Archives de catégorie : Reflets

Ce sera « Infuse ! »

Infuse ! Nos rapports aux sciences

En quête d’espaces de réflexivité – Élans de pensées dans et hors cadres

cropped-e4477222087b11e285a622000a1d039f_7.jpgCe sera donc « Infuse ! ». Après l’Infusoir, ce lieu qui reprend l’idée du boudoir, de l’infusion, de la rencontre conviviale pour penser ensemble les sciences, leurs pratiques, les vécus et leurs discours dans un espace qui est dédié à cet échange, à ce temps de l’écriture et de la pensée, qui doit bien prendre son temps.

Mais cette injonction, « Infuse ! » reste hébergée dans « L’Infusoir », qui en reste l’adresse, l’url.

Une injonction face à l’action, à l’activité professionnelle qui nous pousse toujours plus vite, et dans laquelle il est facile d’oublier que le temps de s’arrêter et de réfléchir au sens de ce que l’on fait, est un temps de résistance. Résistance face au mouvement à contre-sens, à l’emballement, au paradoxe entre nos faits et nos intentions.

Ce sera donc un impératif, adressé d’abord à moi-même : « n’oublie pas l’Infusoir, ce lieu qui devient un verbe, une dynamique « infuse ! » ».

Ce changement me permettra de réinvestir l’Infusoir comme un lieu d’élaboration de l’écriture et de la réflexion, mais aussi de l’action ; de convocation de l’autre dans cette élaboration, de réflexivité, par soi (mise à distance par l’écriture) et par l’autre (pensé dans l’écriture adressé, dans la discussion), qui m’a tant apporté pendant l’expérience de la thèse et qui pourra sans nul doute m’apporter encore.

Ce carnet de recherche se recentre donc sur les fils à tirer pour la réflexion à partir de ma nouvelle activité professionnelle, mais prolonge aussi, et par le même temps sûrement, les questions de mon doctorat, liées à « nos rapports aux sciences » et aux espaces où la réflexivité peut se développer, s’épanouir, en particulier collectivement, dans et hors des cadres institutionnels de la recherche scientifique, quelle qu’en soit la discipline.

Annonce – Rencontres « Communication Culture et Société 2003-2013 », 22 et 23 février 2013

Je relaye ici l’annonce des journées publiée initualement sur le site c2so.ens-lsh.fr.


Ces journées de rencontre sont l’occasion de rendre compte et profiter ensemble de ce qui a été élaboré et partagé dans le cadre de l’équipe Communication, Culture et Société (C2SO), d’abord équipe d’accueil créée en 2003 à l’École Normale Supérieure Lettres et Sciences Humaines puis composante du Centre Norbert Elias à partir de 2009, au cours de ses dix ans d’existence, puisque le C2SO cesse actuellement d’être une unité administrative, mais est devenu un réseau de recherche. Les collaborations ont été multiples, à l’École Normale Supérieure, à Lyon, en région Rhône-Alpes, mais aussi internationalement. Elles ont été scientifiques et intellectuelles, mais aussi humaines et politiques.
La période de développement de l’équipe a coïncidé avec une réflexion politique intense sur les formes et pratiques de la recherche, à l’occasion des nombreux mouvements de contestation et débats des réformes de l’enseignement supérieur et de la recherche, jusqu’au vote de la désastreuse loi sur l’autonomie des universités. Cette conjonction a renforcé les liens avec des structures culturelles et associatives, ce qui a amplifié considérablement l’espace vivant de la réflexion partagée sur les savoirs.
C’est pourquoi ces journées se déroulent au CEDRATS, l’une des structures avec lesquelles nous avons eu ces échanges et ces alliances. L’équipe C2SO a été associée à la création d’une communauté régionale de recherche sur les sciences (le Cluster Enjeux et représentations des Sciences, des Technologies et de leurs usages) et d’un Groupement d’Intérêt Scientifique sur les Institutions Patrimoniales et les Pratiques Interculturelles. Elle a participé à la création du Centre Norbert Elias, une Unité Mixte de Recherche (UMR 8562) portée par le CNRS, l’EHESS, l’ENS, l’Université Paul Cézanne d’Aix Marseille, l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. Elle a porté la création de masters co-habilités avec des collègues d’autres établissements, notamment Lyon 1, Lyon 2, Lyon 3, et l’ENSSIB. Un certain nombre des étudiants qui se sont eux-mêmes impliqués dans les masters portés par l’équipe, ont contribué à cette créativité collective, ont cheminé avec l’équipe, jusqu’au doctorat et au-delà pour les tout premiers, pionniers, qui ont contribué très activement à l’aventure de la création et du développement de l’équipe.

***

Témoignage des rencontres qui ont nourri la réflexion de plusieurs réseaux associés à l’équipe, bilan des pratiques interdisciplinaires et collectives, associant des acteurs d’horizons différents (tant par leur statut et leur appartenance que par leur âge, leurs expériences, leurs centres d’intérêt) : ces journées ne sont nullement un évènement de clôture, mais plutôt un évènement de partages des sociabilités actives qui se sont développées au sein de l’équipe et se poursuivent, des expérimentations théoriques et intellectuelles qu’elle a rendues possibles et d’une conception de la recherche ancrée dans la construction et l’entretien quotidien d’espaces réflexifs, critiques, collectifs. Ces partages portent sur les études culturelles, les études de sciences, les démarches communicationnelles et ethno-sémiotiques, la réflexivité comme moteur de la création institutionnelle, la réflexion sur les formes de l’enquête, l’interdisciplinarité sur le terrain, la réflexion sur les pratiques de communication scientifique et les pratiques éditoriales, les articulations et confrontations entre recherche académique et recherche militante, les alliances de service public entre recherche et institutions culturelles (musées, bibliothèques, centres culturels, associations sur le livre et la lecture, association sur les problématique hommes/nature, etc.).

Plusieurs « parcours » ont été identifiés pour structurer ces rencontres, non pas tant d’après des thématiques que par rapport à des manières de poser les questions, de construire des savoirs et d’orienter des pratiques, et pour susciter le dialogue et l’échange.

***

Lieu : CEDRATS (Centre de Documentation et de Recherche sur les Alternatives Sociales : plan) Organisation : Joëlle Le Marec (CERILAC, Université Paris Diderot) et Sarah Cordonnier (Centre Norbert Elias, Université Lyon 2), avec l’aide de Roxana Ploestean (CERILAC, Université Paris Diderot) et Mimmo Pucciarelli (CEDRATS, Lyon) Avec le soutien du Centre Norbert Elias et du Centre d’Etudes et de Recherches Interdisciplinaires de l’UFR Lettres, Arts, Cinéma, Université Paris Diderot.

Pour assister aux rencontres : contacter Roxana Ploestean

***
Programme

22 février 2013

9h30 Introduction Joëlle Le Marec (CERILAC, Université Paris Diderot) Sarah Cordonnier (Centre Norbert Elias, Université Lyon 2) Mimmo Pucciarelli (CEDRATS, Lyon)

***
Matérialité, vie culturelle des savoirs, pratiques et publics de la culture :

partie 1

Yves Jeanneret (GRIPIC, Université Paris 4) : Circulation des savoirs relatifs à la communication entre sujets sociaux, professionnels, dispositifs, expertise

Agnès Camus (Bibliothèque publique d’information, Centre Pompidou) : Des citoyens de la société de l’information vus du point de vue d’une grande bibliothèque

Jean Davallon (Centre Norbert Elias, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse) : Deux exemples d’études sur la mise en exposition « touristique »

Bernard Schiele (Université du Québec à Montréal ; Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie) : Créer une culture internationale dans la recherche sur la communication scientifique

Philippe Régnier (LIRE, ISH Lyon, Arc 5, Région Rhône-Alpes) Bernard Bensoussan (Centre Max Weber, ISH Lyon) : Trajectoire et témoignage : la construction collective d’une approche des récits de pratiques

***

Après-midi 14h30
Alliances intellectuelles, créativité institutionnelle : table ronde

Xavier de la Selle (RIZE, Villeurbanne) Mimmo Pucciarelli (CEDRATS, Lyon)

Roland Topalian (Cité des Sciences et de l’Industrie, Paris) : Dialogue conception/recherche et innovation dans la médiation muséale

Hélène Hatzfeld (Ministère de la culture et de la communication, MCC GIS IPAPIC) : Quel dialogue entre institutions patrimoniales, chercheurs et associations ? Le pari du GIS Ipapic

Nathalie Candito (Musée des Confluences, Lyon)

Pierre Mounier (Centre pour l’Édition électronique ouverte) : Pratiques de publication en SHS Gerardo Bautista (Éditions des Archives contemporaines)

***

Recherches sur la recherche : formes de l’enquête, condition réflexive, pratiques interdisciplinaires : partie 1

Suzanne de Cheveigné (Directrice du Centre Norbert Elias, EHESS Marseille) : Interdisciplinarité, l’expérience du Centre Norbert Elias

Nikos Kalampalikis (Groupe de recherche en psychologie sociale, Université Lyon 2) Alain-Marc Rieu (Institut d’Asie Orientale, ENS de Lyon) : Contre la standardisation de la recherche

Grégoire Molinatti (Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche en Didactique, Éducation et Formation, Université Montpellier 2) : Communication d’un collectif de chercheurs autour de la controverse gaz de schistes

Benoit Urgelli (CIMEOS, Université de Bourgogne, Dijon) : Éducation à la controverse et usage pédagogique des médias

Pierre Molinier (LARA, Université Toulouse Le Mirail) : Études médiatiques, partages méthodologiques et formation doctorale

***

18h00 – 20h00 Production éditoriale et diffusion des sciences humaines
Lieu : Librairie Le Bal des Ardents

Présentation de l’ouvrage de Sarah Cordonnier, Les sciences humaines dans le centre d’art, Hermès Lavoisier, 2012

Discussion en présence de Gerardo Bautista (Éditions des Archives Contemporaines), Pierre Mounier (Revues.org), Yves Jeanneret (directeur de collection Hermès Lavoisier et revue Communication et langages), Mimmo Pucciarelli (Actes du colloque Presse Alternative), Dominique Vinck (Revue d’Anthropologie des Connaissances), Mélodie Faury (Espaces Réflexifs, Hypothèses.org), Joëlle Le Marec (directrice de collection EAC) et tous les intervenants intéressés, autour des pratiques et projets éditoriaux entre sciences humaines et sociales et expression culturelle des sciences.

***

23 février 2013
Début 9h

Recherches sur la recherche : formes de l’enquête, condition réflexive, pratiques interdisciplinaires : partie 2

Joëlle Le Marec (CERILAC, Université Paris Diderot) qui représentera également Igor Babou (Université de la Réunion) : Sociabilités, réflexivités et communication dans les études de sciences

Dominique Vinck (Université de Lausanne) : Construire l’interdisciplinarité dans les cultures et humanités digitales

Mathieu Quet (IRD/IFRIS) : Sciences, technologie et société et gouvernementalité

Anne Piponnier (MICA, Université Bordeaux 3) : Le déplacement (matériel, intellectuel et sensoriel) pour penser différemment le rapport à la recherche en communication

Mélodie Faury (Directrice de la Maison pour la science en Alsace, Strasbourg) : Le rapport identitaire et culturel des chercheurs aux sciences, objet de recherche et initiateur d’une dynamique réflexive

Marc Neyra (IRSTEA) : La recherche partenariale entre chercheurs et agriculteurs

Avec Clémence Emprin, Anne Jacquemot, Claudio Broitman (docteure et doctorants)

***

Matérialité, vie culturelle des savoirs, pratiques et publics de la culture : partie 2

Éric Guichard (ENSSIB, Lyon, équipe Réseaux, Savoirs & Territoires, Paris et CIPh, Paris) : La culture numérique héritière de la culture, entendue comme réponse historique aux problèmes herméneutiques induits par l’écriture

Roxana Ploestean (CERILAC, Université Paris Diderot) : Le public des institutions culturelles dans l’enquête

Marie-Christine Bordeaux (GRESEC, Université Grenoble 3) : Retour sur la convergence arts-sciences, une recherche effectuée dans le cadre du Cluster 14

Avec Laurence Salvator, Maud Jarrige (doctorantes)

***

Médias, discours, portée critique de la communication

David Douyère (Labsic, Université Paris 13) : Soulever la pierre et la reposer pour laisser le crabe en paix ? Science sociale et explicitation – quelle position pour les Sic ; vers un silence épistémique ?

Isabelle Garcin-Marrou (ELICO, IEP de Lyon) : Discours médiatiques et normes socio-politiques

Pascal Robert (ELICO, ENSSIB) : L’impensé informatique comme type de posture critique : comment rester dans un « en deçà du savoir » et produire une « inculture » informatique ?

Christiane Kapitz (CERILAC)

***

Invités aux séminaires, participant aux colloques et aux journées d’étude, membres de l’équipe, associés aux recherches… ils ont participé au C2So fondé par Joëlle Le Marec et Igor Babou : … Luis Aparicio, Marc Barbier, Gerardo Bautista, Florence Belaen, Bernard Bensoussan, Nicole Bériou, Philippe Bongrand, Christophe Bonneuil, Marie-Christine Bordeaux, Claudio Broitman, William Buxton, Yann Calbérac, Anne Cambon-Thomsen, Agnès Camus, Nathalie Candito, Lise Chalon, Gilles Chantraine, Florian Charvolin, Laurent Chicoineau, Gérard Chouquer, Pierre Clément, Déborah Copel, Sarah Cordonnier, Sarah Czerney, Jean Davallon, Suzanne de Cheveigné, Benoit de l’Estoile, Xavier de la Selle, Cécilia de Varine, François Debruyne, Johann Defer, Eric Delamotte, Raphaël Delarge, Bernard Deloche, Oriane Deseilligny, Sophie Deshayes, Dominique Desmarchelier, Marie Després-Lonnet, Pierre Olivier Dittmar, Isabelle Doré-Rivé, Barbara Dousset, David Douyère, Pascal Ducournau, Clémence Emprin, Jean-Pierre Esquenazi, Mélodie Faury, Louis Jean Gachet, Fabienne Galangau, Isabelle Garcin-Marrou, Michèle Gellereau, Philippe Geslin, Jean-Marie Gleize, Martin Goutte, Sylvie Grange, Céline Granjou, Hervé Groscarret, Eric Guichard, Férouze Guitoun, Valérie Haas, Hélène Hatzfeld, Antoine Hennion, Marie-Angèle Hermitte, Philippe Hert, Christian Jacob, Anne Jacquemot, Frédérique Jankowski, Maud Jarrige, Yves Jeanneret, Pablo Jensen, Frédéric Joulian, Baudouin Jurdant, Nikos Kalampalikis, Christiane Kapitz, Pablo Kreimer, Bertrand Labasse, Christian Lallier, Frédéric Lambert, Dominique Le Tirant, Elodie Levasseur, Agnès Martial, Thérèse Martin, Françoise Massit-Folléa, Jean Matthieu Meon, Ewa Maczek, André Micoud, Fabien Milanovic, Pierre Moeglin, Sophie Moirand, Grégoire Molinatti, Pierre Molinier, Serge Moscovici, Pierre Mounier, Jean-Paul Natali, Marc Neyrat, Manon Niquette, Sandra Nossik, Stéphane Olivesi, Genevieve Paicheler, Eric Pellet, Michel Peroni, Dominique Pestre, Anne Piponnier, Roxana Ploestean, Marie-Sylvie Poli, Mimmo Pucciarelli, Louis Quéré, Mathieu Quet, Ludivine Raimondo, Toni Ramoneda, Jean-François Rebeyrotte, Sandrine Reboul Touré, Philippe Régnier, Alain-Marc Rieu, Laurella Rinçon, Odile Riondet, Chantal Rodet, Bernard Schiele, Christine Servais, Véronique Servais, Ekaterina Shcherbina, Emmanuël Souchier, Jérôme Thomas, Karine Tinat, Roland Topalian, Benoît Urgelli, Dominique Vinck, Noura Wedell, Afifa Zenati…

Une mue pour une métamorphose

Mélodie Faury – Licence CC-BY

L’Infusoir a été mon carnet d’accompagnement de la thèse. Il n’a pas été le lieu d’écriture de la thèse, mais je ne l’aurais pas écrite de la même manière sans ce lieu d’écriture, de lecture et de discussion, qui a rempli des fonctions précieuses pour l’ancrage et l’élaboration de ma réflexion de recherche doctorale.

Je tourne autour d’une idée depuis quelques semaines, liée aux changements de place et d’activité professionnelle dans lesquels je me suis retrouvée prise : et si l’Infusoir n’était plus le « bon » lieu pour écrire, pour dire, depuis cette nouvelle perspective d’où je me situe à présent. Comme si ma parole avait du mal à se situer dans un lieu aussi marqué, aussi connoté par l’expérience de recherche qu’il a accompagné.

Lorsque nous nous étions retrouvés avec Benoît Kermoal, dans le séminaire doctoral organisé par Marie-Anne Paveau et Vincent Ferré à l’université Paris 13, invités tous les deux à parler de notre pratique du carnet de recherche, Benoît avait présenté son carnet comme un carnet qu’il pense clore une fois la thèse achevée et je n’arrivais pas à penser la même chose pour l’Infusoir.

Aujourd’hui je me retrouve face à deux principales options, que je tourne et retourne et qui trouveront bientôt un dénouement :

  • ouvrir un nouveau carnet de recherche pour accompagner la réflexion sur l’action professionnelle que je mène actuellement, mais également pour prolonger mes problématiques de thèse et être le lieu plus large du traçage de mes questionnements ;
  • réaménager de fond en comble l’Infusoir, pour garder toute l’épaisseur de l’archive, sans empêcher l’impression d’une nouvelle dynamique, de nouvelles directions, de nouvelles préoccupations – garder le lien avec l’ancien mais permettre le renouveau, la mue.

Ce qui passe peut-être par l’adoption d’un nouveau nom à ce lieu précieux de recherche en cours, et de rencontres humaines et scientifiques.

La suite dans peu de temps…

Un mois sans écrire – que lisez-vous ici ?

Photographie « Strates » de Boris Drenec, licence CC BY-NC-SA

Pendant presque deux mois, l’écriture dans ce carnet n’a pas réussi à trouver sa place (qu’elle a trouvé pourtant ailleurs), trop de changements depuis la fin de la thèse et la soutenance : de rythme, de lieux, de positionnement, d’appartenances. Pour que le carnet s’installe il me faut une forme de routine, des habitudes, des sortes de rendez-vous avec l’écriture. Ils viendront à n’en pas douter, le manque s’en fait déjà sentir.

Un mois sans écrire donc, et je reviens ici pour un peu de ménage, de réaménagements, peut-être, pour redémarrer l’année et intégrer l’Infusoir dans mes nouvelles pratiques professionnelles. Et par l’absence de logique de lecture lié à la consultation des derniers billets publiés, je m’en rends compte, avec surprise, que la consultation de ce carnet ne varie pas quantitativement, mais que le type des billets consultés s’en trouve nécessairement changé. Remonte à la surface ces billets qui ont été écrits il y a plusieurs mois ou années et qui restent lus. Une nouvelle fois, cela me met fasse à l’épaisseur du carnet et à l’archivage d’écrits qui ne sont pas toujours rédigés pour durer, prenant sens à l’instant de leur élaboration, mais dont la « vie » dans la lecture s’autonomise de fait.

Ce mois-ci, voici donc les billets-archives, assortis de leur date de publication, vus entre 30 et 600 fois ce mois-ci (du plus vu au moins vu) :

J’enlève délibérément de cette liste les billets qui apparaissent sur la page d’accueil au moment où j’écris.

20 avril 2011 – Discuter l’idée “La science fait progresser l’humanité”

6 octobre 2011 – Comment choisir son laboratoire de stage ou de thèse ?

15 mars 2012 – Recherches participatives : petit tour d’horizon

11 avril 2011 – Discuter l’idée “La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques”

14 juin 2010 – Le discours sur la pratique de recherche et sur la science chez les doctorants en biologie expérimentale

6 janvier 2012 – “Désir épistémologique et émotion scientifique”, M.-A. Paveau pour La pensée du discours, Vases communicants de janvier 2012

15 avril 2012 – Le chercheur responsable : de quelles responsabilités parle-t-on ?

22 avril 2011 – Pensée du jour – Un rapport non neutre aux sciences

14 décembre 2010 – Activité de recherche et communication scientifique

11 décembre 2011 – Paroles d’un ancien doctorant – Doctorat en géographie, convention CIFRE

29 août 2011 – Comment aborder la question de la responsabilité sociale des scientifiques ?

6 janvier 2011 – Ambiguïtés et enjeux de la vulgarisation – A partir d’une intervention de B. Jurdant

22 mars 2012 – “Tu vois, sur cette photographie, c’est moi” – L’identité : questions, critères et représentations

1er juin 2010 – Les valeurs de la science

7 août 2010 – Où est l’autre ? – Adresse et réflexivité dans l’écriture

3 juillet 2012 – Le carnet de recherche comme pratique de chercheur.se.s – Un billet prévu prenant une direction imprévue.

3 avril 2012 – Enseignements “Sciences et société : éthique et communication scientifiques” – ENS de Lyon

22 décembre 2011 – Paroles de doctorante – Se lancer dans une thèse en anthropologie

22 septembre 2011 – D’une expérience vécue à un questionnement de recherche en sciences humaines

11 octobre 2011 – Les collect’penseurs – Inscrire, effacer, dialoguer

29 janvier 2012 – Paroles de doctorante – 32 ans, tout début d’une thèse en histoire du droit

5 décembre 2011 – Le “carnet” de recherche

16 janvier 2012 – Le Monopoly© de la recherche

Métadiscours du formateur | Intégrer à l’enseignement le discours du formateur sur son propre discours

Photo : Mélodie Faury - Licence CC-BY

J’ai la chance d’avoir pu revenir en tant qu’enseignante dans plusieurs des formations que j’ai suivies. Ce retour à quelques années de distance m’a permis de mieux comprendre la manière dont nous avons été formés, en tant qu’étudiant.e.s  : selon quels objectifs, pour l’étudiant, pour l’enseignant, pour l’institution ; selon quelles normes et quels enjeux, souvent implicites pour les étudiants que nous étions alors, et pour ceux que je rencontre aujourd’hui.

J’amorce ici une série de billets visant à la formulation de quelques réflexions construites au fil des enseignements que j’ai assurés depuis septembre 2008 et de celles qui ne manqueront pas de s’y adjoindre au cours de l’année universitaire à venir. Elles viennent nourrir mes questions de recherche et participent en retour à l’élaboration de mes enseignements.

Je m’interroge particulièrement sur l’effet de l’explicitation des enjeux, des implicites, des normes et des objectifs de la formation, dans la formation elle-même. Notamment dans le cadre des formations universitaires en biologie que je connais plus particulièrement.

En quoi l’intégration, par le formateur, d’un discours contextualisant et problématique sur son propre discours en tant qu’enseignant peut-il participer à l’élaboration d’un rapport à la formation chez les étudiant.e.s, différent du rapport construit en l’absence de ce discours « méta » ?

Pendant trois ans, j’ai eu l’occasion d’enseigner la biologie dans le cadre de mon monitorat, effectué en parallèle de mon travail de recherche doctorale, et dans celui d’oraux blancs, appelés « colles », en classes préparatoires Agro-Véto, préparant principalement aux concours agronomiques et vétérinaires.

En parallèle de ces enseignements, j’initiais ma transition personnelle entre recherche en Biologie moléculaire et cellulaire et recherche en Sciences de l’information et de la communication, pas toujours douce en cela qu’elle a questionné un nombre important d’évidences incorporées au cours de ma formation initiale.

Cet itinéraire s’est assortie d’un décalage progressif de mes modes de questionnements, et de mes sources d’interrogation, et la manière dont j’ai finalement enseigné ma discipline d’origine s’en est sans nul doute ressenti.

C’est par les réflexions issues de cette expérience d’enseignement, réactivant celle d’étudiante, en classes préparatoires aux concours communs Agro-Véto et aux concours d’enseignement (Capes, Agreg) que je pense commencer.

Le carnet de recherche comme pratique de chercheur.se.s – Un billet prévu prenant une direction imprévue.

Ce billet est le troisième d’une série de quatre billets sur les carnets Hypotheses dans la pratique de recherche. Il fait suite au billet intitulé Le carnet de thèse.

J’emprunte l’idée de la série thématique à Marie-Anne Paveau qui les expérimente au fil des saisons.

Cette série est initiée par deux évènements au cours desquels il s’agissait de discuter des pratiques d’écriture sur un médium de type blog, qu’il soit hébergé sur Hypotheses.org ou ailleurs : l’émission radiophonique Recherche en cours, “To blog or not to blog ?” (25 novembre 2011) et la rencontre “Comment bloguent-ils ?” (1er décembre 2011) organisée par l’URFIST de Lyon, la Maison de l’Orient et l’Institut des Sciences de l’Homme, en partenariat avec le Cléo.

– Prologue –

Il est de saines colères. De celles qui vous disent que quelque chose, décidément, ne vous convient pas. Qui ne s’emparent pas de vous de manière incontrôlable, qui ne vous mettent pas hors de vous, qui ne sont pas non plus rentrées, explosant à l’intérieur, qui n’ont rien à voir avec une colère de frustration face une situation que l’on aurait souhaité autre et qui nous échappe. C’est d’une autre colère que je vous parle, calme, qui (re)met en mouvement, qui n’aveugle pas mais qui au contraire ouvre les yeux.

De ces colères qui réaffirment, fermement, ce à quoi l’on tient et qui reposent les limites qui viennent d’être franchies.

*

J’avais prévu d’écrire ce billet depuis que les deux précédents ont été publiés

Le “carnet” de recherche

Le carnet de thèse, co-écrit avec Frédérique Giraud

Le temps s’est écoulé et le projet est resté. Voici que l’écriture revient et que les intentions changent un peu au risque de se mêler. Il ne s’agira pas finalement de faire un tour d’horizon des pratiques existantes pour essayer de comprendre ce que nous disent les pratiques des manières d’investir l’espace du carnet ou du blog.

Peut-être plus tard, peut-être ailleurs.

J’ai choisis pour l’instant de partager, à partir de mon expérience depuis février 2010, une certaine conception de la pratique de « carnetière »1, qui me donne l’occasion de réaffirmer ce à quoi je tiens dans cette pratique, et que je crois partager avec un certain nombre de bloggueurs et de lecteurs.

Un carnet de recherche, un blog : un lieu habité

Une visite de la plateforme Hypothèses et des carnets qu’elle héberge, et plus largement une promenade dans la « blogosphère » permet vite de s’en rendre compte : il y a autant de carnet de recherche ou de blogs scientifiques différents que de projets de recherche et de chercheur.e.s qui les investissent. Cette variété se décline selon la conception du rôle que cet espace peut jouer dans leurs pratiques de recherche, selon le temps qu’ils auront à y accorder, selon leur représentation même de ce qu’est une pratique de recherche, selon leur envie plus ou moins grande d’entrer en discussion, selon leurs enjeux : d’information, de vulgarisation, de valorisation, de mise en circulation des savoirs, de construction d’une écriture, de mise en lien, etc. J’en oublie sans aucun doute.

Ce qui importe à mon sens dans ces carnets et blogs, c’est l’habitant.e du carnet. La manière dont elle ou il investie l’espace numérique du blog ou du carnet, dont il ou elle l’organise, l’agence. La manière dont il ou elle y vient, en repart, choisit les contenus, les construit, les agence. La manière dont elle ou il se parle, se tait, cite, s’exprime, conseille, renvoie vers d’autres lieux, habités eux aussi.

« Ainsi les ordinateurs changent notre façon d’habiter les lieux de notre quotidien. Et, d’un certain point de vue, ils sont aussi des lieux d’expression de nos personnalités, goûts, intérêts. Nous habitons ces lieux quand nous les personnalisons, quand nous nous y investissons. […] Si les ordinateurs sont synonymes de domesticité, ils le sont tout autant d’hospitalité, d’ouverture aux autres. Ces notions sont d’ailleurs liées. l’hospitalité est le mécanisme social qui nous permet d’intégrer des personnes étrangères au foyer. Des cérémonials d’accueil sont en place partout, dans le monde de l’informatique comme dans le monde réel.  […] A travers ces règles, nous trions les amis, démasquons les malveillants. Pour comprendre mieux comment et pourquoi cela est possible, il faut d’abord établir que l’hospitalité ne se déroule pas dans le vide. elle présuppose, au contraire, un abri, un emplacement clos qui puisse s’opposer à l’ouvert. Finalement, c’est l’intérieur de son ordinateur que chaque utilisateur considère comme son lieu de réception. par exemple, le fait de créer une page Web personnelle ressemble un peu à l’aménagement d’un appartement. […] De simple métaphore, l’hospitalité se fait pratique tangible. »

A. Casilli, Les liaisons numériques, 2010, p.32-33

La diversité de ces manières d’habiter un lieu s’exprime par exemple de manière claire dans la succession des (co-)locataires des Espaces réflexifs (appelés aussi « Villa réflexive », et ce n’est pas anodin), qui changent chaque mois.

Ce que j’appelle ici un carnet de recherche de chercheur.e.s2, ou un blog de chercheur.e.s est donc un espace habité par une ou plusieurs personnes, alternativement ou simultanément, qui développent leurs problématiques, leurs questionnements, qui y construisent leurs analyses (voir les distinctions entre les différents types de carnet proposés par Hypotheses.org). C’est une pensée en construction que l’habitant du site livre.

Les raisons qui amènent un.e chercheur.e à partager cette construction avec des lecteurs, plutôt que de l’élaborer sur son ordinateur, dans un fichier texte « fermé », lui appartiennent et sont parfois explicitées sur l’espace qu’il ouvre.

Pour l’Infusoir voir ici et ici en particulier. Mais aussi ici, ici, et ici

Les premiers billets, ou les pages « A propos » sont souvent des pistes précieuses pour celui ou celle qui s’intéresse au projet individuel ou collectif dans lequel s’insère le carnet ou le blog où il ou elle entre en tant que lecteur.

En tant que lectrice régulière de plusieurs carnets et blogs, je ne juge pas, je m’intéresse. Je ne dresse pas de hiérarchie entre des façons d’investir l’outil blog qui « vaudraient » plus qu’une autre. Bien sûr, je me reconnais plus, en termes de proximité de projet, de conception de la recherche et du rôle de l’écriture, dans certaines manières d’habiter, que dans d’autres – ce qui m’amènera à fréquenter plutôt certains lieux que d’autres – mais je n’estime pas, qu’il y ait une seule bonne manière. Bien au contraire. La richesse des carnets Hypothèses3, de la blogosphère, mais aussi de la recherche, et plus généralement des manières de penser, réside justement dans cette diversité.

Recevoir et rencontrer des lecteurs

Dans un carnet de recherche ou un blog, un.e chercheur.e reçoit des lecteurs, qui reviennent, s’ils s’y retrouvent.

Que viennent chercher les lecteurs sur les carnets de recherche ou les blogs ?

Quelques réponses glanées sur Twitter, parmi des enseignants du secondaire, des chercheurs, des bibliothécaires, des lecteurs du numérique

Un chercheur.e s’installe dans son espace numérique de la manière qu’il juge la plus appropriée à son projet, qui peut évoluer, se transformer. Les projets peuvent même cohabiter, se diversifier à mesure que le carnet, le blog vit.

Et certains types d’écritures induisent des commentaires, quand ceux-ci ont été autorisés sur les billets, par défaut ou par choix, par conviction de l’intérêt de l’échange, par envie d’interaction, par ouverture.

En tant que lectrice, je n’entre pas dans un espace numérique habité pour y tenir mon propre discours : je viens lire, rencontrer quelqu’un, une pensée en cours d’élaboration, dans ses aboutissements, ses inflexions, ses errances parfois aussi. Lorsque je suis amenée à commenter longuement, c’est que ce que dit l’autre fait émerger chez moi des questions, ou réactive d’anciennes réflexions. Mais le risque est toujours de réduire l’écrit de l’autre aux questions qui nous occupent au moment on on le lit. C’est un risque car la rencontre est ratée alors, et celui qui propose son écrit voit un discours parallèle se développer, dont il ne sait plus trop quoi faire, auquel il est bien en mal de répondre. Et ce discours posé dans l’espace en construction peut soudain prendre de la place : car si l’on ouvre la discussion, c’est bien qu’on croit à ses bienfaits, y compris dans le désaccord et malgré ses ratés. L’échec n’est jamais anodin.

A quelles conditions un commentaire est-il une conversation ?

(lien vers l’article)

Les commentaires posent les mêmes questions que les relations interpersonnelles et nous mettent face à la nécessité de réconcilier, d’une part un idéal d’ouverture et d’une communication avec tous sans condition, présidant souvent à la mise en place d’un carnet ou d’un blog, et d’autre part les échecs cuisants éprouvés lorsque la parole est revendiqué par des visiteurs comme un droit non négociable, quelque soit le lieu où elle opère, quelque soit le projet. C’est à dire selon un argument d’autorité. Un tel préalable ne rend pas la communication possible.

*

L’expérience du carnet de recherche ou le blog me met face à ce à quoi je tiens : des espaces précieux, rares, qui valent d’être préservés, où la pensée peut se développer sans avoir à rendre des comptes ici et maintenant, ce que nous faisons déjà suffisamment dans d’autres lieux de nos pratiques de recherche. Dans ces espaces numériques, je crois que nous pouvons prendre le temps de construire, d’infuser, au rythme et de la manière qui fera sens pour l’habitant.e du carnet ou du blog. Et je sais que cette façon de faire crée des rencontres précieuses avec d’autres regards, d’autres expériences d’autres pensées. Je l’expérimente depuis plus de deux ans et j’y tiens.

Et vous, lecteurs discrets, voire silencieux de l’Infusoir, à quoi tenez-vous dans ces espaces numériques que sont les carnets de recherche ou les blogs de chercheur.e.s ?

Les commentaires vous sont ouverts avec plaisir, car je sais que la majorité d’entre vous entre ici pour boire le thé et non pour renverser la théière.

Je vous souhaite un bon été.

Photographie : Pauline Krähenbühl, tous droits réservés

–         En guise d’épilogue  –

Ce ne sont pas nécessairement les intentions de ceux qui m’ont amenée à écrire ce billet qui sont en cause, mais l’effet, et c’est bien le problème s’il n’est pas envisagé, d’une parole sur l’autre, en tant qu’individu.

Pour qu’il y ait communication, il faut qu’il y ait reconnaissance par les parties prenantes à la discussion, de l’individualité de l’autre, de son altérité, en tant qu’intéressante en elle-même et non en tant que contraignante ou comme instaurant un rapport de force ou encore comme réactivant des enjeux qui ne sont pas partagés par les deux interlocuteurs. Ce type de non-communication, je l’expérimente déjà dans suffisamment d’endroits. Déjà suffisamment d’énergie vainement dépensée.

J’ai décidé que l’Infusoir n’en serait pas le lieu. Cet espace n’a pas été conçu pour cela.

Quelques liens et références en lien (en plus des liens hypertextes)

Casilli, Antonio, 2010, Les liaisons numériques, Paris, Seuil.

Casilli, Antonio (26 juin 2012) Les trolls, ou le mythe de l’espace public OWNI [blog]. Consulté le 3 juillet 2012 http://owni.fr/2012/06/26/les-trolls-ou-le-mythe-de-espace-public/

Faury, Mélodie (18 février 2012) “Interdisciplinarité : la réflexivité par soi et par l’autre – (Durrive, Faury et Henry)”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 3 juillet 2012  http://reflexivites.hypotheses.org/956

Muscinesi, Frédérique (3 juillet 2012) La place dans les Humanités Digitales – Commentaire We think history [carnet de recherche] Consulté le 3 juillet 2012 http://wethink.hypotheses.org/448

Paveau, Marie-Anne (15 mars 2012), Sainte colère et rigoureux désaccord Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 3 juillet 2012.  http://reflexivites.hypotheses.org/?p=1433

Billets sur les carnets de recherche

1. Le “carnet” de recherche

2. Le carnet de thèse, co-écrit avec Frédérique Giraud

3. Le carnet de recherche comme pratique de chercheu.se.s

4. Le carnet de recherche comme pratiques de recherche, à partir d’un atelier proposé par Pierre Mounier lors du THATCamp2012

  1. C’est à dire de l’écriture régulière sur un carnet de recherche []
  2. que je différencie des carnets à visée de communication pris en charge par l’institution []
  3. J’aime l’idée développée par P. Mercklé de considérer les liens établis par les habitants des carnets, comme des « relations nouées entre des objets intellectuels par leurs auteurs, et des chemins empruntables par leurs lecteurs ». []

Ces lieux de pensées

Les Espaces réflexifs font partie des lieux numériques où je me sens bien. Et sont l’un de mes lieux de recherches. Ils s’animent en Juin et cela me réjouit.

Les espaces numériques peuvent constituer une extension de nos bureaux, une extension de ces espaces que nous occupons en tant que chercheurs. Une extension de nos ordinateurs, qui s’ouvrent sur d’autres pensées, à un lien de distance.

Mes espaces de recherches sont finalement ceux qui permettent la rencontre avec d’autres perspectives, d’autres regards, d’autres historicités. D’autres questionnements. Numériquement ou non. Académiques ou non. Dans des proximités plus ou moins fortes. Dans un certain entre-soi ou au contraire à la recherche d’une altérité de réflexion.

Les frontières de nos institutions, de nos disciplines s’en trouveraient pour un peu estompées…

Je suis de plus en plus convaincue que le même n’induit pas la boucle, ne permet pas de se décentrer, de se décaler pour mieux comprendre ce que l’on fait, ou justement, ce que l’on cherche à comprendre. Le même permet de creuser le sillon.

Je ne crains pas le désaccord s’il est fécond. Si l’interlocuteur critique prend d’abord au sérieux la perspective de l’autre, sans la réduire à la sienne, ou la ranger sous la sienne.

Le numérique a un réel effet sur ma recherche. Les Espaces réflexifs ont eu un effet sur ma thèse. Et le numérique est tout sauf déconnecté de ces autres espaces que j’occupe avec tout autant d’envie et d’intérêt, quand la rencontre et le dialogue avec une autre perspective sont rendus possibles : livres, colloques, réunions, discussions informelles,…

Des espaces ? Des lieux de pensées, avec mais pas nécessairement comme.

« Enjeux de la présence sur internet et de la tenue d’un carnet », A. Barbaresi pour ENthèSe, Vases communicants de juin 2012

Pourquoi ce billet ?

Ce billet est rédigé dans le cadre d’un échange mensuel entre bloggeurs, nommé les vases communicants. En effet, Mélodie Faury publie de son côté un billet intitulé La vie réelle d’une doctorante 2.0 sur le (jeune) carnet dont je suis actuellement rédacteur en chef, créé en février sur la plateforme hypotheses.org.

Je précise que bien que nous soyons tous deux doctorants au sein de la même école (l’ENS Lyon), nous nous sommes connus par tweets et carnets interposés (ce qui est une bonne raison de participer aux vases communicants, car l’opération suppose que les participants disposent déjà d’un support et outil de publication). Cet exemple montre également que si l’on s’adresse au vaste monde en communiquant sur internet, c’est aussi (et surtout ?) l’occasion de créer ou de renforcer des liens à une échelle plus « locale ».

Introduction

Ce mode de publication et d’information était pour nous (le Bureau de l’association de doctorants ENthèSe) une expérience, or celle-ci est appelée à se prolonger : d’une part car le carnet semble avoir trouvé son public et d’autre part parce qu’il y a de nombreux sujets à aborder sur la recherche et la thèse, en particulier son déroulement et ses outils, de même que des volontaires pour le faire.

J’aimerais évoquer dans ce billet la démarche, ses enjeux et ses implications : le fonctionnement d’un carnet rédigé à plusieurs, les liens entre les activités d’une association et sa présence sur internet, et enfin l’apport des réseaux sociaux et d’une plateforme de blogs.

Tenir un carnet à plusieurs auteurs

Tout d’abord, le fait de tenir un carnet à plusieurs relève pour une part d’un travail collaboratif, même si les billets publiés n’ont qu’un seul auteur. Il faut se mettre d’accord sur des thématiques et un planning en raison de l’effet de vague immédiat lié à la publication sur un blog : publier trois articles en trois jours n’est en général pas souhaitable si l’on veut garantir une bonne durée de vie à chacun d’entre eux, tandis qu’à plus long terme cela n’a pas vraiment d’incidence. De plus, les deux premiers articles de ce cas de figure se font chasser de la une par le troisième, qui reste plus visible plus longtemps, et dont on peut attendre qu’il soit donc plus lu.

Il est également recommandé de fixer des tâches pour éviter de perdre du temps à plusieurs : la répétitivité des modifications liées à la mise en forme est plus facile à gérer si une seule personne s’en charge, cela garantit de surcroît une certaine standardisation de l’affichage.

Pour ce qui est de la rédaction des billets, nous sommes en train d’adopter une approche basée sur le volontariat. En effet, le nombre de visiteurs et de lecteurs potentiels est plus élevé qu’il ne pourrait l’être en principe dans le cas d’un blog « individuel », ce qui est un facteur de motivation.

Il s’agit alors de traiter des thématiques variées même si un noyau dur de quelques contributeurs réguliers se forme. Cela dit, même si ce n’est pas encore le cas, j’imagine qu’au fur et à mesure que le temps passera, un profil propre à chaque auteur se dégagera, avec qui plus est un autre paramètre : le succès (en termes de visites, de reprises et de retours) de telle personne ou de telle thématique.

Nous sommes déjà concernés par des choix éditoriaux pour trouver un équilibre entre la demande (supposée) et l’offre, entre d’une part ce qui attendu, ce qui semble marcher et d’autre part les sujets que les auteurs potentiels ont envie de traiter.

La présence sur internet

La présence sur internet est de nature à renforcer (parfois fortement) la visibilité d’une personne ou d’une association. Il semblerait que ce soit le cas concernant ce que l’on pourrait appeler la « nébuleuse ENthèSe », un ensemble de sites reliés les uns aux autres, si possible de manière sémantique par une relation d’identité en termes de microformats.

Démarcation d’un ensemble

Le but visé est qu’une machine comme un moteur de recherche puisse (en théorie) déterminer aisément quels sites sont définis comme faisant partie de la nébuleuse et quels autres en sont exclus. Les liens mutuels entre les différents sites peuvent également suffire, ils ont en tout cas pour effet de faire monter la nébuleuse comme un ballon dans la hiérarchie des résultats donnés par les moteurs de recherche (qui sont en bonne partie fonction de la quantité et de la qualité des liens dits « entrants »).

Nous sommes par exemple en concurrence avec le nom commun enthèse, utilisé en médecine. Dans ce cadre, cette démarche peut permettre d’être trouvés par les internautes qui nous cherchent et de descendre loin des premiers résultats pour les autres, en raison de l’homogénéité de la nébuleuse et du profilage croissant des moteurs de recherche qui s’adaptent aux habitudes et à ce qui voudrait s’approcher au plus près de la personnalité de l’utilisateur.

Relativité des résultats et liens locaux

Dans ce contexte, l’annonce des manifestations que nous organisons et leurs traces écrites sont encore un exemple de lien de proximité, au sens où il me semble par exemple qu’une recherche effectuée depuis l’ENS Lyon a de bonnes chances de nous voir monter dans les résultats de recherche.

L’intérêt « virtuel » et son impact sur l’association

L’importance d’un flux de « suiveurs » est relative dès lors qu’on sait qu’il s’agit souvent d’un survol : la plupart des visites effectuées sur internet ne dépasse pas trente secondes. Le nombre de lecteurs attentifs est donc difficile à déterminer, le principal intérêt d’exister sur internet est sans doute de pouvoir être trouvé ou découvert.

La visibilité est également liée au succès de la plateforme (en l’occurrence hypotheses.org), qui sait d’après ce que j’en ai vu jusque là générer du trafic et des liens humains (ce billet en est la preuve). La souplesse de ce mode de publication donne le droit à l’erreur, au sens où les billets peuvent être corrigés après publication, mis à jour, classés et reclassés en différentes catégories.

Quelques nuances pour conclure

On peut toutefois nuancer l’impact de la notoriété sur internet sur la vie de l’association. Tout d’abord, elle n’a pas (encore) conduit à de nouvelles adhésions, alors même que sous leur forme « numérique » (par exemple dans le cas des suiveurs sur Twitter) elles sont en augmentation. Si une bonne partie de l’information que nous avons à proposer est disponible librement et que les outils utilisés sont disponibles gratuitement, la légitimation d’une adhésion est relativement faible.

Enfin, à l’échelle du Bureau, les activités sur internet ne sont pas forcément représentatives de l’implication des responsables, au sens où des tâches gourmandes en temps comme la gestion des cotisations restent dans l’ombre : pour être nécessaires, elles offrent difficilement matière à récit ou à description.

Le chercheur responsable : de quelles responsabilités parle-t-on ?

Billets précédents :

Comment aborder la question de la responsabilité sociale des scientifiques ? (29 août 2011)

La responsabilité, une valeur pour la recherche (29 août 2011)

Ethique et responsabilités des chercheurs : vers des espaces de réflexivité (26 octobre 2011)

J’interviens mardi soir prochain, avec Jean-Paul Martin et Rémy Marchal aux Arts et Métiers Paris Tech à Cluny, dans le cadre d’une conférence organisée par « Le Centre de Conférences Internationales de Cluny – Arts et Métiers ParisTech Cluny et Cluny Chemins d’Europe », et intitulée « La recherche scientifique et son impact sociétal : une question de responsabilité »

Illustration : cc gogoloopie, sur Flickr

La question de la responsabilité : les chercheurs doivent-ils être responsables ?

Mon intervention partira de cette idée de « question » de responsabilité. Où et comment se pose la question de la responsabilité du chercheur ?

« Une question de responsabilité » : on ne précise pas de qui, et c’est en soi très intéressant. Car justement, qui est responsable, et de quoi ? Les chercheurs ont-ils des responsabilités particulières ? Devant qui ? Doivent-ils prendre des responsabilités et qui les y poussent ? Eux-mêmes, leurs pairs ou d’autres acteurs sociaux, qui ne sont pas chercheurs ?

L’UNESCO organisait récemment (le 9 décembre 2011) un séminaire intitulé « Les scientifiques doivent-ils être responsablies ? Fondements, enjeux et évolution normative ».

La formulation même du titre de ce séminaire, auquel je n’ai pas pu assister, mais dont les résumés des interventions sont disponibles sur le site diplomatie.gouv.fr, et dont je lirais les actes avec grand intérêt s’ils sont sont mis en ligne1, est très intéressante.

« Les scientifiques doivent-ils être responsables ? » La question de la responsabilité se pose-t-elle pour les scientifiques, et à quels niveaux (et j’entendrais ici par « scientifiques » les chercheurs, afin d’ancrer mon discours dans une pratique professionnelle, un métier, un statut) ?

Dans le cadre de mon travail de thèse, je m’intéresse en particulier aux normes et valeurs exprimées dans les discours de doctorants en biologie expérimentale. Ils expriment à plusieurs reprises, au cours des entretiens, ce à quoi correspond pour eux le « bon » chercheur, ce que « doit » faire un doctorant ou un chercheur dans sa pratique de recherche, pour être reconnu, légitime, c’est-à-dire notamment légitimé par ses collègues et en particulier via les processus d’évaluation.

« […] quelque chose n’est une norme, au sens déontique de ce qu’on doit ou de ce qu’il est permis de faire, que si l’agent qui s’y conforme est libre de le faire, et s’il est possible de le blâmer ou de le tenir comme responsable de ne pas l’avoir suivie. »(Engel, 2003)

Exemple – Entretien avec un doctorant en biologie expérimentale (février 2010)

« En fait ça, c’est dans la politique du laboratoire, vraiment chaque thésard doit partir, enfin doit, il veut pas, il le fait pas, mais normalement, une fois pendant sa thèse à un congrès international. Il débloque, le laboratoire débloque des fonds pour ça, vraiment spécifiquement, parce que, ça fait partie de notre formation, et donc… ça y a, y a pas de soucis. »

Dans la question « les scientifiques doivent-ils être responsables » se pose la question de la norme et de celui, ceux, qui fixe(nt) la norme.

S’agit-il d’une norme instituée, dans les textes, qui contraindrait les chercheurs de telle sorte qu’ils n’ont pas le choix ? S’ils souhaitent pouvoir continuer à excercer leur métier, ou bien progresser dans leur carrière (être « bien » évalués), ils « doivent » être responsables.

S’agit-il d’une norme tacite, implicite, qui définirait ce qui est « normal » pour un chercheur, c’est-à-dire accepté et valorisé par les pairs, même si cela ne constitue pas des critères explicites d’évaluation par exemple ? De la même manière qu’il est « normal » d’être honnête dans sa pratique de recherche, et que c’est le comportement de fraude qui est considéré comme anormal ou « pathologique »2, il pourrait être normal d’assumer certaines responsabilités.3

Il me semble que ce n’est aujourd’hui ni l’un, ni l’autre et que c’est justement pour cette raison que des journées comme celles de l’UNESCO sont organisées. Aujourd’hui, les chercheurs ne « doivent » pas spécialement être responsables dans leur pratique : cela ne fait partie ni de leur ethos, ni des textes de définition des missions de chercheur (article14 ici, ici ou encore ici), ni de leur évaluation4 ; bien que des recommandations dans ce sens existent.

J’entends par ethos « […] l’ensemble des valeurs et des normes teintées d’affectivité auxquelles l’homme de science est censé devoir se conformer. » (Merton, 1973, p.267 ; cité dans Vinck, 2007).

Au cours de mon travail de thèse, j’ai relevé (voir présentation ici) dans les discours des doctorants en biologie expérimentale, en entretien, ainsi que dans la présentation des qualités du chercheur, par mes étudiants en master Biosciences, une très faible occurrence de l’idée de responsabilité, en tant que valeur individuelle du chercheur, ou valeur collective de la recherche.

J’entends par valeurs des « références morales et éthiques instruisant un jugement sur l’homme et la société » (Audigier,1991).

Ce constat, notamment, contribue à alimenter l’idée que la responsabilité n’est pas une valeur actuelle de la recherche.

Elle est souvent perçue (et je m’appuie ici essentiellement sur mon expérience personnelle), par les chercheurs, comme une interpellation contraignante de la société et parfois comme une limitation, incompatible avec une éthique de la connaissance beaucoup plus partagée. C’est le cas, de la même manière, pour les questions d’éthique au demeurant, que les chercheurs présentent parfois comme ne faisant pas partie de leur « compétence » ou « domaine d’expertise ». D’où l’importance, à mon avis de l’intégration de ces dimensions dans les formations de futurs chercheurs.

Éthique de la connaissance

Exemple – Entretien avec un doctorant en biologie expérimentale (avril 2010)

« Faire de la recherche, c’est vrai ça, qu’est-ce que ça veut dire [rires] ? Faire de la recherche pour moi c’est… tenter… de répondre à une… question… soit que, totalement nouvelle… enfin répondre à une question dont on a pas entièrement la réponse en tout cas quoi. Donc soit c’est une question qui n’a jamais été posée et tu poses la question, soit c’est une question qui existe plus ou moins déjà, mais qu’il s’agit de… réinterroger, sous un autre angle, une autre perspective etcetera, voilà. Donc faire de la recherche derrière il y a, l’idée que à l’issue de notre travail on va avoir produit de la connaissance, ou en tout cas, si le mot était un peu pompeux [rires] juste produit des morceaux de réponses à des questions. »

« C’est l’impératif : connaître pour connaître. L’impératif de connaître doit triompher, pour la connaissance, de tous interdits, tabous, qui la limiteraient. Ainsi, la connaissance scientifique, depuis Galilée, a victorieusement surmonté les interdits religieux. Or l’éthique du connaître tend d’elle-même à s’opposer à toute autre valeur, et cette connaissance « désintéressée »

E. Morin (1990). Science avec conscience, Paris : Seuil.

« La responsabilité est une notion humaniste éthique qui n’a de sens que pour un sujet conscient.

Or la science, dans la conception « classique » qui règne encore de nos jours, disjoint par principe fait et valeur, c’est-à-dire élime de son sein toute compétence éthique, fonde son postulat d’objectivité sur l’élimination du sujet de la connaissance scientifique. Elle ne fournit aucun moyen de connaissance pour savoir ce qu’est un « sujet ».

La responsabilité est donc non-sens et non-science. Le chercheur est irresponsable par principe et métier. »

E. Morin (1990). Science avec conscience, Paris : Seuil.

Quand Edgar Morin écrit que cette conception règne, il ne signifie pas qu’elle est pertinente, au contraire, puisque son ouvrage s’intitule « Science avec conscience », et que les travaux de recherche menés sur la relation entre sciences et valeurs soulignent son omniprésence dans les pratiques de recherche actuelles et passées (voir par exemple ici et ici).

« La science n’est plus la vérité – Parallèlement, le statut amoral et apolitique du savoir scientifique est remis en question. Non seulement les experts sont souvent soupçonnés de partialité, mais la distinction bien tranchée entre faits et valeurs est reconsidérée. Il est aujourd’hui reconnu et pleinement assumé que la production scientifique ne privilégie pas que des valeurs épistémiques comme la vérité, l’objectivité, la simplicité, mais aussi des valeurs sociales, économiques et culturelles. » (Bernadette Bensaude-Vincent, 2011)

Photo : cc Martino's doodles sur Flickr

La responsabilité réside d’abord dans des choix

« La recherche scientifique et son impact sociétal : une question de responsabilité « . Cette conférence, mardi, axe son regard sur « l’impact sociétal » de la recherche : est-ce l’objet par excellence pour lequel se pose la question de la responsabilité ?

« J’entends assez souvent parler de la « responsabilité » du scientifique face à ses découvertes. Schématiquement, on estime que le scientifique doit se préoccuper des conséquences sociales, politiques, bref humaines, de celles-ci. On donne souvent comme exemple le développement de l’arme nucléaire : n’était-il pas irresponsable de la part des scientifiques impliqués de produire pareils instruments de destruction ? » (David Monniaux, 2011)

Quand on parle de responsabilité, on pense souvent aux applications de la recherche. Et lorsque l’on parle de responsabilité aux chercheurs, ils se sentent acculés et disent « Les applications de la recherche, on n’y peut rien ! ». Ils évacuent par la même occasion la question de la responsabilité. Alors qu’elle se trouve à plein d’autres niveaux sur lesquels ils ont une action directe possible.

Je pense que les acteurs de la recherche (ingénieurs, doctorants, enseignants chercheurs, stagiaires, etc) auraient pour commencer à intégrer cette notion, de manière constructive, dans leurs pratiques : il y a en effet beaucoup d’autres moments où se joue la responsabilité du chercheur, à définir et identifier, dans le quotidien de leurs recherches.

La responsabilité dans une multitude de choix, au quotidien de la recherche

« Être responsable, c’est choisir librement, à partir de la meilleure information possible, mais sans jamais pouvoir être sûr de l’avenir, et en acceptant la possibilité d’avoir, plus tard, à réviser ce choix. »

(Jean-Claude Ameisen, 2005 ; p72)

Ainsi, par exemple, cela reviendrait à se demander :

« Où sont les choix réels que l’on fait en publiant, en étant évalué, en enseignant, en choisissant de mettre à disposition ses données ou non, en communication à l’oral telle information plutôt qu’une autre, etc. »

« Quels sont les comportement intègres ou non ? »

« Quels sont les choix éthiques, ou non, responsables ou non ? »

« Pourquoi ai-je choisi d’être financé par tel organisme plutôt que tel autre ? Avais-je le choix ? »

« Où sont mes choix ? »

Face à ces choix, Max Weber, dans Le Savant et le Politique identifiait deux morales : la morale de la responsabilité et celle de la conviction.

 « Ou bien j’obéis à mes convictions – pacifistes ou révolutionnaires, peu importe – sans me soucier des conséquences de mes actes [morale de la responsabilité], ou bien je me tiens pour comptable de ce que je fais, même sans l’avoir directement voulu, et alors les bonnes intentions et les cœurs purs ne suffisent pas à justifier les acteurs [morale de la conviction]. » (préface de Raymond Aron, Le Savant et le Politique, 1959 ; p.31)

« Max Weber ne veut pas dire que le moraliste de la responsabilité n’a pas de conviction ni le moraliste de la conviction pas de sens de la responsabilité. Il suggère que, dans des situations extrêmes, les deux attitudes peuvent se contredire et qu’en dernière analyse l’un préfère l’affirmation intransigeante de ses convictions au succès et l’autre sacrifie ses convictions aux nécessités de la réussite, l’un et l’autre étant moraux à l’intérieur d’une conception de la moralité. » (préface de Raymond Aron, Le Savant et le Politique, 1959 ; p.53)

Quels sont ces choix ? Se poser la question et les identifier

Encore faut-il identifier où se situent ces choix et se rendre compte, dans la pratique, que l’on fait un choix :

en choisissant de publier dans une revue plustôt qu’une autre (voir boycott récent), en brevetant un résultat (voir exemple du C.O.V), en acceptant un financement au détriment d’un autre, en participant à la diffusion mise en circulation des savoirs, en contribuant à des recherches interdisciplinaires, etc.

Et que ces choix engagent des valeurs.

Quant aux responsabilités liées aux impacts sociétaux, puisqu’il s’agit de choix de société, nous impliquant tous en tant que citoyens, il me semble qu’elles ne peuvent être prise que collectivement, dans des formes de co-responsabilités, qu’il reste encore à inventer, et que certains expérimentent déjà (ici et ici par exemple).

Suite de ce billet à venir

Responsabilité et réflexivité : quel rapport ?

Pour l’écriture de ce billet et mes réflexions sur ces thématiques, je dois beaucoup aux échanges que nous avons eus avec Barthélemy Durrive et Julie Henry au sujet des normes, des valeurs et de la responsabilité ; et plus largement aux séances organisées dans le cadre du Labo Junior « Enquête sur l’homme vivant » et aux vivifiantes discussions entre ses membres.

Quelques références

Ameisen, Jean-Claude (2005) Cahiers du Mouvement universel de la responsabilité scientifique, ISSN 0297-7664, N° 44, p. 64-86

Bensaude-Vincent, B. (2009). Les vertiges de la technoscience – Façonner le monde atome par atome, Paris : Editions La Découverte.

Engel, P. et Mulligan, K. « Normes éthiques et normes cognitives », Cités 3/2003 (n° 15), p. 171-186. URL : www.cairn.info/revue-cites-2003-3-page-171.htm.

Lechopier, N. (2011) Les valeurs de la recherche. Enquête sur la protection des données personnelles en épidémiologie, Paris, Michalon

Morin, E. (1990). Science avec conscience, Paris : Seuil.

Weber, M. (1963). Le savant et le politique. Paris : Plon [1ère édition : 1959].

Bensaude-Vincent, B. (7 octobre 2011) « La nouvelle place du citoyen » Ouvertures [Site internet]. http://www.ouvertures.net/portail/l_id.asp?doc_id=525

Faury, M (24 mars 2011) “Entre normes et valeurs, les discours balancent-ils ?“. L’infusoir [carnet de recherche]. http://infusoir.hypotheses.org/912

Maurel, Lionel (6 juin 2010) Obtention végétale : le droit d’auteur pourrait en prendre de la graine ! S.I.Lex [blog] http://scinfolex.wordpress.com/2010/06/06/obtention-vegetale-le-droit-dauteur-pourrait-en-prendre-de-la-graine/

Monniaux, D. (15 septembre 2011) « La responsabilité du scientifique : un appel à la technocratie ? » La vie est mal configurée [blog] http://david.monniaux.free.fr/dotclear/index.php/post/2011/09/15/La-responsabilit%C3%A9-du-scientifique%C2%A0%3A-un-appel-%C3%A0-la-technocratie%C2%A0

Roud, T. (29 octobre 2010) « Faut-il boycotter Elsevier ? » Matières vivantes [blog] http://tomroud.owni.fr/2010/10/29/faut-il-boycotter-elsevier/

 

  1. Appel non déguisé à cette mise en ligne []
  2. voir à ce sujet les travaux de Canguihlem []
  3. Je suis bien consciente qu’en disant cela, on ne définit toujours pas de quelles responsabilités il pourrait s’agir : mais nous n’avons pas encore fini avec la question de la possibilité même de l’existence de ces []
  4. N’hésitez pas à me signaler si des textes à votre connaissance comportent cette notion de responsabilité []

A la recherche d’espaces de réflexivité

Je n’étais plus sûre de publier ce billet (que j’avais commencé pour le publier en février dans un carnet de recherche collectif sur la réflexivité), et puis Marie-Anne Paveau a écrit son dernier billet du mois de Mars dans les Espaces réflexifs, et nous a proposé les idées de « réflexivité éthique » et de « lieu de l’interrogation épistémique-éthique sur l’élaboration du discours scientifique ». Deux idées qui me parlent, beaucoup.

Un discours réflexif ne peut être élaboré que si on lui offre des conditions pour exister. Il me semble qu’il restera sinon, tout au plus, à l’état de besoin ressenti. Serait-ce ce besoin qui poussent certains chercheurs à faire de la vulgarisation ou de la médiation scientifique (Jurdant, 2006) ?

La question qui me tient actuellement est celle des conditions dans lesquelles un discours réflexif pourrait être ébauché, initié, voire se déployer dans nos pratiques de recherche et dans la formation des futurs chercheurs.

Je suis de plus en plus convaincue que le fait de réussir à prendre conscience de la perspective située depuis laquelle l’on parle ne peut pas se faire en restant en permanence dans ses propres certitudes, paradigmes, boîtes noires, ou tout autres évidences construites. Encore faut-il réaliser et comprendre la construction de nos connaissances scientifiques ainsi que leurs modes de construction. Cette prise de conscience et la compréhension précise du caractère construit et situé de la connaissance n’amènent en rien à un jugement de valeur négatif sur celle-ci, ni à une forme de relativisme, mais bien au contraire ce qui me paraît donner de la valeur aux connaissances scientifiques. Cette prise de conscience permet en effet d’expliciter ce qui donne leur scientificité aux connaissances produites :

« […] les scientifiques peuvent très bien oublier la perspectives qui détermine le discours qu’ils tiennent sur la réalité. Parce qu’ils tiennent un discours sur la réalité. Ils construisent une certaine représentation du monde. J’adore cette définition que l’on doit à un linguiste suisse, Luis Prieto, dans les années 70, il disait quelque chose qui m’a toujours fasciné. Il pose à un moment donné le problème suivant : « Quelle est la différence entre une connaissance idéologique, et une connaissance scientifique ? ». Bon. Facile. Non pas si facile, vous allez le voir. Alors la réponse qu’il donne, est une réponse qui à mon avis est très intéressante. Il dit, « une connaissance scientifique est une connaissance qui n’oublie pas qu’elle est connaissance. Alors qu’une connaissance idéologique, c’est une connaissance qui a oublié qu’elle était de l’ordre de la représentation, qu’elle était effectivement connaissance. » (Jurdant, intervention 2009)

L’altérité permise, à différents niveaux et degrés, par toute situation communication peut constituer, à mon sens, le premier déclencheur d’un regard réflexif, pour peu que l’on soit dans l’intention de « se rencontrer », que la « la motivation [soit] moins une curiosité vague que le besoin vivement ressenti de « sortir » de cadres disciplinaires trop exclusifs (conceptuels, problématiques, protocolaires ou axiologiques) » (Durrive, Faury et Henry, 2012). Au-delà de la naïveté des bons sentiment et des bonnes intentions, il s’agirait de considérer que « la présence de mon interlocuteur dans un espace interdisciplinaire signifie et représente son exigence de comprendre. Dès lors que je le reconnais comme un alter ego : il existe d’abord à travers le jugement et le point de vue  qu’il porte sur mon activité – et non à travers une ignorance qui le résumerait à du non-être ou à un obstacle » (Durrive, Faury et Henry, 2012).

Photographie : fdecomite (sur flickr)

Pour les chercheurs, les situations interdisciplinaires, entre disciplines ou même entre spécialités d’une même discipline, dans la mesure où elles sont conçues comme un dialogue où l’autre est à rencontrer et à comprendre, constituent des espaces de réflexivité potentiels. L’autre est le même en cela qu’il peut partager une réalité commune du fait de son statut d’universitaire, mais où il est également autre :

« En fait, malgré l’altérité (inter)disciplinaire, il reste sans doute sinon une connivence sur laquelle s’appuie cet échange – ce que montre peut-être la difficulté plus importante encore à être compris hors de l’entre-soi des chercheurs. » (Durrive, Faury et Henry, 2012)

« Une telle situation de communication nous paraît rendre l’ascèse réflexive plus « naturelle », en l’inscrivant dans le mouvement spontané de l’interaction où l’on cherche à se faire comprendre. Cependant, elle nous semble aussi donner à l’autocritique réflexive plus de radicalité, dans la mesure où celle-ci est vécue comme une crise : l’absence du consensus disciplinaire habituel – qui nous offre la connivence conceptuelle, problématique et axiologique garantissant la compréhension – est ici subie comme un inconfort où l’on ne peut plus se satisfaire de nos repères de fait. Or, bien qu’il puisse être polémique, ce dialogue désamorce le conflit qui devient plutôt une crise symbolique : contrairement à l’objectivation unilatérale d’un spécialiste autre qui prétend nous réduire aux conditions de notre discours, c’est ici nous-même qui nous mettons en difficulté par ce défi. Aussi est-ce bien sur fond d’une expérience intime (remettre en cause de soi-même la légitimité de ses questionnements habituels dès lors qu’ils ne vont plus de soi hors de leur contexte disciplinaire) que l’effort discursif et analytique de réflexivité se renouvelle. » (Durrive, Faury et Henry, 2012)

Les espaces de réflexivité, pour les chercheurs, seraient des espaces (auto)critiques mais pas seulement (voir le billet de Marie-Anne Paveau sur ce que n’est pas la réflexivité), où l’on prendrait le temps de la rencontre avec l’autre, dans un effort d’intercompréhension et d’explicitation. Concrètement, les espaces de réflexivité pourraient par exemple consister en des formations (étudiants, jeunes chercheurs, chercheurs) où la prise de parole orale, ou encore par l’écrit évitant la « scripturalité primaire » (Jurdant, 2006), par les formés, est centrale : non pas pour exprimer « gratuitement » une « opinion » mais pour mettre à l’œuvre la réflexivité en situation de communication, c’est-à-dire celle qui peut se développer, si on y fait attention (Le Marec, 2002), lorsque l’on s’adresse à un interlocuteur. C’est en effet en situation de communication que l’on est en mesure de réaliser la part d’altérité que l’on ne soupçonne pas a priori dans ce que l’on considère comme l’entre-soi.

Photographie : fdecomite (sur flickr)

La réflexivité nous éloigne toujours plus du sur-place. Elle nous amène à explorer de nouvelles dimensions de nos pratiques de recherche, à les situer, à les contextualiser, à présenter le regard qu’elles supposent : sans les relativiser, elle nous permet de mieux les (re)connaître, d’en percevoir les spécificités, les dimensions et les profondeurs. Et, peut-être surtout, de mettre ce regard en perspective, et non en concurrence, avec d’autres.

Ce billet tombe dans un écueil : celui de l’absence d’exemple concrets. Je m’efforcerais d’en proposer dans mes prochains billets sur ce sujet.

Références

Faury, Mélodie (18 février 2012) “Interdisciplinarité : la réflexivité par soi et par l’autre – (Durrive, Faury et Henry)”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/956

Jurdant, Baudouin (22 février 2012) “Communication scientifique et réflexivité”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/695

Jurdant B. (2006) Parler la science ?, Alliage, n°59

Le Marec, Joëlle (2002). Ce que le « terrain » fait aux concepts : Vers une théorie des composites. Cinéma, communication et information. Paris, Université Paris 7. Habilitation à diriger des recherches : 165. (p.14)

Paveau, Marie-Anne (4 février 2012). “Des exigences de la connaissance scientifique”. La pensée du discours [carnet de recherche]. Consulté le 4 février 2012. http://penseedudiscours.hypotheses.org/8447

Paveau, Marie-Anne (30 mars 2012) Ce que n’est pas la réflexivité. Boucle finale Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le …   http://reflexivites.hypotheses.org/?p=1568

Pour citer ce billet

Faury, Mélodie (30 mars 2012) “A la recherche d’espaces de réflexivité”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://infusoir.hypotheses.org/2579

 

« Tu vois, sur cette photographie, c’est moi » – L’identité : questions, critères et représentations

Ce billet est publié en parallèle sur le site du Laboratoire Junior « Enquête sur l’homme vivant ».

Ce billet prend le parti de ne pas s’inscrire a priori dans une perspective disciplinaire, ni dans la pensée d’un auteur donné : il est issu d’une séance organisée avec Bachar Cheaib dans le cadre du laboratoire Junior « Enquête sur l’homme vivant », qui souhaitait constituer un point de départ, sous formes de questionnements issus de parcours ou de supports, à d’autres séances et des lectures interdisciplinaires pour essayer de comprendre, justement, comment différentes disciplines posent et conceptualisent la question de l’identité.

L’identité, des critères d’identification

Prenons une photo de soi, il y a 6 ans. Suffisamment loin de soi aujourd’hui pour avoir l’impression « d’avoir changé ».

Sommes-nous aujourd’hui la « même » personne que celle qui y figure ? Qu’est-ce qui fait que l’on se sent aujourd’hui le même, mais pas exactement, qu’hier. Arrive-t-il au contraire que la personne figurant sur la photographie nous soit étrangère ?

Sur cette photo, ce n’est plus moi mais c’est moi quand même.

Le rapport à soi-même, vis-à-vis de cette photographie, me paraît intéressant. Si l’on a pu choisir cette photographie parmi d’autres, comme celle nous représentant, il y a six ans, c’est bien que certains « critères » nous permettent de faire ce choix, de nous identifier.

Il y a des indices qui nous permettent de dire qu’il s’agit de nous-mêmes sur l’image.

Une identité peut-elle être lue, peut être perçue ?

Selon quels indices, quels critères, selon quels signes, quels codes ?

Comment le chercheur, selon ses questions, sa démarche et ses méthodes, peut-il les appréhender ?

Qu’est-ce que ces critères disent de l’identité et de l’individu ? 

Ce que l’on pense être et ce que les autres nous renvoient que nous sommes pour eux

Ces questions rejoignent des discussions précédentes menées dans le cadre du Labo Junior « Enquête sur l’homme vivant », sur la perception et le regard de l’autre : « Le corps et sa perception« .

Marie-Anne Paveau, qui développe une approche en analyse du discours avec une dimension philosophique et cognitive, a notamment travaillé sur les inscriptions cutanées et ce qu’elles disent de l’identité :

« De nombreux tatouages disent l’identité, au sens très large du mot : j’encre qui je suis, qui je veux être, qui je suis pour l’autre, pour qui je veux être pris, ou l’inverse, et j’indique par là sur mon corps que cette identité désirée ou haïe est une question perpétuellement posée. « qui je suis, qui je veux être, qui je suis pour l’autre, pour qui je veux être pris ». »

Paveau, Marie-Anne (9 février 2012) Scriptocorpus 3. Identités dermographiées La pensée du discours [carnet de recherche]. http://penseedudiscours.hypotheses.org/8345

Lorsque l’on exprime quelque chose de soi, dans quelle mesure compose-t-on avec une identité désirée ou repoussée ? Comment se pose la question de « qui on est » dans nos interactions avec les autres (appartenances, ruptures, filiations, etc.) ?

Face à soi, sur la photographie, autant de questions qui peuvent surgir, d’autant plus si aujourd’hui on ne se reconnaît plus sur celle-ci.

Bande Dessinée XIII - 1er Tome

Comment je sais que « c’est moi » ?

Je le sais, parce que je fais quelque chose face à cette photographie. Je suis active :

Je vois,

je nomme (les personnes en présence, les lieux, moi-même),

je catégorise (un moment donné de ma vie, un endroit donné, des relations interpersonnelles particulières, etcetera)

je me souviens (du contexte, du moment, des personnes présentes, etc),

je suppose (que c’est moi étant donné ce dont je me souviens, etc.),

je réfère (je fais appel à des repères),

etc.

Même si je suis en partie caché (on ne voit que mon bras, dans un pull dont je me souviens), je suis en mesure, par cette approche active de ce qui figure sur le cliché, de déduire, qu’il s’agit bien, selon toute vraisemblance, de moi.

Cette image n’est pas moi. Mais c’est effectivement moi qui suis représentée, qui apparaît sur cette photographie.

Se reconnaître – Si je me ressemble encore

Dans le cas le plus simple, les ressemblances entre moi aujourd’hui et le moi représenté sont suffisamment fortes pour que j’ai presque l’impression de m’observer dans un miroir.

Je sais que « c’est moi » parce que je compare. Je retrouve, extérieurement, des similitudes : une même enveloppe physique, corporelle.

Je sais que « c’est moi » car je l’ai vécu : de là d’où je parle aujourd’hui, j’ai les souvenirs du moment où a été prise cette photo, que c’était moi, dans cette situation ;

Je sais que « c’est moi » parce que l’on me l’a dit. J’en suis convaincue, sans m’en souvenir nécessairement. Ne serait-ce que parce que l’on considère que cette image de nous-mêmes qui apparaît sur la photo correspond bien à la représentation que nous nous en faisons. C’est cohérent.

A l’inverse, on peut rester sceptique face à une ancienne photographie : « Cela ne peut pas être moi ! ».

Se reconnaître – Si je ne me ressemble plus

Si je ne me ressemble plus du tout, physiquement : j’ai perdu/pris 30 kilos, j’ai changer de couleur de cheveux, de coupe, mon visage a été greffé…

Puis-je faire l’effort mental pour me rappeler que j’étais autrement ? Que je ressentais autrement ?

Bande dessinée XIII - Tome 3

Et qui suis-je ? Suis-je plus la personne dont je me construis une image aujourd’hui ou celle représentée sur le cliché, et pour qui ?

Suis-je ce que mes papiers disent de moi ? Si je lis ma carte d’identité, que dit-elle de mon identité ? Si je perds mes papiers d’identité, est-ce que je perds autre chose qu’une identité administrative ?

Suis-je mon nom et ce que mes parents m’ont donné comme identité en me nommant ? En quoi cela m’inclut-il dans une histoire familiale, culturelle, etc ?

« Les noms, prénoms et surnoms, c’est une des grandes affaires de la vie. »

Série d’hiver sur les prénoms, sur le carnet de recherche La pensée du discours, par M.-A. Paveau.

Le prénom dit-il quelque chose de ce que je ressens que je suis ?

Suis-je ce que je ressens ?

Bande dessinée XIII - 1er Tome

La reconnaissance, de ce que l’on est dans ce que l’on fait

L’identité ne passe pas uniquement par une représentation, une image, mais également par ce que l’on a été ou encore de ce que l’on fait ou a fait.

L’écriture, par exemple, pourrait-elle être considérée comme l’une de ces actions qui seraient le prolongement de ce que l’on est ?

Lorsque j’écris ma thèse, le moi d’aujourd’hui ne reconnaît pas toujours ce que le moi d’hier à écrit (il y a un an) : je ne suis plus si sûre d’avoir écrit ce que je lis sur mon écran. Il n’est pas toujours évident de se l’approprier : l’état dans lequel j’ai écris hier est loin de celui dans lequel je suis aujourd’hui. Le processus scientifique de déconstruction-construction des idées et hypothèses participe fortement de cette impression.

On bouge. L’identité est en mouvement.

Mais c’était quand même « moi » hier, dans les « faits », c’est-à-dire matériellement.

Il y aurait donc des « faits » qui définiraient mon identité ?

Saisir l’identité

La notion d’identité numérique, par exemple, me semble bien mettre en avant ces questions du « qui on est » et du « qui on donne à voir », c’est-à-dire ce que l’on projette de soi-même dans des espaces d’inscription.
L’identité serait-elle un ensemble de facettes, de morceaux épars à rassembler pour reconstituer l’identité d’une personne ?

Seules, ces facettes sont toujours caricaturales ou trop simplistes. Associées, elles ne sont jamais exhaustives. Le problème fréquemment associé à la question de l’identité numérique est celui de son contrôle. Mais n’est-on pas toujours dans l’impossibilité de contrôler ce qui sera projeté sur notre identité, même si l’on en a l’illusion.

Dès lors que l’on cherche à caractériser son identité, ou celle de quelqu’un, on se trouve face à l’impossibilité de la saisir complètement, et de la catégoriser pour la parcourir entièrement : on se retrouve confrontés à différents renvois vers ce que l’on est qui sont contradictoires, entre eux, et avec ce que l’on projette de soi-même (pour soi, pour les autres).

L’identité, en mouvement permanent, liée à la mémoire.

Savoir qui on est, ne veut pas forcément dire « savoir le partager », « l’expliquer » ou « l’expliciter ». Dire qui l’on est ne revient pas à se définir selon une identité qui soit biologique, administrative, textuelle, numérique, etc. On propose ainsi une perspective sur l’identité. Mais on ne dit pas son identité.

Ce que l’autre projette sur l’identité

Que fait l’homme lorsqu’il dit à quelqu’un ce qu’il est ? Que fait le chercheur (« l’homme cherchant ») lorsqu’il dit ce qu’est l’homme vivant ?

Bande dessinée XIII - 1er Tome


L’objectivation, lorsqu’elle ne dit pas depuis quel point de vue elle est construite, peut constituer une forme de violence : l’enquêté , par exemple, ne se reconnaît pas toujours dans les résultats de l’enquête, dans ce qui est rapporté de ce qu’il a dit, de ce qui est dit du monde dont il a une expérience vécue. De la même manière que l’on ne se reconnaît pas nécessairement dans la description, prétendument neutre que nos amis, nos proches font parfois de nous.

La violence de l’objectivation réductrice lorsque la personne objectivée ne se reconnaît pas

dans ce qu’il est dit de son identité

Comment le chercheur (homme cherchant) peut-il prendre l’identité de l’homme vivant comme objet de recherche ?  A quelles conditions et selon quelles perspectives (disciplinaires) ? La reconnaissance de soi-même, l’expérience vécue, le sens donné à une situation par l’homme vivant, parfois constitué en enquêté ou bien en corps biologique, font-ils partie de ce qui est constitué en données signifiantes et pertinentes par le chercheur (homme vivant et cherchant à répondre à une question de recherche) ?

Ce que l’on donne à voir

Ce que l’on donne à voir dépasse ce que l’on renvoie, dans la mesure où l’idée de l’intention semble s’y ajouter. On fait un choix délibéré. Ce qui ne détermine pas pour autant ce qui est effectivement vu…

Ce que je choisis de dire de moi-même, en termes d’appartenances, de catégories et de normes mobilisées, va influencer la manière dont l’autre me considère. Ainsi, selon les interlocuteurs, pour leur donner une idée de qui l’on est, on peut se présenter de différentes manières:

« je suis biologiste moléculaire et cellulaire de formation »

« je suis biologiste de formation »

« je suis en thèse de sciences humaines »

« je suis en thèse en sciences de l’information et de la communication ».

Selon les contextes, je ne ferais pas appel aux mêmes critères, considérés comme légitimes ou pertinents :

« je suis née en TelleAnnée»

« je viens de TelleVille  »

« j’ai suivi tel cursus universitaire »

« je suis TelleCroyance »

« j’appartiens à TelCollectif»

Contrôler, de manière toute relative, ce que l’on donne à voir de son identité revient à considérer des critères que l’on se donne ou selon lesquels l’autre  pourrait projeter sur soi une identité. Mais les travaux de Bourdieu, et notamment le concept d’habitus, ont largement démontrés combien nous parlons de nous-mêmes quant à ce que nous sommes, au sens de nos appartenances sociales et culturelles : dans notre façon de parler, de nous comporter, de nous habiller, d’exprimer des goûts, etcetera.

De qui on est à d’où on parle

Qu’est-ce que l’identité ?

Entre le début de ce billet et maintenant, j’ai déjà changé, j’ai déjà bougé. Mais je viens toujours du même endroit.

Mon rapport à ce point de départ change quant à lui, ainsi que mon discours à ce sujet.

Si j’ai du mal à dire qui je suis, de manière non figée, en dehors de ce qui me caractérise matériellement, factuellement (ce qui reste « identique »),

je peux au moins (essayer de) dire d’où je parle

L’identité pensée selon un processus

Je propose donc ici de pensée l’identité comme ce vers quoi l’on tend et d’où l’on vient : dans un mouvement, dans un parcours.

L’identité en tension et en mouvement.

J’ai par exemple du mal à dire « je suis lyonnaise ». Je peux par contre affirmer que « je suis née à Lyon » : cela me paraît mieux me définir plus.

« Je suis lyonnaise » laisse apparaître l’idée d’appartenance à un groupe, à une conception de ce que signifierait « être lyonnais », qui me semble absent dans « je suis née à Lyon », expression par laquelle j’investis un parcours, une histoire, d’une manière qui m’est propre.

Je ne sais pas où je vais, par contre, la direction vers laquelle je vais, les valeurs (ce qui définissent ce qui est désirable pour moi) qui me mettent en mouvement disent quelque chose de moi. Elles disent des choses sur le plan culturel, de l’éducation, du vécu, de l’idéal (de ce vers quoi l’on tend), sur le plan du rapport aux autres, aux collectifs.

Est-ce que dire ce que l’on voudrait être ne dit pas autant (ou plutôt parle différemment) d’une personne que sa description avec un certain nombre de critères, des références précises, de ce qu’elle « est » factuellement ? Que disent les identités administratives, génétiques ou autres de l' »être » ?

Qu’ai-je envie de savoir en tant qu’homme de l’identité de l’autre et de moi-même ?

Qu’ai-je envie de savoir, en tant que chercheur (homme cherchant), de l’identité de l’homme vivant ?

Quelques premières pistes bibliographiques

Deschamps, J.-C. & Moliner, P. (2008). L’identité en psychologie sociale. Des processus identitaires aux représentations sociales. Paris, Armand Colin

Dubar, C. (2001). La Crise des identités. Paris, Armand Colin

Kaufman, J.-C. (2004). L’invention de soi – Une théorie de l’identité. Paris, Armand Colin

Lahire, B. (2001) L’homme pluriel – Les ressorts de l’action. Paris, Armand Colin

Bourdieu, P. (1980). L’identité et la représentation. Actes de la recherche en sciences sociales, Volume 35, Numéro 1, p. 63 – 72.

Le Monopoly© de la recherche

J’ai assisté jeudi dernier aux oraux de l’UE « Sciences et Société : éthique et communication scientifiques« , comptant pour une partie de l’évaluation des étudiants, futurs chercheurs en biologie ou futurs enseignants en SVT1, sur ce cours de tronc commun qu’ils avaient suivi au cours du premier semestre de l’année universitaire.

Nous leur demandions d’abord de construire un dossier d’une dizaine de pages, visant à parcourir les grandes lignes d’une problématique science-société, mais aussi et peut-être surtout à comprendre les enjeux d’une parole située, référencée, et problématique, sur une question mettant en lien leur futur métier, ou la science de manière plus générale et la société  dans laquelle ils vivent en tant qu’individus. Il leur était ensuite demandé à l’oral de construire un projet dont il s’agissait, pour l’exercice, d’envisager de manière la plus précise possible la concrétisation. La réalité d’une mise en œuvre de ce projet par la suite n’entre pas dans l’évaluation.

L’oral consiste en une présentation, bien sûr, mais également en un temps de discussion, qui s’engage à partir des questions suscitées par leur rapide présentation.

Il m’a semblé que ce temps d’échange pouvait constituer un moment privilégié, pour revenir sur les fausses évidences maniées par les étudiants au cours de la présentation : « la vraie science », « la bonne vulgarisation », « l’objectif principal de la recherche », etc. Autant de jugements de valeur implicites que je leur demandais d’expliciter. Un moment potentiel de réflexivité donc, sur leurs postulats de départ sur lesquels j’avais déjà essayé d’attirer leur attention au moment de l’écriture des dossiers :

« Voici quelques questions auxquelles je vous demande de répondre afin de préciser le sujet que vous allez traiter dans le dossier, et donc avant de partir dans la rédaction :

« – […]

– Êtes-vous partis avec des postulats de départ que vous n’avez pas démontré ni observé, et si oui lesquels ?

– […] »

Par définition, il est difficile de prendre conscience des implicites depuis lesquels on part. Je m’imaginais plutôt leur laisser comprendre qu’il ne pouvait en être autrement : ils composeraient quoi qu’il arrive avec des fausses évidences. Le savoir et y être attentif pourrait peut-être aiguiser leur regard ?

Les oraux étaient très intéressants, variés et ont démontré l’imagination et la créativité des étudiants. Le recul critique, l »engagement et la motivation à se décentrer de certains2.

Cette année a vu notamment naître plusieurs jeux de société, basés parfois sur la compréhension, par les étudiants, des relations science-société telles qu’ils se les étaient formulés pour le dossier écrit.

Un de ces jeux, dont la présentation était au demeurant bien construite et la conceptualisation déjà assez poussée, m’a laissée perplexe. J’espère que s’il lit ce billet, l’étudiant à l’origine de ce projet m’excusera de saisir cette perplexité comme une occasion de réfléchir aux modes d’appropriation de normes et de valeurs de la recherche par la formation dont il est issu. Formation dont je viens également.

Appréhender le métier de chercheur en biologie

L’objectif de ce jeu de société imaginé est de permettre aux participants d’appréhender « la réalité du fonctionnement de la recherche ». Notons d’emblée qu’il s’agit en fait d’une réalité perçue par l’étudiant, et que c’est justement cela qui est intéressant : en Master, les étudiants n’ont encore que très peu éprouvé la pratique de recherche, lors d’un stage court de Licence (2 mois). Autre point notable : les joueurs incarnent des chefs d’équipe et non pas des étudiants en stage ou des doctorants, situation plus proche de l’actualité des étudiants concepteurs du jeu3 .

Prenez un plateau. Des préoccupations présidant au jeu : un budget et du temps à gérer. Et un objectif : « Avoir un H-index de 50 ou plus ».

Source : wikipédia

Le H-index en question est figuré par un logo, représentant la lettre « H » entouré d’un halo, laissant supposer que celle-ci brille, sur un fond de publications amassées les unes sur les autres : serait-ce le Saint Graal de la recherche ?

Ainsi, avant même d’avoir l’expérience vécue du laboratoire, dans la formation même, par les critères que les étudiants héritent de leurs enseignants et encadrants, eux-mêmes chercheurs, certains semblent s’être déjà totalement approprié des normes de publication et d’évaluation de la recherche, non seulement en tant que critères de reconnaissance par les paires des travaux de recherche menés, mais aussi comme critère de choix des laboratoires dans lesquels ils effectueront leurs stages. Si cette compréhension précoce des « règles du jeu » correspond effectivement à des enjeux de publication pour les stagiaires et plus particulièrement pour les doctorants, devant nécessairement publier en cours de thèse, le fait de constituer a priori un critère quantitatif comme le H-index en tant qu’objectif principal de la recherche, qui plus est de la « bonne » recherche », pose question…

Que signifie faire de la recherche ? Quels sont les objectifs de la recherche ?

Que le jeu imaginé par cet étudiant représente une certaine forme de réalité, soit. Il montre en particulier une compréhension notable du fonctionnement par projet de la recherche et de ses implications. Qu’il soit assez frappant de voir ainsi des valeurs de la recherche incorporées et relayées, vous en conviendrez (?). Mais là où je m’inquiète vraiment c’est au moment où interviennent les cartes « Évènements ». Je reformule sûrement un peu, mais la teneur en était à peu près la suivante :

« Vous tirez une carte « Congé maternité », qui vous pénalise, réduisant l’efficacité de l’équipe sur le projet. »

Et quelque part j’entendais « Allez en prison, ne passer pas par la case départ, ne recevez pas 20 000 francs ».

Je crois que je n’étais pas seulement perplexe. Je comprenais de nouveau, grâce à cet étudiant, à quel point il semble falloir accepter que la rentabilité, l’efficacité, la concurrence sur les projets soient au centre de certains (la plupart ?) modes actuels de recherche en biologie pour souhaiter encore la pratiquer. Sans compter les situations discriminantes et insupportables que ces valeurs (au sens de ce qui est prôné) font naître, comme, semble-t-il, dans tout système où la compétition et la production deviennent le centre des objectifs d’un projet commun.

Et vous, si vous aviez à imaginer un jeu simulant la pratique de la recherche, quel en serait le but ? Comment gagnerait-on ?

S’agirait-il d’un jeu de compétition ou de collaboration ?

Réaliste ou idéaliste ?

  1. Principaux métiers vers lesquels s’orientent les étudiants après le Master Biosciences qu’ils suivent. []
  2. Ce ne sont pas bien sûr les valeurs des étudiants qui sont évaluées, mais bien leur capacité à prendre un recul critique sur leurs idées, leurs opinions de départ. []
  3. Les étudiants préparent leur oral à deux, de la même manière qu’ils écrivent leur dossier en binôme, mais passent individuellement à l’oral. []

Le « carnet » de recherche

Ce billet est le premier d’une série de quatre billets sur les carnets Hypotheses dans la pratique de recherche.

J’emprunte l’idée de la série thématique à Marie-Anne Paveau qui les expérimente au fil des saisons.

Cette série est initiée par deux évènements au cours desquels il s’agissait de discuter des pratiques d’écriture sur un médium de type blog, qu’il soit hébergé sur Hypotheses.org ou ailleurs : l’émission radiophonique Recherche en cours, « To blog or not to blog ? » (25 novembre 2011) et la rencontre « Comment bloguent-ils ? » (1er décembre 2011) organisée par l’URFIST de Lyon, la Maison de l’Orient et l’Institut des Sciences de l’Homme, en partenariat avec le Cléo.

C’était inévitable… Dans un espace d’écriture et de discussion où l’on se donne pour objet de recherche, et où l’on essaye d’interroger, les espaces de réflexivité dans les pratiques de recherche (par exemple ici), il devait nous arriver de réfléchir au carnet de recherche lui-même, l’un des moments-lieux où cet effort réflexif s’effectue, à ce qu’il rend possible, à ce qu’il induit, à ce qu’il contraint et à quelques-uns de ses enjeux.

Vendredi 25 novembre, Pierre Mounier était invité dans l’émission de radio « Recherche en cours », et j’avais le plaisir de l’accompagner. Son thème « To blog or not to blog ? », est l’occasion de ces quelques éléments de réflexion, qui se veulent comme toujours amorces à la discussion, au sujet de la pratique de blogging scientifique, telle qu’Hypotheses.org la permet en particulier. Et telle que je l’envisage depuis mes propres pratiques d’écriture et de lecture.

L’émission Recherche en cours dans son intégralité :

En ligne

Le terme de « carnet de recherche »

Ce terme n’a vraisemblablement pas été choisi au hasard par M. Dacos et P. Mounier : il évoque le carnet que l’on garde dans son sac ou dans sa poche, à portée de main et d’idées, qui surgissent au fil de la journée, des évènements scientifiques auxquels on assiste, des réunions avec nos collègues, des trajets en train ou en métro. Plutôt que de noircir des pages, l’on investit nos écrans… pour soi-même mais également pour les potentiels lecteurs, ce qui conditionne bien sûr l’écriture. A vrai dire, on ne fait pas nécessairement l’un ou l’autre, on peut tout à fait faire les deux. Car comme toute pratique numérique, pour peu que l’on considère les usages liés à des outils spécifiques non pas comme des translations d’usages préexistant sur de nouveaux supports, mais comme leur réinvention permanente, le blog scientifique, ou le « carnet de recherche » remplit des fonctions, différentes selon les façons dont on se l’approprie, mais qui ne se retrouvent pas toujours dans les pratiques d’écriture qui lui préexistent.1

Le « carnet » traduit des intentions de départ : le modèle qu’avaient en tête Marin Dacos et Pierre Mounier était celui du blog scientifique de chercheur qui leur paraissait être le modèle « idéal » du genre, qui répondait à des besoins de recherche et s’intégrait à des pratiques existantes.

« C’est bien un mode de communication qui s’apparente au blog, mais dans un contexte professionnel de recherche et qui est complétement intégré aux pratiques de communication liées à la recherche. Et donc on a essayé de trouver un terme qui essayait de rendre compte de cette double affiliation. Et du coup le mot « carnet de recherche » est apparu parce qu’il s’apparentait assez fortement aux cahiers de terrain par exemple que les sociologues ou les anthropologues peuvent avoir, ou à ces carnets de notes que les chercheurs, dans les différentes disciplines des SHS utilisent pour prendre des notes en cours de recherche. Et on s’est dit, c’est un peu cela, mais que l’on rend public d’une certaine manière ». Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011.

« Dans un premier temps, on s’est rendu compte en 2008 de deux choses, qu’il y avait un certain nombre d’équipes de recherche […] qui se rassemblaient autour de projets de recherche particuliers, et qui avaient des besoins de diffusion sur le web d’informations sur l’actualité de leurs recherches. », Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011.

 « Et puis la deuxième chose est que l’on voyait […], c’est qu’il y avait de plus en plus de chercheurs en SHS qui commençaient à ouvrir des blogs personnels sur des plateformes grand public […]. Et ce que l’on a voulu faire c’est essayer de leur dire : plutôt que d’ouvrir votre blog de chercheur sur ces plateforme où l’information est complètement noyée par tous les blogs personnels, justement, et où il n’y a pas de garanties en terme de pérennisation de l’information que vous diffusez, essayer plutôt de rejoindre un plateforme, professionnelle, c’est-à-dire une plateforme qui est dédiée aux chercheurs en SHS, c’est-à-dire où vous avez un certain nombre de garanties et où votre travail est plus mis en visibilité, et peut bénéficier d’une meilleure reconnaissance. », Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011.

Au-delà d’un nom qui lui conférerait une certaine légitimité chez le public qu’il vise, le terme de « carnet » induit une utilisation, des intentions dans l’écriture, qui me paraissent différentes d’un blog « classique » : il ne s’agit pas de parler de soi, mais bien de ce qui accompagne sa recherche, ce qui en fait partie, sans avoir nécessairement de place visible dans d’autres cadres, ni même de légitimité a priori. Ainsi, selon les carnets, des cours, des échanges entre pairs, des échanges interdisciplinaires, des hypothèses en construction, des idées saisies au vol trouvent toute leur place.

« L’usage de mon blog sert d’abord mes propres fins de recherche.« , commentaire d’André Gunthert, 3 décembre 2011, sur le carnet de recherche d’Eric Verdeil (Rumor).

 » […] des chercheurs et d’autres personnels de recherche qui prennent du plaisir à écrire d’une manière différente leur recherche et à communiquer de manière différente sur leurs recherches […] », Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011

La plate-forme Hypotheses.org définit aussi un ton. Pour ceux qui écrivent, elle est identifiée comme un lieu académique, le seul critère d’ouverture d’un carnet de recherche étant l’affiliation universitaire. Pour ceux qui commentent, la parole ne semble pas aussi libre que sur d’autres formats blog, et demande parfois à être « autorisée » par l’auteur du billet.2

Pour Frédérique Giraud (Socio-Voce ; intervention le 1er décembre 2011), c’est ce qui ferait à la fois l’avantage et la limite d’une plateforme comme Hypotheses.org. Présente auparavant sur une plateforme plus généraliste, elle ne retrouve plus les mêmes commentaires à ses billets sur son carnet de recherche, ce qui lui semble être le signe d’une moindre fréquentation de son site par le public qu’elle visait initialement : le grand public auprès duquel il s’agissait de partager les questionnements de la sociologie. Difficile de savoir, si ceux qui lisent s’auto-censurent dans la mesure où, justement, ils ne laissent que des traces statistiques qui ne disent pas grand chose d’eux-mêmes (voir la notion de conversation silencieuse, proposée par Marin Dacos).

L’argument d’Hypotheses.org : être lu par des pairs plutôt que par le grand public ? Question de David Dumoulin dans l’émission REC – 25 nov. 2011

Réponse de Pierre Mounier : plutôt l’importance de l’archivage des billets et de fonctionnalités spécifiques à l’écriture en sciences humaines et sociales

Le statut de la publication électronique d’un billet

Récemment, la BNF (Bibliothèque Nationale de France) a donné une forme de légitimité aux carnets de recherche en leur attribuant un ISSN lorsqu’ils remplissaient les critères d’attribution (voir ci-dessous).
Ils ne sont pas « reviewés », et donc non comparables en cela avec des publications dans des revues à comité de lecture par exemple (mais ce n’est pas non plus leur objet), ils ne peuvent pas être rigoureusement cités (à ma connaissance), selon des normes partagées, mais les billets sont maintenant accessibles en tant que ressources de la recherche en sciences humaines et sociales, dans des moteurs de recherche comme Isidore et OpenEdition.

Extrait du billet publié sur le carnet d’OpenEdition, par Frédérique Muscinesi, le 22 juin 2011 :

« Le Cléo a obtenu l’attribution d’ISSN aux carnets de recherche d’Hypotheses.org.

Les ISSN caractérisent des publications en série qui, dans le cas d’un support numérique, doivent répondre à cinq conditions nécessaires que l’ensemble des carnets qui se trouvent sur Hypotheses.org remplissent largement.

Ces conditions sont les suivantes1 :

  • avoir un contenu éditorial, c’est-à-dire des textes dont le traitement éditorial ou journalistique est évident ;
  • un responsable éditorial ;
  • un titre définitif et aisément accessible qui ne soit pas modifié au cours des mises à jour du site ;
  • une url valide qui conduit au contenu ;
  • un contenu cohérent s’adressant à un public défini. »

Le statut de l’écriture d’un billet dans la pratique de recherche

Que va-t-on publier sur un carnet de recherche ? Avec quel degré d’aboutissement ?

Parle-t-on de ses recherches et si non, si on ne les aborde pas « directement » s’autorise-t-on à parler de tout ce que l’on souhaite ?

Ma réponse serait que nous pouvons par exemple y parler de tout ce qui constitue, à mon sens, la pratique de recherche dans sa globalité, sans en constituer la partie la plus immédiatement visible :  les enseignements, les évènements scientifiques auxquels on assiste, les rencontres avec des chercheurs et leurs objets de recherche, leurs cadres de référence,  etc. On se rend dès lors compte à quel point le statut donné à l’écriture de billets de carnet de recherche peut exprimer un certain rapport à la recherche, à ce que l’on considère comme montrable ou non, légitime ou non, selon que l’on décide de prendre le temps « pour ça », au milieu de tant d’autres priorités, tellement contraints que nous sommes par les critères d’évaluation, eux-mêmes l’expression d’une certaine conception de la recherche.

Mais ce qui constitue notre pratique de recherche n’est pas toujours identifié comme tel, et nous mettons parfois un moment avant de réaliser quel rôle joue une lecture à un moment donné de notre travail de recherche, la rencontre avec un nouveau cadre de référence, l’intervention d’un chercheur, de notre domaine ou non, sur l’orientation de nos propres questions de recherche, sur la façon de considérer nos hypothèses de départ, nos éventuels postulats, etc.

Les carnets de recherche sont une occasion potentielle de partager la manière dont nous « rencontrons d’autres objets au cours de nos recherches » comme le dit Franscesca Musiani, et comment ils entrent en résonance, ils s’articulent avec les nôtres. Ainsi, dans L’Infusoir, je n’aborde que très rarement de front mon propre sujet de thèse : tout ce qui y est mis en discussion, en visibilité, constitue pourtant ma recherche, au sens où mon objet de recherche évolue et se nourrit de tout ce que je peux lire, rencontrer et écrire au contact d’autres problématiques de recherche, mais aussi de ce que je suis amener à construire dans mes enseignements, et lors d’interventions dans des évènements scientifiques ou interprofessionnels. Ces formes d’écriture prennent une autre place dans la pratique de recherche que celle de l’écriture d’articles ou d’un ouvrage : celle de la construction, petit à petit, d’objets et de questionnements de recherche.

Il est important de préciser, en guise de fin provisoire, qu’il existe presque autant de type de carnet que de carnets ouverts, même si de grandes tendances se dessinent, relatives notamment aux catégories proposées par Hypotheses.org lors de l’ouverture d’un carnet : catégories de carnet, de lecteurs attendus, de contenus. Il semble que l’on puisse qualifier les carnets de recherche d’espaces et de pratiques de recherche, que les chercheurs, les documentalistes, les doctorants, les équipes, etcetera s’approprient.

Quelques exemples concrets de la diversité des carnets :

« Ce carnet de recherche espère rendre compte d’une activité de recherche conduite autour de l’objet historique « dessin ». »

« Ce carnet de recherche est un espace de réflexion sur la théorie du discours envisagée sous des angles épistémologiques renouvelés. « 

« Le carnet « Les aspects concrets de la thèse » est un espace collaboratif ouvert à toutes les bonnes volontés. »

« Le Blog de la documentation du Laboratoire Cresson propose des actualités (annonces de colloques, d’appels à contribution, de nouvelles publications) sur les thèmes de recherche du laboratoire : les ambiances architecturales et urbaines ainsi que les approches sensibles de l’espace. Les informations rassemblées ici sont publiques et issues d’un travail de veille à partir de sites, de flux rss ou de newsletters. »

« L’Observatoire Urbain d’Istanbul est un des quatre observatoires de l’IFEA. Il s’intéresse prioritairement à l’étude des phénomènes qui accompagnent la métropolisation d’Istanbul (développement urbain, environnement, immobilier, vie politique et économique, politiques culturelles) »

Prochains billets de la série :

2. Le carnet de recherche comme pratique de chercheu.se.s

3. Le carnet de recherche comme pratique de recherche

4. Le carnet de thèse

Références

André Gunthert, « Why Blog ? », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/174

Antoine Blanchard, « Ce que le blog apporte à la recherche », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/172

Pierre Mounier, « L’édition électronique : un nouvel eldorado pour les sciences humaines ? », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/169

Billets de blogs ou carnets de recherche

La conversation silencieuse, Marin Dacos, 23 juillet 2009 sur blog.homo-numericus.net

Ouvrir un carnet sur Hypothèses ? Pourquoi pas vous ? , 2 décembre 2011, sur Le Cresson veille

Comment je blogue , Eric Verdeil, 4 décembre 2011 sur Rumor

  1. Paragraphe écrit avoir d’en avoir parlé avec P. Mounier, qui explique les intentions initiales dans l’émission REC []
  2. Paragraphe écrit après en avoir discuté avec P. Mounier, et après avoir assisté à la rencontre « Comment bloguent-ils ? », à laquelle participaient Eric Verdeil, Françoise Acquier, Frédérique Giraud, Pierre Mercklé et Pierre Mounier []

Les collect’penseurs – Inscrire, effacer, dialoguer

Billet publié en parallèle de celui de Stéphanie Messal sur la même expérience.

Je suis ressortie fascinée et perplexe d’une expérience d’écriture collective avec Stéphanie Messal (Misanthropologue) et Yann Calbérac (Dans le miroir d’Alice).

Ce fut imprévisible et étonnant.

Nous avions convenu de bloquer une heure de notre temps, au milieu de nos travaux, de nos journées individuelles et parallèles pour nous retrouver devant nos écrans respectifs, chacun se situant dans une salle différente et indéterminée, dans un lieu qu’aucun d’entre nous n’a pas précisé. Peu d’indices sur les contextes dans lesquels chacun était. Un seul peut-être : c’était l’heure du thé du côté de Yann.

Nous nous étions donnés rendez-vous quelques jours plus tôt. Comme une rencontre que l’on prévoit, mais par écrans interposés.

Nous ne savions pas trop où aller. Une seule envie commune justifie notre initiative : faire se croiser nos intérêts, nos préoccupations. Notre exercice à commencer par la mise en commun de thèmes, sous forme de mots-clés et d’associations d’idées, en amont, pour situer les points où l’on se rejoignait.

Photo : cc Maxime Faury

A partir d’une liste riche constituée au préalable, nous sommes partis de plusieurs mots-clés qui semblaient refléter la croisée de nos chemins :

Culture matérielle, imaginaire disciplinaire, passage,

et, subsidiairement, thé et miroir Continuer la lecture de Les collect’penseurs – Inscrire, effacer, dialoguer