pas à devenir des scientifiques. En gros, on réussit assez bien à produire des scientifiques, mais on dégoûte de la science le reste des gens, ce qui est idiot et dangereux. » p.95

Ce qui est étonnant c’est de ne pas s’inquiéter plus que cela de dégoûter les scientifiques eux-mêmes de la science ou encore d’induire une sorte de « sélection » d’un certain rapport à la science, de ne garder que ceux qui supportent ce « training » et en tout cas de réduire la diversité des acteurs de la recherche.

Lorsqu’il continue ainsi, on peut être perplexe :

« Non seulement on dégoûte de la science des millions et des millions de gens, mais en plus on leur en donne une idée complètement fausse, et on les dissuade de s’y intéresser en tant que citoyens, parce que la science est présentée comme une activité qui doit rester à l’écart de la société, ce qui entre parenthèses arrange bien certains. Il faudrait donc former bêtement ceux qui vont devenir des scientifiques, et former les autres intelligemment, en les intéressant à la science sans essayer de leur apprendre à en faire, puisque l’on sait très bien qu’ils n’en feront jamais ! Et c’est là que l’histoire des sciences, la sociologie des sciences, seraient utiles. » p. 95

Si on ne peut qu’être d’accord avec le décalage entre l’image de la recherche donnée au cours de la formation des étudiants en sciences, et même jusqu’à un niveau avancé, il est difficile d’admettre un traitement différent entre « citoyens » et « scientifiques », puisque les seconds font partie des premiers !

Comment concevoir que les scientifiques puissent rester dans une « mystification » de la science, coupée de la société, alors que les autres comprendraient ce qu’elle est « en réalité ? Au nom de quoi et des intérêts de qui laisserait-on les étudiants en science dans leur « idée complètement fausse de la science » ? Comment peut-on dire que nous avons besoin de personnes qui font de la science sans y réfléchir, « bêtement » ?

Plus étrange encore est de pouvoir soutenir cette position deux pages seulement après les mots suivants :

« La longue épreuve initiatique imposée aux jeunes scientifiques est absurde et cruelle. Elle consiste à passer de la maîtrise au doctorat, du doctorat au post-doc, et à découvrir par soi-même la réalité de la science qui se fait, comme on découvrait autrefois le sexe, dans l’horreur de la nuit de noces non préparée ! Mais pour la science, c’est encore pire, car on met longtemps à comprendre ! Et beaucoup de scientifiques vivent cela très mal, je l’ai dit, comme une déchéance. » p93

Encore une fois, une contradiction, puisqu’il continue ainsi cinq lignes plus bas :

« Le plus étonnant, c’est que durant tout leur parcours de formation, jamais personne ne leur aura parlé de tout cela. La recherche n’est pas au programme des formations scientifiques ! Il me semble pourtant qu’il serait important, à un moment ou à un autre, de former les chercheurs à leur métier, comme on le fait pour tous les métiers. » p93

Ce qui emporte ma totale adhésion. Mais, à la suite de Michel Morange, Baudouin Jurdant ou encore Dominique Vinck1, je gage que l’ouverture aux sciences humaines et sociales (qu’il s’agisse d’histoire des sciences, de sociologie, d’épistémologie, de sciences de l’information et de la communication, etc.)  est justement un mode d’accès unique à la science en tant non pas qu’ensemble de faits scientifiques mais que pratique, métier, discours,  démarche, activité sociale, etcetera.

En bref, je pense que l’insertion de modules de formation aux sciences humaines et sociales est une façon d’accéder à une certaine réflexivité, absolument fondamentale pour faire évoluer le sens que l’on donne à sa pratique au cours de la découverte de celle-ci par les stages, puis la thèse et le reste de la carrière de chercheur.

Il semble de plus nécessaire qu’elle ait lieu suffisamment tôt pour éviter que le dégoût ne soit suivi d’une désertion au moment de la thèse ou plus tard et pour assurer que des scientifiques ayant un recul certain sur leur pratique, ses acteurs et ses enjeux soient toujours au centre de l’activité de recherche, et ce dès le début de la carrière de chercheur.

Billet publié également sur le Pri(s)me de tête et sur sur le portail Science et Société, dans Points de vue
—-

1. Leurs positions sur ce sujet feront vraisemblablement l’objet d’un futur billet, tout comme les idées de P. Bourdieu sur la réflexivité en sciences sociales.