Archives de catégorie : Hypothèses

Réflexions et hypothèses particulièrement soumises à vos commentaires et réactions !

Discuter l’idée « La science fait progresser l’humanité »

Ce billet est une version antérieure au chapitre finalement publié dans l’ouvrage « Les scientifiques jouent-ils aux dés ? ».

Ce livre paraîtra prochainement aux éditions du Cavalier Bleu, sous la direction de Bastien Lelu et Richard-Emmanuel Eastes, dans la collection « Idées reçues sur la science ».

Il s’agit d’un ouvrage collectif du groupe Traces, préfacé par Dominique Pestre.

Voir également : Discuter l’idée « La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques »

Ecrit par Antoine Blanchard : Les experts sont-ils formels ?

La science fait progresser l’humanité

« Depuis trois siècles, la connaissance scientifique ne fait que prouver ses vertus de vérification et de découverte par rapport à tous autres modes de connaissance. […] Et pourtant, cette science élucidante, enrichissante, conquérante, triomphante, nous pose de plus en plus de graves problèmes qui ont trait à la connaissance qu’elle produit, à l’action qu’elle détermine, à la société qu’elle transforme. »,

Edgar Morin, Science avec conscience, 1982.

« L’aventure scientifique, c’est fascinant ! Que de progrès techniques, quelle amélioration de notre niveau de vie ! La science, en augmentant les connaissances dont l’homme dispose, accroît sans cesse sa maîtrise sur son environnement, lui permettant d’utiliser son imagination pour améliorer sa condition, pour faciliter son quotidien. »

Pourquoi ce discours n’emporte-t-il pas une adhésion unanime et ne convainc-t-il pas toujours ? Oui, la science, immédiatement ou à long terme, ouvre la porte vers de nombreuses applications intéressantes, dont nous imaginerions difficilement nous passer une fois qu’elles sont advenues et qui sont donc, en un sens, facteur de progrès. Ainsi, les conditions de travail, la santé et l’hygiène, l’alimentation, etc. sont autant de domaines où les connaissances scientifiques peuvent permettre des améliorations de nos conditions de vie. Mais l’ensemble des populations humaines n’en profitent pas nécessairement, car s’y mêlent considérations et décisions économiques et politiques. Pour le concevoir, il suffit de penser aux pays du Tiers-Monde. Les maladies qui y subsistent, tel que le paludisme par exemple, feraient-elles encore longs feux si l’économiquement rentable ne venaient pas conditionner le scientifiquement faisable ? Dans quelle mesure pourrait-on alors parler de progrès pour l’humanité dans son ensemble ? Continuer la lecture de Discuter l’idée « La science fait progresser l’humanité »

Discuter l’idée « La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques »

Ce billet est une version antérieure au chapitre finalement publié dans l’ouvrage « Les scientifiques jouent-ils aux dés ? ».

Ce livre paraîtra prochainement aux éditions du Cavalier Bleu, sous la direction de Bastien Lelu et Richard-Emmanuel Eastes, dans la collection « Idées reçues sur la science ».

Il s’agit d’un ouvrage collectif du groupe Traces, préfacé par Dominique Pestre.

Voir également : Discuter l’idée « La science fait progresser l’humanité »

Écrit par Antoine Blanchard : Les experts sont-ils formels ?


La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques

« Nous, on ne parle pas le scientifique », Luna, 9 ans,

« Les cervelles fraîches » – Centre Paris Lecture

Les scientifiques, qu’ils soient issus des sciences humaines, sociales, exactes ou encore expérimentales, usent d’un langage bien à eux et manipulent des concepts si bien intégrés qu’ils ne pensent parfois même plus à les expliciter. Comme dans toute spécialisation, voire toute profession, ils développent un jargon qui rend la communication plus efficace entre eux, mais plus opaque à l’extérieur…

Pourtant, ceux qui s’intéressent à la science ne sont pas exclusivement ceux qui en maîtrisent déjà le langage et les concepts. Dès le XVIIe siècle, les thèmes scientifiques constituaient des sujets de conversation très en vogue dans les salons. Avec ses Entretiens sur la pluralité des mondes, Bernard Le Bouyer de Fontenelle écrivit en 1686 ce qui peut s’apparenter à l’un des premiers ouvrages de vulgarisation scientifique, destiné cependant à un public très restreint[1]. Dès lors, la vulgarisation, entreprise visant à rendre accessible au plus grand nombre les connaissances scientifiques, s’inscrit en premier lieu dans les livres et entre de fait dans les bibliothèques des particuliers.

Des intermédiaires entre les scientifiques et les non scientifiques

De nos jours, les vulgarisateurs prennent le visage d’écrivains, parfois chercheurs de métier ; de journalistes scientifiques, dans la presse, à la radio, à la télévision ou sur le web ; de médiateurs mettant en œuvre des animations dans les musées ou les associations, lors des fêtes de science ou dans des expositions, qui peuvent aborder la science autant comme sujet principal qu’en filigrane.

Et lorsqu’on interroge ces acteurs sur leur activité, c’est souvent l’idée d’une mission, d’une nécessité de leur rôle qui ressort, presque toujours associée à un grand plaisir de communiquer sur des thématiques qui les passionnent personnellement. Ils ont ainsi la plupart du temps la volonté de rendre la science accessible, de l’intégrer à la culture commune, et développent une démarche pédagogique dans leurs discours avec le souci de réduire le fossé qui séparerait les « savants » des « profanes ». Ce fossé si fréquemment évoqué existe-t-il vraiment et si oui, quelle est sa nature[2],[3] ? Le combler, serait-ce une ambition totalement folle, ou au contraire réalisable ?

Continuer la lecture de Discuter l’idée « La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques »

Entre normes et valeurs, les discours balancent-ils ?

Billet initialement publié le 17 mars 2011 sur le carnet de recherche du laboratoire Junior interdisciplinaire  « Enquête sur l’homme vivant ».

J’ai participé en novembre dernier à une séance du laboratoire Junior intitulée « Réflexions autour des  normes ». Barthélemy Durrive y présentait une discussion sur la frontière entre « normal et pathologique » et sur la relation entre « norme biologique et loi biologique », à partir d’une lecture des textes de Canguilhem. Julie Henry avait quant à elle choisi de réfléchir aux sens des dérivés « normal, normalisé, normatif, anormal, anomal ».

Partant de réflexions issues d’entretiens menés dans le cadre de mon travail de thèse, portant notamment sur les discours que des doctorants en biologie portent sur leur pratique de recherche[1], j’avais de mon côté entrepris de questionner la relation entre normes et valeurs, à partir de deux principales questions :

Est-il seulement possible de distinguer dans les discours ce qui relève des normes et ce qui relèvent des valeurs ? Est-on même en mesure, conceptuellement, de distinguer clairement les unes des autres ?

Continuer la lecture de Entre normes et valeurs, les discours balancent-ils ?

Réflexivité et dialogue interdisciplinaire : un retour sur soi selon l’autre

Texte écrit par Barthélemy Durrive (auteur principal), Julie Henry et moi-même, faisant office de pré-acte pour le Colloque international à Limoges, qui aura lieu les 1 et 2 décembre 2010 :

Réflexivité en contextes de diversité : un carrefour des sciences humaines ?

Ce texte présente l’atelier que nous animerons à cette occasion.

Barthelémy Durrive – Master 2 de Philosophie, ENS de Lyon, agrégé de Philosophie – barthelemy.durrive@ens-lyon.fr ;

Mélodie Faury – Doctorante, laboratoire C2So, ENS de Lyon – melodie.faury@gmail.com ;

Julie Henry – Doctorante CERPHI, ENS de Lyon – julie.henry@ens-lyon.fr ;

Les auteurs sont tous les trois membres du laboratoire Junior « Enquête sur l’homme vivant – philosophie, biologie, éthologie » de l’ENS de Lyon.

Mots clés : réflexivité, interdisciplinarité, altérité, familiarité, expérience vécue, pratique de recherche

Axes thématiques : Axe 2 – Altérité et diversité / Format de la proposition de communication : atelier

Objectifs de l’atelier – Résumé

Dans cet atelier, nous nous intéressons surtout aux conditions de mise en œuvre de la réflexivité et à ses modalités en contexte interdisciplinaire.

Tous les chercheurs ont l’habitude des deux démarches suivantes :

–         la démarche interdisciplinaire : se rencontrer autour d’un objet commun, partager des savoirs spécialisés

–         la démarche réflexive : individuellement dans nos pratiques de recherches, à l’occasion de réunions d’équipe, s’interroger sur nos propres démarches, méthodes, concepts…

La possibilité de croiser les deux démarches fait notamment l’objet de ce colloque : partager nos expériences réflexives pour construire des concepts transdisciplinaires communs.

Nous pourrions par suite envisager une approche complémentaire : il s’agirait de partir des conditions du dialogue interdisciplinaire (de ses exigences, de ses conditions de possibilité), sans apriori de méthode, afin de provoquer un retour réflexif quant à nos paradigmes disciplinaires respectifs – et, éventuellement, partager ce vécu avec d’autres.

C’est ce que propose cet atelier volontiers expérimental : mettre en place collectivement un contexte favorable à l’expérimentation personnelle de l’effort et des effets de la réflexivité, notamment via un dialogue entre les participants, à partir de concepts que les disciplines se sont appropriés distinctement.

Présentation d’une expérience précédemment menée

Le laboratoire Junior « Enquête sur l’Homme vivant »

L’atelier proposé a été imaginé à partir d’une expérience précédemment menée dans le cadre du Laboratoire junior « Enquête sur l’homme vivant ». Les membres issus de la philosophie, de la biologie, des pratiques artistiques, de l’histoire, de la géographie s’y rassemblent autour de questions communes, et notamment celle des conditions de possibilité de leur dialogue interdisciplinaire.

L’expérience d’une séance autour de la réflexivité

Notre objectif était de faire vivre à chacun des participants l’expérience de distanciation réflexive où je réalise que ma manière habituelle de construire mon sujet repose sur des présupposé sous-jacents. Le sens de l’expérimentation était donc de réunir les conditions d’un retour réflexif sur leurs pratiques de recherche, de manière à ce qu’ils y reconnaissent des aprioris non questionnés.

Notre démarche a procédé en deux temps :

1)      Réflexivité directe : profitant du cadre interdisciplinaire (sciences humaines et biologie), nous avons proposé une définition du concept de « fonction » tirée du dictionnaire, et nous en avons critiqué ensemble les présupposés finalistes. La question posée à chacun étant : « défini tel quel, utiliseriez-vous ce concept dans vos pratiques de recherches ? », chacun s’est référé à sa discipline (sociologie, histoire, biologie).

2)      Vers une démarche réflexive indirecte : passant ensuite à un outil conceptuel dont les présupposés sont moins évidents, nous avons ensuite proposé un modèle biologique (schéma explicatif présenté sans sa légende) et demandé à chacun de nous dire ce qu’il y lisait. L’interprétation des non-spécialistes ne parvenait pas à retrouver la cohérence globale du schéma – seules des conventions de représentation étaient mises en valeur (ramifications, flèches, etc.).  Un membre biologiste a pu finalement expliquer au reste du groupe qu’il s’agissait de la schématisation du développement cellulaire (à partir d’une cellule indifférenciée) de différents types de cellules de la rétine (photorécepteurs ou cellules amacrines). Or, l’exercice – pour ce spécialiste – a consisté à présenter tous les concepts qu’il mobilisait à partir de leurs enjeux (du problème qu’ils venaient résoudre) de manière à ce que des débutants puissent en comprendre la portée. Ce fut ainsi l’occasion pour ce chercheur de réinscrire toute la logique explicative du schéma (le mécanisme de différenciation cellulaire) dans son cadre paradigmatique (la théorie de l’ontogenèse) qui reste une théorie, comme il a eu lui-même l’occasion de le préciser.

Déroulement proposé et objectifs de l’atelier

Dans un premier temps, nous partagerons brièvement notre précédente expérience avec les participants, afin de préciser notre démarche, les objectifs de l’atelier et le type de réflexivité qu’il s’agit d’expérimenter.

Nous proposerons ensuite un thème comme point de départ à la discussion, par exemple le concept, transversal, de norme. Partant éventuellement d’une première définition, chacun serait alors amené à présenter le sens pris par ce concept dans le cadre de ses pratiques de recherches, au sein de sa discipline, et de manière à ce que tout le monde comprenne de quoi il s’agit. Nous nous positionnerons à cette étape comme médiateurs (« catalyseurs ») de la discussion, posant éventuellement l’une ou l’autre question pour aider à mettre en évidence certaines spécificités disciplinaires, de manière à ce que la personne ayant la parole puisse les présenter plus précisément, en ses propres termes, toujours dans l’effort d’être compris.

Nous finirions par un retour collectif, afin d’essayer ensemble de dégager un concept de réflexivité et d’interdisciplinarité qui puisse rendre compte de ce qu’il s’est passé. On ne part donc pas a priori de concepts déterminés, mais on aimerait y aboutir, c’est-à-dire essayer de tirer ces concepts de notre expérience – et ce de manière réflexive et interdisciplinaire.

Quelle réflexivité vise-t-on ici ?

L’expérience que nous proposons vise à favoriser la mise en œuvre individuelle et collective d’un retour réflexif sur nos pratiques de recherches, afin de :

– se rendre compte de tout ce qu’on mobilise (concepts, méthodes, opérations) du fait de notre formation disciplinaire, de manière à révéler des aprioris faussement évidents comme autant de biais qui déterminent et limitent notre façon de construire l’objet de recherche ;

– reconnaître vis-à-vis de soi-même les concepts qu’on utilise de façon opératoire sans pour autant toujours les comprendre (parce qu’on les mobilise dans le cadre d’un discours déjà préparé), de manière à ouvrir les « boîtes noires » – ces concepts que l’activité de recherche implique de fait parce que « on voit de quoi on parle », sans pour autant savoir en quoi ils consistent (le concept de gène, par exemple) ;

– faire apparaître la légitimité propre de notre approche disciplinaire – à la lumière de ses enjeux, certes, mais hors de son contexte consensuel, c’est-à-dire sans qu’on soit « conquis d’avance » par les principes de cette légitimité.

Spécificités du dialogue ainsi créé et de la réflexivité induite

– ce dialogue n’est pas un débat : on ne cherche pas à convaincre l’autre, ni à trouver un point commun d’entente entre disciplines ; par ailleurs, on ne cherche pas à « construire »  d’objet déterminé au cours de cet échange ;

– ce n’est pas une discussion « transitive », mais plutôt réfléchie, puisque le thème de la discussion (ici, la norme) n’est pas un objet qu’on viserait, mais plutôt un exemple servant d’occasion à un retour réflexif sur les différentes manières de l’envisager ;

– ce n’est pas un cours : chaque participant est à la fois ignorant hors de sa discipline et spécialiste à l’intérieur ; dès lors que l’on reconnaît cette légitimité de l’autre, on cherche spontanément – pour se faire comprendre – à partir de son point de vue (d’où il parle) comme d’un point de départ (d’où il part) ;

– reconnaître la consistance et la légitimité des perspectives disciplinaires de l’autre est une étape préparatoire : le travail proposé ici consiste plutôt à présenter sa démarche en la projetant dans les coordonnées théoriques et pratiques de l’autre, sans pourtant en trahir l’esprit (les partis pris constitutifs) ;

– il peut certes y avoir au cours de la discussion des accords ou des désaccords ponctuels (sur certains postulats, par exemple) mais l’essentiel est surtout ce que ces points de rencontre divergente ou convergente nous disent à nous-mêmes sur notre propre perspective ;

– les difficultés à se faire comprendre par l’autre (ses mésinterprétations, incompréhensions, perplexités) nous font faire l’expérience d’un inconfort : une sorte de double contrainte où la nécessité de faire appel à des présupposés paradigmatiques (qui faisaient consensus dans le cadre des discussion disciplinaires au point de passer inaperçu) est de fait interdite (faute de partager ce champ de références avec le public) ; c’est le vécu de cette gêne que nous aimerions provoquer.

La critique réflexive nous semble alors prendre une forme spécifique : ni objectivation unilatérale, ni argumentation ad hominem depuis l’extérieur, ni opposition disciplinaire (limitée, dans la mesure où les disciplines ne se placent pas sur le même plan, relevant de critères d’évaluation qui leurs sont propres) la mise au jour des biais propres à mes pratiques est plutôt vécue comme une crise symbolique, où je me mets moi-même en difficulté.

Vers quelle interdisciplinarité ?

Le croisement des démarches réflexives directe et indirecte tel que nous souhaitons l’expérimenter engage une certaine conception de l’interdisciplinarité : elle serait un dialogue plus qu’un terrain commun, chacun restant dans le cadre de sa discipline pour mieux en voir les délimitations internes – qui sont en même temps des limites. Ce travail sur soi de la part de chacun est peut-être la condition pour trouver, par la suite, un langage et un point de vue commun, parce qu’elle fonde cette recherche sur la reconnaissance de compétences disciplinaires.

Diffusion des savoirs ou relations sciences et société ?

La notion de culture scientifique recouvre plusieurs aspects souvent étroitement liés les uns aux autres, parfois dissociés cependant. Il est en tout cas intéressant de les identifier et de les formuler.

Qu’entend-on par CSTI (Culture Scientifique, Technique et Industrielle) ?

Je souhaiterais essayer de distinguer deux principaux aspects incluent dans l’anagramme « CSTI » : la diffusion des savoirs et les relations Science-Société

Continuer la lecture de Diffusion des savoirs ou relations sciences et société ?

Le discours sur la pratique de recherche et sur la science chez les doctorants en biologie expérimentale

Le poster support de ma présentation aux Doctoriales de Genève le 11 juin 2010.

La version pdf plus facilement lisible est en pièce jointe de ce billet : Poster_Doctoriales3

Continuer la lecture de Le discours sur la pratique de recherche et sur la science chez les doctorants en biologie expérimentale

La science : un système de valeurs ?

Sur le site de l’émission « Recherche en cours », je vous invite à écouter l’enregistrement de l’entretien intitulé « Quand la science recolle les morceaux », réalisé auprès de Leïla Peirié  et Livio Riboli-Sasco, rondement mené par David Dumoulin et Jean-Marc Galan, ainsi qu’à lire les commentaires associés. Extrait…

Sur la page d’accueil du site de l’association Paris-Montagne

Livio et Leïla, qui m’excuseront je crois de discuter ici de leur intervention, comme point de départ à une discussion sur les relations entre sciences et valeurs, y présentent leurs travaux de recherche respectifs, ainsi que des initiatives de médiation scientifique engagées au sein de l’association Paris-Montagne. Sur le site, il est ainsi indiqué en guise de présentation : « L’arrière pensée est claire : derrière les contenus scientifiques faire passer les valeurs positives véhiculées par la science. »

Mais voilà que je ne peux m’empêcher de me demander : la science véhicule-t-elle des valeurs positives en elle-même ? Peut-on dire que la science est un « système de valeurs » ? En cela, je rejoindrais le commentaire de Ed, sur le fond non sur la forme, quand il se demande comment concilier réalité d’une pratique et un certain idéal de la science : ces valeurs que l’on projette sur la science, comment faire quand on ne les rencontre pas dans son quotidien ? Faut-il en prendre son parti ou peut-on se démener pour les y réinjecter ? S’agit-il d’un discours utopiste ? La science est-elle, peut-elle ou encore doit-elle[1] être le lieu d’existence de valeurs (pas nécessairement positives d’ailleurs…) ?

Que la science puisse être un lieu de projection de valeurs, voilà qui n’est pas nouveau, mais très intéressant. On peut effectivement penser la science et ce que la science devrait être dans l’idéal, en lien avec une certaine conception de la société, mais « science » rime-t-il par exemple avec « démocratie » dans les faits? Là encore entre idéal et réalité…

D’où nous vient alors cette idée que la science pourrait être porteuse de valeurs ? La question mérite d’être posée de la relation effective et souhaitable, toujours dans une certaine conception de la société, entre sciences et valeurs (voir par exemple les questions posées aux participants de Pari d’avenir 2008, et le  séminaire Sciences, Technologie et Valeurs coordonné par Bernadette Bensaude-Vincent d’octobre 2009 à janvier 2010).

Pour Ian Hacking, « ce qui donne aux sciences une valeur intrinsèque […] (est) le fait que nous assistons à ce qui nous rend proprement humains, ces talents ou facultés dont chacun est cultivé par un style de raisonnement scientifique distinct, durable, et en même temps entièrement historique. »[2]. Pourtant, dans la discussion qui nous occupe, ce n’est pas de cela qu’il s’agit mais bien de ce que chacun projette comme valeurs (extrinsèques ?) dans la science.

Il y aurait je pense une différence fondamentale à faire entre science et médiation scientifique. Il semble que nous ayons chacun notre propre définition de la science, parfois fédérée autour d’un idéal commun, souvent empreinte de nos valeurs, et en tout cas issue de notre histoire individuelle et collective, de notre culture, voire de notre posture dans le « champ scientifique »[3]. Ainsi pour Bourdieu « lorsqu’on est jeune, -c’est de la sociologie de la science élémentaire-, on a, toutes choses égales par ailleurs, moins de capital, et aussi moins de compétence, et on est donc incliné, presque par définition, à se poser en s’opposant aux plus anciens, donc à porter un regard critique sur leurs travaux. »[3]. Dans l’émission qui nous sert de point de départ, la pratique de la science comme « remise en cause permanente de ses paradigmes » est l’image de la possibilité et des effets concrets, dans la médiation scientifique, d’une projection d’un idéal « révolutionnaire » sur une science qui peut dans ce cadre se permettre de jouer le caméléon, changeant au gré de ceux qui se l’approprient.

Qu’en est-il dans la pratique de recherche ?


[1] L’idée de « non-empiètement des magistères » développée par S.J. Gould, dans son livre Et Dieu dit : « Que Darwin soit ! », pourrait ici nous être utile.

[2] Hacking I., « Vrai », les valeurs et les sciences, Actes de la recherche en sciences sociales 2002/2, 141, p.13-20.

[3] Bourdieu Pierre, 2001. Science de la science et réflexivité. Paris : Editions Raisons d’agir.